12 décembre 2021 7 12 /12 /décembre /2021 18:47

 

Louis Janmot (1814-1892) peintre et poète français

Les poèmes des âmes

I-V Naissance et enfance de l'âme

 


Le passage des âmes,



De l'Ange gardien la mission commence,

Dieu lui donne, il emporte en ses bras, endormi

Celui dont il sera le conseil et l'ami ;

Dans l'espace il s’élance.

Plus rapide en son vol que l'ouragan fougueux

Qui soulève les mers et tourmente les nues, plane hardiment, les ailes

tendues,

Sur l’océan des cieux.

Il voit croître et s'enfuir par centaines de milles,

Planètes et soleils aux disques enflammés.

Que sur les îlots de l'air le Seigneur a semés

Comme d'immenses îles.

On dirait, à les voir, de rapides coursiers

Tout prêts à s'égarer dans les champs sans limite,

S'ils n'étaient, d'un bras fort, retenus dans l'orbite

Des célestes sentiers.

Astres qui gravitez, malgré l'ombre et le vide,

Vous devez moins que nous vous tromper de chemin,

Troupeau sans liberté, pouvez-vous fuir la main

Du pasteur qui vous guide?

L'esprit a salué leurs anges protecteurs,

Et ceux qui, comme lui, garderont sous leur aile

L'âme humaine, fardeau plus lourd et plus rebelle,

Et qui semblent rêveurs.

D'autres vont recueillant pleurs et cris de détresse

Que d'iniques pouvoirs bravent insolemment ;

Braveront-ils aussi du juge tout-puissant

La force vengeresse ?

Voici le défilé, pâle et silencieux,

Des âmes que la mort de la terre délivre ;

De l'immense inconnu le redoutable livre 

S'entr'ouvre sous leurs yeux.

Tremblantes, elles vont où leur ange les mènent

Les poussent quelquefois, vers le seul Tribunal

Qui sait juste la part et du bien et du mal

Qu enferme une âme humaine.

Sans erreur, sans appel, il va dicter leur sort

Elles semblent déjà le pressentir d'avance

A ce vol inégal comme leur espérance,

Au sortir de la mort.

Ainsi sous le ciel gris, dès que l'hiver arrive,

De nos champs désertés pour des climats meilleurs.

Nous voyons émigrer des oiseaux voyageurs

La troupe fugitive.

Quel est donc ce géant et ce vautour cruel

Qui lui ronge le cœur ?

En vain il le dépèce Sans cesse dévoré, le cœur renaît sans cesse

Pour souffrir immortel.

Tout autour, envieux de cette horrible proie,

Rôde un cercle hideux, groupe de noirs esprits ;

Dans leurs yeux sans rayons et sur leurs fronts proscrits

Passe un éclair de joie.

Esprit du mal, mystère où nul n'a vu le jour,

Que vous a donc: fait l'homme? lui suffit de naître ;

Vous êtes son tourment, son partage peut-être,

Son ennemi toujours.

L'ange poursuit encore, et la sombre atmosphère

S'emplit d'un bruit croissant de plaintives clameurs.

C'est le globe maudit, c'est le séjour des pleurs.

L'ange a touché la terre.
 

Louis Janmot (1814-1892) peintre et poète français - Le passage des âmes, musée des beaux-art de Lyon

Louis Janmot (1814-1892) peintre et poète français - Le passage des âmes, musée des beaux-art de Lyon

Partager cet article
Repost0

commentaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter