Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2020 3 06 /05 /mai /2020 22:11

 

 

Louis Aragon, 1897 - 1982 - poète 

En août-septembre 1943, Aragon, sous le pseudonyme de François la Colère, fait imprimer clandestinement Le Musée Grévin. Le poème est ensuite distribué à Paris sous forme de tract. 

 

Je vous salue ma France ...

 
Lorsque vous reviendrez car il faut revenir

Il y aura des fleurs tant que vous en voudrez

Il y aura des fleurs couleur de l'avenir

Il y aura des fleurs lorsque vous reviendrez

 
Vous prendrez votre place où les clartés sont douces

Les enfants baiseront vos mains martyrisées

Et tout à vos pieds las redeviendra de mousse

Musique à votre coeur calme où vous reposer

 
Haleine des jardins lorsque la nuit va naître

Feuillages de l'été profondeur des prairies

L'hirondelle tantôt qui vint sur la fenêtre

Disait me semble-t-il Je vous salue Marie

 

 Je vous salue ma France arrachée aux fantômes

O rendue à la paix Vaisseau sauvé des eaux

Pays qui chante Orléans Beaugency Vendôme

Cloches cloches sonnez l'angelus des oiseaux

 

 Je vous salue ma France aux yeux de tourterelle

Jamais trop mon tourment mon amour jamais trop

Ma France mon ancienne et nouvelle querelle

Sol semé de héros ciel plein de passereaux

 

 Je vous salue ma France où les vents se calmèrent

Ma France de toujours que la géographie

Ouvre comme une paume aux souffles de la mer

Pour que l'oiseau du large y vienne et se confie

 

 Je vous salue ma France où l'oiseau de passage

De Lille à Roncevaux de Brest au Mont-Cenis

Pour la première fois a fait l'apprentissage

De ce qu'il peut coûter d'abandonner un nid

 

 Patrie également à la colombe ou l'aigle

De l'audace et du chant doublement habitée

Je vous salue ma france où les blés et les seigles

Mûrissent au soleil de la diversité

 

 Je vous salue ma France où le peuple est habile

A ces travaux qui font les jours émerveillés

Et que l'on vient de loin saluer dans sa ville

Paris mon coeur trois ans vainement fusillé

 

Heureuse et forte enfin qui portez pour écharpe

Cet arc-en-ciel témoin qu'il ne tonnera plus

Liberté dont frémit le silence des harpes

Ma France d'au-delà le déluge salut
 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter