Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juillet 2021 5 16 /07 /juillet /2021 22:16
 
 
 
Mythologie des fleurs

 
La lavande (Lavandula) - le lavandin 
 
 
 

Lavandula (les lavandes) est un genre de plantes de la famille des Lamiaceae.
Le mot lavande est un dérivé du verbe laver, peut-être issu de l'italien lavando (action de laver), et qui remonte au latin lavandaria : linge à laver, sans doute à l'origine de l'anglais lavender.

 

Elle apporte une note de gaîté, de fraîcheur dans des paysages souvent arides, peignant en bleuviolet les pentes rocailleuses. 

 


 

..."J'ai pour joie et pour merveille

De voir, dans ton pré d'Honfleur,

Trembler au poids d'une abeille

Un brin de lavande en fleur"...

 

Victor Hugo (1802-1885) 
Les chansons des rues et des bois (1865). 
À un ami

 

 

Les lavandes sont des arbrisseaux dicotylédones, à fleurs le plus souvent mauves ou violettes disposées en épis, dont la plupart des espèces très odorantes, sont largement utilisées dans toutes les branches de la parfumerie, en particulier le lavandin (Lavandula ×intermedia). Elles poussent surtout sur les sols calcaires secs et ensoleillés, à l'exception de Lavandula stoechas, qui préfère les sols siliceux.

On compte plus d'une trentaine d'espèces de lavandes, les unes poussant naturellement, les autres étant le fruit d'une culture. Les deux variétés sauvages qui poussent en haute Provence sont la lavande vraie et la lavande aspic. 

 

 

 

Le lavandin, Lavandula x intermedia

(L. angustifolia x L. latifolia), lavande aspic

 


C'est l’une des plus faciles à cultiver. La variété "Certitude" produit une floraison abondante parfumée violet et calice violet pourpre, avec un feuillage parfumée. Elle a une bonne aptitude à supporter les périodes de sécheresse importante. Port en boule régulière, végétation très dense. 


La Lavande aspic, Lavandula latifolia, anciennement L. spica, est un arbrisseau de la famille des Lamiaceae, présent en Espagne, en France et dans le Sud de l’Angleterre.

 

Il affectionne les zones de petite montagne, au climat méditerranéen, où il pousse en buissons. On le trouve également dans les Pyrénées, dans les montagnes séparant la province de Valence de l’Aragon et en Catalogne.

 

 

 

La lavande vraie, (L. angustifolia),

lavandula officinalis, lavande officinale


 

C'est une sélection de la lavande vraie, de la famille des lamiaceae, formant une grosse touffe bien ramifiée. La feuille est oblongue, gris argenté, étroites et aromatiques, se couvre de courts épis. Durant l'été, apparaissent les fleurs bleu profond, très parfumées. Comme toutes les lavandes, celle-ci demande un terrain très bien drainé, ensoleillé et pauvre. 


Malgré leur origine botanique de moyenne montagne, les Lavandula angustifolia "Hidcote" se comportent plutôt bien en Bretagne, une taille en septembre leur permettant de garder un aspect compact. Elles supportent relativement bien les expositions de bord de mer.


La lavandula officinalis ou lavandula angustifolia, c'est la lavande vraie, de la famille des lamiaceae. Originaire des zones dépassant 1000m en régions méditerranéennes, cette lavande est la base originelle des essences utilisées en parfumerie et en médecine traditionnelle. Les feuilles comme les fleurs sont comestibles.


C'est une des lavandes les plus rustiques. Cette espèce de lavande peut se cultiver en pot.


 

 

 

La lavande papillon

(Lavandula stoechas ssp pedunculata)

 


Elle produit des fleurs ressemblant à de petits papillons violets.


La lavande papillon (Lavandula stoechas) fait partie de la vaste famille des Lamiacées. Tout comme ses cousines du genre Lavandula, cette plante au port buissonnant , possède un feuillage gris-vert persistant très ornemental en massifs et en bordures ; idéalement placée aux abords des allées ou près de la maison, elle vous réjouira de ses effluves parfumés tout au long de la journée.


Comme toutes les lavandes, Lavandula stoechas a besoin de chaleur et de plein soleil pour bien s'épanouir. Cependant, elle pourra être installée dans tous les jardins, même dans la région parisienne si le sol est bien drainé, voire caillouteux, car elle redoute par-dessus tout l'excès d'humidité. Elle est peu exigeante et un sol pauvre ne lui fait pas peur, bien au contraire ; elle ne craint pas non plus le manque d'eau, ni la canicule.


 


 

Lavande Anglaise (Lavandula dentata), lavande dentée,

lavande à feuilles de fougère 

 


Lavandula dentata, la lavande dentée, est un arbrisseau de la famille des Lamiacées. Bien qu’elle soit appelée lavande française dans de nombreux pays, Lavandula dentata est très peu présente naturellement en France, elle est surtout distribuée en Espagne, Italie et sur les iles méditerranéennes.


La lavande dentée est une belle plante aromatique, très agréablement parfumée, mais peu rustique. Elle est de culture facile, une fois protégée du gel.


Feuilles crénelées, persistantes vert clair. Végétation dense formant une boule régulière. Abondantes fleurs bleu clair. Le feuillage dégage une odeur très délicate, intermédiaire entre la lavande ordinaire et le romarin.


Les fleurs apparaissent à partir du milieu de l’été, la floraison pouvant se poursuivre pendant l’hiver dans les régions les plus douces. Les fleurs bleues violettes, abondantes, sont très petites, regroupées en épis dense portés par long pédoncule. Les épis sont couronnés de quelques bractées pétaloïdes plus développées. Chaque fleur peut produire deux petites graines noires. Elles se détachent de l’épi à partir du mois d’aout.


 

 

 

Apiculture   -  Pollinisation

 


La culture de la lavande a eu pour conséquence le développement de l'apiculture. L'intérêt d'associer les plantes aromatiques et l'apiculture est connu depuis longtemps, les abeilles jouant un rôle indispensable dans la reproduction des plantes et le maintien d'une diversité génétique des espèces.


Toutes les lavandes sont des plantes mellifères, c'est-à-dire très recherchées par les abeilles.


Comme pour toutes les labiées, il semble que la forme de la corolle des fleurs favorise la pollinisation. En venant butiner une fleur, l'abeille se frotte aux étamines et son dos se couvre de pollen. En pénétrant dans une autre fleur, le dos de l'abeille est alors en contact avec le stigmate de celle-ci et assure ainsi la pollinisation.

 

 

Le miel de lavande et de lavandin


En Provence, ce miel réputé se récolte sur les champs de lavande du plateau de Valensole, Riez, Puimoisson au sud, et du plateau d'Albion, Banon, Vachère au nord.


On retrouve le parfum de lavande dans le miel, un miel qui est sucré, savoureux. C'est aussi un miel précieux : il conserve une partie des propriétés de ces plantes. Il était autrefois très utilisé contre la grippe (infusion), les maladies pulmonaires, les ulcères de l'estomac.


C'est un miel de très haute qualité possédant un goût et une saveur incomparables, chargés des senteurs de la lavande et des lavandins. De couleur ivoire à jaune ambré, il est liquide dans les premiers mois, solide ensuite, de cristallisation très fine : c'est alors  "du beurre de miel". Le miel de lavande est, à juste titre, celui qui est vendu le plus cher. 


 

 

 

Récolte de la lavande

 

Autrefois ...

À l'origine, la cueillette de la lavande est effectuée à la main, à l'aide d'une faucille, par des bergers ou des paysans sur les hautes terres de Provence couvertes de lavande sauvage dont la dissémination est favorisée par le pâturage intensif des moutons.​​​​​​​

La récolte manuelle à la faucille perdure jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle. Travail pénible, s'il en fut. La tâche est malaisée en raison de la pente des terres, de la nature du sol, de l'éloignement des parcelles, des difficultés d'accès.

C'est essentiellement l'affaire des femmes. Elles partent très tôt dans la montagne, entre 5 et 6 heures du matin, avant de faire les travaux du ménage et de la ferme. En cas de nécessité, on fait appel aux enfants.


Longtemps, donc, la récolte de la lavande reste une affaire familiale. Puis, les besoins grandissant, on fait appel à des travailleurs venus de l'extérieur : d'abord des gens originaires des régions voisines, puis des travailleurs étrangers (saisonniers espagnols, italiens). Un bon coupeur récolte de 500 à 600 kg par jour. Métier difficile, ingrat : il faut gravir les pentes parfois difficiles, œuvrer pendant de longues heures sous un soleil ardent puisque la récolte s'effectue en plein été.

 Christian Jequel (1935)  

 

 

Aujourd'hui ...

La première machine à faucher est utilisée en 1958. Le travail est moins soigné, les plants sont parfois endommagés mais le travail mécanique est plus rapide, moins pénible et exige moins de main-d'œuvre. La machine transforme la culture de la lavande : il est impossible d'y recourir lorsque les pentes sont trop importantes ou dans des terrasses trop étroites et inaccessibles autrement qu'à pied. On abandonne donc les terrasses escarpées au profit de terres plus accessibles. Il faut également planter en lignes espacées, permettant le passage de la machine.


On continue cependant de couper à la faucille lorsqu’il s'agit de cueillir des fleurs pour confectionner des bouquets ou lorsqu'on veut récolter les graines des plants vigoureux qu'on a sélectionnés en espérant qu'une fois semées elles donneront à leur tour de beaux pieds, sains, florifères.



La récolte de la lavande se fait avant l'ouverture de la fleur au moment où les épis commencent à faner, de fin juillet à fin août  pour les lavandes "vraies". À part l’aspic et la lavande "vraie" qui sont sauvages, les plantes sont généralement cultivées. 

 

Un bon moyen de savoir quand récolter est d’observer les abeilles : quand elles ne sont plus intéressées par les fleurs vous pouvez démarrer la récolte !

 

Il est préférable d’agir le matin (la chaleur faisant s’évaporer l’essence de lavande), lorsque le temps est sec et ensoleillé. Il faut arrêter l'arrosage au moins quinze jours avant la cueillette : la lavande va produire alors plus d’essence pour s’adapter à la sécheresse.


Il existe cependant quelques distillations de lavandes sauvages de montagne, véritable lavande "Vraie", destinées à l’aromathérapie et les quantités en sont très limitées. La récolte a lieu en été, car les fortes chaleurs favorisent la montée de l’essence dans les cellules et les glandes sécrétrices de la fleur. Les brins sont plus odoriférants s'ils sont cueillis juste avant l'ouverture des fleurs. Après, l'essentiel de l'arôme se perd.

 

Les lavandes du groupe stoechas sont plus précoces : elles sont récoltées de mars à mai à l’état sauvage, mais elles sont plus rarement exploitées. Pour les cultures, la récolte s’effectue mécaniquement, sauf pour les bouquets qui sont coupés manuellement à la faucille.

 

Hormis quelques espèces, dont le chrysomèle de la lavande (ou du romarin), Chrysolina americana, la lavande a peu de prédateurs, en raison de sa teneur en substances répulsives.

 

L’huile essentielle serait de meilleure qualité en altitude, mais le rendement y est plus faible, et l’altitude augmente la teneur en esters.

 

Les hautes terres de Provence sont ses lieux de prédilection. On la trouve dans les monts des Alpes-de-Haute Provence, les massifs des Hautes-Alpes, les plateaux du Vaucluse, les montagnes de la Drôme et tout particulièrement le plateau de Valensole dans les Alpes-de-Haute-Provence entre Manosque et Moustiers Sainte Marie.

 


 

 

 

Séchage de la lavande

 


Les fleurs coupées sont mises à sécher, liées en gerbes, avant d'être envoyées à la distillerie. Les bouquets sont séchés dans des hangars bien ventilés.

 

 

 

Distillation de la lavande

 

La distillation permet d'extraire l'huile essentielle de la plante. Une huile essentielle est un complexe naturel de molécules volatiles et odorantes, sécrétées par une plante.

Pour extraire cette "huile", la substance végétale est déposée dans un alambic où de la vapeur d'eau est injectée. Cela provoque l'éclatement des cellules végétales, La vapeur se charge des molécules huileuses et passe à travers un récipient réfrigérant pour provoquer la séparation des molécules huileuses et des particules d'eau. On recueille ensuite l'huile qui flotte à la surface de l'eau. 

 

 

Autrefois, "la distillation à feu"

 

La distillation est un procédé relativement récent, qui remonte à la fin du Moyen Âge. Elle est liée à l'invention de l'alambic par les Arabes, au XII° siècle. Les alambics d'autrefois étaient en cuivre. C'étaient des alambics simples à feu nu mobile.

On les transportait à dos de mulet d'un lieu de récolte à l'autre. Ils contenaient de 100 à 500 litres d'un mélange d'eau, de tiges et de fleurs dans un vase directement chauffé au feu de bois Dans ce type d'alambic, la vapeur d'eau chargée d’huiles essentielles s'échappe par le col de cygne de l'alambic avant de traverser le serpentin, lequel trempe dans de l’eau froide.

En se refroidissant, le mélange se condense et coule dans l'essencier. C'est un vase avec deux robinets placés à des hauteurs différentes. On y laisse décanter ce mélange et l'essence qui est moins dense remonte à la surface de l'eau. On n'a plus qu'à la recueillir par le robinet du haut. Pour obtenir 1 kg d'essence de lavande, il faut environ 130 kg de fleurs. Parfois, pour limiter les pertes de chaleur, l'alambic était entouré d'un mur de pierres ou de briques. Il devenait fixe, mais sa capacité pouvait augmenter jusqu'à 800 litres.

Par ailleurs, l'utilisation en fond de cuve d'un panier pour séparer l'eau de la lavande permettait de récupérer les pailles pour les mettre à sécher et les utiliser comme combustible.
 

 

La distillation "traditionnelle" : 


La récolte de lavande doit subir un temps de séchage, avant distillation, afin de perdre l’excès d’eau. 

Un préfanage d’environ un ou deux jours est indispensable pour la lavande fine, il évite de modifier la qualité des huiles essentielles qui sont obtenues par entraînement à la vapeur d’eau des sommités fleuries. On fait circuler un courant de vapeur d’eau dans la lavande coupée et bien tassée (temps de distillation relativement court, 30 à 45 min).

 


La distillation en "vert broyé" : 


S’est développée depuis 1990  pour améliorer la productivité de la récolte (de lavandin surtout). Sitôt cueilli, la lavande est hachée  à l’aide d’une ensileuse et  est placé au fur et à mesure, sans séchage préalable, dans une benne ou caisson mobile de distillation qui sera directement monté sur chaudière. Le fait de distiller broyé modifiant la qualité, cette technique n’est pas adaptée pour obtenir une huile essentielle de lavande aux normes.

De façon générale, les qualités ensilées auront des teneurs en alcools qui augmentent alors que celles en esters diminuent (phénomènes d’hydrolyse), elles ont une odeur plus verte, peu appréciée des parfumeurs. Des études sont faites pour améliorer les qualités ensilées et aider les producteurs dans ce sens.


 

 

Il existe d'autres procédés moins courants et moins connus. Parmi ceux-ci, l'enfleurage et les solutions. 

 

 

L'enfleurage

 

La parfumerie compte aujourd'hui de nombreux procédés de fabrication dont l'un d'entre eux est l’enfleurage.


Les principes odorants de la lavande peuvent également être retirés par enfleurage.


On dépose les fleurs de lavande fraîchement coupées sur un mélange gras.

 

On laisse reposer un temps assez long : 

la graisse absorbe peu à peu les parfums.

 

On chauffe ensuite doucement :

on sépare ainsi la graisse, désormais imprégnée du parfum de la plante, des résidus des fleurs.


Cette graisse parfumée s'emploie comme une pommade, mais elle est fort chère.


 


 

Solutions de lavande

 


La partie de la plante dont on souhaite recueillir le parfum est plongée dans un solvant. Il s'agit habituellement d'alcool, d'hexane ou encore de certains dérivés du benzène.


On laisse les plantes baigner dans le solvant. L'opération s'achève par l'évaporation de celui-ci. Il reste un extrait pâteux, coloré et parfumé : la concrète.


Un procédé récent permet d'extraire le parfum par cette méthode, sans faire appel à l'alcool.

 

Pour créer des parfums, les créateurs n'ont de cesse de se montrer particulièrement inventifs. À ce titre, ils sont en quête perpétuelle de nouveaux produits odorants, mais pas seulement… En outre, ils élaborent toujours de nouvelles méthodes de fabrication permettant d'obtenir des odeurs inédites ou de capter ces dernières au plus proche de leur aspect naturel. 


 

 

 

Huile essentielle de lavande

 


L'huile essentielle de lavande est un déodorant puissant : il en suffit de quelques gouttes pour éliminer les mauvaises odeurs. On peut l'utiliser soit pure, soit en mélange avec de l'huile végétale.


Les cellules à huile aromatique sont présentes dans toutes les parties aériennes de la plante : feuilles, tiges, mais elles se concentrent surtout sur les fleurs. Le parfum et la concentration de celles-ci dépendent de la variété cultivée, de la nature des sols, de l'ensoleillement, de l'altitude.


La meilleure huile essentielle de lavande est celle que l'on obtient par distillation de la lavande vraie, Lavandula augustifolia. 

 

 

 

Historique de la production de lavande


. Après 1850 
Brusque croissance de la demande. Importante augmentation de production d'huile essentielle de lavandes sauvages.


. 1914-1928 
Extension des zones de cueillette et développement des plantations

 

. 1929 1932 
Première chute importante des cours due à la crise mondiale

 

. 1959 
Très forte croissance des cultures. Diminution du nombre distilleries, mais augmentation des capacités.
Développement de la mécanisation.


. 1970-1978 
Extension maximale de la lavandiculture.

 

. 1981
L'appellation : "Huiles essentielles de lavande de Haute-Provence" a été établie en 1981, afin de garantir l'origine de la lavande commercialisée, et d'assurer une production d'huile essentielle de très haute qualité. Afin aussi de se prémunir contre la concurrence régionale ou étrangère ...
Une aire géographique comprenant 284 communes des Alpes de Haute-Provence, des Hautes-Alpes, de la Drôme et du Vaucluse a été définie. Les critères de plantation sont définis avec précision, l'huile produite est soumise à des examens et à des analyses qui certifient sa conformité à la norme.



. Après 1994 
Plan de relance de la lavande. Développement de la distillation en caisson. 

 

. Entre 2005 et 2010, 
Le phytoplasme du Stolbur a détruit 50 % de la récolte française d'huile essentielle de lavande la réduisant à environ 30 tonnes en 2011. 


Le stolbur est une maladie bactérienne des plantes due à des bactéries de la classe des mollicutes, les phytoplasmes.  Ils sont transmis par des insectes vecteurs, le plus souvent des cicadelles.  Les maladies du type stolbur se retrouvent en particulier chez la pomme de terre1, la tomate, la lavande, la vigne ou maladie du bois noir.

 

. Entre 2011 et 2017

La Bulgarie avec une production de 45 tonnes en 2010 et entre 55 et 60 tonnes en 2011 est devenue le premier producteur mondial de lavande devant la France.
 Les deux pays fournissent les trois quarts de la production internationale et entre 80 % et 90 % de l'huile essentielle de lavande bulgare est vendue en France. 


. En 2017, La Bulgarie est toujours en première position, avec 187 tonnes, tandis que la France produisait 120 tonnes.

 

. En novembre 2018, 
Les savoir-faire liés à la parfumerie sont particulièrement présents dans la ville de Grasse et ses environs (Alpes-Maritimes, région Provence-Alpes-Côte d’Azur). 
Ces savoirs sont constitués d’un ensemble de pratiques comprenant la culture de la plante à parfum, les connaissances des matières premières naturelles et leurs transformations, et enfin l’art de composer le parfum.
"le savoir-faire de la ville en matière de parfum" a été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco.


 

 

 

Conte


La fée Lavandula

 

Il y a bien longtemps lorsque les fées peuplaient les grottes de la terre , une jolie petite fée aux grands yeux mauves, prénommé Lavandula, vint se promener en Provence, au milieu des lavandes sauvages de la Montagne de Lure .


Elle avait un carnet de voyage magique sur lequel s'imprimait tous les paysages qu'elle visitait.


Après avoir parcouru les montagnes des Alpes, du Massif central , des Cévennes, elle arriva dans une région désertique très chaude à quelques lieues de la mer. Rien n'y poussait : cette terre rouge ressemblait à un enfer de solitude. Le soleil  brulait sans cesse sur ces rochers et ces pierres.

 

La petite fée qui portait le jolie nom de Lavandula en fut toute chagrinée et attristée lorsque ces paysages arides et secs s'imprimèrent sur son carnet. Bouleversée, par la tristesse du panorama, elle versa de grosses larmes recouvrant ainsi les images des dentelles de Monmirail, des abords du mont Ventoux,  des steppes de Ventesole,  de Sault de Nyons . De grosses gouttelettes mauves de la couleur de ses yeux s'éparpillèrent tachant la page de bleu lavande du carnet. 


Dans l’espoir de réparer sa maladresse, Lavandula tenta en vain de sécher ses yeux bleus et d’essuyer la page, mais ne fit qu'étirer les gouttelettes  qui se répandirent sur le paysage de la Provence. 

 

Lavandula essaya de les effacer mais ne fit que les étirer ajoutant le parfum suave de ses larmes  aux taches et au carnet. Désespérée, la fée traça un grand pan de ciel bleu au-dessus du sol taché pour dissimuler son erreur. Le paysage se couvrit de petites fleurs mauves. 

 

On donna le nom de "lavande" à cette plante en souvenir de la fée "Lavandula".

 

On raconte que depuis ce jour-là, la lavande pousse allègrement sur les terres de Provence, s’entremêlant au ciel couleur bleu a un tel point que l'on dirait des amants éternels.


On dit aussi que la fée vient à chaque floraison de la lavande à la fin juin pour cueillir des bouquets qu'elle offre à ses soeurs restées dans les nues.

 

d'après  "Notre Provence.fr" Culture, tradition et folklore. 


 

 

 

4500 av. J.C. - 

 

L’utilisation des huiles essentielles au Moyen-Orient commence en 4000 avant Jésus-Christ. Des mentions ont été trouvées, lors de fouilles archéologiques au XIXème siècle, sur des tablettes mésopotamiennes énoncent des listes de remèdes à base de "plantes de vie".


La civilisation égyptienne est considérée comme "créatrice" des huiles essentielles.
Leur utilisation était essentiellement du domaine de la parfumerie, jusqu’à ce que l’influence égyptienne dans le domaine médical ne les atteigne.


Les premiers à manier les parfums furent les médecins. Ils utilisaient les essences naturelles

les textes égyptiens qui apportent les descriptions les plus détaillées. Les plantes étaient utilisées dans tous les domaines de la vie, pour fabriquer des parfums, des cosmétiques mais, aussi, pour combattre les affections, permettant d'adapter les remèdes aux maladies qu'ils rencontraient. Les vertus attribuées aux parfums les rendirent précieux.

 


La religion est vraiment liée à l’utilisation des huiles essentielles lors de l’embaumement des corps, afin de rapprocher l’humain des dieux après sa mort. Les égyptiens pratiquaient une forme sommaire de distillation, en utilisant la macération et l’essorage. Les plantes étaient mélangées à de l’eau bouillante. Après ajout de tissus dans cette mixture, les égyptiens laissaient macérer la préparation plusieurs jours, afin que les essences s’imprègnent dans le textile. Afin de les récupérer, les bandelettes de tissus étaient essorés manuellement, avant de recouvrir les corps,pour l'embaumement des défunts. Certains d’entre eux ont été particulièrement bien conservés durant des siècles. 

Cette dernière utilisation révèle la parfaite maîtrise par les Égyptiens des vertus antibactériennes et antiputrides de certaines huiles essentielles.

La lavande était déjà reconnue comme le grand "calmant" de la psyché et de l’âme, comme parfum, pour le soin de la peau, le nettoyage des locaux et pour lutter contre les insectes. 


On utilisait également les parfums pour laver les statues divines. 

 

 

Imhotep, ayant vécu au troisième millénaire avant notre ère, fut un homme aux multiples talents. Vizir et architecte du roi Djéser (IIIe dynastie), on le dit également médecin et philosophe (2700 av. J.-C.) du pharaon. Il .connaissait très bien l'emploi des plantes aromatiques et, parmi elles, le cèdre du Liban, le labdanum, le nard, l'encens, le cumin, la myrrhe, l'anis, la cannelle.

 

 

 

XII au VIIème siècle avant J-C. 

 

 

Les celtes avaient une connaissance très approfondies des arbres et des plantes. Les gaulois étaient réputés pour leur savoir faire et leur utilisation, des herbes sacrées. 

 

 

Autrefois, au moment du solstice d’hiver, les Celtes s’offraient des boules porte-bonheur qu’ils suspendaient dans leur maison pendant toute l’année. Elles contenaient des plantes, thym, lavande etc...parfois des plumes ou autres objet qui leur tenaient à coeur. 
 


La récolte se faisaient lors de cérémonies. Ils fabriquaient une lotion à base d’huile essentielle de lavande appelée le "Nard Celtique", (le mot "nard",  a une racine sémitique hébreu et araméen).


 

 

 

VIe siècle av. J.C.

 

 
Les Assyriens, dans les jardins de Sémiramis, (Babylone) utilisaient la lavande en poudre et en huile. 


Les jardins suspendus de Sémiramis, (Sammu-ramat le nom signifiant "paradis extrême") est une reine qui régna pendant cinq ans sur un vaste royaume qui s'étendait de l'Anatolie au Plateau iranien.

Les jardins de Babylone, dessin d’artiste


 

 

 

V° siècle av. J.C.

 

 

La médecine en Grèce antique fondée sur l'utilisation de nombreuses plantes, associée à des exercices physiques et à la musique, remonterait à l'époque homérique.


Elle ne prend toutefois son véritable essor qu'au V° siècle av. J.-C. avec Hippocrate.

Hippocrate (460-377av. JC),  médecin grec du siècle de Périclès, mais aussi philosophe, considéré traditionnellement comme le "père de la médecine", voyage de par le monde pour se former auprès de tous les hommes qui s’illustrent dans la connaissance humaine.


Apprenant que les habitants d’Athènes sont victimes d’une grosse épidémie de peste, rentre dans son pays.  Il réussit alors à éradiquer cette épidémie grâce à de grands feux qu’il fait allumer dans toute la ville y associant des plantes odorantes comme l‘Hysope, la Lavande, le Romarin et la Sarriette.


Très observateur, Hippocrate avait constaté que toutes les personnes, travaillant avec le feu, n’étaient pas atteintes par cette maladie. Par ailleurs, fort des expériences acquises depuis longtemps à travers le temps, il utilisa les puissantes propriétés anti-bactériennes des plantes pour compléter le processus.


 

 

 

IV° siècle av. J.C.

 


Théophraste (v. 371-v. 288) philosophe de la Grèce antique. Élève d’Aristote, il fut le premier scholarque du Lycée, de 322 à sa mort ; botaniste et naturaliste, polygraphe ou encore alchimiste.


Il mentionne "la lavande" parmi la cinquantaine de substances utilisées par les grecs. 


 


 

II° - I° siècle av. J.C.

 


Les Géorgiques (" les travaux de la terre") sont la deuxième œuvre majeure de Virgile (70 av. J.-C.- 19 av. J.-C.) poète latin contemporain de la fin de la République romaine et du début du règne de l'empereur Auguste

 
Cette oeuvre écrite entre 37 et 30 av. J.-C..  long poème didactique de quelque 2 000 vers, qui s'inspire du poème d'Hésiode Les Travaux et les Jours, est une commande de son ami et protecteur Mécène. Dédié à Octavien, il se présente en quatre livres, les deux premiers consacrés à l'agriculture (céréales, vigne), les deux suivants à l'élevage (animaux, abeilles).

Traduction des  géorgiques, liv. IV.
J. Delille · 1800

 

..."Tels, aux petits objets si les grands se comparent,

En des corps différents les essaims se séparent

La vieillesse d'abord préside aux bâtiments,

Dessine des remparts les longs compartiments,

La jeunesse, des murs abandonnant l'enceinte,

Sur le safran vermeil, sur la sombre yacinthe,

Sur les tilleuls fleuris enlève son butin,

Moissonne la lavande, et dépouille le thym"... 

 

 

Importée à Rome, la lavande, considérée comme ornement aromatique, était répandue dans les parcs ou paradis persans, rappelant aux chefs des armées et aux banquiers ce qu’ils avaient pu voir au Mouseîon, au Jardin des Muses à Alexandrie ou des palais d’Asie mineure. 


Le Mouseîon (Musée) d'Alexandrie en Égypte ptolémaïque, est l'un des plus importants centres intellectuels du monde hellénistique sous Ptolémée Ier. Alexandre le Grand voulut faire de son musée celui du monde grec. Bien qu'il ait été gravement endommagé en 47 av. J.-C., le musée d'Alexandrie a survécu, notamment à travers l’héritage qu'il a diffusé partout en Europe.

 

Maerten van Heemskerck, "Concert d'Apollon avec les Muses sur le Mont Hélicon", Chrysler Museum of Art, Norfolk

 

 

A Rome, on utilisait un parfum dénommé "Nardinum"  à base de lavande et de myrrhe.


A l’époque, l’essence appelée indifféremment essence de nard, de lavande, ou d’aspic, n’était en réalité que celle obtenue à partir de différentes variétés croissant en abondance (Provence, Italie …). 

 


Le nard celtique, était utilisé à l’époque romaine à cause de son abondance, de son prix, pour de multiples emplois comme parfum léger, astringent, insecticide et médicamenteux. Parfum par excellence, il servait à la préparation des onguents sacrés. 

Le "nard" (la lavande), du syrien naarda et du latin nardus italica. On exportait depuis les côtes de Ligurie et d’Istrie, ainsi que de Provence, le nard celtique, 
Naarda, ancienne ville de la Mésopotamie, sur l'Euphrate, où les Juifs avaient une école célèbre.

 

Lucrèce (98-55 av.J.C.),  poète philosophe latin,  auteur d'un seul ouvrage en six parties, le De rerum natura (De la nature des choses), un long poème passionné qui décrit le monde selon les principes d'Épicure, dans lequel  Il cite " le nard celtique, serait intéressant contre les mauvaises odeurs." 


Les patriciens romains utilisaient l'huile de lavande pour les massages dans les thermes des grandes cités. La lavande s'appelle aussi "lavande aspic". La réputation de défiance est due au fait que dans les régions arides, sèches et rocailleuses, on dit que les vipères aspics aiment se cacher dans les buissons de Grande Lavande (que l'on appelle d'ailleurs Lavande-aspic).


Mais aussi considéré comme aphrodisiaque, il était utilisé par les courtisanes romaines, qui rendaient ainsi leurs corps attrayant et le protégeaient des maladies (fort pouvoir antiseptique). 


On dit aussi que dans la Rome antique, les prostituées s’enduisaient le corps d’une huile parfumée à la lavande pour avertir de leur profession et attirer les clients.

Toujours à Rome, des femmes n’ayant pas le droit de s’enivrer, mais il paraît que, une fois l'homme parti à ses occupations, avec la complicité d'un esclave soudoyé, savaient fort bien trouver la clé du cellier. Elles mâchaient des fleurs de lavande pour masquer leur haleine, et lorsque le mari rentrait, il trouvait simplement son épouse d'excellente humeur ce jour-là".

 

Lawrence Alma Tadema, Une coutume favorite (1909 Tate Gallery, Londres)

 

 

Les romains ont ensuite permis la diffusion de ce savoir en Occident jusqu'au Moyen Âge. 

 


Mithridate VI Eupator, plus connu sous le nom de Mithridate le Grand, (135 ou en 132 av. J.-C.-63 av. J.-C.). D’origine perse, il se présente comme un roi hellénisé.


Personnage complexe, ambitieux, inflexible aussi, amateur d'art, Mithridate est souvent comparé à Hannibal pour sa haine de Rome et sa position de symbole des sentiments anti-romains. 

 

Il utilisait la lavande pour confectionner la "Thériaque", un remède contre les morsures de serpents.


Il est également connu pour être à l'origine du concept de mithridatisation, qui consiste à consommer régulièrement de faibles doses de poison pour y accoutumer l'organisme et y développer une résistance.



 

Strabon (v. 60 av. J.C.-v. 2 ap. J.C.) géographe et historien grec déclare avoir vu en abondance dans les îles d’Hyères (Les Stoechades) la lavande à toupet, lavande stoechas ou nard celtique. 


 

 

 

I° siècle

 

 

Pline l’Ancien (23 apr. J.-C.- 79) écrivain et naturaliste romain mentionne la lavande dans sa monumentale encyclopédie intitulée Histoire naturelle (vers 77).


Il différenciait les lavandes stoechas et vera. Cette dernière utilisée dans des parfums coûteux, valait 75 deniers la livre en 75 après J-C. Néron l’utilisait en philtre antipoison et contre les désordres intérieurs.


 "Histoire Naturelle" de Pline l'Ancien (manuscrit du milieu du XII° siècle, coll. de l'Abbaye de Saint-Vincent du Mans, France).


 

 

Dioscoride ( 40-90), médecin et botaniste grec, signale la présence dans les Alpes de Ligurie, du nard celtique et lui attribue des propriétés laxatives et revigorantes, ainsi que son utilisation dans les boissons de type thé. Il recommande les infusions à la lavande et la range dans son Traité sur la matière médicale, parmi les plantes précieuses. 

 


 

Andromaque (I° siècle) fut un médecin crétois.


Il vint exercer son art à Rome sous le règne de Néron, y obtint un grand succès et devint le médecin de l'empereur.


S'inspirant du contrepoison de Mithridate VI, la thériaque célèbre contrepoison rapporté à Rome par Pompée.


Il adapta la thériaque (d'un mélange de plus de cinquante drogues, plantes dont la lavande et autres ingrédients), et fit sur ce médicament un petit poème qui a été conservé (on le trouve dans les Fragments des poètes grecs de la collection Didot).


La thériaque fut utilisée jusqu'au XIXe siècle dans la pharmacopée.

Thériaque : Illustration du Tacuinum sanitatis.

 

 

Galien (129-v. 201) médecin grec exerça à Pergame et à Rome où il soigna plusieurs empereurs, il a ajouté la lavande aux anciennes listes d’antidotes de poisons et de piqûres.


 

 

 

III° siècle

 

 

On fait référence au nard dans le nouveau testament (363 lors du concile de Laodicée) où dans la maison de Simon le lépreux, Madeleine la pécheresse oignit les pieds du Christ.

 
"le nard n’était pas seulement un parfum très cher mais aussi un onguent précieux qui servait de médicament. Il est intéressant de noter que l’huile essentielle de nard utilisée dans la Bible était peut-être en fait de l’huile essentielle de lavande.

Dans Jean 12:3, la Bible raconte comment le nard était utilisé pour oindre Jésus juste quelques jours avant sa mort et sa résurrection."


 

Ses vertus médicinales sont reconnues et les pharmaciens et les médecins en font grand usage.


Depuis ce temps, la lavande ne cesse d'être citée pour ses propriétés. 


 

 

 

VIII°-IX° siècle


 

Abû Nuwâs (v. 747-v. 815) poète perse de langue arabe du califat abasside. 


Il fut considéré en son temps comme l'un des plus grands poètes de langue arabe, connu surtout pour sa poésie bachique et érotique, 


Poème 11, v. 2-4


..."Dans un jardin qu'avait fait fleurir la pluie du matin

l'abreuvant et lui apportant ses bienfaits.

La terre s'était alors couverte de ses plus belles broderies,

elle avait fait jaillir de son sein l'eau et les pâturages.

Je me levai dès l'aube, alors que les fleurs de camomille

riaient auprès de la lavande"...


 

 

 

X° siècle

 

Deux témoignages du Xe siècle, le premier dû à Al-Mas'ûdî, le second à Ibn al-Nadim, indiquent que Les Mille et Une nuits seraient au départ le résultat de l'adaptation en arabe d'un ouvrage persan intitulé Hézâr afsâna (Mille conte

. Il s'agirait donc d'une transmission livresque. 

 


Contes des Mille et Une Nuits,

Chant de la lavande, Histoire de la Jouvencelle ..

 
..."Et maintenant, ô mes maitres et mes maitresses,  si vous le voulez bien,

je vous dirai le chant de la Lavande. Le voici :

" 0! que je suis heureuse de ne pas être au nombre des fleurs qui ornent les

parterres ! Je ne risque pas de tomber entre des mains viles, et je suis à

l'abri des discours frivoles.

Contre la coutume de mes soeurs les plantes, la nature me fait croitre loin

des ruisseaux ; et je n'aime point les lieux cultivés et les terres civilisées.

Je suis sauvage. Loin de la société, mon séjour est dans les déserts et les

solitudes. Car je n'aime point me mêler à la foule.

Comme personne ne me sème ni ne me cultive, personne n'a à me reprocher

les soins qu'il m'aurait donnés. Libre, je suis libre ! Et les mains de l'esclave

et de l'homme des villes ne m'ont jamais touchée.

Mais si tu viens dans le Najd d'Arabie, tu m'y trouveras : là, loin des

demeures des hommes pâles, les plaines spacieuses fonl mon bonheur, et la

société des gazelles et des abeilles est mon unique plaisir.

Là, l'absinthe amère est ma soeur de solitude. Je suis la bien-aimée des

anachorètes et des contemplatifs. Et j'ai consolé Agar et guéri Ismaêl.

Libre, je suis libre et semblable aux filles de sang noble qu'on n'expose point

en vente dans les marches des villes.

Les libertins ne me recherchent point ; mais celui-là seul m'estime qui,

dormant un dessein inébranlable, se découvre la jambe et s'élance sur le

coursier rapide, un brin de ma tige à sa tempe.

Je voudrais que tu fusses dans le désert de Najd, dont je suis originaire,

lorsque la brise du matin erre auprès de moi dans les vallées.

Mon odeur fraiche et aromatique parfume le Bédouin solitaire, et mon

exhalaison honnête réjouit l'odorat de ceux qui se reposent auprès de moi.

Aussi, lorsque le rude chamelier vient à décrire mes rares qualités aux gens

de la caravane, ne peut-il s'empêcher de parler de moi avec

attendrissement"...


 


 

XI° siècle

 


Après l’An mil, la lavande est mentionnée dans un psaume de l’École de Salerne (vers 1020). 


L’école de médecine de Salerne (ou Schola Medica Salernitana) sur la zone côtière du Mezzogiorno, est non seulement la première école de médecine fondée en Europe au Moyen Âge (vers le IX° siècle), mais encore l'une des plus importantes (apogée au XI° siècle et XII° siècle).


Elle s'illustre par l’étude des sources de la médecine antique, byzantine, et arabe, et par leur divulgation en Occident. 

La "Scuola Medica Salernitana"  miniature du Chanoine d'Avicenne


 

 

 

XII° - XIII° siècle

 

 

Ce n'est qu'au Moyen Age qu'apparaît le terme "lavande" du latin "laver", signifiant laver.


En effet, les lavandières utilisaient ces plantes pour parfumer les toilettes et lutter contre les maladies infectieuses ; le parfum étant associé à l'aspect thérapeutique, on a longtemps cru qu'avec les mauvaises odeurs se propageaient les maladies. 

 

L'Abbesse Sainte Hildegarde (1098-1179) a été la première à différencier clairement la lavande vraie de la lavande aspic sauvage, et recommandait des formules médicamenteuses à base d’aspic contre les maux de tête, la congestion des poumons, pour le lavage des yeux, pour chasser les esprits malins à partir de formules à base d’aspic dans du vin ou du miel. Un sommeil réparateur après une marche, était assuré par un bain avec de la lavande.

 
 

Les moines l'emploient abondamment pour en faire des cataplasmes et des onguents. Ils exploitent ses pouvoirs désinfectants, ses vertus calmantes et cicatrisantes, ses propriétés vermifuges.

le moine moissonneur initiale historiée, Moralia in Job - Citeaux XII° siècle - Dijon

 

 

Massif préalpin, les Baronnies sont une terre de prédilection pour les plantes aromatiques et médicinales. Tilleuls, sapins, chênes verts, oliviers, lavandes et lavandins, mais aussi orchidées, pivoines, euphorbes ou gentianes embaument l’air et colorent les prairies d’altitude.


"Les Baronnies tirent leur nom des Barons de Mévouillon et de Montauban qui du XI au XIIIe siècle avaient acquis une grande indépendance sous la suzeraineté lointaine des empereurs d’Allemagne. Leur territoire peuplé depuis la préhistoire et profondément marqué par l’influence romaine a connu toutes les vicissitudes de l’histoire de France." 

 

Parc naturel régional des Baronnies provençales


 


 

La Guérison du favori piqué par un serpent dans le pavillon royal. 

Livre de la Thériaque de Paris, 

manuscrit arabe du XII° siècle  BNF Ar.2964

La thériaque composée de différent


La thériaque était une ancienne préparation complexe inventée comme médicament contre les morsures de serpents, de chiens et d'autres animaux venimeux. Plus tard elle est devenue un antidote contre tous les poisons connus. Préparation officinale composée de plusieurs substances dont la lavande.

 


 


 

XIV° siècle 



 

En 1371, la culture de la lavande existait en Bourgogne sous forme de "jardins de simples" où l’on cultivait d’autres herbes servant aux apothicaires.


La lavande citée dans le Menagier de Paris (1393) était cultivée dans tous les jardins monastères chrétiens du Moyen-âge. 

Pourtant, aux mêmes époques, les parfums contenant des extraits de lavande n’étaient pas acceptés par l’Église qui condamnait les autorités et les femmes portant de tels produits.

 

 

 

Lors de la grande peste en Provence, au milieu du XIV° siècle, pour échapper à la corruption de l’air, il faut fuir les lieux de forte concentration. Il faut purifier l’air par des fumigations : on brûle des brassées d'herbes aromatiques et odorantes réputées à l’époque (lavande, thym, absinthe, menthe...), on pense alors que son odeur puissante éloigne la maladie en purifiant l'atmosphère - en réalité, elle contribuait à masquer les odeurs, à éloigner les insectes responsables de la transmission de la maladie.


Enluminure flamande, 1352.

 

 


L’huile essentielle de lavande était utilisée par les peintres de la Renaissance, notamment Rubens, pour fixer les couleurs et leur donner de l’éclat.
 

 

Au XIVème siècle, les fleurs d’aspic garnissaient des coussins servant indifféremment aux biens portants et aux malades pour leur plus grand bien.

 


La lavande dans le vin était utilisée à la même époque, dans les maladies d’estomac, du foie, des reins et de l’utérus, ainsi que dans la jaunisse et l’hydropisie.

 

Les jeunes filles trop délurées étaient confiées aux sœurs Ursulines par leurs parents, pour les inciter à la chasteté par un jeûne à base de lavande et de romarin.


 

 

 

Lors de la grande peste au milieu du XIV° siècle, pour échapper à la corruption de l’air, il faut fuir les lieux de forte concentration. Il faut purifier l’air par des fumigations : on brûle des brassées d'herbes aromatiques et odorantes réputées à l’époque (lavande, thym, absinthe, menthe...), on pense alors que son odeur puissante éloigne la maladie en purifiant l'atmosphère.

. En réalité, elle contribuait à masquer les odeurs, à éloigner les insectes responsables de la transmission de la maladie.


 

 

 

XV° siècle

 


La Chine cultive naturellement la lavande dans le bassin supérieur du Fleuve Jaune depuis la fin du XVe siècle.

 


En Occident, on continua pendant un certain temps à utiliser des huiles aromatiques infusées. Mais avec les croisades, les huiles essentielles, ou "parfums d'Arabie" comme on les appelait alors, gagnèrent progressivement toute l'Europe.

Les gommes et résines d'Asie n'étant pas toujours disponibles, on se tourna vers des plantes méditerranéennes, comme le romarin ou la lavande, pour fabriquer des huiles essentielles.

 

Les croisades ont alors facilité les échanges commerciaux d'aromates et la connaissance technique de la distillation.

 

Au XV° siècle, les apothicaires s'appellent les aromatherii, soulignant d'emblée l'importance des plantes aromatiques dans les préparations galéniques de l'époque.

 


 

XVI° siècle

 

 

1503-1508


- Grandes Heures d'Anne de Bretagne, BNF, Ms Latin 9474, 1503-1508, f°23r

Aspic - Species lavandule (Lavandula spica L. = lavande aspic) 

 

 

 

La parfumerie est née à Grasse (Alpes-Maritimes) en même temps que l’industrie des cuirs et de l'huile d’olive entre le XIV° et le XVI° siècles. 

 

En Provence, la pratique de la distillation des lavandes fine et aspic remonte au XVIe siècle dans la montagne de la Lure. Cette distillation se faisait en plein champ, à proximité d’un cours d’eau, grâce à un alambic à feu nu mobile.

 

 

 

La différenciation entre lavande vraie et les autres variétés, se situerait entre 1543 et 1589, bien que jusqu’en 1613 seule l’huile d’aspic soit citée.

L’Oleum lavandulae ne figurera que plus tard avec l’Oleum spica (Pharmacopoeia Augustana).

 

 

On cultive les différentes espèces de lavande en Allemagne et Angleterre.

 

Selon une légende du Diois, ce seraient les protestants de l’endroit, qui chassés par la révocation de l’Edit de Nantes, auraient introduit la culture de la lavande en Angleterre.


 

Toujours au XVIème, Walther Hermann Ryff (1500-1548) chirurgien note que les distillateurs n’attachaient aucune importance à la nature de la lavande utilisée, chaque variété ayant son nom local.


Les espèces spontanées, du genre Lavandula utilisées pendant des siècles pour leurs propriétés (odorante, pharmaceutique, horticole et décorative), sont :


- la lavande fine, Lavandula angustifolia

- l’aspic, Lavandula latifolia

- la lavande maritime, Lavandula stoechas

On utilise aussi bien  le rameau fleuri que l’huile essentielle obtenue par distillation à la vapeur d’eau, à l’esprit de vin ou au vinaigre ou encore les extraits par l’eau (infusions) ou les solvants organiques (concrète, absolue …), huiles, graisses.…

 


 

A partir du XVI° siècle et jusqu'au XIX° siècle, en hiver, des colporteurs (vendeurs itinérants de plantes médicinales) personnages emblématiques  s'approvisionnaient dans la région de la montagne de Lure, et quittaient la Provence en direction de l'Europe du Nord pour en diffuser les produits. 


Ils emportaient ainsi du fil, des menus objets, herbes aromatiques, et des fioles d'huile essentielle de lavande, qu'ils préconisaient dans toutes sortes d'usages : pour la digestion, les maux de tête, les rhumatismes, comme antiseptique et même comme aphrodisiaque - une véritable potion magique, capable de soulager tous les maux !


 

 

 

Au XVII° siècle, 

 


Olivier de Serres, au XVIIème siècle, dans son Théâtre d’Agriculture, conseillait de planter les lavandes en bordures des jardins classiques.

 

 

Longtemps appelée " plante du cerveau ", la lavande est aussi utilisée pour traiter les crises d'hystérie ou d'épilepsie. Et elle sert à guérir les morsures de serpent, les piqûres d'insectes, pour lutter contre les poux.

Les jeunes filles trop délurées étaient confiées aux sœurs Ursulines par leurs parents, pour les inciter à la chasteté par un jeûne à base de lavande et de romarin.

Sainte Angèle Merici par Pietro Calzavacca

 

 

Nicolas Lémery, ou Lemery (1645-1715) chimiste apothicaire français, contemporain du règne du roi Louis XIV, il publia une première édition du Cours de chymie en 1675.


A cette époque,  on trouvait la lavande  sous forme de sirop, élixir, trochisque, lotion, pilule, onguent, baume, embrocation. Actuellement, sous forme d’aérosols ou dans diverses crèmes.


L'Alchimiste de Téniers (1610-1694). Une gravure d'alchimiste semblable, illustre le livre de Lémery

 

 

Elle est très employée à la cour du roi de France pour se débarrasser de la vermine (puces, punaises et mites) et masquer les odeurs parfois désagréables qui gâtent la vie quotidienne.

 

Il est recommandé de se décrasser les cheveux avec des huiles et des pâtes au santal, à la rose, à la lavande, au jasmin.


Très prisée à la cour de Louis XIV, (1638-1715) l'eau de la Reine de Hongrie remaniée par ajout de Lavande, fut notamment le parfum de la Marquise de Sévigné.

Marquise de Sévigné (1626-1696) Claude Lefèbvre (1632-1675) 

 

 

 

XVII° - XVIII° siècle

 


Charles Delorme, premier médecin de Louis XIII, imagine en 1619 un costume protecteur de la tête aux pieds, sur le modèle de l'armure du soldat. 


On raconte que :

"...quatre voleurs sont arrêtés alors qu'ils détroussaient les pestiférés malades ou mourants au cours de l'épidémie de Toulouse en 1628-1631, sans être eux-mêmes contaminés. Afin d'avoir la vie sauve, ils révèlèrent le secret de la composition d'un remède qui leur permettait de se préserver de la contagion. 


La préparation se faisait à partir de lavande, d'absinthe, sauge, menthe, romarin, cannelle, girofle et ail. Malgré la révélation de ce secret les voleurs auraient été brûlés sur le bûcher. 

 

 

Une autre histoire raconte que les voleurs sévissaient à Marseille pendant la grande épidémie de peste de 1720…


Lorsqu’on les attrapa, les brigands ne furent pas immédiatement jetés au bûcher comme le voulait la justice de l’époque. On leur proposa la vie sauve contre leur secret. Ces derniers donnèrent alors une recette de macération de plantes dont la lavande dans du vinaigre. Ils en buvaient et se frictionnaient quotidiennement le corps avec pour stimuler leurs défenses immunitaires.


Par contre, on ne sait pas trop ce qu’il advient des voleurs. Certaines histoires racontent qu’ils ont échappé au bûcher pour la corde..."

 

Le vinaigre antiseptique connut des heures de gloire et ne disparut du Codex qu’en 1884.

Cette recette fut indexée dans le codex de la pharmacopée française en 1748 sous le nom de "Vinaigre anti-septique" (Vinaigre des quatre voleurs) pour en disparaitre en 1884. Néanmoins les pharmacies continuèrent à le commercialiser.

L'accoutrement des médecins avec leur tablier de cuir ou de toile cirée diminue les risques de piqûre des puces. Les parfums utilisés pour désinfecter les habitations à base de soufre et d’arsenic peuvent avoir un impact sur la destruction des puces. 


 

 


XVIII° siècle

 

 

Le Père Polycarpe Poncelet  (1720-1780) de l'ordre des Récollets était un religieux et agronome.


En 1755, il entreprend d’appliquer aux "saveurs" les règles de proportion harmonique des sons. Il développe les bases de la "musique savoureuse" dans son livre,


la "Chimie du goût et de l’odorat"


L'huile essentielle de lavande
"Les vertus de cette huile essentielle sont fort nombreuses : elle est estimée pour les maladies du cerveau, pour les vapeurs hystériques et pour l’épilepsie ; [ ... ] elle fait mourir les vers, mais aussi les vermines et les insectes.
Quatre ou cinq gouttes d'huile essentielle de lavande dans une cuillerée de vin prise à jeun dissipent la migraine et fortifient l'estomac."

 

 

Ce genre botanique a été décrit pour la première fois en 1753 par le naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778).

 

L’odeur champêtre de "lavande" était en grande vogue au XVIIIème siècle, sous diverses formes :


- vinaigre à la lavande distillé,

- onguent,

- pâte à pots pourris,

- poudres,

- savonnettes,

- sachets (Marie Antoinette).


Il est également recommandé de se décrasser les cheveux avec des huiles et des pâtes au santal, à la rose, à la lavande, au jasmin.

 

 

La mode des cuirs parfumés va démultiplier la demande de Lavande et c'est ainsi que naît à Grasse une industrie très importante : 


la corporation des maîtres-parfumeurs qui devient autonome de celle des tanneurs dès 1759 

Maître Jean Chabert - Gantier parfumeur

 

 

1750-1773

Lavande spica latifolia

Herbarium Blackwellianum emendatum et auctum, id est, 

Elisabethae Blackwell collectio stirpium. Norimbergae : 

Typis Io. Iosephi Fleischmanni, ..

biodiversitylibrary.org/page/291846


 

 

 

Jacques Delille, souvent appelé l’abbé Delille (1738-1813 poète et traducteur français.


Les Jardins


..."O Nice ! Heureux séjour, montagnes renommées, 

de lavande, de thym, de citrons parfumées.

Que de fois sous tes plants d’oliviers toujours verts 

dont la pâleur s’unit au sombre azur des mers "...

 

Monique Laville - marché aux fleurs à Nice

 


 

XIX° siècle

 

 

François Pierre Chaumeton (1775-1819)  

médecin et un botaniste français

Edition Paris : Panckoucke, 1817

Planche 216. Lavande - Flore médicale / Vol. IV

 

 

 

Vers 1820

 

Antoine Charles Horace Vernet, dit Carle Vernet (1758-1836), 

artiste peintre de genre, dessinateur et caricaturiste, goguettier et lithographe français.

Marchande lavande

Planche 80 de la suite de cent lithographies intitulée "Les cris de Paris", publiée par Delpech


 


 

1853


Otto Karl Berg (1815-1866) botaniste et un pharmacologiste allemand et Karl Friedrich Schmidt (1811-1890) botaniste prussien 

Lavandula Officinalis Chaix

 

 


Frederick Edward Hulme (1841-1909) enseignant et botaniste amateur, professeur de dessin à main levée et géométrique au King's College de Londres à partir de 1886. 

Son œuvre la plus célèbre était Familiar Wild Flowers, publiée en neuf volumes.

Lavande


 

 


Edward Killingworth Johnson (British, 1825-1896)

Jeune femme cueillant de la lavande

 

 

Camille Pissarro (1830-1903), peintre impressionniste puis néo-impressionniste franco-danois.

Champs de lavande, 1860


 

 

Paul Verlaine (1844-1896) écrivain et poète 

 


La garrigue

 

Puisse ma libre vie être comme une lande

Où sous l’ampleur du ciel ardent d’un soleil roux,

Les fourrés de kermès et les buissons de houx

Croissent dans des senteurs de thym et de lavande

 

Que, garrigue escarpée et sauvage, elle ascende

Dans l’air large et sonore où ronflent des courroux

De Mistral, tourmenteurs fougueux des arbres fous ;

Et dans l’isolement s’allonge toute grande,

 

 

1886


Émile Zola (1840-1902) écrivain et journaliste français, 


L' Oeuvre, 1886


..." ils couchaient au petit bonheur de la route, au fond d'un trou de rocher, sur l'aire pavée, encore brûlante, où la paille du blé battu leur faisait une couche molle, dans quelque cabanon désert, dont ils couvraient le carreau d'un lit de thym et de lavande"... 

Lavande - Annie Riviere 

 

 

Son usage se répand dans toutes les classes sociales au cours du 19° siècle. 


Avec le développement de l’industrie et de la parfumerie, la lavande devient alors l’une des bases de la fabrication des parfums. C’est à cette époque aussi qu’est entreprise en Provence sa culture sur de grandes étendues.


La parfumerie grassoise prend une grande ampleur. C’est alors que, pour répondre à la demande,toute la région se couvre de plantes à parfums. 

A la fin du 19° siècle les voyageurs anglais en Provence (Reine Victoria, Lord Brougham…) initient une mode…la lavande


La reine Victoria visite Chiri's de parfum Factory, Grasse. Alpes-Maritimes, 1891


 


 

Pierre Louys (1879-1925) poète 

 


Psyché

 

..."Psyché, ma sœur, écoute immobile, et frissonne...

Le bonheur vient, nous touche et nous parle à genoux.

Pressons nos mains. Sois grave. Écoute encor... Personne

N'est plus heureux ce soir, n'est plus divin que nous. [...]

 

C'est notre heure éternelle, éternellement grande,

L'heure qui va survivre à l'éphémère amour

Comme un voile embaumé de rose et de lavande

Conserve après cent ans la jeunesse d'un jour"...

 

William Bouguereau Psyche et Amour

 


 

 

 

Stéphane Mallarmé (1842-1898) poète français, également enseignant, traducteur et critique d'art.


 

La marchande d'herbes aromatiques

 

Ta paille azur de lavandes,

Ne crois pas avec ce cil

Osé que tu me la vendes

Comme a l'hypocrite s'il

 

En tapisse la muraille

De lieux les absolus lieux

Pour le ventre qui se raille

Renaître aux sentiments bleus.

 

Mieux entre une envahissante

Chevelure ici mets-la

Que le brin salubre y sente

Zéphirine, Paméla

 

Ou conduise vers l'époux

Les prémices de tes poux.

 

 

 

Alphonse Daudet (1840-1897) écrivain et auteur dramatique français.

Lettres de mon moulin. 


..."Ce joli bois de pins tout étincelant de lumière dégringole devant moi jusqu'en bas de la côte. À l'horizon, les Alpilles découpant leurs arêtes fines

... Pas de bruit, à peine de loin en loin le son d'un fifre, un coulis dans les lavandes, un grelot de muse sur la route. Tout ce beau paysage provençal ne vit que par la lumière"...

mmlc13

 


 

Vincent Van Gogh (1853-1890) peintre et dessinateur néerlandais.

Les Saintes Maries de la Mer

champ de lavande


 


 

Frédéric Mistral (1830-1914) écrivain et lexicographe français de langue provençale, 


Poème du Rhône,

 

..."Au crépuscule enfin, nous atteignîmes Saint-Léger, pauvre petit village qui est au pied du Ventoux, habité par des charbonniers, tout jonché de
lavande en guise de literie. Le vent léger apportait des montagnes la
senteur de la lavande et des myrtes qui dans les combes masquées étaient
fleuries."...


 


 

Joseph Autran (1813-1877) poète

Recueil : Le Poème des beaux jours (1862).


 

Hospitalité


..."Plus haut, par les tapis de sauge et de lavande,

A travers les parfums qu'on soulève en marchant,

Irons-nous contempler la gloire du couchant ?"...


 


 

André Lemoyne (1822-1907) poète et romancier français.

 

Le chemin des pleurs

À Madame Cousinery.


..."Et de pleurs et de sang Jésus-Christ aveuglé

Tombait... lorsque, d'après une antique légende,

Une femme arracha son fin voile épingle,

Un voile de lin pur embaumé de lavande"...
 

Charles Le Brun Marie et Jésus


 

 

 

Albert Mérat (1840-1909) poète

Recueil : Les souvenirs (1872).


La lande

 

..."La ligne impérieuse et fauve de la lande

Change d'aspect, et forme au-dessus du flot clair

Un golfe harmonieux de verdure. Dans l'air

Court un parfum mêlé d'algues et de lavande"...


 

 

 

Louis-Xavier de Ricard (1843-1911) poète

 

La Garrigue

 

Puisse ma libre vie être comme la lande

Où sous l'ampleur du ciel ardent d'un soleil roux,

Les fourrés de kermès et les buissons de houx

Croissent en des senteurs de thym et de lavande.

 

Marie-Paule Albanese garrigue

 

 


 

Henry Bataille (1872-1922) poète


Les doux mots ...

..."Marthe, c'est, au réveil, le pas

Des mères dans la chambre blanche,

C'est comme une main qui se pose,

Et l'armoire sent la lavande"...


 

 

 

Cécile Sauvage (1883-1927) "poétesse de la maternité", femme de lettres française

La maison sur la montagne

 

Tandis que la terre tourne

 

..."C’est le temps où la feuille aux ramures déborde,

La montagne nourrit des herbes de senteur,

Notre chèvre s’ennuie et tire sur sa corde

Pour atteindre aux lavandes fines des hauteurs"...

 

 

 

1908

 

Illustration distillation-

fin19° Castellane (sce-PM-1908)

 

 

 

En 1918,

René-Maurice Gattefossé (1881-1950) chimiste et parfumeur, se brûle la main lors d'une explosion dans son laboratoire. Par réflexe, il plonge sa main dans un récipient rempli d'huile essentielle de lavande vraie. Le soulagement est immédiat, la guérison de la plaie et sa cicatrisation d'une rapidité déconcertante. Ce résultat surprenant l'incite à se consacrer à l'étude des propriétés antibactériennes des huiles essentielles. 


Il crée en 1928 le mot "aromathérapie" et publie en 1931 un ouvrage du même nom dans lequel il décrit la relation entre la structure biochimique de l'huile essentielle et son activité.


 

 

 

XX° siècle

 

1920


Glossaire Datînois par le Comte de Landberg
(Carlo Landberg 1848-1924)

 

En 1912 un savant espagnol trouva des pipes dans les provinces d'Alicante, de Valencia et de Sévilla. On peut les voir à présent dans les Musées d'Espagne, et le musée de Madrid en possède deux. On a même trouvé des pipes provenant de peuples d'une culture plus basse.

Une pierre tombale dans l'église de Hubeville, du onzième siècle, et une statue à Cormumare en Irlande représentent deux hommes de l'époque carolingienne avec de courtes pipes à la bouche.


On ne sait pas au juste ce qu'on fumait, mais des indices donnent à supposer que c'était la lavande

 

 


1926

Paul Éluard (1895-1952) poète français.

Capitale de la douleur 


..."Tout au sérieux, celui qui ne paie pas les dégâts Jongle avec ton trousseau, reine des lavandes"...

 

 

1936

Georges Bernanos (1888-1948) écrivain français

Journal d'un curé de campagne

..." J'ai glissé cette lettre dans mon imitation, un vieux livre qui appartenait à maman, et qui sent encore la lavande, la lavande qu'elle mettait en sachet dans son linge, à l'ancienne mode"....

 

 

Jean Giono (1895-1970) écrivain français.

Provence,

Gallimard, collection Folio. 

 

..."La lavande est l'âme de la Haute-Provence. Qu'on l'aborde par la Drôme, par le Dauphiné ou par le Var, cette terre offre ses étendues désertes, couvertes de violet et de parfums.


Dans les solitudes de la montagne de Lure, la lavande sauvage s'étale à perte de vue ... À l'époque de la récolte, les soirs s'embaument ...

 

Les couleurs du couchant sont des litières de fleurs coupées. Les alambics rudimentaires installés près des citernes soufflent des flammes rouges dans la nuit. Leurs fumées à odeur de caramel teintée par le vent vont enchanter le sommeil des solitaires dans le désert.

 

Quand on a vécu ces nuits et ces jours, on est enchaîné à l'esprit de ce parfum. Il suffit ensuite d'un bouquet de lavande pour qu'il vous soit parlé - et en langage d'une étrange densité - de ces libertés essentielles qui sont le charme de ces hautes terres.

 

Fussiez-vous alors dans de lointaines Amériques, en Chine ou au Béloutchistan, perdus dans des livres austères ou naufragés dans des drames
personnels, sociaux ou cosmiques, c'est la liberté, c'est la fraîcheur, le calme et la grandeur de la Haute-Provence qui vous visitent, vous tirent brutalement vers elles et vous animent.


Pour qui est de ce pays - ou qui l'habite, non comme un touriste mais comme un homme, c'est-à-dire en y faisant particulièrement son esprit et son cœur -, c'est la plus grande ressource possible. Que tant de force soit dans un parfum ne peut paraître exagéré qu'à ceux qui n'ont jamais eu à se réconforter l'âme en touchant l'âme d'une patrie.


Christian Jequel(1935) sur le chemin aux lavandes

 

 

 

Oswald Poreau (1877-1955) - peintre

Lavande et citrons -


 


 

1941
Marcel Fouquier (1866-1961) Homme de lettres. - Figure parisienne et internationale


Jours heureux d'autrefois à travers l'Europe 


..."C'est dans les jardins d'Andalousie que ce goût de l'isolement se montre au grand jour.

C'est d'ailleurs le roi Abderame Ier, calife omniade, qui fit transporter ces plantes en Andalousie, et les cacha au milieu des patios.


Le Generalife représente donc exactement la maison de campagne du roi de Grenade, Zoraya, traversée dans toute sa longueur par un  étroit canal de marbre et bordé de nombreux jets d'eaux. Des plates-bandes d'oeilllets, de roses, de jasmins, de lilas, de lavande imprègnent l'air d'un parfum pénétrant.


Un poète arabe fit graver sur les murs du belvédère de l'alhambra ces mots :
-Je ressemble à un océan de plaisirs et de beauté. Mon jardin est sans rival dans le monde. Il est pareil à une belle fiancée que tous désirent.-"...

Les jardins de l'alhambra à Grenade


 


 

Robert  Bontoux. 


Groupe familial, producteur d’huiles essentielles depuis 1898 en Haute Provence, aujourd’hui fournisseur d’ingrédients aromatiques naturels et d’huiles essentielles, reconnu à l’international.


L’histoire de Bontoux a démarré en 1898 avec la distillation des huiles essentielles à Saint-Auban sur l’Ouvèze en Drôme Provençale.


..."Je me rappelle que, vers 1943, j'allais couper à la montagne ; il y avait de la lavande partout. Nous n'avions encore que très peu de champs cultivés ; d'ailleurs, c'était uniquement du lavandin et nous ne les coupions pas nous-mêmes ... Nous les donnions à couper "à prix fait" à d'autres fermiers.

Dans les terrains très en pente, il était impossible de se servir de la charrette. Nous utilisions alors une sorte de traîneau en bois avec des patins renforcés de fer. Nous y attelions le mulet.


Pour freiner la descente, on coupait un pin que nous attachions derrière le traîneau et sur lequel nous montions pour ralentir le convoi.


Quand mon père a planté les premiers lavandins, il a labouré avec un âne et un cheval attelés ensemble : attelage disparate mais efficace.

Sylvie Marcel


 


 

Cicely Mary Barker (1895-1973), illustratrice britannique connue pour ses illustrations de fées et de fleurs. 

 

 

La fée des fleurs de lavande

 


"Lavender's blue, diddle diddle" —

Ainsi va la chanson ;

 

Tout autour de son buisson,

"diddle diddle", 

Les papillons se pressent ;

Elle l'aime bien,

"diddle diddle",

ainsi que les abeilles ;

Pendant qu'elle-même,

"diddle diddle", 

se balance dans la brise !

 

Bleu lavande,

"diddle diddle",

vert lavande ;

Elle parfumera les vêtements,

"diddle diddle",

rangé et propre 

nettoyé et lavé,

"diddle diddle",

mouchoir et drap ;

Pointes de lavande,

"diddle diddle", 

rendez les tout doux !


 


 

Robert Desnos (1900-1945), poète surréaliste et résistant français

Chantefables et chantefleurs, 

 


La Lavande

 

Lavandière, lavandière !

As-tu vu le poisson bleu

Qui nageait dans la rivière ?

Il t'apportait la lavande,

La lavande en bouquets bleus

Poisson bleu, fleurs de lavande.


 


 

La culture de la lavande s'est étendue au cours du XXe siècle à des régions présentant des caractères proches de la Provence, comme le Quercy dont le sous-sol calcaire, les étés secs conviennent bien à cette plante. Elle apparut également sur les derniers versants du sud-ouest du Massif central avant 1936 à Roquecor en Tarn-et-Garonne.

 

Après la Seconde Guerre mondiale, cette région a assuré jusqu'à un dixième de la production française. Celle-ci atteignit son apogée dans les années 1950 et 1960, et seuls quelques cultivateurs perpétuent encore cette tradition.

 

L'essor de la production française d'huile essentielle de lavande est lié à l'implantation de parfumeries dans la région de Grasse. La mise en culture organisée systématique du lavandin, dans les années 1950, prit ensuite le relais.

 


La lavande est devenue une source de richesse pour des régions autrefois en déclin économique : le Vaucluse, la Drôme, les Hautes-Alpes, les Alpes de Haute Provence.
 

 


 

1942

Louis Aragon (1897-1982) poète

Recueil : Les Yeux d'Elsa (1942).

 

 

Les yeux d'Elsa

 


..."Quand tu fais les grands yeux je ne sais si tu mens

On dirait que l'averse ouvre des fleurs sauvages

 

Cachent-ils des éclairs dans cette lavande où

Des insectes défont leurs amours violentes

Je suis pris au filet des étoiles filantes

Comme un marin qui meurt en mer en plein mois d'août"...


 

 

Henri Bosco (1888-1976) romancier français.

1945

Mas Théotime

..."Le peu de linge que l'on a trouvé a été mis en place, propre, plié, raccommodé, bourré de fleurs de lavande"...

..."La source débite peu d'eau, mais elle est extrêmement pure et toute parfumée de lavandin". 
 


 

1946


Marcel Lobet (1907-1992) journaliste et un écrivain belge de langue française.


La poésie et l'amour


..."Salut, ô lavande ! Que mon bien-aimé, sur ma bouche, soit comme un aigle aux ailes rompues ! "...
 

 

1949

 

Jean-Paul Sartre (1905-1980)  écrivain et philosophe français,

La mort dans l'âme, 1949

..."Moi, dit Jurassien, tout ce que je demande, c'est d'être chez moi pour la cueillette de la lavande "...
 


 

1950

 
Henri Bosco (1888-1976) romancier français.


Un rameau de la nuit, 

..."Tout ce qu’un chemin creux, sec, odorant, bordé de noisetiers en fleurs, doit, en avril, à une bonne brise, je le sais ; et je sais aussi ce que gagne à passer sur un grand coteau chargé de thym et de lavande, le vent d’Est, le matin, quand il souffle très doucement et que la rosée humecte les pierres"...


 

 

 

Années 1950/60

Tableau provençal 

Femme à la cueillette de la lavande


 

 

 

1954

 

Vincent Rallo (1954)

Le village de Sault Provence


 

 

 

Christian Alinat (1956) - poète


 

Enchantement celtique

 

..."Brise du soir dans un doux parfum de lavande,

J'aime tes senteurs qui purifient l’atmosphère.

Marchant tout doucement sur des routes de terre,

Je suis sur la trace des chemins de légendes"...


 


 

1957


Gaston Louis Pierre Bachelard (1884-1962) philosophe français des sciences, de la poésie, de l'éducation et du temps. 


La poétique de l'espace


..."Avec la lavande entre aussi dans l'armoire l'histoire des saisons. À elle seule la lavande met une durée bergsonienne dans la hiérarchie des draps. Ne faut-il pas attendre avant de s'en servir qu'ils soient, comme on dirait chez nous, assez «lavandés» ? "...


 

 

1970


Marie-Claude Palys - Lavande

 


Lavande

 

Beaux Epis de fleurs mirage bleu ;

Arbrisseau aérien et harmonieux, 

Lavande et lavandin odoriférants, 

Vous offrez votre  parfum enivrant.

 


Les brins bleu-violet dansent,

En sarabande sur les versants ;

 Sous le Mistral battent la cadence,

Teintant les collines et les champs.

 


Chevauchant la fleur sans pareil,

Entrainées dans un joli ballet,

Aspirant le pur nectar, abeilles 

et bourdons se régalaient.
 

 

​​​​​​Lavande et lavandin distillent

Leurs huiles et infusions parfumées

Leurs arômes odorants diffusent

De douces notes ensoleillées.

 


 

 

 

Louis Fontas (1920-2011), licencié en droit, il est ancien élève des T.P.E. (Paris), 

 

Lavande ou Lavandin


Arbrisseau délicat, or bleu d'un clair vallon,

Colorant les coteaux en moyenne montagne,

Il plaît aux randonneurs sillonnant la campagne,

Enivrés des senteurs portées par l'aquilon.

 

La romaine Lavande imprégnait l'eau des bains,

Ainsi que le peignoir vêtu par le baigneur.

Puis, l'or bleu Provençal se montra grand seigneur,

En offrant ses bienfaits aux doctes carabins.

 

Le Lavandin nouveau, la Lavande des Alpes

Expriment leurs couleurs en formant un épi,

Variant du violet au doux mauve pâli,

Fauchés de pieds touffus que l'ensileuse scalpe !

 

En final distillés par procédés divers,

Ces épis aux humeurs très providentielles,

Excellent dans le don d'huiles essentielles,

Utiles pour des soins, des parfums, des desserts !

 

Lavande ou Lavandin, leur charme est sans pareil.

En eux vit un symbole évoquant la tendresse,

Et si vos coeurs blessés recherchent leur adresse,

Ils la retrouveront où règne un chaud Soleil !


 

 

 

Pierre Magnan (1922-2012) écrivain français. Indéfectiblement attaché à cette partie de la Provence qui a aussi inspiré son maître et ami Jean Giono, il y a situé toute son œuvre. 


Le mystère de Séraphin Monge,


Éditions Denoël - 1990. 

 

..."Il y avait des odeurs d'herbe et la seule touffe de lavande qui prospérait dans une faille du rocher ne cessait pas, par ses effluves, de prévenir les deux hommes de son heureuse présence.


Ismaïl se dit que le parfum de cette lavande, si insolite en pleine nuit, il le
conserverait pour toujours dans sa mémoire, s'il vivait. Laviolette n'avait pour lui tenir compagnie que des pensées aussi amères que les tiges de lavande qu'il mâchonnait pour tromper son envie de fumer"...


 

 

1991. 


Patrick Süskind (1949) écrivain et scénariste allemand. 

Le parfum (traduction Bernard Lortholary),

Éditions Fayard. - 

..."Et il racontait toujours et encore ses distillations en rase campagne, la nuit au clair de lune, accompagnées de vin et du chant des cigales et parfois d'une huile de lavande qu'il avait fabriquée là et qui était si fine et si forte qu'on lui en avait donné son poids d'argent"...


 

 

1992


    Yves Paccalet, dans son magnifique "Journal de nature" intitulé L'Odeur du soleil dans l'herbe (Éditions Robert Laffont S. A., 1992) évoque la Lavande stéchade :

"...15 septembre
(Mont Leuze)

        Les épis de la lavande stéchade  sont des temples antiques aux piliers violet pâle, où viennent danser des prêtres-bourdons fauve et or.
        Juste au-dessus, dans l'air, un anax empereur à l'abdomen en bâton d'azur cogne et recogne d'invisibles murailles"...


 


 

1993 


Lavande brin de Provence

De Elisabeth Cossalter


Illustrations de Jean-Marc Blache


..."Un hommage à la Provence à travers sa plus fidèle compagne, la lavande. De ses origines étymologiques à son dépérissement, la petite fleur mauve nous livre bien des secrets"... 


 


 

Sandrine Moirenc et Régis Ferré, 

La lavande,

Éditions Équinoxe, -1998

..."Au pays de Valensole, dans les Alpes de Haute-Provence, les lavandes sont reines. Ellesdominent la nature et les hommes sont leurs grands serviteurs. Toute la vie s'organise autour des jolies plantes aromatiques. C'est pour cela que l'on distingue dans le pays deux saisons seulement : la saison bleue et la saison grise.


La saison bleue est le retour de la lumière. Les doux rayons du soleil réveillent la lavande et lui fournissent avec la terre de quoi grandir, fleurir et embaumer Valensole.


La saison grise est la mise en repos. Les lavandes sont coupées. Il ne reste que le bois et les feuilles grises. On dirait que les champs ont enfilé leur long manteau d'hiver gris-velours.


La vie se ralentit avec ses couleurs, ses senteurs et ses bruits."...


 

 

 

XXI° siècle

 

2000


Pierre Magnan (1922-2012) écrivain français. Indéfectiblement attaché à cette partie de la Provence qui a aussi inspiré son maître et ami Jean Giono, il y a situé toute son œuvre. 


Le Parme convient à Laviolette,

Éditions Denoël - 2000.

"...Quand on baigne parmi ces lavandes bleues, tant prisées des touristes, avec la seule compagnie (de là le transistor) des myriades d'abeilles qui puisent le nectar des fleurs sur des centaines d'hectares, quand on est au départ de sillons qui ont trois cents mètres de long et qu'on est là, le cul sur le tracteur qui vous fait tressauter les vertèbres, la tête à moitié déboutée pour faire tirer droit et que le soleil et la lune sont en même temps dans le ciel de juillet et qu'il n'y a pas un arbre à l'horizon, sauf un amandier sec atteint d'héliotropie jusqu'à en être mort étranglé, quand on est là tout seul, par un beau jour, à sentir le poids du monde - et un dimanche encore ! - sur ses faibles épaules, on se trouve tout drôle et ne pas parler devient une maladie. ( ... )


Les fleurs sont béantes, pâmées à force de vide, désirant l'abeille par amour et pour se perpétuer. Sur tout le plateau de Puimoisson et celui de Valensole, l'abeille est seule maîtresse du monde, ayant ce privilège d'être dédaignée par les prédateurs, parce que, insecte parfait, elle n'est pas comestible. Invisible au ras du sol, elle pompe les godets mauves de la sauge officinale, ou les amphores d'une fleur de lavande. Mais qui, à part les abeilles, s'est jamais penché sur les cinquante amphores d'une fleur de lavande ? ( ... ) 


Les lames de la faucheuse sous le ventre du tracteur coupent la lavande au ras des tiges et rendent proprement dans les ornes des bouquets égaux. Le bruit qui accompagne ce travail imite la mastication paisible d'une mante religieuse décortiquant son repas d'insecte ... Sous la haute charpente du véhicule, on voit se dérouler un ruban bleu continu où parfois quelque abeille broyée étend pour la dernière fois ses ailes d'or..."


 

 

 

2000

Maryse Batut

Un parfum de lavande

..."Dans les années vingt, après la mort de sa mère, Laure est arrachée à son causse Méjean natal pour être confiée à sa tante, près d'Uzès, en Provence.


Bien vite, elle se sentira chez elle dans le mas de Léonie, entre les animaux de la ferme, les récoltes d'abricots et sa passion naissante pour les abeilles. Et puis il y a joseph, le compagnon de jeux qui deviendra l'amour de sa vie. Mais bien des orages les attendent. Tandis que la guerre et l'Occupation s'appesantissent sur la France, Laure doit affronter une cruelle tragédie familiale, avant d'être contrainte à un nouvel exil.


Sur le mont Ventoux, où l'on cultive la lavande, elle aura cependant l'énergie de rebâtir une vie nouvelle. Elle-même cévenole, amoureuse du pays provençal, Maryse Batut signe ici le portrait sensible et juste d'une de ces existences que l'on dit " ordinaires ", comme si elles n'avaient pas leur lot de bonheurs et de malheurs, de luttes et de joies, de chagrins et d'espérance"...


 

 

 

2000

André de Réparaz,

Géographe. - Professeur émérite à l'Université de Provence, Aix-en-Provence (en 2004). 

Editions les Alpes de Lumière

Les campagnes de l'ancienne Haute-Provence vues par les géographes du passé : 1880-1950

...L'industrie lavandière ne s'est guère conservée qu'au contact des plateaux vauclusiens, dont l'exemple a été salutaire. Là, déjà à Saumane, mais surtout à la Roche Giron et Montsalier, on continue à exploiter les baïassières des hauts, en y lançant des hordes de ramasseurs, parfois italiens ; on récolte également les étendues plantées : (…)


 

 

 

2000

Maxence Fermine

Éditeur : Albin Michel 

"L'apiculteur", 

Un rêve de miel de lavande

..."Le voici, Aurélien Rochefer, vingt ans en 1885, à la tête d'un projet qui ne ressemble à rien là où il se trouve, puisqu'il serait le seul apiculteur de Langlade. Mais, être à l'origine d'un merveilleux miel de lavande, quel rêve ! Encore le rêve est-il moins celui du produit que celui des animaux qui le produisent... au risque, pour l'apiculteur débutant, d'accidents pouvant être mortels.

Depuis qu'une abeille a déposé sur sa ligne de vie une fine trace de pollen doré, ce jeune provençal de la fin du XIXe siècle ne rêve plus que de l'or - un or symbolique, poétique, qui représente bien plus que le métal précieux. Son rêve le décidera à se détourner des champs de lavande familiaux pour installer des ruches et fabriquer le miel le plus suave. Puis, après l'anéantissement de son travail par un violent orage, à partir pour l'Abyssinie, où l'attend une femme à la peau d'or, qu'il a vue en rêve...
On croise Van Gogh et Rimbaud dans ces pages lumineuses, où le songe doré d'Aurélien lui vaudra de connaître bien des aléas, avant qu'il ne découvre l'or véritable de la vie"...


 

 

2000

Robert Veyan


"Lavandes Lavandins Parfum d'histoire" 


..."Les lavandes et les lavandins ondulent au vent, pareils à une mer houleuse où chaque minuscule fleur délivre une infime partie de son trésor olfactif.

Ils se laissent bercer amoureusement et s'offrent naturellement aux abeilles qui les butinent, emportant dans leurs pattes le nectar de la vie"...


 


 

Georges Navet, maître de conférences

Cueilleurs de lavande

Ce n'est pas beau, un coupeur de lavande. Ça sue, c’est mal rasé. Ça porte
sur le dos un ballot qui le fait ressembler à un escargot et avec deux pattes
arrière et deux pattes avant, dont une avec sa faucille de sauterelle, tond
toutes les fleurs en avant. Tout homme courbé, chargé, c'est un insecte.


C’est un travail dur où l'on se sent libre et joyeux même si on se lève avec
les étoiles du matin et on voit celles du soir si on travaille jusqu'à la nuit. Sur ces montagnes des Basses-Alpes, du Vaucluse, les étoiles sont plus belles que partout ailleurs.

Christian Jequel (1935) cueillette de la  lavande


 

 

 

Relié – 19 février 2003


Mélanges d'Histoire de la Mèdecine Hébraique : 

Etudes Choisies de la Revue d'Histoire de la Medecine Hébraique 
1948-1985 

Sous la direction de
de Gad Freudenthal  et  Samuel S. Kottek


..." Certaines plantes recommandées dans cette oeuvre étaient déjà cependant citées dans la Bible pour leurs vertus médicinales ; ce sont :
(...)le laurier prescrit précisément contre les morsures de serpent, la lavande, la menthe (Matthieu, XIII, 31-32), la coriandre et les figues (Isa. XXXVIII, 21), etc... 

Il faut également dire un mot d'un traaaité de médecine talmudique du VII° siècle dont l'auteur est Assaph ha-Iehoudi et qui a été étudié en détail par le docteur Simon.

En effet on trouve mentionnés par Assaph certains remèdes contreles morsures ou piqûres d'animaux venimeux qui sont repris par Maïmonide : le soufre en potion, l'agaricum et la thérique (Simon op. cit. p. 75)

Maïmonide ayant étudié dans l'Espagne musulmane, exerçant la médecine en Egypte(...) on y trouve de nombreux emprunts à la médecine et à la pharmacopée islamique.

Parmi les plantes mentiopnnées dans le Traité des poisons, beaucoup étaient déjà connues en ce qui concerne leurs vertus médicinales (...)
Médecin Alhervi X° siècle : balotte, pyrètre, cumin, fenouil, galbanum, gentiane, gingembre, lavande ..."


Enluminure Maimonides par Ferrer Bassa en 1348 à Barcelona


 


 

Sheri Dinardi peintre américaine

couronne de lavande dans les cheveux


 


 

Sheri Dinardi peintre américaine

Rêves de lavande

 

 

 

2006

Philippe Bernard (Auteur)
Le Fabuleux Voyage d'Arthur Rimbaud 

..."Des bleuets tapissaient des dunes de petites vagues encerclées. La lavande parfumait jusqu’aux étoiles l’eau qui l’imprégnait sur ses profondeurs naturelles"... 
 

 

 

2006

Alexandra Belinda écrivain australien

Virginie Buhl (Traducteur)

Un doux parfum de lavande

..."Des cabarets interlopes de Marseille au Paris scintillant de l'entre-deux-guerres, de l'insouciance des années folles aux prémices de l'Occupation, l'irrésistible ascension d'une orpheline destinée à devenir une star. Un superbe roman, plein de souffle, d'ampleur et de glamour. A la mort de son père, Suzanne Fleurier, quatorze printemps, est forcée de quitter ses champs de lavande pour trouver du travail à Marseille"...


 

 

2009

Franck Dubus -

Editeur Utovie Collection L'Essentiel : l'encyclopédie

 La lavande - Fleur de reine.

..."Si une plante peut couvrir les besoins d'une famille pour faire face aux petits maux du quotidien, c'est bien la lavande. En huile essentielle comme en infusion ou en hydrolat, elle répond à tous nos besoins immédiats : soins de la peau, douleurs musculaires ou articulaires, troubles du sommeil, difficultés digestives, problèmes respiratoires ou cardiaques, parasites (souveraine contre les poux)... Autant pour les adultes que pour les enfants. Elle rend aussi service dans notre environnement immédiat en assainissant l'atmosphère, en éloignant les insectes indésirables... Jusque dans la cuisine où elle apporte toutes les subtilités de son parfum ! Bref : la première plante à avoir à la maison"...


 

 

2012

Ted Andrews

Le monde enchanteur des fées 

Janine Renaud (Traducteur), Nyease Somersett (Illustrateur)

Retrouvez la magie d'un monde merveilleux où les arbres parlent et les fleurs racontent des histoires. Explorez le monde féerique - un lieu où les contes de fées se réalisent.

Les fées de la lavande, nous ouvrent les yeux, aux esprits de la nature, car, des lieux, où pousse la lavande, émanent une animation magique, de nature féerique, écrit, Ted Andrews, dans son ouvrage intitulé, "Le monde enchanteur des fées"


En tant qu’herbe, la lavande possède plusieurs vertus médicinales, voir magiques. La période idéale pour communiquer avec la magie de ces fées, est au cours de ces mois d’été. La lavande est une des plantes les plus insolites et les plus envoûtantes de notre flore. On trouve la majorité des cultures de lavande, dans le sud, notamment, en Provence, alors, y aurait-il une raison énergétique ou magique, pour que tant de poètes, tant d’artistes et tant de thérapeutes, viennent s’installer dans cette région magique ?


 

 

 

2013

Eric Pier Sperandio, 

Éditions Québec-Livres, 2013,


auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations présente ainsi la Lavande (Lavendula officinale) : 

        "Il s'agit d'une plante vivace dont les fleurs sont de couleur lavande, bien entendu. On la cultive principalement pour en extraire l'huile essentielle, utilisée en parfumerie.


 

 

 

2013

Noémie Vialard

Rustica éditions  Les bonnes plantes de nos grands-mères  

Remèdes et recettes à la lavande

..."Symbole de la Provence, la lavande séduit autant par son parfum puissant et son pouvoir calmant que par sa beauté ornementale. 
Voici plus de 50 remèdes et recettes à base de lavande : alcool à la lavande, masque désincrustant à la lavande, sels de bain à la lavande, mousse de fleurs de lavande, thé à la rose et à la lavande, pêches rôties à la lavande...

Au sommaire : une présentation des espèces et des variétés de lavandes, 28 remèdes de santé-beauté, 23 recettes de cuisine, 4 utilisations pour la déco, des conseils parfum/jardin, et des adresses de pépiniéristes à visiter"...


 

 

Olivier Cahuzac - poète

 


Jalousie.

 

...Pourquoi pas moi ? Lui peut t'avoir,

Je me suis baigné au lavoir,

Je sens la rose et la lavande,

Il sent le vieux bouc de la lande"...


 

 

Elina Kondratyuk peintre Ukrainienne

Fille dans un  champ de lavande


 

 

Timothy Han Edition Perfumpes,

Lavande

Une marque qui gagne peu à peu en popularité. Sa spécificité à elle ? Les références littéraires.

Dans une boîte de la taille moyenne d'un roman, on peut découvrir un flacon de parfum, accompagné d'une carte postale et d'un graphisme (plusieurs déclinaisons sont proposées), le tout spécifiquement conçu en écho à une œuvre.


Comme pour  : On the Road 
lancé en 2015. Le nez derrière ce parfum est Timothy Han
parfum Ambre boisé pour homme et femme. 

 "Sur la route" de Jack Kerouak (1957)", où se mêlent lavande, bergamote, fèves de tonka et vanille, le tout réveillé d'huile de cade, une matière première qui suggère l'odeur du bitume omniprésente dans le road-trip de l'auteur.


 

 

 

2015

Affiche foire à la lavande

Digne les Bains

 


 

2015


Elena Chumak

Lavande et oiseau


 

 

 

2017

Robert Gaymard écrivain français

La colline aux lavandes 

..."Un drame terrible a contraint Jacky a partir du pays qui l’a vu grandir. Son rêve … y revenir et obtenir le pardon de sa famille, des lavandiculteurs dont la vie va être bouleversée par unterrible deuil"...

Ce livre attachant retrace également l’évolution des techniques de culture de la lavande entre les années 50 et 80 sur le plateau de Valensole ou l’auteur a passé son enfance.


 

 

Vette de Fonclare - professeur de Lettres et poète

 

La lavande 


La lavande n’est pas encor tout à fait mûre

Et une brume bleue flotte sur les champs gris :

Joli voile de fleurs pas tout à fait finies,

Dont seule la couleur vient poser son azur

 

Sur les mornes talus qui strient le plateau.

On dirait que ce bleu est l’âme des lavandes,

Vibrant sous le soleil et animant la lande

D’un délicat frisson qui tremblote au tempo

 

De la lumière drue attendue si longtemps.

On est le vingt-cinq juin : l’été s’est fourvoyé

Et les fleurettes bleues encor tout étriquées

Font de si grands efforts pour rattraper le temps

 

Qu’elles semblent fleurir à vue d’oeil. Le soleil

Les gave de chaleur, les baignant de lumière

Pour les aider à croître. Il fait très chaud et l’air

Commence à sentir bon sous son aura vermeille.


Christian Jequel(1935) la chapelle aux lavandes

 


 

2017

 

Jean-Marc Janiaczyk

Champs de lavande en Provence
Huile sur toile peinte au couteau.  


 

 

Valerie Metsenatova

sérénité du matin - la lavande

 

 

 

Ivailo Nikolov - artiste peintre

paysage champ de lavande au coucher du soleil


 

 

 

Louise Marion artiste peintre

Coup de coeur de Provence 


 

 

 

Claude86

Jeune fille à la lavande

 

 

2019

 

Chinou GL, artiste peintre 

Coupeur de Lavande 

Huile sur toile

Exposée à La Maison Sennelier 

 

 

 

Christian Jequel (1935)

Cueillette de la  lavande

 

 

 

 

2020

Par Marcel Grelet 

Éditeur CITY Collection : Terre d'histoires

La terre des lavandes

..."L'essentiel restait sa vengeance, ce plat aigre qu'elle mijotait depuis le matin, elle saurait le servir au moment opportun... "


En 1948, Magda rêve d'une vie meilleure. Cette jeune Espagnole décide de fuir l'Espagne pour échapper au chômage et au régime autoritaire de Franco. À ses yeux, la France est une terre de cocagne et, en s'installant dans un petit village provençal, elle espère se faire engager comme coupeuse de lavande.Mais dans ce paysage idyllique, entre blés dorés et champs bleus de lavande, les mentalités sont étroites. Les paysans voient d'un mauvais oeil cette belle jeune femme qui menace leurs intérêts. Même la passion naissante entre Magda et André, l'érudit fils de paysan de la région, est violemment contrariée par les parents du jeune homme : la jeune Espagnole, sans argent et sans dot, n'a rien de bien concret à offrir.Face aux douloureux préjugés et rongée par un désir de vengeance, Madga va devoir faire des choix. Au risque de mettre en marche l'effrayante mécanique d'un drame"...


 

 

 

2021


Rachel Frély de la Roque


Directrice de la rédaction du magazine "Plantes et Nature".

Les secrets de la lavande

..."Pour apaiser, soigner, parfumer, assainir... Si vous faisiez confiance à la lavande ?

Redécouvrez les nombreuses vertus de ce produit 100 % naturel ! Oubliez les allergènes, tensioactifs et autres perturbateurs endocriniens des produits que vous utilisez chaque jour.
Soins beauté et santé, entretien du linge et de la maison, cuisine... Retrouvez dans ce guide détaillé recettes et astuces à base de lavande, sous toutes ses formes : fleurs séchées et fraîches, huile essentielle, eau florale. Elle sera votre meilleure alliée !"...

Les femmes de Kabylie, par exemple, l'invoquent ainsi : "salut, ô lavande ! Les hommes, ces chiens, t'ont nommée Lavande ; moi, je t'appelle le caïd vizir. C'est toi que j'aime. Fais que mon mari ne me batte pas, ne puisse rien sur moi, qu'il ne puisse même plus m'approcher ni me toucher, le fils et petit-fils de pourceau !"


 

 

 

Propriétés médicinales - Vertus de la lavande

 

L’usage du genre Lavandula

Les espèces spontanées, du genre Lavandula utilisées pendant des siècles pour leurs propriétés (odorante, pharmaceutique, horticole et décorative), sont :

- la lavande fine, Lavandula angustifolia

- l’aspic, Lavandula latifolia

- la lavande maritime, Lavandula stoechas

On utilise aussi bien  le rameau fleuri que l’huile essentielle obtenue par distillation à la vapeur d’eau, à l’esprit de vin ou au vinaigre ou encore les extraits par l’eau (infusions) ou les solvants organiques (concrète, absolue …), huiles, graisses.…

 

Pendant très longtemps, on s’en servait en huile, teinture ou essence, pour panser les plaies des blessés par arme blanche, pour soigner les brûlures. 

 

Lavande et Lavandin s’utilisent soit en huile essentielle soit en fleurs fraîches ou séchées en fonction des besoins : infusion, inhalation, frictions, massages.

 

 

C’est un puissant antiseptique, bactéricide  et cicatrisant : 


-  Elle calme les douleurs et procure un bien-être grâce à son effet relaxant, on la recommande pour combattre l’anxiété, la nervosité et les insomnies, ainsi que pour soulager les rhumatismes. 

 

-  Soigner les infections des voies respiratoires. L’infusion est utilisée contre les affections de la gorge et des bronches. Elle calme la toux ;

 

 

-  Appliquée pure sur la peau elle soulagerait les coups de soleil, les brûlures et les piqûres d’insectes et guêpes. 

 

-  On attribue à la variété latifolia un effet apaisant sur la peau, lors de crises de dermatite atopique (eczéma), psoriasis et acné.

 

-  Appliquée sur les tempes, elle soulagerait les douleurs migraineuses.

 

-  Appliquée en massage calme les douleurs articulaires et rhumatismales.

 

- Elle a des propriétés antivenimeuses et en cas de morsure de vipère (autrefois on frottait la plaie avec une poignée de lavande, ce qui pourrait expliquer le nom d’aspic). 

 

-  En lotions ou friction, elle fortifie les cheveux.

 

-  Elle peut être utilisée contre les poux.

 

-  La lavande sert à désodoriser la maison, à parfumer le linge, c’est un anti-mite très efficace, et repousse les moustiques.

 

Utilisations


Talc à la lavande

. Traité à la lavande, le talc possède des propriétés antiseptiques, sédatives, cicatrisantes, désinfectantes. Il permet d'adoucir la peau sans la dessécher et évite tout échauffement.


Eau de toilette

. La lavande donne à l'eau de toilette une agréable sensation de fraîcheur tout en gardant un arôme discret.


En fumigations

. Elle désinfecte les voies respiratoires.


En compresses

. Elle calme les douleurs et les contusions. Elle aide à la désinfection des petites blessures et favorise la cicatrisation,

 

En lotion

. Elle combat efficacement l'eczéma et les brûlures. 

 

a

 

Propriétés magiques de la lavande


 

Les croyances religieuses restent très liées à leur utilisation. En effet, les huiles essentielles avaient le rôle de "soigner l’esprit" avant la rencontre avec les dieux, et de préparer une renaissance. 


- La lavande est une plante protectrice qui aide à se débarrasser des énergies négatives. 


- On la porte sur soi pour se protéger contre le mauvais œil et éloigner les esprits malins . 


- On peut aussi l’utiliser à des fins de purification (dans l’eau du bain, portée sur soi ou brûlée).


 
- Les brins séchés brûlent comme des bâtonnets d’encens et peuvent être utilisés en magie pour attirer l’argent, la protection et le succès. L’odeur de la lavande serait aussi propice à la longévité. 


- On brûle les fleurs ou on les laisse se consumer lentement afin de favoriser le repos et la sérénité. 


- Des feuilles séchées placées dans un oreiller aideront les insomniaques.

 

- Porter des fleurs de lavande ou des vêtements parfumés en frottant des fleurs de lavande fraiche aurait la vertu d’attirer l’amour à soi. 

 

- La Lavande, pour un amour serein


- La lavande agit fortement sur le psychisme et favorise le savoir et l’écriture

 

- On dit qu’elle apporte une nouvelle source de revenus pour les plus modestes

 

Parfumer les lettres de lavande avant d’y écrire des mots doux permettrait de rappeler à l’être aimé la douceur de ses sentiments… tout particulièrement si celui-ci est un homme, car le genre masculin serait plus sensible à cette odeur ! 


 

 

 

Langage de la lavande

 


Dans le langage des fleurs la lavande signifie :


méfiance et silence incompris quand elle est offerte.

- Répondez-moi

 


tendresse : 

- Dans une relation plus établie ou une relation amicale 

 

Amour :

- La Lavande, pour un amour serein

 

Les noces de lavande symbolisent les 46 ans de mariage dans lan tradition française.


 

 

 

Recettes de lavande sans danger

 

Entretien

 

La teinture :

se fait par macération pendant une quinzaine de jours, avec 100 g de fleurs fraîches dans un demi litre d’alcool à 45°.
 

 

 

(Sarah Garland, Le Livre des Herbes et des Épices
 Éditions Nathan -1980) 


Crème encaustique à la lavande


. 350 g de cire d'abeille
. 475g d'essence de térébenthine
. 1 litre d'eau
. 50 g de savon noir
. huile de lavande.


Préparation : 
- faire fondre la cire dans l'essence de térébenthine dans le haut d'une casserole dont le bas est rempli d'eau bouillante. 
- Dans une autre casserole, porter doucement à ébullition un litre d'eau, y ajouter le savon. 
- Laisser les deux mélanges refroidir avant de verser peu à peu le savon dans la cire ramollie jusqu'à obtenir une crème épaisse.
- Ajouter alors l'huile essentielle de lavande goutte à goutte jusqu'à ce qu’on en sente l'odeur.

 

 

cosmétiques 


Pour parfumer l'eau du bain et la rendre délassante


. 1 partie de fleurs de lavande
. 2 parties de fleurs de lamier
. 4 parties de farine d'avoine
. 4 parties de son


Faire tremper le tout pendant 1 heure dans une casserole, en le recouvrant d'un couvercle bien fermé.


Filtrer, et verser le liquide obtenu dans le bain. 

 

Quelques parfums de luxe connus sont réputés à la lavande.

 

 

médicinales 


 

Une huile à la lavande


Elle soigne les douleurs, les blessures, résorbe les enflures qui peuvent résulter des chutes.

. Mettre à macérer au soleil, dans un bocal transparent, une poignée de fleurs fraîches dans un litre d’huile d’olive ; au bout de trois jours, passer en exprimant à travers un linge, remettre une nouvelle poignée de fleurs fraîches et répéter l’opération jusqu’à ce que l’huile soit très parfumée (ce qui indique qu’elle est saturée des principes actifs de la plante). 

 

Infusion

Contre les maux de tête
.  4 parties de verveine séché
.  2 parties de lavande séchée
.  1 partie d'origan séché
.  quelques clous de girofle
Faire une infusion avec ce mélange.

 


Les scientifiques s’en servent dans les sérums antivenimeux. Les analyses modernes ont montré que l'ensemble des théories philosophiques et traditionnelles à l'origine de toutes connaissances avait raison et que l’huile essentielle tirée de la lavande est un antiseptique (elle tue, à doses infimes le bacille de Koch ainsi que le streptocoque et le pneumocoque) en même temps qu’un remarquable neutralisant du venin. 

 

 

Recettes culinaires de lavande

 

 

 Vin de Lavande :

. 20 g de lavande 

. 1 litre de vin.

Faire bouillir de la lavande fraîche ou séchée cinq à dix minutes dans le vin, filtrer et verser en bouteille stérilisée.

Ce vin qui est un excellent remède du foie, convient comme apéritif ou digestif amer. En boire deux à trois fois par jour, un verre à liqueur chaud, sans sucrer.


 (Recette de Ste Hildegarde qui est connue pour avoir écrit un traité de médecine en plein moyen âge et un livre de recettes d’époques) 

 


. Quelques feuilles fraîches parfument les salades, sucrées ou salées. 
. Les graines, (trouvées dans les épiceries fines et les magasins bio), se marient aux viandes rôties et subliment les tartes aux fruits. 
. Elle est très appréciée dans la préparation des desserts, les fleurs sont infusées dans du lait ou dans un sirop de sucre, ensuite incorporés dans les yaourts, les glaces, les flans. 
. Un brin de lavande relève délicieusement la confiture d’abricots ou de pêches

 

. On trouve actuellement diverses spécialités alimentaires avec aromatisation "lavande", ainsi qu’en liquoristerie.

 

 

 

Fêtes

 

 

Fête de la lavande à Sault en Provence


Toute la journée, la fête de la lavande est ponctuée d’un grand défilé provençal où se succèdent des groupes folklorique en costumes traditionnels, des groupes de musique provençaux, des tambourinaires. Le défilé est complété par des chars et charrettes remplis de lavandes et décorés. Se joignent au défilé de nombreux tracteurs anciens, de vieux vélos, les villages alentours y présentent également leur char-lavande.

 

La fête de la lavande de Ferrassières


Chaque 1er dimanche de juillet, Ferrassières, petit village de producteurs drômois près de Sault sur le plateau d’Albion, célèbre la lavande. La centaine de villageois accueille des milliers de visiteurs en quête de bleu, de violet, couleurs de l’emblématique fleur de Provence . C’est la Haute Provence, celle de Jean Giono à quelques kilomètres du Mont Ventoux. 
 

 

Fête de lavande à Valensole


Le 3e dimanche de juillet. La traditionnelle fête de la lavande est attendue chaque été par de nombreux visiteurs. Au programme : visite des distilleries et des champs de lavande, avec des démonstrations de coupe à la main, des randonnées en calèche, marché du terroir, défilé des lavandières...
 

 

Corso,de la lavande - Digne-les-Bains 


Chaque année à Digne, c'est 10 à 15 000 personnes, qui quotidiennement, prennent part à la manifestation! l'accès y est libre et gratuit, c'est une fête populaire accessible à tous, et c'est aussi l'une des plus importantes manifestation de la région Provence Alpes Cote d'Azur.

Le Corso voit le jour au début du XXème siècle, la première édition vise à valoriser la petite fleur bleue, et la "bourse de la lavande" qui fait de Digne les Bains, la capitale de celle ci.

Le Corso de la lavande, sous sa forme actuelle, naîtra en 1929; interrompu par la seconde guerre mondiale, c'est à partir de 1946 que la manifestation devient régulière dans le temps. Chaque année, le Corso rythme la vie de la préfecture des Alpes de de Haute Provence.
 


 

La route de la Lavande

Balade en Provence, la route de la lavande


De juin à fin juillet la lavande est en fleur ! D'immenses champs de lavande se répandent en Provence pour le plaisir des yeux et du nez. Où, quand et comment profiter de ces magnifiques étendues de lavande ? 


Des Alpes de Hautes Provence au Vaucluse, rendez-vous en plein coeur de la Provence pour admirer les champs de Lavande! Dès le début du mois de juillet, la lavande est en fleur, voilà donc une bonne occasion d’admirer de somptueux paysages, mais aussi de découvrir sa distillation et de trouver de bons produits autour de la lavande.
 

 

 

Musées

 

- musée de la lavande en Ardèche méridionale, dans le village de Saint-Remèze, 

 

 

-  musée de la lavande à Coustellet dans le Luberon.


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter