Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juillet 2021 5 16 /07 /juillet /2021 22:56

 

Deux témoignages du Xe siècle, le premier dû à Al-Mas'ûdî, le second à Ibn al-Nadim, indiquent que Les Mille et Une nuits seraient au départ le résultat de l'adaptation en arabe d'un ouvrage persan intitulé Hézâr afsâna (Mille contes). Il s'agirait donc d'une transmission livresque. 

 


Contes des Mille et Une Nuits,

Chant de la lavande, Histoire de la Jouvencelle ..

 
..."Et maintenant, ô mes maitres et mes maitresses,  si vous le voulez bien,

je vous dirai le chant de la Lavande. Le voici :

" 0! que je suis heureuse de ne pas être au nombre des fleurs qui ornent les

parterres ! Je ne risque pas de tomber entre des mains viles, et je suis à

l'abri des discours frivoles.

Contre la coutume de mes soeurs les plantes, la nature me fait croitre loin

des ruisseaux ; et je n'aime point les lieux cultivés et les terres civilisées.

Je suis sauvage. Loin de la société, mon séjour est dans les déserts et les

solitudes. Car je n'aime point me mêler à la foule.

Comme personne ne me sème ni ne me cultive, personne n'a à me reprocher

les soins qu'il m'aurait donnés. Libre, je suis libre ! Et les mains de l'esclave

et de l'homme des villes ne m'ont jamais touchée.

Mais si tu viens dans le Najd d'Arabie, tu m'y trouveras : là, loin des

demeures des hommes pâles, les plaines spacieuses fonl mon bonheur, et la

société des gazelles et des abeilles est mon unique plaisir.

Là, l'absinthe amère est ma soeur de solitude. Je suis la bien-aimée des

anachorètes et des contemplatifs. Et j'ai consolé Agar et guéri Ismaêl.

Libre, je suis libre et semblable aux filles de sang noble qu'on n'expose point

en vente dans les marches des villes.

Les libertins ne me recherchent point ; mais celui-là seul m'estime qui,

dormant un dessein inébranlable, se découvre la jambe et s'élance sur le

coursier rapide, un brin de ma tige à sa tempe.

Je voudrais que tu fusses dans le désert de Najd, dont je suis originaire,

lorsque la brise du matin erre auprès de moi dans les vallées.

Mon odeur fraiche et aromatique parfume le Bédouin solitaire, et mon

exhalaison honnête réjouit l'odorat de ceux qui se reposent auprès de moi.

Aussi, lorsque le rude chamelier vient à décrire mes rares qualités aux gens

de la caravane, ne peut-il s'empêcher de parler de moi avec

attendrissement"...

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter