Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2022 2 10 /05 /mai /2022 00:18

 

 

Mythologie des arbres


L'oranger - Citrus sinensis 

 


L’oranger  - (Citrus sinensis (L.) Osbeck, 1765), est un arbre fruitier de la famille des Rutacées.  Il est originaire de Originaire de l’Asie (Chine, Vietnam, Inde). 

 

Vers gravés sur un oranger

Oranger, dont la voûte épaisse

Servit à cacher nos amours,

Reçois et conserve toujours

Ces vers, enfants de ma tendresse ;

Evariste de Parny (1753-1814)


L’oranger doux, Citrus sinensis, est le fruit le plus cultivé au monde ! Ce représentant des agrumes est réputé pour le parfum enchanteur de sa floraison, la saveur douce et acidulée de ses fruits d’une belle couleur vive au cœur de l’hiver.


Sa silhouette ronde au port harmonieux peut atteindre 10 mètres de haut, avec des rameaux plus ou moins épineux et des feuilles de 4 à 10 cm de long. Il aime les sols riches et bien drainé. Il peut être planté en terre ou en pot et nécessite une bonne exposition au soleil. Sensible au froid, il doit être protégé dès les premières fraîcheurs. 


Cultivé dans les régions chaudes, cet hybride ancien est probablement un croisement entre le pamplemousse et la mandarine. Ses fruits sucrés et comestibles sont les oranges.


Comme tous les agrumes, l'oranger possède un feuillage persistant, luisant qui lorsqu'on le frotte répand des essences d'agrumes. Ses feuilles vert profond sont légèrement ailées.


Les premières floraisons débutent vers l'âge de 7 ans. Sa période de floraison extrêmement odorante s’étend d’avril à juillet et la récolte s‘effectue de Novembre à Mars. Ses fleurs blanches sont très parfumées.
Le fruit du Citrus sinensis est appelé orange douce . Il varie en forme et en couleur selon les variétés. Il en est de même pour la pulpe plus ou moins acide, et dont la couleur varie de l’orange au rouge. Importante source de vitamine C, il est  le fruit d’hiver par excellence, une et le deuxième fruit le plus consommé, en France, après la pomme.


L'oranger comprend plus de 900 espèces réparties en 160 genres. L’ensemble des agrumes (citron, pamplemousse, orange, bergamote etc.) font partie de cette famille.


 

 

 

Principales variétés d’oranger 

 


Citrus sinensis se répartit en trois grands groupes.

 

Les oranges Navels


Parfumées et juteuses, dotées de peu de pépins, elles se destinent de préférence en dessert à une consommation crue et simple.


Ces oranges blondes à chair doivent leur nom à la petite excroissance sur la partie supérieure de l'orange, qui peut faire penser à un "nombril"– “Navel” en anglais. Un petit embryon de fruit se forme à l'intérieur de l'orange


Les orangers Navels, très populaires, se déclinent en cinq variétés, mesurant entre 3 et 4 m à maturité. Leur floraison printanière blanche mais également leur feuillage épais vert foncé de forme ovale dégagent un parfum délicat.

 

La récolte s'effectue en novembre-décembre. Les oranges n'ont pas besoin d'être entièrement de couleur orange pour être savoureuses. Elles se conservent très bien sur l'arbre, même une fois arrivées à maturité.
 


Ces agrumes ne résistent pas à des températures en dessous de -5°C, leur culture en pleine terre est à réserver aux régions les plus chaudes et aux situations les plus ensoleillées. 


Ailleurs, ils seront cultivés en pot et hiverner. Les oranges Navels dites oranges de table se déclinent en cinq variétés, toutes dotées d’un ombilic.


 


 

 

Les oranges blondes à jus

 

Elles ne possèdent ni ombilic ni pépins. Très riches en jus, elles sont souvent consommées pressées

Grâce à leur saveur parfumée, elles peuvent se consommer en fruit à croquer, mais sont  appréciées pour leur belle propension à produire un jus généreux et très goûteux.

 

Citrus sinensis "Salustiana" 

offre en plus une floraison exceptionnellement parfumée, des fruits légèrement aplatis à peau fine et à pulpe très juteuse, douce et sucrée de novembre à avril dans les régions chaudes, de janvier à mars partout ailleurs.

 

Citrus sinensis "Valentia Late". 

est l’un des plus rustiques mais également des plus productifs. Fruitier à croissance rapide, de 5 ou 6 m de haut à maturité, sa belle silhouette se couvre, d’avril à juillet, d’un grand nombre de fruits sans pépins, à peau assez fine et extrêmement juteux. Ces oranges sont les plus vendues au monde.


 

 

 

Les oranges sanguines


Elles doivent leur nom à l’exceptionnelle couleur rouge de leur pulpe, rustiques, elles peuvent résister  à -7°C sur de courtes périodes.


Les quatre orangers les plus connus de cette catégorie sont :

 


Citrus sinensis "Tarocco", 

Cette ancienne variété est sans doute une des meilleures variétés d'oranges sanguines, très juteuse et parfumée, avec un très bon équilibre sucre-acidité, une pulpe très rouge, et très peu de pépins. cet oranger est le plus cultivé. Il est celui qui propose la période de consommation la plus courte, deux ou trois mois seulement, entre décembre et février.

Cet arbuste de petite taille, assez épineux, est très vigoureux. Sa Floraison printanière est très parfumée. Agrume un peu épineux, de petite taille mais vigoureux avec une rusticité intéressante : -7°C.
 

 

Citrus sinensis "Moro", 

Cet oranger à une floraison trés odorante. Les fruits se récoltent au cœur de l’hiver, de décembre à février.

Cet arbre au beau port arrondi qui atteint 6 m de hauteur à maturité pour environ 4 m d’envergure. Son fruit tres sanguin, est intensément coloré avec une peau et une pulpe tirant sur le violet. Cette orange se consomme en fruit frais et jus.

 

Citrus sinensis "Sanguinello" 

Plus tardif, à floraison trés parfumée, cet oranger propose une récolte de février à avril.

Cet agrume non épineux très vigoureux donne un fruit dont la pulpe orange se veine de rouge sang, un fruit sucré, qui se consomme en fruit frais, jus et cuisinesucré qui donnera un jus doux et très parfumé.

 

Citrus sinensis "Maltaise demi-sanguine"

Cet oranger forme un petit arbre au port harmonieux et de croissance rapide pouvant atteindre de grande taille en pleine terre. La floraison, au printemps, est très parfumée.

Sa peau et sa pulpe sont cependant teintées de reflets rouge sang à maturité. C’est une orange qui a la réputation d’être l’orange douce la meilleure du monde, très juteuse, idéale comme orange à jus. Douce et sucrée avec une légère ponte d’acidité.

Un fruit ovale, une peau épaisse d’un bel orange vif.

 


 

Le bigaradier, oranger amer, oranger de Séville 


(Citrus aurantium L., 1753) 

 

C’est un petit arbuste de 5 à 10 mètres de la famille des rutacées (agrumes), qui aime le soleil et les sols fertiles et bien humides. 


La variété la plus répandue en Occident (C. aurantium var. bigaradia Hook. f.) est originaire du sud de l’Himalaya où Joseph Hooker signale des arbres sauvages .


C'est à l'origine un hybride entre le pamplemoussier Citrus maxima et le mandarinier Citrus reticulata.


Arbre magique de la parfumerie : Fleur, feuille, branche et fruit procurent chacun à leur manière de multiples odeurs et nuances comme autant de couleurs sur leur arbre.


Ses rameaux, et feuilles en fuseau, persistantes et luisantes, contiennent des composés parfumés exploités pour leur vertus olfactives.


Ses fleurs sont en revanche plus grandes que celles de l’oranger doux, et diffusent un parfum bien plus intense, on en tire l'essence de néroli et l'eau de fleur d'oranger. 


Son petit fruit, la bigarade ou orange amère, peu juteux, amer, acide et rempli de pépins, est surtout le zeste qui présente un intérêt aromatique et gustatif


C'est également un porte-greffe pour d'autres agrumes et un arbre décoratif.


 

 

 

Mythologie greco-romaine

 


Dans les douze travaux d’Hercule (Héraclès), le onzième consiste à rapporter les fruits d’un pommier d’or dans les jardins des Hespérides situé sur les pentes du Mont Atlas, aux confins du monde à l’ouest, là où le soleil se couche (les grecs situaient ce jardin au Portugal, qui était alors la partie de la terre connue la plus à l’ouest). Contrairement à ce que son nom indique, les fruits du pommier d’or n’étaient pas des pommes en or mais des certainement des oranges, surnommées ainsi à cause de leur couleur.

 

Le Jardin des Hespérides


Le jardin des Hespérides, situé à la limite occidentale du monde, est un jardin d’immortalité réservé aux Dieux. Au cœur du jardin, un arbre fabuleux donne des pommes d’or. Gaia (la Terre) en offrit à Héra lors de ses noces avec Zeus car ces fruits étaient porteurs d’immortalité et de fécondité. Le jardin est gardé par les Hespérides, filles d’Atlas et de Pléioné. Ces nymphes sont le plus souvent au nombre de trois (Aeglé, Érythie et Hespérie) parfois quatre ou cinq dans certaines légendes. Aidées par un dragon à cent têtes, Ladon, elles interdisent quiconque de pénétrer les lieux.


Dérober des pommes d'or au jardin des Hespérides est le onzième des douze Travaux d'Héraclès (Hercule). Après mille péripéties, Héraclès trouve enfin le jardin. Il réussit à convaincre le titan Atlas, qui soutenait toute la voûte céleste sur ses épaules, de le remplacer pendant qu’il irait chercher les fruits.


Atlas, étant le père des Hespérides, n’eut aucun mal à cueillir les pommes d’or, mais, trop heureux de se voir débarrassé de sa lourde tâche, il revint dire à Héraclès qu’il les rapporterait lui-même à Eurysthée.


Héraclès dut encore ruser, proposant à Atlas de le soulager quelques instant pour qu’il puisse mieux se positionner. Évidemment, dès qu'Atlas eut repris son fardeau, Héraclès s’enfuit avec les pommes d’or. On raconte que par la suite, Athéna fit rapporter les fruits aux Hespérides.

 

 

Zeus (Jupiter) offre des fleurs d’oranger à son épouse Héra (Junon), protectrice des femmes et la déesse du mariage, gardienne de la fécondité du couple et des femmes en couches

 

 

 

 

L'orange et la fleur d'oranger dans la religion

 


Symbolisant la pureté́ et la chasteté́ dans le monde chrétien, la fleur d’oranger est l’attribut de Marie. L’orange, quant à elle, est un symbole de rédemption.


Dans la culture arabe, l’eau de fleurs d’oranger accompagne tous les rituels familiaux.


 

 

 

2200 av. J.C. - 500 av. J.C.  

 


Les agrumes sont cités dans le traité de géographie Yu Gong (Xia Shu, 2200 av. J.-C) consacré à la dynastie Xia.

Dès ces temps reculés les agrumes sont cultivés et admirés, Ju You (mandarines et pomelo) désignent des fruits offerts en hommage à l'empereur.

 

 

Le plus ancien document historique, dans lequel il soit fait mention de l'orange, est chinois; c'est le Shu-King, recueil de documents (discours, conseils, décrets, etc.) concernant la politique et l’administration des souverains de l’Antiquité chinoise, depuis Yao, et Shun (IIIe millénaire av. J.-C.?) jusqu’à la fin des Zhou occidentaux (règne du Duc Mu de Qin, environ - 627). Ces documents auraient été rédigés par les équipes de greffiers et secrétaires que les rois entretenaient.
 

On y parle des kü (oranges) et des yu (pamplemousses) cultivés alors dans les provinces connues aujourd'hui sous les noms de Chekiang, Anhui et Kiang-si.

 

 

 


 

 

 

 

340 - 278 av. J.-C

 


Le poème Jú sòng

attribué à Qu Yuan (340-278 av. J.-C.) glorifie les qualités de l'agrume 


Traduction française Marie Bizais (2008) 

 

Éloge de l'oranger (mandarinier selon certains)

 

..."Feuilles vertes, pour la joie, aux blanches fleurs mêlées,

Branches lourdes, fines épines, fruits ronds en paume roulant,

Jaune et vert confondus formant motifs brillants,

Teinte pure, blanc dedans : au bon lettré semblant !

Profusion, élégance d’une beauté sans tache"… 


 

 

 

II° siècle av. J.C.

 

L’oranger est mentionné dans des textes datant du II ème siècle av. J.-C.


Dans des tombes de la dynastie Han (200 av. J.-C.) dans le Hunan et le Hubei, des récipients funéraires contiennent des graines d'agrumes.


Dès cette époque les 4 espèces d'agrumes cultivés sont nommées distinctement: "yòu" le pomelo, "gān" la mandarine, "jú" l'orange douce et "chéng" la bigarade.
 

 

 

IIIe siècle - X° siècle

 


La bigaradier aurait été acclimaté en Mésopotamie "à l'époque romaine tardive". 


Il a ensuite été transporté par les Arabes depuis l'Inde au début du X° siècle. Les Arabes l'introduisent en Syrie en 943. 

D'après le baron Silvestre de Sacy (1758-1838) linguiste, philologue et orientaliste-arabisant français.


Zahar désigne la fleur d'oranger. Le mot renvoie à "brillant", "lumineux".

Ainsi la favorite du calife Abd al-Rahman III, al-Zahra, "la lumineuse", évoque la blancheur de la fleur d'oranger. C'est pour elle qu'il bâtit au X° siècle sa cité califale à Cordoue.


 


 

 

XI° siècle

 


La culture est mentionnée en Sicile en 1002, il est présent en Al-Andalus au XI° siècle, successivement à Malaga, dans la Vega de Grenade, puis la province de Castellón. La plupart des agronomes arabes andalous le mentionnent et décrivent parfaitement sa culture.

 

C’est à partir du XIe siècle que l'oranger amer gagne le reste de l’Europe, et la Sicile, introduit par les croisés.

 


Pendant les croisades la mode de porter des fleurs d'oranger a été amenée de l'est vers l'ouest et elle s'est transmise en Espagne, en France puis en Angleterre.


 

 

 

XII° siècle

 


Selon  Ibn al-Awam, agronome andalou qui a vécu au XII° siècle à Séville, auteur d'un traité d'agronomie, le Livre de l'Agriculture.


..."Le bigaradier oranger amer est cultivé comme plante décorative parfumée (la cour de la grande mosquée de Cordoue en est plantée, la bigarade est aussi appelée cordobesa, pour son intérêt pharmaceutique (liniment obtenu par macération du zeste dans l'huile d'olive), cosmétique (désodorisant corporel) et pour son huile essentielle qui "fortifie les articulations"... 

 

 

 

Su Shi (1037-1101)  homme politique (mandarin) de la dynastie des Song du Nord (960-1127). 


"Le lotus épuisé replie sa corolle, 

les branches du chrysanthème se poudrent de givre,

 mais souviens-toi mon amie 

que cette saison est la plus douce de l’année,

la période des oranges jaunes et des mandarines vertes". 

 


Eventail de la dynastie Song

d'après le poème de Su Shi mandarine verte et orange jaune par Zhao Lingrang


 


 

XIII° siècle

 

 

Le livre de cuisine de "l'Anonyme Andalou", (manuscrito anonimo) donne une recette de pâte d'orange (1/4 de zeste d'orange "rouge" désamérisés à l'eau froide, 3/4 de miel) dont il énumère les profits.

 
- Digestion, diurétique, et "elle fait du bien aux narines froides" -  ; le texte confirme qu'il existait divers cultivars de bigaradier.

Makamat de Hariri Abou Mohammad alQasim


 

 

 

XV° siècle

 

 

D’origine extrême-orientale, Citrus sinensis, l’Oranger, est parvenu en Europe au 15° siècle grâce aux navigateurs portugais qui ramenèrent les premiers spécimens du Sri-Lanka et de Chine. Il conquit très vite les terres méditerranéennes. 

A la fin du XV° siècle, la Vierge d’Andrea Mantegna est entourée par les orangers. 

 

Madonna Trivulzio, Andrea Mantegna, 1497


 


 

XVI° siècle

 


Les Espagnols introduisent l'oranger amer en Floride espagnole d'où il se répand dans le nouveau monde. Elle est présente au Mexique en 1568, au Brésil en 1587.

 

 


XVII° siècle

 

 

François Maynard (1582-1646) poète français, membre de l'Académie française.


La belle vieille


..."L'âme pleine d'amour et de mélancolie

Et couché sur des fleurs et sous des orangers,

J'ai montré ma blessure aux deux mers d'Italie

Et fait dire ton nom aux échos étrangers"...

 

 


Pierre Corneille (1606-1684) Poète français 

Recueil : Poésies diverses.

Madrigal.

 

La fleur d'orange

 

Du palais d'émeraude où la riche nature

M'a fait naître et régner avecque majesté,

Je viens pour adorer la divine beauté

Dont le soleil n'est rien qu'une faible peinture.

Si je n'ai point l'éclat ni les vives couleurs

Qui font l'orgueil des autres fleurs,

Par mes odeurs je suis plus accomplie,

Et par ma pureté plus digne de Julie.

Je ne suis point sujette au fragile destin

De ces belles infortunées,

Qui meurent dès qu'elles sont nées,

Et de qui les appas ne durent qu'un matin ;

Mon sort est plus heureux, et le ciel favorable

Conserve ma fraîcheur et la rend plus durable.

Ainsi, charmant objet, rare présent des cieux,

Pour mériter l'honneur de plaire à vos beaux yeux,

J'ai la pompe de ma naissance,

Je suis en bonne odeur en tout temps, en tous lieux ;

Mes beautés ont de la constance,

Et ma pure blancheur marque mon innocence.

J'ose donc me vanter, en vous offrant mes vœux,

De vous faire moi seule une riche couronne,

Bien plus digne de vos cheveux

Que les plus belles fleurs que Zéphire vous donne :

Mais, si vous m'accusez de trop d'ambition,

Et d'aspirer plus haut que je ne devrais faire,

Condamnez ma présomption,

Et me traitez en téméraire ;

Punissez, j'y consens, mon superbe dessein

Par une sévère défense

De m'élever plus haut que jusqu'à votre sein ;

Et ma punition sera ma récompense.

 

Charles Edward Perugini Jeune fille lisant, 1878

 


 

Jean de La Fontaine (1621-1695) poète français

Les Amours de Psyché -

 

Éloge de l'Oranger

 


Sommes-nous, dit-il, en Provence ?

Quel amas d'arbres toujours verts

Triomphe ici de l'inclémence

Des aquilons et des hivers ?

 

Jasmins dont un air doux s'exhale,

Fleurs que les vents n'ont pu ternir,

Aminte en blancheur vous égale,

Et vous m'en faites souvenir.

 

Orangers, arbres que j'adore,

Que vos parfums me semblent doux !

Est-il dans l'empire de Flore

Rien d'agréable comme vous ?

 

Vos fruits aux écorces solides

Sont un véritable trésor ;

Et le jardin des Hespérides

N'avait point d'autres pommes d'or.

 

Lorsque votre automne s'avance,

On voit encor votre printemps ;

L'espoir avec la jouissance

Logent chez vous en même temps.

 

Vos fleurs ont embaumé tout l'air que je respire :

Toujours un aimable zéphyre

Autour de vous se va jouant.

Vous êtes nains ; mais tel arbre géant,

Qui déclare au soleil la guerre,

Ne vous vaut pas,

Bien qu'il couvre un arpent de terre

Avec ses bras.


 


 

 

A la fin du XVIIe siècle, cette princesse diplomate contemporaine de Louis XIV, qui vécut à la cour d’Espagne, Anne-Marie Orsini, née de La Trémoille, épouse de  Flavio Orsini, prince de Nerola et duc de Bracciano;


En effet, elle utilisait l’essence de l’oranger pour parfumer ses gants et l’eau de son bain, et propagea la mode et l'usage de l'essence de bigaradier (ou oranger amer), Elle baptisa ce parfum essence de "Néroli", en hommage à la terre de Nerola, près de Rome.

Marie Anne de La Trémoille, duchesse de Bracciano, attribué à Nicolas de Largillière

 


 

Louis XIV, aimait à jouir de l’odeur délicate diffusée par les fleurs d’oranger au printemps. Il  fit aménager une Orangerie au château de Versailles dès 1663 par Louis Le Vau. 


Vingt ans plus tard, Jules Hardouin-Mansart double la taille de l’édifice pour lui donner son aspect actuel, orienté plein sud pour favoriser l’acclimatation des orangers, amateurs de chaleur. Leur très grande luminosité et leur température relativement douce en hiver en faisaient un parfait endroit de conservation pour ces petits arbres.


Les royaumes d’Italie, d’Espagne et du Portugal participèrent à l’enrichissement de la collection royale, et il devint même un temps de bon ton pour les courtisans de faire cadeau de jeunes orangers au roi.

 

L'Orangerie du château de Versailles par Étienne Allegrain Collections du château de Versailles.


 


 

 

Selon l'historien de l'alimentation Ivan Day, l'une des premières recettes connues pour une marmelade d'oranges (proche de ce qu'on appelle aujourd'hui la confiture) vient du livre de recettes d'Eliza Cholmondeley vers 1677.


 


 

1698

Claude Jordan (1659-1737) imprimeur, libraire et journaliste français.

Voyages Historiques de L'Europe : 

Qui comprend tout ce qu'il y a de plus curieux en Espagne et en Portugal, Vol. 2. La Haye, Etienne Foulque. 1698.


..."J'ay déjà remarqué que le Portugal produit quantité de Citrons et d'Oranges douces, mais je n'ay pas dit que l'origine de ces fruits que nous appelons en France Orange de Portugal, vient de la Chine, aussi les Hollandais et les Allemands les appellent Cina Appel, c'est-a-dire Pommes de la Chine, il n'y a pas encore quarante ans que les Portugais apportèrent de ce Pays là, la première greffe de ces fruits qui a tellement multiplié qu'on voit aujourd'hui de Forêts entières de ces arbres en Portugal"...

 

 

XVIII° siècle

 

 

1715
 

Louis Liger (1658-1717) agronome français.


Dictionnaire pratique du Bon Ménager de campagne et de ville, Paris 
chez Pierre Ribou, 1715 vol.2 


..."L’Oranger a un avantage particulier sur les autres arbres à fruits, & qui est que la nature lui a prescrit deux tems en une année pour donner des fleurs, au lieu que les premiers n'en produisent qu'une seule fois. — ..."


 

XVIII° siècle

 


Cardinal de Bernis (1715-1794) Poète, diplomate, ministre, prélat


Sur l'amour de la patrie


..." Trésor du laboureur, ornement du berger,

L'olive sous mes yeux s'unit à l'oranger"...

 

 


Evariste de Parny (1753-1814) chevalier puis vicomte de Parny, poète français 

 


Vers gravés sur un oranger


Oranger, dont la voûte épaisse

Servit à cacher nos amours,

Reçois et conserve toujours

Ces vers, enfants de ma tendresse ;

Et dis à ceux qu'un doux loisir

Amènera dans ce bocage,

Que si l'on mourait de plaisir,

Je serais mort sous ton ombrage.

 

Berthe Morisot - Villa à l'orange

 

 

 

En 1763, l'Amérique exporte des bigarades vers le Royaume-Uni, où une tentative de culture a commencé en 1595, dans le Surrey, détruite par le froid en 1739. 

 

 

Au XVIIIe, Jean Siméon Chardin (1699–1779) peint une plantureuse brioche, forcement parfumée à l’eau de fleur d’oranger, qui porte à son sommet un rameau fleuri, planté comme un drapeau.

La brioche, Jean Siméon Chardin, 1763


 


 

XIX° siècle

 

 

Alphonse de Lamartine (1790-1869) poète, romancier, dramaturge français,

1827, Vingt-hutième méditation


 

À une fleur séchée dans un album

 

Il m’en souvient, c’était aux plages

Où m’attire un ciel du midi,

Ciel sans souillure et sans orages,

Où j’aspirais sous les feuillages

Les parfums d’un air attiédi.

 

Une mer qu’aucun bord n’arrête

S’étendait bleue à l’horizon ;

L’oranger, cet arbre de fête,

Neigeait par moments sur ma tête ;

Des odeurs montaient du gazon.

 

Tu croissais près d’une colonne

D’un temple écrasé par le temps ;

Tu lui faisais une couronne,

Tu parais son tronc monotone

Avec tes chapiteaux flottants ;

 

Fleur qui décores la ruine

Sans un regard pour t’admirer !

Je cueillis ta blanche étamine,

Et j’emportai sur ma poitrine

Tes parfums pour les respirer.

 

Aujourd’hui, ciel, temple et rivage,

Tout a disparu sans retour :

Ton parfum est dans le nuage,

Et je trouve, en tournant la page,

La trace morte d’un beau jour !


 

 

Alphonse de Lamartine (1790-1869) poète, romancier, dramaturge français,


Ischia


..."Vois ! la mousse a pour nous tapissé la vallée,

Le pampre s'y recourbe en replis tortueux,

Et l'haleine de l'onde, à l'oranger mêlée,

De ses fleurs qu'elle effeuille embaume mes cheveux"...

 

 

 

Alphonse de Lamartine (1790-1869) poète, romancier, dramaturge français,


Tristesse
 

Ramenez-moi, disais-je, au fortuné rivage

Où Naples réfléchit dans une mer d'azur

Ses palais, ses coteaux, ses astres sans nuage,

Où l'oranger fleurit sous un ciel toujours pur.

Que tardez-vous? Partons! Je veux revoir encore

Le Vésuve enflammé sortant du sein des eaux;

Je veux de ses hauteurs voir se lever l'aurore;

Je veux, guidant les pas de celle que j'adore,

Redescendre, en rêvant, de ces riants coteaux;

Suis-moi dans les détours de ce golfe tranquille;

Retournons sur ces bords à nos pas si connus,

Aux jardins de Cinthie, au tombeau de Virgile,

Près des débris épars du temple de Vénus :

Là, sous les orangers, sous la vigne fleurie,

Dont le pampre flexible au myrte se marie,

Et tresse sur ta tête une voûte de fleurs,

Au doux bruit de la vague ou du vent qui murmure,

Seuls avec notre amour, seuls avec la nature,

La vie et la lumière auront plus de douceurs...

...


...


 

 

J.J. Grandville (1803-1847)  caricaturiste, illustrateur et lithographe français.


 

Fleur d’oranger

 

Tes compagnes, ô jeune fille! ont cherché ce matin

dans la campagne humide de rosée une fleur

pour former ta parure virginale.

Tu vas nous quitter pour suivre celui que tu aimes,

tu ne partageras plus nos danses et nos jeux.

Accepte cette fleur d’oranger, c’est son doux parfum

qui nous a conduites vers elle.

Nous nous sommes approchées de l’arbre,

et la fleur d’oranger nous a dit :

 

Vous cherchez un bouquet pour orner le sein d’une fiancée.

Cueillez-moi.

Je suis blanche comme elle, douce comme elle;

semblable à la chasteté, mon parfum dure longtemps encore

après qu’on m’a cueillie.

Fleur des fiancées, lui avons-nous demandé,

pourquoi portes-tu des fruits sur ta branche?

Elle nous a répondu.

Je suis l’emblème de la mariée: amante encore,

elle est mère; la femme vit auprès de ses enfants,

la fleur à côté du fruit.

 

Alors nous l’avons cueillie.

Partage cette branche d’oranger, jeune fille,

mets-en la moitié dans tes cheveux,

l’autre moitié sur ton sein.

C’est le dernier don de tes chères compagnes.

Ce soir nous te conduirons à l’église, et ta mère en t’embrassant

fermera derrière toi la porte de la maison de l’époux.

Conserve notre guirlande et notre bouquet, jeune fille,

conserve-les bien, et puisses-tu, quand la fleur d’oranger sera fanée,

ne pas regretter le temps où tu étais blanche comme elle.

 

 

 

Leconte de Lisle (1818-1894) poète français

 


Les roses d'Ispahan

 

Les roses d'Ispahan dans leur gaîne de mousse,

Les jasmins de Mossoul, les fleurs de l'oranger

Ont un parfum moins frais, ont une odeur moins douce,

O blanche Leïlah ! que ton souffle léger.

 

Ta lèvre est de corail, et ton rire léger

Sonne mieux que l'eau vive et d'une voix plus douce,

Mieux que le vent joyeux qui berce l'oranger,

Mieux quel'oiseau qui chante au bord du nid de mousse.

 

Mais la subtile odeur des roses dans leur mousse,

La brise qui se joue autour de l'oranger

Et l'eau vive qui flue avec sa plainte douce

Ont un charme plus sûr que ton amour léger !

 

O Leïlah ! depuis que de leur vol léger

Tous les baisers ont fui de ta lèvre si douce,

Il n'est plus de parfum dans le pâle oranger,

Ni de céleste arome aux roses dans leur mousse.

 

L'oiseau, sur le duvet humide et sur la mousse,

Ne chante plus parmi la rose et l'oranger ;

L'eau vive des jardins n'a plus de chanson douce,

L'aube ne dore plus le ciel pur et léger.

 

Oh ! que ton jeune amour, ce papillon léger,

Revienne vers mon coeur d'une aile prompte et douce,

Et qu'il parfume encor les fleurs de l'oranger,

Les roses d'Ispahan dans leur gaîne de mousse !
 

 

 

 

Contes des mille et une nuits

Contes traduits par Galland, en 1838 

Histoire de Cogia Hassan Alhabbal, 

..." Nous entrâmes ensuite dans le jardin, où ce qui leur plut davantage fut une forêt d’orangers et de citronniers de toute sorte d’espèces, chargés de fruits et de fleurs dont l’air était embaumé, plantés par allées à distance égale et arrosés par une rigole perpétuelle, d’arbre en arbre, d’une eau vive détournée de la rivière"...

 

 

C'est véritablement la reine Victoria qui a instauré définitivement cette tradition puisqu'elle en a elle-même portées pour son mariage en 1840 dans sa couronne et a développé l'usage des fleurs dans toutes les différentes parties du mariage.


toutes les mariées du 19ème siècle en portent  sur leur tenue de mariage. 


 

 

 

Guy de Maupassant (1850-1893) écrivain et journaliste littéraire 

 

Madame Baptiste - 1882)

..."Songez donc que cette jeune personne n’avait plus rien à apprendre, rien ; qu’elle n’avait plus droit à la symbolique fleur d’oranger ; qu’elle avait pénétré, presque avant de savoir lire, le redoutable mystère que les mères laissent à peine deviner, en tremblant, le soir seulement du mariage"...

 

 

Le Vengeur - 1883

..."Il la tenait maintenant sous lui, la giflant de toute sa force et criant : “Tiens, tiens, tiens, voilà, voilà, gueuse, catin ! catin ! ” Puis quand il fut essoufflé, à bout d’énergie, il se leva, et se dirigea vers la commode pour se préparer un verre d’eau sucrée à la fleur d’oranger car il se sentait brisé à défaillir. Et elle pleurait au fond du lit, poussant de gros sanglots, sentant tout son bonheur fini, par sa faute"...
 

 

Idylle - 1884

 ..." c’était vers la fin de mai et des odeurs délicieuses voltigeaient, pénétraient dans les wagons… Les orangers et les citronniers en fleurs, exhalant dans le ciel tranquille leurs parfums sucrés, si doux, si forts, si troublants, les mêlaient au souffle des roses poussées partout"...
 

 


Extrait de Bel Ami - 1885

 ..."Toute l’assistance se retourna avec un long frou-frou de jupes et un remuement de chaises. Et la jeune femme apparut, au bras de son père dans la vive lumière du portail. Elle avait toujours l’air d’un joujou, d’un délicieux joujou blanc coiffé de fleurs d’oranger ...

 


Extrait de Contes divers - En voyage

..."J’ai voulu, cette année, respirer de la fleur d’oranger et je suis parti pour le Midi, à l’heure où tout le monde en revient. J’ai franchi Monaco, la ville des pèlerins, rivale de la Mecque et de Jérusalem, sans laisser d’or dans la poche d’autrui; et j’ai gravi la haute montagne sous un plafond de citronniers, d’orangers et d’oliviers"... 


 

 

Gustave Caillebotte  (1848–1894) peintre

Les orangers - 1878


 

 

 

 

Paul Verlaine (1874) écrivain et poète français


Green, 


..."Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches

Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous"... 

 

 

Anna de Noailles (1876-1933) poétesse et une romancière française


Le jardin et la maison


..."La paisible maison respire au jour qui baisse

Les petits orangers fleurissant dans leurs caisses"...

 

 

Anatole France (1844-1924) écrivain français


Le captif


...."Il est, non loin des tièdes syrtes

Où bleuit la mer en repos,

Un bois d'orangers et de myrtes

Dont n'approchent point les troupeaux"....

 

 

 

1884

Joris-Karl Huysmans (1848-1907) écrivain et critique d'art français.


À rebours - roman 


Jean des Esseintes, un antihéros maladif, esthète et excentrique, et constitue une sorte de catalogue de ses goûts et dégoûts.


Il expérimente la composition de parfums sophistiqués dans l’idée de pousser dans ses limites l’art des odeurs. Mêlant pour cela des effluves charnels à des fragrances virginales, il utilise l’oranger dans l’élaboration de beautés olfactives hybrides et empreintes d’artificialité minutieuse :


..."Les expressions, les procédés lui échappaient ; il tâtonna ; en somme, dans la fragrance de cette fleur, l’oranger domine : il tenta de plusieurs combinaisons et il finit par atteindre le ton juste, en joignant à l’oranger de la tubéreuse et de la rose qu’il lia par une goutte de vanille"...


..."puis dans ce pré́, il introduisit une précise fusion de tubéreuse, de fleur d’oranger et d’amande, et aussitôt d’artificiels lilas naquirent,"...


 

 

 

 

XX° siècle

 

 

Étiquette d’eau de fleur d’Oranger de Lubin,

début XXe (Source Beautyscenario)


 

 

 

 

 
Robert Desnos (1900-1945) poète français


Recueil : "Chantefleurs"

 

La Fleur d’oranger

 

Fleur d’orage et fleur d’oranger,

J’ai peur de la nuit, j’ai peur du danger.

Fleur d’oranger et fleur d’orage,

J’ai peur de la nuit et du mariage.

Fleur d’orage et fleur d’oranger,

Fleur d’orage.


 


 

 

Jacques Prévert (1900-1977) poète français.

 


Alicante


Une orange sur la table

Ta robe sur le tapis

Et toi dans mon lit

Doux présent du présent

Fraîcheur de la nuit

Chaleur de ma vie.

 

Nature morte à l'orange - Pierre Van Bey


 

 

 

1940


Out-el-Kouloub,

"Zariffa", dans Trois Contes de l’Amour et de la Mort, 


..."Zariffa et ses compagnes dépouillaient les orangers de leurs fruits vermeils, que les hommes alignaient dans des caissettes de bois. —?..."
 


 

1944

 

Aragon (1897-1982) poète, romancier et journaliste français

Aurélien  (1944),

..."Lorsque Edmond Barbentane emmène Rose Melrose à Cordoue, l’odeur de la fleur d’oranger participe à l’instauration d’une atmosphère romantique et dépaysante : « Vers le soir, d’une douceur mexicaine, ça sentait si bon les orangers, tout était si romantique avec ces jardins invisibles"... 

 

 

1958

 

Jean Rogissart (1894-1961) écrivain français 

Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris

..."Mon Dieu, mon Dieu ! Quand on vient des pays où fleurit l’oranger, où trillent les cigales saoulées de soleil, comment se plaire ici ? —... "
 


 

 

 

1998

François David - poète

Zéro sur Zorro - Editions Motus 1998


L’orange


Dans orange

Il y a or

Or il n’y a pas d’or

Dans l’orange

C’est orange une orange

L’or est dans la bouche

Qui la mange.

Dans orange il y a ange

Pourtant il n’y a pas d’ailes à ses feuilles

Sinon elle quitterait la branche

Pour goûter les autres couleurs

Dans les airs.

Dans orange

Il y a un ange qui dort

Repu

D’avoir bu tout le jus.

 

 

 

Signification de la fleur d'oranger

 

 

La Fleur d’Oranger, dégage un délicat parfum évocateur d’orient. 

 

- Légèrement parfumée elle symbolise la pureté et la chasteté, la fertilité  et la beauté

Autrefois, elle servait à composer les couronnes des jeunes mariées. 

"Je vous serai fidèle"

"Je ne pécherai pas" 


- Les fruits de l'oranger, qui mûrissent entre les fleurs représentent l’espoir d’une descendance.


 

 

 

Utilisation de la fleur d'oranger et de l'orange

 


Alimentaire

 

 

En cuisine, 

L’eau de fleur d’oranger est un ingrédient indispensable dans un bon nombre de recettes traditionnelles de pâtisserie et desserts.

Elle aromatise abondamment les pâtisseries orientales.

 

En confiserie

Le goût de la guimauve est tout simplement l’accord entre la vanille et la fleur d’oranger. On l’utilise aussi comme arôme principal de certains bonbons.



 


Utilisation corporelle et cosmétique 


 

L’hydrolat 

En aromathérapie et en massages, l’essence de Néroli est reconnue pour son effet apaisant sur le système nerveux.

En cosmétique elle est réputée avoir des vertus revitalisantes pour la peau. L'’eau de fleurs d’oranger est régénérante. Appliquée sur le visage, elle redonne au teint de la lumière et de l’éclat, c’est aussi un tonique doux qui apaise et rafraichit la peau. 

On lui reconnaît également des propriétés bactéricide, fongicide et même insecticide ! 

Grâce à sa faculté à diminuer l’anxiété ainsi que de soulager les maux de ventre, l’eau de fleur d’oranger aiderait à l’endormissement des nourrissons. Cette eau est calmante et favorise le sommeil. Elle détend, apaise et serait même aphrodisiaque.

 


 

Parfumerie

 

Les parfums hespéridés, tout comme les premières "Eaux de Cologne", sont caractérisés par leur fraîcheur et leur légèreté.


L’orange fait partie de la famille des hespéridés (bergamote, le citron, la mandarine et le pamplemousse, ainsi que les produits de l’oranger (fleur d’oranger, petit grain, néroli). 

Le néroli

s’est retrouvé très vite au cœur des premières compositions parfumées au croisement d’eaux médicinales, purifiantes et rafraîchissantes, qui deviendront les Eaux de Cologne. 

 

L'absolue 

Si l’on applique aux fleurs une extraction à l’hexane, un solvant volatil, on obtient cette fois une concrète, qui est ensuite transformée en absolue de fleur d’oranger par lavage à l’alcool pour éliminer les matières cireuses inodores. Plus sombre et capiteuse que le néroli, l’absolue est moins concentrée en note fraîches, et davantage en notes florales et animales.

 

Jeunes rameaux et petitgrain

Au mois de juillet, les orangers sont taillés et le feuillage fraîchement coupé est utilisé pour produire de l’essence de petitgrain. Ce nom "petitgrain" aurait pour origine le fait que les jeunes rameaux utilisés sont généralement garnis de fruits immatures dont la forme ressemble à de petits grains. Les plus grands producteurs d’essence de petitgrain sont les Paraguay, l’Italie et le Maroc. 
 


Aujourd’hui les principaux pays producteurs  sont le Brésil et la Floride. 


L’odeur de l’huile essentielle d’orange dégage des notes fraîches, sucrées et acidulées. C’est une note volatile, utilisée en note de tête qui ne reste que quelques minutes sur la peau. Si elle est très présente dans les parfums floraux, elle accompagne également les compositions orientales ou boisées.

 

L’huile essentielle d’orange est obtenue par expression à froid du zeste.

Cette technique, qui, comme sont nom l’indique, ne requiert pas chauffage, permet d’obtenir une odeur fidèle à l’odeur originelle. C’est une technique simple qui consiste à broyer les zestes dans une machine pour en extraire l’huile essentielle.

 


fleurs d'oranger

On l'utilise souvent en note de tête dans les eaux de toilette. 


- Classique de Jean-Paul Gaultier

- La vie est belle de Lancôme  

- Aura de Thierry Mugler 

- Gabrielle de Chanel 

- Ysatis de Givenchy 

- La fille de l’air de Courrèges 

- Mi Fa de Réminiscence

- Bouquet de la mariée de Guerlain .

- Infusion de fleur d’oranger de Prada


 

 

 

Pour en savoir plus

Partager cet article
Repost0

commentaires

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chêne de la Forêt de Chaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salines d'Arc et Senans


 

 

 

 

 

Cascade de la Billaude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains