Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 23:33

Mythologie des fleurs 


Le pissenlit
Taraxacum 

 

 

....." Les pissenlits abondaient dans la plaine et dans nos jardins et c’était un amusement courant que de souffler très fort sur les boules vaporeuses formées par ces plantes quand la fleur est passée, d’en détacher, d’un coup, tous les petits fruits qui, soutenus par une aigrette rayonnante, se disséminaient au loin… — "


(Édouard Bled, "Mes écoles", Robert Laffont, 1977, page 68.)
 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Le pissenlit est une plante à fleurs composées, qui croît dans les lieux herbeux et incultes, prairies, prés et pâturages, bords des sentiers, des ruisseaux et des rivières, talus et gravas, clairières et bois clairs. 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Le pissenlit apporte des vitamines (C et K), des éléments minéraux (calcium, potassium, fer, fibres, manganèse, béta-carotène), ainsi que de nombreux autres constituants qui en font une plante médicinale de premier ordre. Il stimule le foie et la vésicule biliaire. Il améliore le transit intestinal, nettoie le sang et combat le cholestérol. C’est aussi un excellent diurétique qui élimine les impuretés de l’organisme par les urines, d’où son nom.


Grâce à ses constituants amers, le pissenlit (Taraxacum officinale) fait également office de tonique général puisqu’il aide à combattre la fatigue du printemps.


Ses feuilles, ses boutons floraux, ses fleurs et même ses racines, tout est bon dans le pissenlit, crus ou cuits. Plante sauvage désormais cultivée. Il est temps de la redécouvrir !


Les feuilles, à peu près semblables à celles de la chicorée, se mangent en salade, quand elles sont jeunes et tendres..
Grillées, les racines fournissaient un substitut au café. Et avec les fleurs, on fabriquait un vin fortifiant.

 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

C'est une plante vivace, de plein soleil ou mi-ombre, à racine charnue pénétrant profondément dans le sol (plus de 50 centimètres), ce qui lui permet de résister au gel intense des régions froides.

Mythologie des fleurs - le pissenlit


On appelle "pissenlit" diverses plantes à tige généralement creuse et dont l'inflorescence est un capitule plat et jaune. 


Les pissenlits "véritables" sont des espèces du genre Taraxacum appartenant à la famille des Astéracées (autrefois Composées). La jolie fleur jaune vif est en réalité un capitule : un groupe de fleurs à cinq pétales soudés. Ce qui semble être un pétale est en réalité une fleur entière. Le pissenlit est un bouquet ! Les feuilles sont disposées en rosette, découpées en lobes triangulaires inégaux (comme des dents de lion!). Les fleurs sont regroupées en capitule (un seul par pied de pissenlit). La racine est enfoncée dans le sol. 


Les espèces du genre Taraxacum Officinalis sont des plantes dicotylédones anémochores. C'est le genre des pissenlits véritables, même s'il existe dans ce cas des "pissenlits blancs" (comme Taraxacum albidum), cultivés.
 

Pissenlit - Asteraceae - Taraxacum officinale

Pissenlit - Asteraceae - Taraxacum officinale

 

Des espèces d'autres genres de la famille des Asteraceae peuvent prendre néanmoins ce nom vernaculaire. 
 

Sonchus arvensis (le Laiteron des champs)

Sonchus arvensis (le Laiteron des champs)


Entouré de la neige blanche des pâquerettes, le jaune éclatant des pissenlits ensoleille les prés et prairies, c'est le printemps. Ils fleurissent de longs mois, abondants de mars à mai, mais on peut voir des fleurs de mars à novembre. 
 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Si le ciel est découvert, tous les matins, la fleur s'ouvre, et tôt le soir, elle se ferme.


A la fin de la floraison, l'or jaune laisse place à des boules blanches duveteuses.

Les aigrettes légères s'envolent au moindre souffle ! ces petits parachutes élégants sont formés d'un fruit (akène), surmonté d'une aigrette, (le pappus) disséminant le fruit par le vent. 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Le pissenlit provoque de multiples sentiments. Bien que détesté par certains, avoir quelques pissenlits ici et là ajoute de la couleur, il attire les insectes utiles, coccinelles, papillons.

C'est une plante très mellifère. Ses fleurs sont riches en nectar et en pollen. Sa floraison au début du printemps en fait une source de nourriture très appréciable pour les colonies d'abeilles.
 

Mythologie des fleurs - le pissenlit
Mythologie des fleurs - le pissenlit
Mythologie des fleurs - le pissenlit
Mythologie des fleurs - le pissenlit
Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Les graines aigrettées sont une nourriture importante pour les oiseaux qui en raffolent

bouvreuil et pissenlits

bouvreuil et pissenlits

 

Le pissenlit est une plante à latex, dont le lait ne brûle pas la bouche. Il est juste un peu amer. Le latex du pissenlit a pour effet de repousser les limaces et les escargots, qui se contentent de manger les feuilles fanées.

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Par contre, les lapins, les moutons, les vaches ou les chevaux en raffolent et le pissenlit s'en trouve plutôt bien, car plus il est brouté, mieux il repousse !

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

On lui donne une pleïade de noms assez variés.


- Baraban, Chopine, Cochet, Couronne-de-moine, Croupe (Drôme), Doudou, Fleur des beaux garçons, Florin d'or, Florion d'or, Groin de porc, Horloge du berger, Lait d'âne, Laitue de chien, Pichaulit, Pistelon, Tête de moineau, Tête de moine (parce qu'il est chauve quand il a perdu ses aigrettes), Salade de taupe et Pisse-en-lit, 


- Dent-de-lion (Du grec leon, lion, et odons, dent, par allusion aux feuilles profondément dentées. Ce mot à donné le mot dandelion en anglais, avec le même sens), 
 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

- Cramaillot en Franche-comté.

 
Cramaillot, de cramail, forme ancienne du mot crémaillère. Le cramaillot est une "petite crémaillère", terme qui fait clairement allusion au bord dentelé si caractéristique des feuilles de la plante. 


Certains Francs-Comtois utilisaient d'ailleurs le mot de crémaillotte pour le pissenlit.


"crameillotte (ou  cramaillote), aussi appelée miel de pissenlit, est une recette de gelée, à base de fleurs de pissenlit, d'origine franc-comtoise."
La cramaillotte (miel de pissenlit) bénéficie depuis des siècles de la réputation de guérir les maux de gorge.

 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

L’origine du Pissenlit date de l’Antiquité. Selon la Mythologie grecque, c’est grâce au char d’Apollon que l’on doit la création du Pissenlit. 


Le déplacement d'Apollon sur son char amorçant sa course ascendante, générait une telle poussière, qu'après ses passages, celle-ci en retombant ce serait transformée en plante : le Pissenlit.


Delacroix - Apollon sur son char amorçant sa course ascendante
 

Apollon sur son char amorçant sa course ascendante - Delacroix -

Apollon sur son char amorçant sa course ascendante - Delacroix -

Dans la mythologie grecque, Hécate, la déesse de la Lune fit cadeau de pissenlits (laiterons maraichers) en cadeau à Thésée. Il les mangea ainsi pendant trente jours et devint puissant pour combattre le Minotaure, (le taureau de Minos)  ce monstre à corps d'homme et à tête de taureau.


Hécate fait partie de la Triade Lunaire, avec Séléné et Artémis : Hécate représente la nouvelle lune ou lune noire, qui symbolise la mort ; Séléné la pleine lune, qui symbolise la maturité dans le cycle de vie ; Artémis le croissant de lune, qui symbolise la naissance. 


Thésée est le fils d’Apollon, le dieu du soleil et d’Ethra. Une autre version fait de Thésée le fils d' Égée, roi d'Athènes
 

Thesee et le minotaure dans le labyrinthe Edward Burne-Jones

Thesee et le minotaure dans le labyrinthe Edward Burne-Jones

les fairies (fées) concerne le petit peuple issu de la mythologie celtique,


Elles sont dotées de pouvoirs magiques


La fée pissenlit

Dandelion -Fairy par C.M.B.

Dandelion -Fairy par C.M.B.

 

Le pissenlit était utilisé dès l'antiquité par les médecins grecs.

 

En Chine, on emploie la variété "Taraxacum mongolicum" depuis très longtemps 
 

 

On suppose que ce sont les invasions barbares qui ont mis fin à l'empire romain (IV° et V°s.) et ont contribué à répandre aussi largement le pissenlit

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Sainte Brigid et son emblème le pissenlit


Brigid (Brigitte) d'Irlande (451-v.525), est une sainte des Églises catholique et orthodoxe. Les fidèles l’honorent le 1er février.


Il y a débat pour savoir si le culte de sainte Brigid n'est pas dérivé de celui de la déesse celte triple Brigit, qui, dans les textes mythologiques irlandais, était célébrée lors de la fête druidique de Imbolc, la purification du 1er février, censée protéger les troupeaux et favoriser la fécondité. La tradition de fabriquer des croix de Brigid la veille de Imbolc (le 1er février), période de lactation des brebis (par assimilation, le pissenlit est devenu sa plante tutélaire pour la sève laiteuse qui se dégage de sa tige) s'est perpétuée.


Elle est aussi, fêtée le premier jour de février. Ce culte a peut-être été christianisé après l'évangélisation de l’Irlande.

....
_Extrait du livre : « Dictionary of Plant Lore ». De D.C. Watts. Traduction par Lune._


......"Les plantes à la sève laiteuse comme le pissenlit étaient souvent associées à la déesse dans le folklore écossais (F. M. MacNeill. 1959). C’est une connexion logique, car l’un de ses aspects est celui de la vachère, elle est donc associée au bétail et ainsi aux fleurs comme le pissenlit produisant un jus laiteux qui, croyait-on, nourrissait les tout premiers agneaux au printemps (E. E. Evans)......"


......."Dans les Hautes-terres d’Écosse, on dit que la "plante de Bride", c’est-à-dire le pissenlit, "nourrit de son lait les premiers agneaux" (F. M. MacNeill. 1959). Sa fleur est l’un des trois emblèmes de Bride, les deux autres étant l’agneau et l’huîtrier. Ses noms gaéliques sont : « Bearnon Bride », la petite fleur dentelée de Bride, « la petite flamme de Dieu » et « le présage de Sainte Bride“. Sainte Bride des rivages la porte à sa poitrine et la lumière du soleil est censée suivre....."


-McNeill, Florence Marian. The silver bough. 4 Vols. Glasgow, Maclehose, 1957–1968.


-Evans, E Estyn. Irish heritage: the landscape, the people and their work. Dundalk. W Tempest, 1942. Irish folk ways. Routledge, 1957


- Affiche ci-dessous conçue pour être encadrée et accrochée à un mur, publiée par Cuala Press de Dublin dans les années 1920, reflète l'association de la sainte avec le début du printemps et la saison d'agnelage.
 


 

Brigid par Winifred Mabel Letts (1882-1992) -

Brigid par Winifred Mabel Letts (1882-1992) -

 

En raison de sa consommation dans des salades, certains auteurs considèrent que ce nom est une corruption arabe du mot grec "trogemon" signifiant comestible. À moins qu'il ne provienne plus directement de l'arabe"tharakhchakon" qui désignait une plante semblable au pissenlit commun. 


Le nom générique Taraxacum trouve en effet son origine dans les écrits médiévaux perses en pharmacie. 


Vers 900, le savant perse Al-Razi (Rhasès) (865-925) pluridisciplinaire iranien qui a fait d'importantes contributions à la médecine, à l'alchimie et à la philosophie écrit :


...." le tarashaquq est comme la chicorée ".... 
 

Al Razi par Louis Figuier (1819-1894)

Al Razi par Louis Figuier (1819-1894)

 

Vers l’an 1000, le savant persan Ibn Sīnā, dit Avicenne (980-1037)

écrit tout un chapitre de livre sur le Taraxacum. 


Les médecins arabes mentionnaient déjà les vertus médicinales du pissenlit dans leurs écrits
 

Avicenne  tenant une branche de basilic - Miniature de Madina Saïdova

Avicenne tenant une branche de basilic - Miniature de Madina Saïdova

 

L'Abbesse Sainte Hildegarde de Bingen (1098-1179) écrit : 


.....Le pissenlit est chaud et sec ; il a beaucoup de vertus et il est pur dans la nature. Et si on en mange souvent, comme d’un autre aliment, il purge l’estomac et fait disparaître les troubles de la vue.......... 


Hildegarde de Bingen, Le livre des subtilités des créatures divines, Physique, Les plantes, les éléments, les pierres et les métaux, Traduit du latin par Pierre Monat, Editions Jérôme Million, Grenoble 2002, p.70.
 

 

L'écrivain Gérard de Crémone vers 1170 fait une traduction de l'arabe au latin : le terme tarashaquq est alors orthographié en "tarasacon"


(La bibliothèque de Besançon  conserve  le Recueil des traités de Médecine de Gerard de  Cremone  (1250–1260), célèbre traducteur médiéval  italien d’Hippocrate, d’Avicenne, d’Al- Razi entre autres.)

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Plusieurs tribus amérindiennes comme les Iroquois et les Ojibwés employaient le pissenlit pour se soigner. 

 

Albert le  Grand (1200-1280) Frère dominicain, philosophe, théologien, naturaliste, chimiste, Évêque

voyait  dans  le  Pissenlit  le  "Flos Campi" (fleurs des champs) de la Bible. 

 

On fait également mention de l’usage du pissenlit dans un herbier britannique datant du XIIIe siècle.


L’usage du pissenlit est reconnu dans de nombreuses pharmacopées officielles (Inde, Autriche, République tchèque, Grande-Bretagne, Allemagne) et il a déjà fait partie de la pharmacopée américaine.
 

 

Au moyen âge


Un jardin modeste ne comporte pas vraiment d'espaces de loisirs, sa surface est variable, selon la richesse du paysan. Mais surtout le jardin s'agrandit alors de la nature environnante où la cueillette des herbes sauvages est possible, cueillette indispensable pour compenser les aleas météorologiques : lorsqu'une salade ou une herbe à porée n'arrive pas à pousser dans le jardin, on trouve toujours en remplacement de l'ache, du plantain ou du pissenlit.


le pissenlit (dens de lion - Taraxacum officinalis) est une plante tinctoriale, 
Les racines et les fleurs servaient aussi de colorants rouges (textile, enluminures etc...).


Horae ad usum Romanum , dites Grandes Heures d'Anne de Bretagne Bourdichon Jean
 

Horae ad usum Romanum , dites Grandes Heures d'Anne de Bretagne Bourdichon Jean

Horae ad usum Romanum , dites Grandes Heures d'Anne de Bretagne Bourdichon Jean

 

Cambridge, Trinity College MS O.2.48 - fin du XIVe siècle


Herba Conoriel  - Dandelion - 


....."Herba Conoriel ressemble plus à Dandelion qu'à Dabelion précédemment discuté . Le paragraphe est également intéressant car les noms latins de la plante sont fournis (Oculus Bovis et Lactuca Asinina)"......


 

dandelion - Trinity College MS O.2.48 - Conoriel

dandelion - Trinity College MS O.2.48 - Conoriel

 

A la Renaissance, (XIVe -fin du XVIe)

 

Le principal critère de beauté pour les femmes bourgeoises est le teint pâle. Elles utilisaient un mélange à parties égales de suc de pissenlit et de crème afin d’unifier leur teint et d’éliminer toutes les impuretés.


Le Pissenlit est aussi utilisé pour la peau. On dit qu’il permet en effet de la nettoyer en profondeur et de la raffermir. Le suc frais de Pissenlit est employé pour atténuer les tâches de rousseur
 

 

Titien  (1490–1576) - femme au miroir

Titien  (1490–1576) - femme au miroir

 

Au XVI°s. le pissenlit de certaines des espèces du genre Taraxacum, notamment de la section Ruderalia (ensemble d'espèces très proches les unes des autres "pissenlit commun" ou de "pissenlit officinal")

était appelé "herba urinaria" et utilisé dans la maladie des reins
 

 

En 1537, Jean Ruel,(V.1474-1537), médecin et botaniste français. écrit :

 "les enfants qui en mangent sont exposés à de fâcheux accidents nocturnes".
 


Le genre "Leontodon" (du grec leontodon, en latin "dens Leonis", littéralement "dent de lion", allusion aux dents aiguës de ses feuilles) tel que défini initialement par Linné comprenait le basionyme Leontodon taraxacum.

 

Mais c'est Jérôme Bock (1498-1554) ou Hieronymus Bock, pasteur luthérien et botaniste allemand qui décrivait cet effet diurétique en 1546. 


Au cours du même siècle, Jacobus Theodorus Tabernaemontanus ou Jakob Dietrich von Bergzabern (1522-1590) connu aussi sous le nom de Tabernaemontanus, botaniste et médecin allemand recommande cette plante "contre l'échauffement de l'estomac et du foie, elle dégage l'encombrement de ceux-ci et elle expulse puissamment l'urine"
 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Olivier de Serres (1539-1619) est un agronome français, protestant actif et auteur d'un vaste traité, le Théâtre d’Agriculture et mesnage des champs, qui connut 19 rééditions de 1600 à 1675. Il étudia de manière scientifique les techniques agricoles et en rechercha l’amélioration par l'expérimentation. De ce point de vue, il est généralement considéré comme le père de l’agronomie française.


En 1600, Olivier Serre  le rebaptise  "pisse en lict" soulignant par là son coté de stimulant rénal.


La sagesse populaire a bien nommé le pissenlit, par une allusion évidente à ses vertus diurétiques : 
 

Olivier Serre

Olivier Serre

 

Symbolique des fleurs dans l'art des XVe XVIe et XVIIe siècles


Les fleurs, objets symboliques, possèdent de multiples sens qui dépendent du contexte et du sujet traité. Leur splendeur éphémère est un hommage à la richesse et à la beauté de la nature ; mais elle peut aussi exprimer la fragilité de l’existence humaine, la vanité des biens de ce monde lorsqu’elles sont flétries ou que leurs feuilles sont rongées par des insectes. Elles perdent progressivement toute signification symbolique et deviendront de simples objets de délectation.


 ......."Considérée comme une mauvaise herbe, le pissenlit est assimilé aux herbes amères que l’on devait consommer lors de la célébration de la Pâque (L’Exode, XII, 8). 


Son autre nom familier "dent-de-lion" l’associe également au Christ (Cf.Saint Jean, Apocalypse V:5). Dans l’iconographie chrétienne, symbole de l’éphémère et du temps passé, seule la rustique fleur de pissenlit enfonce ses racines au pied de la Croix et apporte sa couronne de lumière à la scène dramatique de la Passion. 


Le pissenlit devient ainsi l’emblème du Sauveur ressuscité et de la rédemption de l’humanité. Sa représentation accompagne donc également le deuil. 
 

 

Gérard David (1455-1523) le repos pendant la fuite en Egypte 1523

les pissenlits en bas à droite

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Ambrosius Benson (1495-1550) - Le repos pendant la fuite en Égypte

Les pissenlits en bas à droite

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Jean de Witte (1808-1889) - Triptyque

Pissenlits en bas à gauche

Triptyque de Jean de Witte - 1473

Triptyque de Jean de Witte - 1473

 

Au musée de l’Œuvre de Notre-Dame on peut voir sur une plaque tombale provenant de la Cathédrale, cette épitaphe en allemand avec un pied de pissenlit en bas relief :

"Ô, homme fragile, songe au destin des fleurs".........

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Nicolas de Lamare (1639-1723) conseiller commissaire du Roy au Châtelet de Paris


Tome quatrième


518 - Traité de la police, livre V. Titre XLI. Chap. VII. VIII. écrit :


Pissant-Lit :
...."est une espèce de chicorée sauvage, qui croît avec les autres herbes champêtres en tous lieux incultes ; l'on en met dans les salades au printemps, quand les feuilles commencent à croître, et qu'elles sont encore tendres : est détersive, apperitive, et propre à purifier le sang. On la nomme en latin Dens léonis, parce que ces feuilles par leurs découpures représentent assez bien la mâchoire d'un lion garnie de dents"......

 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Jaucourt - L’Encyclopédie, 1re éd. 1751 (Tome 15, p. 904). écrit :


".....Taraxacum

est issu du grec Taraxis, : déréglement, trouble, confusion. Hippocrate emploie souvent ce mot, pour signifier ce désordre ou déréglement du ventre & des intestins, qui est causé par un cathartique, ou telle autre cause que ce soit. L’adjectif tarachodes, s’applique aussi aux maladies, aux fièvres & au sommeil inquiet, qui sont accompagnés de rêveries.


Taraxis désigne encore dans les médecins grecs une chaleur & pleurs de l’œil, accompagnée d’une rougeur contre nature, laquelle procede de quelque cause externe, comme du soleil, de la fumée, de la poussiere, du vent, &c. Cette légere ophthalmie cesse d’elle-même par la cessation de la cause. (D. J.)........."
 

 

Benjamin Leogarant (1781-?), auteur cité dans le Littré écrit :


Taraxacum : latin des botanistes, de taraxis, trouble, et akeomai, guérir : plante calmante.


Nom latin du pissenlit (synanthérées), ayant une trentaine d'espèces, parmi lesquelles on distingue le taraxacum dent-de-lion, dit vulgairement liondent, pissenlit, couronne de moine et dent-de-lion ; quelques auteurs l'appellent taraxacum commun, et d'autres ont confondu les genres taraxacum et léontodon, parce que le pissenlit a été le leontodon taraxacon, 


supplément au dictionnaire
Ajoutez : M. Devic, Dict. étym., rejette absolument la dérivation par le grec, laquelle est en effet peu vraisemblable. Il cite le bas-lat. tarasacon, espèce de chicorée, provenant de l'arabe tarachaqoūn, pissenlit, chicorée sauvage.

 

 

La nomenclature du calendrier républicain fut promulguée par décret du 4 frimaire an II (24 novembre 1793).Il fut aboli le 1er janvier 1806 (11 nivôse an XIV) par Napoléon Ier.

Dans le calendrier républicain français, le 26e jour du mois de ventôse (19 février – 20 mars), Période des vents est officiellement dénommé

 

"jour du Pissenlit".

 

Le calendrier républicain, ou calendrier révolutionnaire français, est un calendrier créé pendant la Révolution française et utilisé de 1792 à 1806, ainsi que brièvement durant la Commune de Paris. Il entre en vigueur le 15 vendémiaire an II (6 octobre 1793), mais débute le 1er vendémiaire an I (22 septembre 1792), jour de proclamation de la République, déclaré premier jour de l' "ère des Français".


Le Soleil est au signe des Poissons La Nymphe du Rivage aux Poissons fait la guerre Dans ce Mois où les Vents déchaînés par les eaux Les font rentrer au Fleuve & rendent à la Terre La Prairie où les Fleurs ramènent les Oiseaux
 

ventôse (19 février – 20 mars), Période des vents

ventôse (19 février – 20 mars), Période des vents



Dans le petit livre du 


Docteur Saffray - Les remèdes des champs - herborisations pratiques
à l'usage des instituteurs, des écclésiastiques et de tous ceux qui donnent leurs soins aux malades -
première partie de octobre à mars
quatrième édition - Librairie hachette - 1880 - page 151


il écrit :


..." Voici une plante amie de l'homme, vulgaire et partant peu appréciée dans les villes, où l'on aime ce qui est rare, ce qui vient de loin et se paye cher........Vous la connaissez bien cette plante ; elle croît partout : dans les prairies, au bord des chemins, les chèvres, les moutons et les vaches la recherchent malgré son amertume, et vous vous êtes souvent amusés à disperser d'un souffle vigoureux ses fruits à longues aigrettes. C'est le pissenlit (Léontodon taraxacum), nommé aussi Florion d'or, Dent de Lion.


La racine, vous voyez, est grosse comme le doigt, d'un brun rougeâtre en dehors, blanche en dedans. Elle possède les mêmes propriétés que les feuilles, longues et profondément découpées, mais chez nous ce sont surtout celles-ci qu'on emploie. Leur amertume franche n'a rien de désagréable, aussi les mange-t-on en salade au printemps. Plus tard elles deviennent coriaces et contiennent plus de principe actif.


La décoction de  pissenlit, à la dose de 30 à 60 grammes de feuilles fraiches, leur suc à la dose de 50 à 150 grammes, agissent comme antiscorbutiques, toniques, diurétiques et dépuratifs. Leur emploi prolongé est utile dans les affections chroniques de la peau, la débilité des organes digestifs ; efficace dans les engorgements du foie et de la rate qui accompagnent si souvent les fièvres de marais, ainsi que dans les maladies bilieuses. Nous en userons largement en dépit de la mode, et soyez sûrs que nous en trouveront bien. Il est toujours facile de se procurer la plante fraiche, cependant on peut récolter la racine de l'été pour la faire sécher.


La fleur de Pissenlit mérite de fixer un instant votre attention. Elle est de la famille des Composées ou Synanthérées, l'une des plus nombreuses, remarquable par la disposition de ses fleurs réunies en capitule et insérées sur une sorte de plateau. Dans ces agglomérations, dont l'ensemble paraît former une fleur unique, les fleurons sont tantôt complets, comme dans le bleuet, tantôt comme dans le Pissenlit, la Chicorée, ils consistent seulement en une étroite languette, ou demi-fleuron. Leur fruit est d'ordinaire couronné par une aigrette plumeuse, parachute élégant qui permet au vent de les disséminer au loin.".......
 

Jean François Millet (1814-1875) Pissenlits, 1867-68

Jean François Millet (1814-1875) Pissenlits, 1867-68

 

Le pissenlit fait partie des plantes magiques des sorcières, la magie blanche qui a pour but d'influencer favorablement le cours des choses, le comportement d'une personne, de protéger, de faciliter les issues heureuses ou de prévenir certains maux.

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Les fleurs de pissenlits dans la coutume populaire


. Traditionnellement on souffle dessus pour les voir s'envoler, et il est courant de faire un vœu. 
 

Poen de Wijs (1948-2014) - pissenlit

Poen de Wijs (1948-2014) - pissenlit

 

. Pour les enfants, si les aigrettes ne s'envolent pas d'un seul coup, c'est qu'il n'est pas encore l'heure de rentrer, les parents ne les ont pas encore appelés.

Donald Zolan - pissenlits

Donald Zolan - pissenlits

 

. Pour connaitre le temps. 
Si les aigrettes s'envolent, c'est qu'il fera beau ; si elles tombent immédiatement, c'est qu'il va pleuvoir. (l'explication vient certainement de l'humidité de l'air).


 

Fernando Vicente Sánchez

Fernando Vicente Sánchez


En soufflant trois fois, le nombre de graines qu'il reste indique l'heure qu'il est (d'où le nom d'hologe du berger)

Mythologie des fleurs - le pissenlit


. Une coutume ancienne voulait que le pissenlit servit de présage aux jeunes filles à marier : les jeunes filles d'autrefois soufflaient sur la tête du pissenlit pour faire s'envoler toutes ses graines. Autant de fois elles soufflaient, autant d'années elles attendront un époux...


. On dit aussi que nous vivrons autant d'années qu'il restera de graines.
si le garçon, en soufflant, fait s'envoler toutes les aigrettes, c'est que la jeune fille qu'il courtise l'aime sincèrement ; autrement c'est que la fille se moque de lui.

Poen de Wijs (1948-2014) - pissenlit

Poen de Wijs (1948-2014) - pissenlit

 

. Mettre un bouquet de pissenlits, la nuit, sur le rebord de la fenêtre d'une personne, c'est une façon de l'avertir d'un adultère

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Dans le Manuel des pharmaciens et des droguistes de Kapeler et  Caventou - t.2, 1821, page 549, il est écrit :  


..."Plante de la famille des Composées, vivace, à feuilles longues dentelées disposées en rosette, à fleurs jaunes et à petits fruits secs surmontés d’une aigrette. Synonyme dent-de-lion (s.v. dent).Pissenlit officinal; feuille, fleur, graine, racine de pissenlit; salade de pissenlit; culture du pissenlit. Les feuilles radicales longues et couchées du pissenlit sont dentées, en lobes arqués et renversés, glabres et d’un beau vert. Fraîches, elles renferment, comme toute la plante, un suc laiteux doux, amer et salin....."
 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Théophile Gautier (1811-1872) - poète


.......

Adieu les églantines

Et, moissons enfantines,

Les bluets dans les blés,

Les vertes sauterelles,

Et les pissenlits frêles

Sans cesse échevelés.
..............

 

Mythologie des fleurs - le pissenlit


Élie Reclus (1827-1904), est un journaliste, écrivain, ethnologue et militant anarchiste français de la fin du XIXe siècle.


........"Le pissenlit roi de la prairie, évoque l’idée de radiation : cette Composée est l’image d’état harmonique. Ses feuilles sont radiantes ; le pissenlit radie, il va du centre à la circonférence et revient de la circonférence au centre. 

Cette fleur qui est un soleil, devient une voie lactée, un monde d’astres après la floraison. Elle passe de vert en jaune et en gris-bleu.
La fleur est simple ; chaque fleur est si tranquille, est tout à fait chez soi et veut sa part de lumière, de chaleur, du monde entier dans le minimum d’espace.

 La splendeur du pissenlit, son moment de beauté suprême, est avant son complet développement. Les pétales du pissenlit sont jaunes, mais les étamines sont oranges. Quand le rouge s’y met, on pense à la chaleur, à la passion. L’orange enthousiaste évoque l’admirable élan des idéalistes."......
 

Elie Reclus

Elie Reclus


Victor Hugo - Les Misérables - tome 1 - page 686 - 1862


Victor Hugo utilisa le premier l'expression dans les Misérables : 

"être mort, cela s’appelle manger des pissenlits par la racine (…)".


Cette plante a la particularité de pousser rapidement et naturellement notamment dans la terre fraichement labourée ou retournée. On trouvait donc souvent des pissenlits à l’endroit où la terre avait été creusée pour enterrer quelqu’un.


. L'éminent lexicologue Alain Rey rappelle toutefois que le terme "pisse" contenu dans pissenlit a autrefois eu un lien intime avec la mort dans la formule "pisser sur la fosse de quelqu'un" qui voulait dire "lui survivre". 
 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

François Coppée (1842-1908) - poète

 

 

J'adore la banlieue avec ses champs en friche


J'adore la banlieue avec ses champs en friche

Et ses vieux murs lépreux, où quelque ancienne affiche

Me parle de quartiers dès longtemps démolis.

Ô vanité ! Le nom du marchand que j'y lis

Doit orner un tombeau dans le Père-Lachaise.

Je m'attarde. Il n'est rien ici qui ne me plaise,

Même les pissenlits frissonnant dans un coin.

Et puis, pour regagner les maisons déjà loin,

Dont le couchant vermeil fait flamboyer les vitres,

Je prends un chemin noir semé d'écailles d'huîtres.
 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Encyclopédie Théologique - 1856 - publié par M. L'abbé Migne

Dictionnaire des superstitions, erreurs, préjugés et traditions populaires

 

Louis Pierre Francois Adolphe marquis de Chesnel de la Charbouclais


......"Lorsque le pissenlit est en graines, chacune de celles-ci est surmontée d'une aigrette qui la soutient dans l'air et la transporte quelquefois à de très grandes distances. A cet état de fructification, la fleur n'offre plus de pétales, mais une sorte de globe plumeux que le souffle suffit pour briser et en disperser les parties. 
Les jeunes filles ont encore fait de ce globe un objet de divination. Pour s'assurer d'une chose qui occupe leur pensée, elles soufflent une seule fois sur la boule en question : si toutes les graines se dispersent sous l'effort de cet innocent ouragan, la réussite du projet formé est immanquable ; mais s'il reste seulement une graine attachée au réceptacle, c'est qu'on ne doit avoir aucun espoir d'arriver à ses fins"........

 

Pissenlit - Marie Cardouat

Pissenlit - Marie Cardouat


Guy de Maupassant (1850-1893) écrivain et journaliste littéraire français écrit dans


une vie - 1883 - 


....."Etaient-ce la même campagne, la même herbe, les mêmes arbres qu'au mois de mai ? Qu'étaient donc devenues la gaieté ensoleillée des feuilles, et la poésie verte du gazon où flambaient les pissenlits, où saignaient les coquelicots, où rayonnaient les marguerites, où frétillaient, comme au bout de fils invisibles, les fantasques papillons jaunes ? Et cette griserie de l'air chargé de vie, d'arômes, d'atomes fécondants n'existait plus"......
 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Guy de Maupassant (1850-1893) 


Contes et nouvelles - Histoire d’une fille de ferme, 

..."La cour de ferme, enfermée par les arbres, semblait dormir. L’herbe haute, où des pissenlits jaunes éclataient comme des lumières, était d’un vert puissant, d’un vert tout neuf de printemps. —"...
 

impression de champ de pissenlits - Igor Barkhatkov

impression de champ de pissenlits - Igor Barkhatkov

 

fin du XIXe et du début du XXe siècle 


Le pissenlit dans l'art nouveau


- la marque du dictionnaire Larousse, symbole de "la connaissance semée à tout vent "


Evolution du logo 


je sème à tout vent - Larousse 1876 -

Émile Reiber (1826-1893), architecte et décorateur français 

 

je sème à tout vent - Larousse 1876 -   Émile Reiber (1826-1893), architecte et décorateur français 

je sème à tout vent - Larousse 1876 - Émile Reiber (1826-1893), architecte et décorateur français 

 

L'image représentant une femme soufflant sur les aigrettes de pissenlits est due au peintre Eugène Grasset, 


Eugène Grasset (1845-1917)

ogotype de Larousse - 1890

Eugène Grasset (1845-1917) Logotype de Larousse - 1890

Eugène Grasset (1845-1917) Logotype de Larousse - 1890

 

Eugène Grasset (1845-1917) artiste

Petit-larousse - 1905

Petit-larousse - 1905

Petit-larousse - 1905

 

Jean Picart Le Doux (1902-1982) artiste peintre

Larousse 1970
 

Jean Picart Le Doux (1902-1982) Larousse 1970

Jean Picart Le Doux (1902-1982) Larousse 1970

 

Yan Pennor's (1957) designer graphiste

Logo de Larousse avec son allégorie de La semeuse stylisée

Larousse 1993 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Christian Delacroix - couturier

Larousse pour le millésime 2005 

Le nombre d’akènes change, mais le symbole demeure.
 

Christian Delacroix - Larousse 2005

Christian Delacroix - Larousse 2005

 

Maurice Pillard Verneuil (1869-1942)

art nouveau -

illustration dandelion, pissenlit, lowenzahn, 
 

Maurice Pillard Verneuil (1869-1942)  art nouveau - illustration pissenlit

Maurice Pillard Verneuil (1869-1942) art nouveau - illustration pissenlit

 

Juliette Milesi (1872-1959) 

art nouveau - illustration pissenlit
 

Juliette Milesi (1872-1959)   art nouveau - illustration pissenlit

Juliette Milesi (1872-1959)  art nouveau - illustration pissenlit

 

Daum


(ex Compagnie française du cristal Daum) est une cristallerie fondée en 1878 à Nancy, en Lorraine, en France par Jean Daum. Les ateliers Daum ont formé quelques-uns des grands noms de l'Art nouveau : Jacques Grüber, Henri Bergé, Almaric Walter, les frères Schneider y font leurs débuts…

- vases à décor de pissenlit

- 1890 comme la plume au vent

- 1900
 

vase Daum pissenlits 1890

vase Daum pissenlits 1890

vase Daum pissenlits 1900

vase Daum pissenlits 1900

 

Le fer forgé Art Déco d’Yvan Mercier


Spécialiste de la ferronnerie Art Déco, Yvan Mercier créé des lampes et du mobilier d'intérieur en s'inspirant des techniques des plus grands maîtres ferronniers d'art de cette époque (1910, 1920, 1930),
 

 

Depuis bien longtemps, la médecine populaire a reconnu à la racine de Pissenlit le pouvoir de stimuler les fonctions hépatiques. Cette propriété a été confirmée au 20e siècle, où elle fut employée avec succès contre les congestions du foie.

 

En 1927, le Dr Henri Leclerc, grand phytothérapeute écrivait


 ” Le pissenlit essore l’éponge hépatique et rince le filtre rénal “. 
 

 

Jean Rogissart, Mervale, Éditions Denoël, Paris, 1937, page 16)

 

....."Finis les feux de la veille et les longues parlottes des jours de neige et de frimas, des jours de prison et d’ennui : les pissenlits pointaient;" ......— 

pissenlits -  Mona Davis

pissenlits - Mona Davis

 

Jean-Paul Sartre (1905-1980) - La mort dans l'âme - Les Chemins de la liberté.


(Mort dans l'âme, 1949, page 134).

 "Il pense à tous les types qui essaieront de vous faire la cour pendant qu'il cassera les cailloux.
- Ou qu'il mangera des pissenlits par la racine, dit Pinette".

 

 

Alfred Jarry (1873-1907) poète, romancier, écrivain et dramaturge français.

 
Ubu roi (1888) 

..."Ainsi que le coquelicot et le pissenlit à la fleur de leur âge sont fauchés par l'impitoyable faux de l'impitoyable faucheur ... - ainsi le petit Rensky a fait le coquelicot."....
 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Sidonie-Gabrielle Colette, (1873-1954) femme de lettres française,

 

Belles Saisons - 1945

...."Tout près de Paris, à vos pieds, promeneurs, cette rosace délicate, c'est le jeune pissenlit, et cette perle à son centre, c'est sa future fleur.'....
 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Salvadore  Dali (1904-1989) - peintre


Battle Around a Dandelion (Bataille autour d’un pissenlit) - 1946
 

Salvadore  Dali (1904-1989) bataille autour d’un pissenlit - 1946

Salvadore  Dali (1904-1989) bataille autour d’un pissenlit - 1946

 

Jean de La Varende (1887-1959) est un écrivain français.


La Normandie en fleurs - 1950

...."Nous vîmes, un jour de vent d’orage, un hêtre se dépouiller d’un coup de toute sa feuillée, exactement comme une boule lumineuse de pissenlit "....− 
 

 

Jacques Prévert (1900-1977) - poète

 

......

Une hirondelle vole dans le ciel

vole vers son nid

son nid où il y a des petits

elle leur apporte une ombrelle

des vers de vase des pissenlits

un tas de choses pour amuser les enfants

dans la maison où il y a le nid

.......
 

 

Alain Hannacart (1955) - poète


Le pissenlit


Comme on met dans les livres les mots venus du cœur

Les graines sont réunies en une sphère délicate

Offert à tous les vents chaque trait devient une fleur

Comme un petit soleil sur le bord du chemin.
 

Mythologie des fleurs - le pissenlit

 

Le pissenlit en musique et chansons

 

Le pissenlit d'Anne Sylvestre


J'ai cueilli, j'ai cueilli

Trois fleurs de pissenlits, trois fleurs de pissenlits

J'ai choisi, j'ai choisi,

Les plus épanouies, les plus épanouies

 

Mais les autres m'ont dit, tireli

C'est que des pissenlits, mon ami

C'est même pas joli

Mais les autres m'ont dit, tireli

C'est que des pissenlits, mon ami

C'est même pas joli

 

J'ai cueilli, j'ai cueilli

Trois autres pissenlits, trois autres pissenlits

J'ai choisi, j'ai choisi,

Les plus épanouis, les plus épanouis

 

Et la maîtresse a dit, tireli,

Qu'ils étaient très jolis, mes amis,

Et elle a dit merci

Et la maîtresse a dit, tireli,

Qu'ils étaient très jolis, mes amis,

Et elle a dit merci

 

J'aime bien les pissenlits, elle a dit,

J'aime bien les pissenlits, c'est joli,

Elle a dit :"Eh bien oui !"
 

 

Les pissenlits par Ricet Barrier 

 

 

mais aussi les Rollings Stones (Mick Jagger & Keith Richards)


Dandelion (Pissenlit/dent-de-lion)
 

 

M.C. Palys  (1990) 

..."Doux souvenir d'enfance, je vois encore mon père cueillir une fleur de pissenlit, lui couper la tige, avec son couteau suisse, sortit de sa poche, en fendre le bout et écraser l'extrémité pour l'aplatir, afin d'en faire un sifflet, pour une petite musique."....

 

L'usine nouvelle - 2014


.........Les premiers pneus tests fabriqués par le manufacturier allemand Continental à l’aide d’un mélange de gomme innovant appelé Taraxagum, issu du pissenlit, ont été présentés à la foire de Hanovre en septembre. Le caoutchouc naturel employé dans le mélange de gomme de la bande de roulement généralement issu de l’hévéa a été remplacé à 100 % par du Taraxagum...........


..........Pendant la Seconde Guerre mondiale, le pissenlit avait déjà été utilisé à cette fin, mais s'était avéré bien moins productif que l'hévéa. Et pour cause : le latex issu du pissenlit coagule - ou polymérise - spontanément et rapidement en caoutchouc, ce qui rend difficile sa récolte. Mais les chercheurs allemands sont parvenus à créer des pissenlits transgéniques dans lesquels l'enzyme à l'origine de la coagulation a été désactivée, pour un rendement de 4 à 5 fois supérieur. 
 

 

Le pissenlit dans le langage des fleurs


Symbolise la santé, l'intelligence, la chaleur, la résistance, l'abondance, la prévoyance et la liberté.


- Je répands la bonne semence. (le duvet fin et léger qui s'envole au moindre souffle)


- C'est aussi la fleur de l'enfance, de l'innocence et de la nostalgie, de l’insouciance, (lorsque l’on soufflait sur sa boule duveteuse pour faire un vœu.)
 

Françoise Méthot - cueillette des pissenlits

Françoise Méthot - cueillette des pissenlits

Mythologie des fleurs - le pissenlit
pissenlits - Tom Sierak

pissenlits - Tom Sierak

Partager cet article
Repost0

commentaires

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter