Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2021 4 13 /05 /mai /2021 21:41
 
 
 
Mythologie des fleurs
 
La Campanule


 

Les Campanules sont des plantes herbacées vivaces ou bisannuelles de la famille des Campanulacées qui poussent à l'état sauvage en Europe et en Amérique du Nord.  


Le mot campanule apparu à la fin du 17ème siècle dérive d’un vieux mot médiéval, genre campanula (du latin campana) "Petite Cloche" qui désignait déjà la plante au 8ème siècle. Il y a même une légende italienne qui prétend que les fleurs des campanules auraient inspiré à un religieux la forme des cloches qui n’existaient pas au début de l’époque chrétienne.

 
Leurs fleurs "bleues, violettes ou blanches" sont hermaphrodites. 

 

 

L'abeille qui plongeait dans cette campanule,

Mes doigts agilement sur elle ont clos la fleur

Entends, si ton oreille approche sa cellule,

L'insecte bourdonner sur un ton querelleur.

 

Charles Guérin (1873-1907)

Recueil : Le semeur de cendres (1901).


 

 

 

La campanule séduit par sa généreuse floraison en clochette souvent bleu-mauve !


Elle offre des fleurs très délicates, en clochettes ou étoilées.

 

Les différentes espèces ont des formes très variées : elles peuvent être retombantes, tapissantes, ou érigées.

 

Le calice présente cinq dents, le plus souvent assez étroites. La corolle, en cloche, s'ouvre en cinq lobes, avec Cinq étamines, et Ovaire infère. Les fleurs sont généralement rassemblées en épis ou grappes dressés à l'extrémité des tiges, mais elles peuvent aussi être solitaires. Le fruit est une capsule à nombreuses graines. Leur large dispersion dans le monde montre qu'il s'agit d'un genre hémérochore. La Campanule regroupe un très grand nombre d'espèces que l'on retrouve principalement en zones tempérées.


Pour les botanistes, il n’y a pas "la" campanule, mais "des" campanules, des genres différents plus ou moins proches (Campanulastrum, Adenophora, Platycodon, Codonopsis, …) ; et encore, même au sein du genre Campanula, il existe une diversité de formes de fleur qui va au delà de la clochette populaire.


Dans la nature, on les trouve dans les fissures de rochers et les éboulis de haute montagne, dans les landes, les prairies et les bois des plaines. Leurs fleurs prennent des formes très diverses : en tubes, en clochettes, en étoiles, voire en coupes plus ou moins ouvertes. Leur hauteur varie de quelques centimètres à 2 m.


Les naines sont idéales pour la rocaille, les murets fleuris ou les talus ensoleillés. Les plus grandes font merveilles dans les massifs ou se naturalisent dans une prairie de fleurs sauvages ou un jardin de sous-bois. Elles sont intéressantes pour leur longue floraison estivale et leur facilité de culture.

 

 

 

 

Les campanules et les abeilles

 

 

Les Campanules sont, notamment, visitées par des petites abeilles solitaires. Elles y prélèvent nectar et pollen indispensables au développement de leurs larves, et parfois utilisée par elles comme abreuvoir, ses pétales en "vrai calice" collectent facilement l'eau de pluie. L'observation de ces fleurs est donc un bon moyen pour identifier ces pollinisateurs.


 

 

 

La Campanule à feuilles de pêcher (Campanula persicifolia),

Campanule de Perse ou Bâton de Jacob 

 


Est une plante herbacée de la famille des Campanulacées. La couleur des fleurs est bleu violacé clair à blanc.


Cette plante herbacée vivace est glabre, luisante et possède une robuste tige droite jusqu'en haut qui porte une grappe de deux à six grandes fleurs bleu clair largement ouvertes et inclinées vers le haut à corolle bleue en cloche à cinq lobes peu profonds, contenant un pistil à trois stigmates. 


Ses fleurs aussi souvent blanches que bleues forment des coupes ouvertes. Les feuilles de Campanula persicifolia, d'un vert soutenu luisant, sont assez coriaces et oblongues à très allongées. Elles forment des rosettes denses d'où émergent au printemps les tiges florales. Ces rosettes se désépaississent généralement lorsque la tige florale se développe.


Elle est présente dans les bois montagneux de presque toute la France.


Habitat : endroits ensoleillés, buissons, forêts claires et sur sols secs. Pousse dans tous les sols neutre à calcaire


Floraison : de mai à août, 
Dans un massif fleuri elles sont des reines, belles et faciles à entretenir. 

 

La Plante entière (Feuille, fleur), est comestible. 

Elle a des propriétés adoucissante et émolliente.

 

Elle se nomme en anglais Paper Bellflower, Peach-leaved Bellflower ou Willow Bellflower.


 

 

 

La Campanule à feuilles rondes (Campanula rotundifolia) 


est une plante herbacée vivace de la famille des Campanulacées. L'épithète spécifique rotundifolia évoque les feuilles basales arrondies.

 

Ses fleurs sont bleu pâle ou foncé, penchées. Sa tige est grêle et rarement droite, elle s’enroule autour des autres plantes poussant à proximité. Elle possède de petites feuilles linéaires le long de sa tige et des feuilles rondes à sa base.

 

Habitat : Prairies, orées de champs, rocailles, bords de routes.

 

Elle fait une excellente plante vivace de jardin. Fiable et peu exigeante, très tolérante, elle vit en pot, auge, rocaille, talus, même si le sol pauvre.


Elle s’installe volontiers dans les sols pauvres pour se couvrir de fleurs de juin jusqu’aux gelées.

 

En Angleterre, "bluebell"  réfère à la jacinthe sauvage ;

mais en Écosse, "bluebell" est le mot donné à la campanule à feuilles rondes, qui s'appelle "harebell" en Angleterre.


 


 

La Campanule à feuilles de Cochléaire (Campanula cochleariifolia),

campanule à feuilles de Cranson,

Campanule fluette ou Campanule à feuilles de Raifort, 

 


est une plantes herbacée vivace de la famille des campanulacées.


Elle a été considérée par certains botanistes comme formant une sous-espèce ou une variété de Campanula cespitosa ou de Campanula rotundifolia. Cette confusion taxonomique entraîne donc la présence pour cette espèce d'environ 130 synonymes taxonomiques.

 

Cette plante tapissante, s'étale en grandes plaques par des rhizomes traçants et ramifiés et offre en été, portées par des tiges grêles et souples, des fleurs simples, bleu pâle, qui penchent gracieusement vers le sol, un feuillage, vert foncé, avec des feuilles basilaires cordiformes.


Habitat : Elle est originaire des Alpes où elle croît dans les éboulis calcaires. 


Elle remplira rapidement les fissures, les vieux murs et les murets. Elle conviennent parfaitement à un jardin sauvage. 


La floraison a lieu de juin à août. 


 


 

La Campanule barbue (Campanula barbata)

 

 
est une plante herbacée vivace du genre Campanula et de la famille des Campanulaceae.

 

Cette campanule vivace est facilement identifiable grâce aux longs poils soyeux et raides des corolles en cloche, un peu ventrues d'un bleu pâle, rarement blanches, inclinées, pendantes, en courte grappe unilatérale. Les sépales velus sont séparés par des appendices rabattus vers la base de la fleur. Les feuilles allongées forment presque toutes une rosette basale. 

 

Habitat : Cette fleur pousse dans les prairies, les rocailles et les forêts des hautes montagnes. On la rencontre dans les Alpes, c'est une vraie montagnarde. 


Floraison : de Juin à Août

 

 

 

La campanule étalée (Campanula patula) 

 


est une plante herbacée de la famille des Campanulacées.


C'est une plante vivace ou bisannuelle, moyenne à grande, aux tiges anguleuses, elle est rude au toucher.

 

Ses feuilles sont oblongues, les supérieures sont plus étroites et sessiles. Elle a des fleurs bleu-violet, en panicule lâche, le pédoncule portant une petite bractée en son milieu ; les sépales sont linéaires.


Habitat : Cette campanule des sous-bois et des haies se rencontre sur sols siliceux. Elle se reconnaît très facilement à ses fleurs nombreuses dont la corolle possède des lobes pointus et très étalés.


De nombreuses espèces sont natives des montagnes de l’Europe centrale et du sud, ainsi que de la région méditerranéenne. Ce sont généralement des plantes vivaces qui contiennent du latex.


Floraison : de Mai à Août

 

 

 

La Campanule fausse raiponce (Campanula rapunculoides) 

 


est une plante herbacée vivace de la famille des Campanulacées.

À ne pas confondre avec le genre Phyteuma (les Raiponces) qui comprend des espèces bien différentes, quoique relevant de la même famille des Campanulacées.


Cette robuste et charmante plante vivace d'un bleu violacé dont toutes les fleurs pendent du même côté, mellifère et comestible est une espèce à cultiver dans les zones de jardin naturel, capable de s’imposer parmi d’autres plantes sauvages. Son feuillage est persistant. 


Floraison : juin à septembre


 

 

 

La Campanule raiponce (Campanula rapunculus),

bâton de Saint-Jacques, Raiponce cultivée, rave sauvage

 


est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Campanulacées. À ne pas confondre avec le genre Phyteuma (les raiponces) qui comprend des espèces bien différentes, quoique relevant de la même famille des Campanulacées.


C'est une plante dressée, velue, non ramifiée, aux feuilles inférieures pétiolées, ovales, légèrement dentées, aux feuilles supérieures sessiles, étroites et lancéolées. L'inflorescence est une grappe lâche généralement non ramifiée, de fleurs bleu-pâle en cloches, et regardent de tous les côtés.


Plante très charnue , tendre et d'une saveur douce, elle se mangeait en salade pour ces fleurs et ces feuilles , et l'on travaille ses racines comme le raifort.

 

On la semait en juin ou juillet , dans un mélange de terre fine et de sable , et on pouvait la récolter en automne et même en hiver.

 


Elle était souvent utilisée au jardin autrefois, décorative, tolérante et facile à cultiver, mais aussi comestible : c’est un légume ancien.
Habitat : bois, les prés et les lieux secs.


Floraison : Juin à Août

 

Du 17° au 19° siècle, on mangeait la fleur  raiponce (campanula rapunculus) crue en salade , puis l'on consommait ces tiges et ces feuilles crues ou blanchies elles aussi en salade ou cuites comme la chicorée et enfin ces racines étaient râpées ou blanchies comme le raifort et utilisées comme assaisonnement ou en salade .

 

Usage : 
Médecine : la campanule raiponce soignait les maux de gorge et problèmes digestifs. Grâce à sa propriété antiseptique, elle était aussi un remède dans la digestion, surtout après des repas copieux, les gingivites et les conjonctivites.

 

 

Cheveux d’évêque ou encore pieds de sauterelle étaient ces surnoms en France 

 
 

 

 

La Campanule des Alpes (Campanula alpestris) 

 


Est une petite plante herbacée vivace de 3 à 10 cm, à souche rampante-stolonifère, de la famille des Campanulacées. Elle pousse dans les  Alpes occidentales (endémique du Dauphiné, de la Savoie et du Piémont).


Les grandes fleurs sont bleues (longues de 3 à 4 cm), en forme de clochette (5 pétales soudés), le plus souvent solitaires et penchées. Le calice calice poilu, muni de 5 appendices d'un tiers plus courts que le tube, à lobes ovales-lancéolés, égalant le tiers de la corolle. Tiges très courtes, simples, très feuillées à la base.  Les feuilles très rapprochées, oblongues-lancéolées ou obovales, entières ou ondulées, pubescentes. Feuilles en rosette portent des poils rudes.

 
Habitat : pelouses caillouteuses, les éboulis, entre les rochers, sol calcaire.


Floraison : juillet - août


 

 

 

La Campanule carillon (Campanula medium), campanule des jardins 

 


Peu exigeante et pleinement rustique, c'est une espèce de campanule à grandes fleurs plus bisannuelle que vivace, une très belle fleur des champs portée par une tige solide, à la floraison spectaculaire, en forme de grande cloche simple, d'un bleu-violacé candide, originaire des régions méridionales d'Europe (endémique de France et Italie).


Des traditions populaires ont par ailleurs rebaptisé certaines fleurs en référence à Sainte Vierge ou à la Trinité. Parmi les noms vernaculaires que les paysans d’autrefois leur ont attribués, on trouve notamment la Violette de Marie, autre nom de la Campanule carillon (Campanula Medium).


Habitat : s'installe facilement au jardin, même dans les sous-bois et les coteaux pierreux. C'est une plante idéale pour les zones ombragées, un peu sauvages et les jardins sans jardiniers.


Floraison : fin de printemps - début d'été.


Ses fleurs tiennent longtemps dans les bouquets.


 

 

 

La Campanule à fleurs en tête (Campanula cervicaria), 

Campanule cervicaire, campanule hérissée

 


La campanule cervicaire est une plante à la durée de vie limitée puisqu’elle ne vit généralement pas plus de deux ans. C'est une espèce héliophile ou de mi-ombre. Elle croît dans n'importe quel type de sol de légèrement acide à basique, riche ou pauvre, elle supporte même les terres lourdes.
 


Les fleurs sont pollinisées par les abeilles et les syrphes. L’autopollinisation est également possible, mais dans ce cas le nombre de graines produites est nettement plus réduit.


Cette grande plante est l’une de nos plus belles campanules. Elle est généralement facile à reconnaître grâce à son inflorescence, constituée d’une dense ombelle bleu clair et parfois blanche en forme de cloche. Elle se distingue par la forme des fleurs disposées en grappes denses formant un racème, terminant la tige à bord anguleux, à poils rugueux. Feuillage persistant l'hiver en rosette basse.


Fruit : Capsule conique et arrondie, très étroite, à nervures marquées, poilue, penchée, s’ouvrant à sa base.



L’espèce est peut-être arrivée il y a longtemps en Finlande. Elle pousse généralement dans des lieux que les hommes ont nettoyés. Comme de nombreuses anciennes espèces de culture de brûlis, la campanule cervicaire décline fortement parallèlement à la disparition de ses habitats traditionnels.


Habitat : Lisières de forêts, prairies de coteaux, les haies et les prairies d’Europe centrale.

 
Floraison : fin juin à début septembre


 

 

 

La Campanule des murets (Campanula poscharskyana -

Campanula muralis), campanule des murs, campanule des murailles. 

 

C’est une belle plante vivace, ultra-rustique, de la famille des Campanulacées, robuste formant une touffe tapissante. Ses feuilles sont irrégulièrement dentées, en forme de coeur, d'un joli vert moyen persistant. Sa floraison s'étend de juillet à septembre, sous forme de panicules dressée ou étalées peu ramifiées composées de fleurs tubulées ou en entonnoir de 1 à 2 cm de long, bleu,mauve, violet, blanc. 


Elle est native des Montagnes de Croatie, Serbie, Monténégro, Bosnie-Herzégovine et des montagnes calcaires d'Italie et du bassin méditerranée.


Habitat : Cette plante se développe à mi-ombre ou soleil non brûlant, à l'abri des vents froids, dans une bonne terre de jardin, ordinaire et bien drainée, pouvant être calcaire.


Floraison : fin Juin et juillet, refleurit plus discrètement jusqu’en septembre

 

L'espèce a été décrite en 1830 par Alphonse Pyrame de Candolle, à la suite des travaux de Franz von Portenschlag-Ledermayer (1772-1822). L'épithète spécifique muralis signifie "qui pousse sur les murs ".


 

 

 

La campanule étoilée (Campanula garganica) 

 


Est une plante de la famille des Campanulacées, oginaire du sud de l'Italie et de la Grèce.


Cette petite campanule à tiges rampantes est une petite vivace semi-persistante à persistante. Ses clochettes évasées en étoile bleu lavande à mauve clair s'élèvent d'un tapis de petites feuilles vert clair codéiformes et dentées en une floraison estivale prolongée. 


Cette petite vivace, encore rare dans nos jardins, a le charme et la robustesse des plantes sauvages.


Elle est originaire des montagnes du sud de l'Italie et de Grèce, mais son aire de répartition s'étend jusqu'en France. 


Habitat : elle fait merveille entre les pierres d'un mur, entre les dalles, ou en rocaille.


Floraison :  juin - juillet.

 
 

 

 

La campanule des Carpates (Carpathes) (Campanula carpatica),

 


Est une plante herbacée, vivace ou bisannuelle, du genre Campanula et de la famille des Campanulacées.


La campanule des Carpates, fait partie des plantes vivaces incontournables ; cette campanule forme des coussinets denses, est probablement celle qui fleurit le plus longuement. Les fleurs  d'une couleur bleue, blanche ou rose, facile à contenter, facile à faire fleurir, facile à semer, tout en étant très jolie, compacte, et à longue floraison.


Elle développe un groupe de longues tiges plus ou moins rampantes, portant des feuilles alternes longuement pétiolées, au limbe triangulaire de quelques centimètres, bordé de petites dents pointues. Même hors floraison ce feuillage serré est intéressant. Campanula carpatica est cependant caduque et perds son feuillage en hiver, sauf si l’hiver est doux.


Elle est originaire de l’Europe centrale, notamment des Carpates ; cette origine lui permet une grande rusticité. La campanule des Carpates est considérée comme la plante vivace pour débutants.

 
Habitat : elle tolère n’importe quel sol drainant tant qu’il n’y a pas d’excès de chaleur et de sécheresse.


Floraison : fin du printemps, fin été


 


 

 

La campanule à larges feuilles (Campanula latifolia) 

 


Est une plante herbacée vivace appartenant à la famille des Campanulacées. Cette campanule est indigène de France, elle est présente ponctuellement dans nos différents massifs montagnards, croissant en zone boisée ou lisière forestière. Elle est protégée, car assez rare. Elle s’étend vers le nord de l’Europe et le centre de l’Europe, jusqu’au Caucase.


La plante entière est couverte de poils. Elle déploie plusieurs hautes tiges florales robustes et feuillées, parfois ramifiées, et atteint parfois jusqu’à 1,50 m de hauteur. Le feuillage est  persistant.


Les fleurs sont grandes. Leurs corolles d’abord étroitement tubulaires s’ouvrent en étoile et se divisent en 5 lobes pointus. Elles ont une tendance à se tenir dressées en début de floraison. Elles sont généralement soit d’un bleu profond, soit blanc pur.


Cette plante indigène montagnarde assez rare était une plante traditionnelle des jardins de curé, et les jardins de nos grand-mères, se transmettant de génération en génération, améliorée par une lente sélection, pour presque disparaître avec la mode des pelouses et le désintérêt pour les jardins de cottage. En climat frais et arrosé, la campanule à larges feuilles est une plante sage et fidèle, une plante d’ombre claire qui nécessite peu de soins, et dont la haute floraison apporte relief et structure.

 

Habitat : tolérante à toute sorte de sols, graveleux à lourds. Elle préfère cependant qu’ils soient fertiles et qu’ils ne se dessèchent pas trop en été. Elle se cultive aisément et sans entretien dans tout jardin en climat frais et arrosé. C’est une excellente plante d’ombre. Elle est extrêmement rustique, résistante au gel jusqu’à -34 °C.

 

Floraison : printemps, été, abondamment visitées par les insectes. Rabattre les tiges défleuries en juillet permet d’obtenir une nouvelle floraison fin aout/septembre.

 

Comme nombre de campanules, Campanula latifolia est comestible. Feuilles et fleurs peuvent agrémenter une salade. Les jeunes tiges printanières sont parfois cuites en légumes.

 

Les chiens aussi peuvent apprécier de les mâchonner et en prendre l’habitude : c’est sans conséquence.


 


 

La Campanule en thyrse (Campanula thyrsoides) 

 


Est une plante herbacée des Alpes, du Jura et des Balkans.
 

C'est une plante curieuse par son coloris et sa forme inhabituelle chez les campanules, bisannuelle,ou vivace monocarpique à racine charnue, d'une hauteur de 10 à 70 cm aux fleurs jaunes pâles en épi dense ou en thyrse. Sa forme et sa couleur inhabituelle chez les campanules ne laisse place à aucune confusion. La tige est simple, épaisse, hérissée.

 

Floraison : généralement de juillet à août, mais parfois dès juin.

 

Habitat : Pelouses alpines calcaires à l'étage alpin ou subalpin, généralement de 1500 à 2600 mètres d'altitude, mais parfois dès 1000 mètres.

 

En France, cette espèce est protégée en région Franche-Comté


 

 

 

La Campanule à belles fleurs ou Campanule des Corbières

(Campanula speciosa) 

 


Est une plante herbacée vivace, hermaphrodite, plus ou moins velue-hispide, de la famille des Campanulacées.


Cette espèce peu commune pousse dans les éboulis, les rocailles et les falaises, de préférence calcaires, des Cévennes, des Causses, de Corbières et des Pyrénées centrales et orientales, altitude 1100 - 1800 mètres.


La tige anguleuse portes des feuilles serrées, allongées et ondulées sur les bords.

Les grandes fleurs bleu violacé, à lobes peu profonds, bordés d’une courte frange de poils, forment une inflorescence dense occupant généralement une bonne partie de la tige. Elles possèdent trois stigmates et et le calice présente des appendices rebroussés entre les sépales. 

 

Fruit : capsule à 3 loges s’ouvrant par 3 pores.


Habitat : Éboulis et rochers des montagnes calcaires - 


Floraison : mai- juillet 


Protégée en région Aquitaine et Midi-Pyrénées


 

 

 

La campanule du Mont Cenis  (Campanula cenisia), 


 
Cette petite campanule naine, peu commune,  est une petite plante vivace rhizomateuse qui croît dans l'ouest des Alpes (du Dauphiné au Tyrol), haute de 2 à 6 cm, elle forme des plaques dans les éboulis rocheux et les rocailles, à haute altitude (entre 2 000 et 3 000 mètres).

 

La souche rampante émet de nombreuses rosettes de feuilles ovales, un peu charnues, ciliées à la base. Les fleurs solitaires sont bleu lilas pâle possèdent une corolle est profondément fendue en lobes étalés.

 

Habitat et  Usages : fissure, auge, jardin alpin, éboulis, couvre-sol, auge, 


Floraison : juillet à septembre


C'est une fleur comestible

 

 

 

La Campanule agglomérée  (Campanula glomerata),

Campanule à fleurs agglomérées,  Ganteline, 

 


Est une plante herbacée vivace de la famille des Campanulacées, originaire du sud de l'Europe et de la Turquie. En France, elle est présente dans les Alpes, le jura, les Vosges, les Pyrénées et dans l'ouest (sauf en Bretagne). On la rencontre particulièrement dans les zones boisées et humides.


Haute jusqu'à une soixantaine de centimètres, elle développe des tiges grêles mais coriaces, rougeâtres et velues. La plante commence par former une rosette de feuilles plus ou moins allongées et arrondies portées par de longs pétioles. Toutes présentent un contour dentelé et une nervation pennée.


Elle porte des têtes denses et arrondies assez grosses Les fleurs sont organisées en denses grappes dressées en bouquet terminal au-dessus du feuillage.  Elles se déclinent en bleu lavande à violet foncé, ou en blanc.
Végétation vigoureuse, très rustique. 


Fruit : Capsule inclinée nettement nervurée, environ 5 mm de long, déhiscente à la base.


Habitat : Taillis, coteaux de prairie, bords de chemin, pâturages secs, riches forêts mixtes.


Floraison : mai à septembre. Elle se ressème toute seule. 


La rare, mais semblable C. cervicaria diffère par ses pétioles à larges ailes et les lobes de son calice à extrémité arrondie. En outre, la campanule agglomérée est légèrement duveteuse, tandis que les poils de C. cervicaria sont épais.


 

 

 

La campanule de Scheuchzer  (Campanula scheuchzeri Vill. 1779),

 

 
Est une plante herbacée vivace appartenant à la famille des Campanulacées.
Cette campanule  haute de 10 à 80 cm.

 
Elle est proche de C.rotundifolia 1753, mais plus adaptée aux conditions des hautes altitudes. Avant la floraison, ses boutons floraux sont pendants, ce qui permet la différentiation avec la campanule à feuilles rondes (Campanula rotundifolia), espèce très proche.


Ses feuilles sont longues et fines. Sa tige est assez courte. Les fleurs sont souvent uniques. Cette fleur bleu violacé en forme de clochette est grande, souvent solitaire. 

 

Habitat : pousse sur les terrains pauvres et secs de l’étage alpin jusqu’à                 3400 mètres.

           Régions montagneuses - pâturages, pelouses, rocailles.


Floraison : de Mai à Octobre


 

 

 

Campanule de Corée (Campanule takesimana) 

 

est une plante herbacée, de la Famille des Campanulacées, originaire d'Extrême Orient et d'Asie.

Les fleurs de cette campanule sont en forme de très longues clochettes tubulaires, d'un rose liliacé satiné, ou blanc découvrant à peine une gorge pourpre tachetée de brun-violet.

Cette remarquable vivace coréenne de taille moyenne forme avec le temps de larges touffes de rosettes basales d'où émergent en fin de printemps et en été des tiges florales feuillues, graciles et arquées, feuilles vertes dentées. 

 

Elle apprécie une exposition ensoleillée, mi-ombre. 


Cette plante rustique résiste toutefois à des températures au-delà de -15°C. 


Habitat : en Rocaille, en Bac, en Pot, en Jardinière, en Bordure


Floraison : fin de printemps, été


Les hampes florales de la Campanule de Corée sont fragiles et doivent être protégées du vent.


 

 

 

Campanule isophylla (Campanula isophylla)

"Étoile de Bethléem", "Etoile, du marin"  

 


Cette campanule  vivace, annuelle ou bisannuelle  de la famille Campanula, est composée de feuilles ovales, cordiformes, elle produit de jolies fleurs étoilées bleues ou blanches. 


Originaire du sud de l'Italie, cette campanule n'est pas rustique.  Son feuillage persistant, sa hauteur de 20 cm maximum, son port retombant sur plusieurs dizaines de centimètres et sa floraison lui confèrent les qualités pour la culture en suspension dans un coin lumineux et ventilé. Elle est souvent utilisée comme plante tapissante ou retombante.


Habitat : dans un substrat plutôt calcaire mélangé à une bonne terre de jardin car elle redoute l'excès d'humidité.


Floraison : optimum de juin à octobre


Elle fleurit en blanc (la plus robuste) ou en bleu tout au long de l'été à condition de retirer les parties fanées. Souvent proposée en panier suspendu, cette campanule se palisse facilement sur un petit arceau. Certaines sont de bonnes plantes de rocaille, , les plates-bandes ...


Elles sont cultivées pour leurs fleurs à cinq pétales souvent en forme de cloche.


Elle préfère  le soleil ou la mi-ombre.


Pour être cultivée en intérieur, la campanule isophylla a besoin d’une période de repos hivernal lors de laquelle elle est placée dans une pièce fraîche et très peu arrosée.


 



 

Campanule fragilis (Campanula fragilis), "étoile de Marie"
 

 

Est une plante vivace herbacée, de la famille des campanulacées, originaire d'Europe (Italie).


Elle est très voisine de C. isophylla. Il existe une certaine confusion entre ces deux cultivars, pas très loin de se prendre pour des jumeaux. Leur culture est d'ailleurs sensiblement la même. Elle peut être rustique en sol bien drainé.


Feuillage vert persistant, feuilles cordiformes, crénelées, sur un long pédoncules. Fleurs bleues en étoile sur des Etoile du marin, ou de Marie dans le langage populaire, jalousement gardée, souvent convoitée par les voisines, elle a accompagné les immigrants italiens dans toute l'Europe, et demeure très populaire. 


En Provence, autour de Saint-Maximin, elle accompagnait la procession de Marie-Madeleine, les pots sortis bien en vue sur la fenêtre à cette occasion. Localement appelée "la Madeleine". 


Bien que résistante au froid elle reste surtout utilisée en pot. Délicate en culture, sensible à l'humidité sur le feuillage au moment de la floraison, elle appréciera un arrosage au pied ou dans la soucoupe. En hiver, la tenir sur une fenêtre bien contre la maison, presque au sec. Elle peut résister à -12° à -16°


Habitat : rocaille mi-ombre


Floraison : mi-juillet à septembre

 

 

 

Campanule pyramidale (Campanula pyramidalis)

 


Cette plante se comporte plus en bisannuelle qu'en vivace, sa rusticité est moyenne.


L'élégante campanule pyramidale, mesure 1 à 2 m. Ses feuilles cordiformes forment des touffes à la base et elle produit des tiges droites raides, fortes, verticales qu'il est nécessaire de tuteurer sous peine de la voir s'effondrer au premier coup de vent.

 
Une très haute campanule produisant des grappes de fleurs pouvant atteindre 3 mètres de haut, de couleur bleu violacé pâle, en large coupe étoilée, ou blanches, qui s'ouvrent dans un roulement ininterrompu.

 

Elle s'installe en sol calcaire bien drainé car elle craint l'humidité. Ces campanules forment de très belles potées à rentrer à l'abri en hiver.


Habitat : Elle se plait également en terrain maigre et graveleux, au pied d'un mur par exemple, dans les parties plus ou moins abritées par les avancées des toits. Massif, Bordures et allées.


Floraison : de mai à septembre. 

 

On peut en faire de jolis bouquets.



 


 

Campanule zoysii (Campanula zoysii),  "Bâton de Maréchal"

 


Est une vivace de la famille des campanulacées. Cette alpine violette est rare, et très convoitée. Elle est de culture délicate. Il lui faut une exposition chaude et ensoleillée.


Petite campanule aux fleurs en grelots, C'est une petite plante assez poilue, aux tiges ramifiées, aux feuilles alternes oblongues légèrement gaufrées, aux fleurs mesurant environ 2 cm, à corolles en étoile, groupées en panicules lâches, aux sépales dentés. Le fruit est une capsule.


Elle est endémique des Alpes du sud-est et pousse dans les fissures de parois rocheuses calcaires. Dans le monde, elle est principalement présente en Slovénie, mais déborde également un peu en Italie (Udine) et dans le Sud de l'Autriche (Carinthie), dans les Hautes Alpes.


Habitat : rochers calcaires secs etr ensoleillés d'altitude, 1400 à 2500 mètres.


Floraison : de Juillet à Septembre

 

Elle se distingue du Miroir de Vénus hybride (Legousia hybrida) par ses fleurs plus grandes.


 

 

 

La campanule à fleurs laiteuses, (Campanula lactiflora) 

 


C’est une plante vivace appartenant à la famille des Campanulacées, originaire du Caucase, de Turquie et d’Iran. La campanule à fleurs laiteuses, est extraordinairement généreuse, typique des jardins anglais. Elle se naturalise et se ressème volontiers, remplissant les massifs en créant de merveilleuses scènes. 

 

Elle produit des tiges dressées et ramifiées. Ses feuilles sont triangulaires dentées, sans pétiole, d’un vert profond et lustré : elles créent un feuillage vigoureux et rafraîchissant. Les inflorescences se développent en position apicale, en plusieurs panicules imposantes. Toute la plante semble groupée en grappes denses explosant en une montagne de fleurs fleurs rose tendre, lavande au cœur clair ou blanche.

 

Elle est ornementale, mellifère, et accueillent de nombreux pollinisateurs. 


Elle est rustique, vigoureuse et capable de se frayer une place dans un espace sauvage. 


Elle est adaptée au climat tempéré et froid -28° où les nuits restent chaudes trop souvent (température supérieure à 22°C). C'est le genre de plante qui se débrouille toute seule.


Elle est facile à cultiver et à réussir.


Habitat : massifs,  soleil à mi-ombre, sol riche et humifère. 


Floraison : s’épanouit de juin à juillet, puis lorsque la plante est rabattue remonte d’août à octobre.


Autofertiles, des fruits en capsules suivent les fleurs et libèrent de fines graines.


C'est une plante comestible

 

 

 

La campanule à grandes fleurs, (Platycodon grandiflorus),

Campanula glauca, Platycodon glaucus, le Platycodon,

 

 
Est une plante herbacée vivace, de la famille des campanulacées, originaire d'Extrême-Orient (Sibérie, péninsule coréenne, Japon, Chine du Nord). C'est la seule espèce actuellement décrite du genre Platycodon. 


Elle est  cultivée depuis longtemps dans les jardins, et se décline en nombreuses variétés horticoles dont certaines sont très anciennes. C’est une intéressante plante de massif dense et florifère, tiges rigides, hautes et habillées de feuilles entières allongées, opposées, voire verticillée, au beau feuillage dense, d’un joli  vert bleuté.

 

Les fleurs individuelles de texture épaisse, sont en forme d’étoile, bleu mauve. Les variétés plus compactes sont utilisées en jardinière. La campanule à grandes fleurs est rustique -35°C.


Il existe aujourd’hui des cultivars aux fleurs roses, blanches, doubles, blanches joliment éclaboussées de bleu .


Habitat : massifs, en bac ou en jardinière, Platycodon grandiflorus demande des arrosages très réguliers. Exposition soleil à mi-ombre, sol argileux, légèrement acide à neutre.


Floraison : juillet à septembre

 

Les fleurs sont visitées par les insectes et produisent de petites graines noires et rondes.


Cette plante est le symbole des villes japonaises d'Ichinomiya et d'Isehara.


 

 

 

La campanule des canaries (Canarina canariensis), 

 


Est une plante de la famille des campanuilacées. Cette jolie cousine de nos habituelles Campanules,  nous arrive des Canaries où elle hante les ravins ombragés et pas trop secs en hiver. Pour atteindre 2 ou 3 mètres de hauteur tout en se ramifiant, elle aime se hisser sur les arbrisseaux environnants. 


C'est ainsi qu'il faut cultiver Canarina canariensis, la seule campanule aux fleurs en grandes clochettes, orangées veinées de brun rouge. Ses élégantes feuilles découpées d’un beau vert  fait ressortir ses nervures violettes. 


Dans le Sud, cette plante originale demande peu de soins : elle suit le rythme des saisons avec la particularité d'égayer le jardin de sa splendide floraison en hiver (jusquà -9°C.).


Elle ne supporte pas les fortes chaleurs, et se mettra en dormance pour supporter les grosses chaleurs. Un mi-ombre leur est donc favorable et un arrêt des arrosages l’été pendant que cette demoiselle se repose.


Habitat : massifs, haies basses ou vérandas, 


Floraison : fin d’hiver, début de printemps 


 

 

 

Campanule gantelée (Campanula trachelium L.),

Gant de Notre-Dame, Campanule à feuilles d'ortie

 

 

C'est une campanule vivace, qui se remarque par une haute tige robuste, anguleuse et hispide en bordure des bois et des lisières.

 

Les fleurs en clochette bleue sont en grappes feuillées multiflores, avec une bractée à la base, l’ensemble a un toucher rude. Les feuilles grandes, ovales triangulaires, en cœur à la base, pétiolées, fortement dentées, poilues, scabres.

 
Le calice et les pétales sont hérissés de longs poils. Les poils ne sont pas urticants. Elle atteint 1,50 m. 


La plus proche de cette espèce est Campanula latifolia, mais le calice et la capsule du fruit sont glabres chez latifolia et velus chez trachelium.


Habitat : sous-bois, lisières, chemins forestiers, sols frais et riches ; dans toute la France.


Floraison : Juin à septembre.


Elle est médicinale.


 

 

 

La campanule Miroir-de-Vénus (Legousia speculum-veneris),

Speculaire miroir, Mirette, Gant de Notre-Dame ou Gantelée.

 


Ses autres appellations sont Campanula speculum L., Legousia arvensis Durande, Specularia speculum veneris (L.) De Candolle, Prismatocarpus speculum L'Héritier. En Allemagne Gemeiner Frauenspiegel, en Espagne espejo de venus, en Italie specchio di venere comune et en Angleterre large Venus's-looking-glass.


Elle se distingue du "Miroir de Vénus hybride" (Legousia hybrida) par ses fleurs plus grandes.


Le genre Legousia a été dédié au botaniste Bénigne Le Gouz de Gerland, qui fonda en 1773 le Jardin Botanique de la ville de Dijon.


C'est une plante herbacée annuelle de la famille des Campanulacées.


C'est une petite plante assez poilue, aux tiges ramifiées, aux feuilles alternes oblongues légèrement gaufrées d'un vert franc, aux fleurs à corolles en étoile d'un bleu-violet à violet brillant, coeur de la corolle blanc, groupées en panicules lâches, aux sépales dentés. 


Le fruit est une capsule.


Cette fleur pousse le long des chemins. 


Habitat : champs cultivés, friches, parfois bord de chemins et terrains vagues.


Floraison : mai à juillet


Le miroir de Vénus est utilisée en salade.

 

 

 

 

On appellerait la campanule Legousia speculum-veneris "Miroir de Vénus" car en son centre se trouve un disque brillant dont la déesse Vénus se servait comme d’un miroir pour vérifier l’éclat de sa beauté lorsqu’elle allait retrouver Adonis, son amant, en cachette de son mari Héphaïstos et de sa rivale Perséphone.


La campanule "miroir de vénus" est le symbole de la coquetterie.

 

Jacopo de Barbari - Vénus (c.1470)

 

 

 

Mythologie celtique, 

 


la Campanule est une des fleurs favorite des elfes et des fées,  aux pouvoirs les plus grands, qui s'en servaient comme de petites cloches annonciatrices d'enchantements.

 

Dans une forêt semée de campanules magiques, lieu où agissent les charmes des elfes, celui ou celle qui entendait leur tintement voyait un de ses vœux s'accomplir ou au contraire entendait le glas de ses propres funérailles sans savoir ce qui serait finalement réalisé. 


Pour les Écossais, la campanule est la "cloche des morts" car "qui entend tinter la campanule entend le glas de ses funérailles".

 

Cicely Mary Barker fée campanule


 


 

I° siècle

 

 

Platycodon (jiegeng Jie Geng 桔梗) a été référencé pour la première fois dans l'ancien livre chinois Shennong Bencao Jing , ca. 100 après JC.   Il a été brièvement décrit comme suit :


- Jiegeng : Amère, non toxique, traitant principalement les douleurs thoraciques comme si elles étaient poignardées par un couteau, la plénitude abdominale, les grondements intestinaux continus et la peur : palpitations (les troubles physiques et mentaux causés par la peur).   Il pousse dans les montagnes et les vallées.

 

 

 

 

III° siècle

 

 


La racine de Platycodon a été fréquemment utilisée dans la pratique de la médecine chinoise depuis cette première description et a été incluse dans les premiers guides de formule Shanghan Lun et Jingui Yaolue (ca.220 après JC), principalement pour le traitement d'abcès.

 

 

 

V° siècle

 

 

Evêque Saint Paulin de Nole (353-431)

 

La région était réputée dès l'Antiquité par la qualité de l'airain de ses cloches. La légende populaire en fera alors le fondateur des cloches d'église occidentales modernes.

La tradition veut que ce soit saint Paulin de Nole (353-431) de la ville de Nole en Campanie (région d'Italie méridionale) dont il fut évêque, qui donna son nom aux cloches (campana). Il en conserve l'attribut.

Dans les couvents, on distinguait 5 sortes de cloches : celle du réfectoire (squilla), du cloître (cymbalum), et surtout celles du clocher (campana), et du chœur (nola).


La forme de la campanule étant en forme de clochette, les chrétiens lui donnèrent le doux nom de "campanule"

 


Dessin Sanguine et rehauts de craie blanche 
Saint Paulin de Nole (Bordeaux 353 - Nole en Italie 431)

La symbolique du dessin : "La cloche" 


 

 

 

X° siècle

 


Platycodon est toujours utilisé dans les formules pour traiter les gonflements cutanés, tels que les abcès, et est également utilisé pour le traitement des abcès intestinaux (utilisés par voie orale ou par lavement) et des abcès pulmonaires.  

 

Dans le traitement des troubles intestinaux, il est couramment utilisé dans la prescription appelée Shenling Baizhu San (formule Ginseng et Atractylodes), développée pendant la dynastie Song (environ 1000 après JC) pour traiter la diarrhée; la formule a été adoptée pour soulager de nombreux troubles inflammatoires des intestins.  

 

Enfin, on dit que le platycodon apaise un mal de gorge ou soulage l'enrouement.  


Bensky D et Gamble A, Phytothérapie chinoise: Materia Medica , 1993 rév. éd., Eastland Press, Seattle, WA.

Dong ZL et Yu SF, étude moderne et application de Materia Medica , 1990 China Ocean Press, Pékin.

Haung BS et Wang YX (compilateurs), Mille formules et mille herbes de médecine traditionnelle chinoise , 1993 Heilongjiang Education Press, Harbin.


 

 

 

XV° siècle

 

 

En Anjou, le roi René (1409-1480)  dit le 'Bon Roi René" homme d'une grande culture, fin lettré ,fait mention de la plante dans un poème décrivant un repas rustique intitulé

Les amours du bergier et de la bergeronne :


..."du sel et aussi des noisetes, et foison sauvages pommetes, des responses et des herbetes"...

 

 

 

Eloy d’Amerval (1455-1508) chantre, compositeur et poète qui décrit dans 


La grande diablerie 


..."les peines qui attendent les gourmands au séjour des réprouvés ; il leur déclare que : serfueil n’y aura, ne cresson, ne lettue aussi, ne responce "...

 

 


La salade de raiponce était un mets recherché au XV° siècle et Rabelais , classe le Raiponce (campanula rapunculus) comme un mets usité à l'époque.


 

 

 

XVI° siècle

 


1503

Eclairage des Grandes Heures Anne de Bretagne, montrant le nom latin Mella au-dessus et l'ancien nom français Responces au-dessous.

À droite, une deuxième version de l'illumination dans un livre d'heures de 1515, clairement tirée de l'original.

 

 

 

La Campanule raiponce (Campanula rapunculus), était cultivée comme légume autrefois pour ses racines charnues et ses jeunes pousses.

 

Dès le XVI° siècle elle est "améliorée" par rapport à la souche "sauvage" et plantée dans tous les potagers pour une consommation de feuilles en salade et de racines, un peu fades et gélatineuses après cuisson. Elle est progressivement supplantée par l'épinard au XVII° siècle. 

 

Rampion (Campanula rapunculus LINN.)

 

 

 

Horae ad usum Romanum,

dites Grandes Heures d'Anne de Bretagne 

Jean Bourdichon (1457-1521). Enlumineur
 

Bertonique - Betonica (Campanula medium L. = campanule carillon) -

BNF, Ms Latin 9474, 1503-1508, f°79v


 


 

Pierre de Ronsard (1524-1585) poète français 

 


..."je cueilleray, compagne de la mousse, 

la responsette à la racine douce

Et le bouton des nouveaux groiseilliers"... 

 

 

XVII° siècle

 


Jean Eudes, (1601-1680) prêtre français oratorien, 

aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : 

A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, 

Fleurs de Printemps, Paul Lechevalier, 1929.

 

Les campanules (genre Campanula du latin "petite cloche") 

campanula Medium L.

 

 

 

1694 

 

Campanule

 

(Tournefort, Elemens de botanique, 3epart., section VII, genre I Campanula, p. 90). Empr. au lat. médiév. campanula proprement "petite cloche", terme de botanique aux VIII°-IX° siècle. (Fragm. mul. I, 15 ds Mittellat. W. s.v., 129, 16); l'italien campanula est déjà mentionné en 1600 par Olivier de Serres, Théâtre d'Agriculture, VI, 10 ds Hug. 

 

En 1694, Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708), botaniste français, publie son premier ouvrage, Éléments de botanique ou méthode pour connaître les plantes. 


L’esprit clair et précis qui préside à la rédaction de l’ouvrage, ainsi que la qualité des illustrations de Claude Aubriet, futur peintre du roi, a considérablement contribué au succès de la classification. Le botaniste précise dans son avertissement :


 "La méthode suivie est fondée sur la structure des fleurs et des fruits. On ne saurait s’en écarter sans se jeter dans d’étranges embarras…" 

 

Campanula Cretica, saxatilis, bellidis folio, magno flore, I R Herb 3, Anonyme.

Collection du MNHN-Paris - Direction des bibliothèques et de la documentation

 


 

Le Raiponce (Campanula rapunculus) ,

 

Salade d'automne et d'hiver était très en vogue en raison de sa racine charnue et comestible, au délicat et léger arôme de noisette, légèrement sucrée, ne laissa pas indifférentes les tables princières : 


Dans l’œuvre de François Pierre de la Varenne (1618-1678), Le cuisinier français publié en 1651. La Varenne, cuisinier du marquis d’Uxelles, faisait figurer la raiponce dans les repas d’apparat. 


 

 

XVIII° siècle

 

 

Louis de Châtillon  (1639–1734) peintre sur émail et à gouache et un graveur sur cuivre français.

Eau-forte

Campanula arvensis

Doucette

(synonyme : Legousia speculum-veneris)
 


 

 

 

Le terme de campanule, apparu dans le langage en 1704 et admis à l’Académie en 1762,

est l’adaptation française de l’italien médiéval, campanula, diminutif de campana "cloche"

 

 

1785


La Campanule à feuilles de Cochléaire (Campanula cochleariifolia), Campanule à feuilles de Cranson, Campanule fluette ou Campanule à feuilles de Raifort.


L'espèce a été décrite en premier en 1785 par le botaniste français Jean-Baptiste de Lamarck (Jean-Baptiste Pierre Antoine de Monet, chevalier de La Marck, dit Jean-Baptiste de Lamarck 1744-1829, Paris). D'abord botaniste, il se consacre ensuite à la zoologie des insectes et de vers. 


De nombreux auteurs lui ont attribué de nombreuses variétés et sous-espèces qui ne sont pas reconnues aujourd'hui. 

 

 

 

Johann Jakob Römer ou Joanne Jacobo Roemer (1763-1819) naturaliste suisse
Il dirige le jardin botanique de Zurich.  Avec Paul Usteri (1768-1831),

il fait paraître le "Magazin für die Botanik (de 1787 à 1790)", Usteri continuera, seul, par les "Annalen der Botanik" (de 1791 à 1800).

Römer fait paraître également "Genera insectorum Linnaei" et "Fabricii iconibus illustrata a Joanne Jacobo Roemer" en 1789. Il participe à la rédaction de la seizième édition de "Systema Vegetabilium".

 

1801
campanula Mollis Flora Europaea inchoata (Pl. 49)

 

 

 

Katsushika Hokusai (1760-1849)

peintre, dessinateur et graveur spécialiste de l’ukiyo-e, ainsi qu'auteur d'écrits populaires japonais surtout connu sous le nom de Hokusai ou son surnom de   "Vieux Fou de dessin".


campanules et libellule

 

 

 

XIX° siècle

 

Heinrich Gottlieb Ludwig Reichenbach (1793-1879) botaniste et un zoologiste allemand

Reichenbach, H.G.L., Iconographia botanica seu plantae criticae (1823-1832)
Iconogr. Bot. Pl. Crit.

campanula crenata - Campanula rapunculoides L. - Campanule fausse-raiponce

 

 

 

 

Heinrich Gottlieb Ludwig Reichenbach (1793-1879) botaniste et un zoologiste allemand

Reichenbach, H.G.L., Iconographia botanica seu plantae criticae (1823-1832)
Iconogr. Bot. Pl. Crit.

campanula glomerata

 

 

 

Heinrich Gottlieb Ludwig Reichenbach (1793-1879) botaniste et un zoologiste allemand

Reichenbach, H.G.L., Iconographia botanica seu plantae criticae (1823-1832)
Iconogr. Bot. Pl. Crit.

178 campanula dasyanta - 179 campanula cenisia - 18 Waldsteiniana R.S.


  


 

Pierre-Joseph Redouté  (1759-1840),  peintre, graveur, éditeur et enseignant belge.


Célèbre pour ses aquarelles de fleurs, et plus particulièrement des roses, il est surnommé "le Raphaël des fleurs".

campanule clochette

 

 

Pierre-Joseph Redouté  (1759-1840),  peintre, graveur, éditeur et enseignant belge.

Campanula tomentosa

 

 

 

Emily Jane Brontë (1818-1848) poétesse et romancière britannique, 

 

La campanule

 

La campanule est la fleur la plus suave

Ondoyant dans l’air de l’été

Ses clochettes ont le suprême pouvoir

D’apaiser le souci de mon âme

 

Il y a dans la pourpre bruyère un charme

Trop violemment, tristement cher

La violette a une haleine parfumée

Mais le parfum ne peut égayer

 

***

 

The blue bell is the sweetest flower

That waves in summer air

Its blossoms have the mightiest power

To soothe my spirit’s care

 

There is a spell in purple heath

Too wildly, sadly dear

The violet has a fragrant breath

But fragrance will not cheer

 

 

 

 

Paul Parfait (1841-1881) Journaliste, Romancier, Secrétaire d'Alexandre Dumas père. 


La vie à la campagne (1861-67)


Menus Propos


..."Tant de fiel entre-t-il dans l'âme des plantes ? - Quelques-unes du moins sont susceptibles d'une amitié, qui n'a rien à envier  aux plus beaux exemples que l'antiquité nous a laissés.


- Un horticulteur, qui possédait dans son jardin de nombreux pieds du mouron délicat et aussi de la campanule à feuille de lierre (la violette de mariée des amoureux), s'aperçut que ces deux fleurs mettaient une étrange persistance à pousser côte à côte. Désireux d'approfondir le secret de cette liaison, il imagina de séparer le mouron de la plante son amie en arrachant impitoyablement un certain nombre de pieds de cette dernière espèce. Savez-vous alors ce qui arriva? C'est que, du moment où les campanules eurent disparu, les tendres fleurs du mouron, près de s'épanouir, avortèrent tristement, le vert de ses feuilles pâlit, toute la plante devint languissante  et finit par se dessécher.


A la vérité, l'expérience contraire, à savoir : le mouron délicat arraché aux campanules ses amies, ne donna qu'un résultat négatif, c'est-à-dire que les campanules ne s'en portèrent pas plus mal. Mais qu'est-ce que cela prouve, sinon que le mouron a plus de coeur que la campanule ?"...

 

 

 

Alphonse de Lamartine (1790-1869) poète, romancier, dramaturge français,

Les Confidences


Chez l’auteur, 1863 (Œuvres complètes tome 29, p. 57-85).


..."Les troupeaux réunis, on s'achemine vers la vraie montagne. Nous laissons loin derrière nous cette première gorge alpestre, où nous avions passé la matinée.

Les châtaigniers disparaissent, de petites broussailles leur succèdent ; les pentes deviennent plus rudes ; de hautes fougères les tapissent ; çà et là, les grosses campanules bleues et les digitales pourprées les drapent de leurs fleurs. Bientôt tout cela disparaît encore. Il n'y a plus que de la mousse et des pierres roulantes sur les flancs des montagnes."...

 

 

 

Émile Zola (1840-1902) écrivain et journaliste français, considéré comme le chef de file du naturalisme, c'est l'un des romanciers français les plus populaires, les plus publiés, traduits et commentés dans le monde entier.

 


1875, 

Cinquième volume de la série Les Rougon-Macquart.

La Faute de l'Abbé Mouret


..."Des campanules couraient, lançant leurs cloches bleues à toute volée, jusqu'au haut de grands asphodèles, dont la tige d'or leur servait de clocher."...

 

 

 


 

 

 

Anne Isabella, Lady Ritchie, née Thackeray (1837 -1919), écrivaine anglaise.

Miss Thackeray


La Campanule

Revue des Deux Mondes, 3e période, tome 56, 1883 (p. 167-196).


...L’une des mains de Joanna était, en effet, convulsivement fermée sur une touffe d’herbes écrasées.

dit Mme Hofer en desserrant avec précaution les doigts encore glacés; une petite fleur violette.

— La campanule de Moretti, fit observer le docteur; elle a dû la saisir en tombant. Cette plante ne pousse que bien haut sur le rocher.

Un silence profond s’établit qui fut rompu par les sanglots de Nata:

— Ma chérie! ma pauvre chérie!.. Cette fleur violette... Oh! signora, vous souvenez-vous ?....

...Au dessert, le comte nous dit qu’il avait rempli depuis peu les dernières feuilles d’un herbier fort intéressant et que son ouvrage sur les campanules de montagne était terminé. Il n’avait pas trouvé moins de soixante espèces de cette fleur charmante, dont quarante dans les Alpes.

— Et toutes mes pensées étaient naturellement concentrées sur cette besogne, ajouta-t-il avec un regard singulier. Mon livre m’a coûté beaucoup de temps et de peine....

 

Anne Thackeray Ritchie, Albumen Print from Collodion negative, May 1870

 

 

 

Antoine Eugène Genoud dit l’abbé de Genoude (1792-1849) séminariste, professeur de droit au lycée Bonaparte et élu Député de la Haute-Garonne.

 

1842


La divinité de Jésus-Christ - Volume 1


..."Je revois la Grande-Chartreuse, la prairie qui l'entoure, la chapelle de Saint-Bruno, en jetant les yeux sur ces campanules blanches que j'ai cueillies à la porte du couvent."... 

Entrée du monastère de la Grande Chartreuse

 

 

 

 

Otto Wilhelm Thomé  (1840–1925)  botaniste allemand qui fut également célèbre en tant qu'illustrateur en publiant son ouvrage illustré :

 
Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz in Wort und Bild für Schule und Haus (Flore d'Allemagne, d'Autriche et de Suisse en texte et en image pour l'école et la maison) 


1885


Familia Campanulaceae 

Illustration campanula Legousia speculum-veneris et Lobelia dortmanna

 

 

 

Otto Wilhelm Thomé  (1840–1925)  botaniste allemand qui fut également célèbre en tant qu'illustrateur en publiant son ouvrage illustré :

 
Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz in Wort und Bild für Schule und Haus (Flore d'Allemagne, d'Autriche et de Suisse en texte et en image pour l'école et la maison) 


1885


Familia Campanulaceae 

Illustration Campanula patula

 

 

 

Paul Verlaine (1844-1896) poète français

Pantoum négligé

 


Trois petits pâtés, ma chemise brûle.

 

...Ma cousine est blonde, elle a nom Ursule,

On dirait d'un cher glaïeul sur les eaux.

Vivent le muguet et la campanule !

Dodo, l'enfant do, chantez, doux fuseaux.

 

Que n'émigrons-nous vers les Palaiseaux !

Trois petits pâtés, un point et virgule;

On dirait d'un cher glaïeul sur les eaux.

Vivent le muguet et la campanule !...
 

 

 

 

19° siècle

Une boîte vintage d'allumettes écossaises Bluebell 
fabriquées par Bryant et May Ltd à Glasgow

Scottish Blue Bell Matches A

 

 

 

Revue Horticole

Fleur Campanule de Sibérie Décoration Lithographie XIXe

 

 

 

Emile Gallé (1846-1904) le Maître-Verrier exceptionnel de l'Art Nouveau


Emile Gallé était un poète, un savant, un industriel, un humaniste, mais surtout un génie. Toute sa vie, il l’a consacra à comprendre et créer à travers la matière : la céramique, le bois et le verre.


"Campanules"


Vase Gallé en verre double de forme balustre à piédouche circulaire et col épaulé et ourlé.


Décor gravé en réserve brillante de feuilles et de fleurs de campanules de couleur violet-mauve et bleu nuancés sur un fond jaune et blanc-gris nuancé.

 


 

Emile Gallé 


"Campanules"

Vase Gallé cylindrique à base aplatie. Epreuve de tirage industriel réalisée en verre doublé sur fond vert nuancé jaune. Décor de campanules gravé en camée à l'acide. Signé.


 

 

 

1881  


Ecole Allemande German School

Campanule de Zois (Campanula Zoysii)

Cultures

Lithographie couleur  ( colour lithograph)

 

 

 

Anna de Noailles (1876-1933) poétesse et romancière française d'origine roumaine 


 

Les saisons et l'amour


Le gazon soleilleux est plein

De campanules violettes,

Le jour las et brûlé halette

Et pend aux ailes des moulins.

 


 

 


Anna de Noailles (1876-1933) poétesse et romancière française d'origine roumaine.

 
1876 


Anna de Noailles viendra rendre visite à Pupetières à sa belle-sœur  Elisabeth de Noailles qui avait épousé le marquis Wilfrid de Virieu.


Dans le Vallon de Pupetières elle marchera dans les pas de Lamartine, 100 ans après.


Elle y trouvera l’inspiration de ce beau moment de poésie.

 

Les Eblouissements.

 

...

Le Vallon de Lamartine

 

...Petites cloches insensées,

Ô campanules renversées,

Fleurs au pistil mélodieux,

Il n’est plus de cieux et de dieux.

Vous n’êtes qu’une blanche cendre

Qui sur la terre va descendre,

Vous n’êtes dans mon cœur d’été

Qu’un peu plus d’âpre volupté,

Qu’une plus profonde antienne

Dans mon âme dionysienne,

Qu’un choc de cymbales d’argent.

Sur mon désir brusque et changeant.

Et buvant vos ondes sonores

Je m’enivre d’amour encore...

...

 

 

 

Albert Samain (1858-1900) - poète français

 

Invitation


...Le lac est vert, le lac est bleu ;

Voici tinter le couvre-feu.

Sonnez l'heure aux ondins, petites campanules....

 

 

François Coppée (1842-1908) - poète français


Recueil : Les mois (1878).

 

Mois d'août.

 

..."Par les branches désordonnées

Le coin d'étang est abrité,

Et là poussent en liberté

Campanules et graminées."...


 

 

 

XX° siècle

 

 

Marie Dauguet (1860-1942) est une poète française.


Extrait du poème "Printemps "

source : "Anthologie des poètes français contemporains"

 B. Walch, Paris Ch. Delagrave Éditeur, 1906



 

Campanule

 

...


Je suis le vent qui roule, et je m’entends bruire  

Parmi le vol agile et bleu des libellules ;

Au visage des eaux, j’ai vu mes yeux reluire

Et mon sang a teinté les roses campanules,

 

Pendant que de la sève en moi se coagule.

Je parle avec l’écho et vogue à l’unisson

Des traînantes rumeurs que le bois dissimule,

Et je m’épanouis aux primes floraisons.

 

 

 

Sigismund Christian Hubert Goetze (britannique, 1866 – 1939)

Portrait de Guyon Philipson - 

Harebells (Les campanules)


 

 

 

Raymond Roussel (1877-1933) écrivain, dramaturge et poète français.


Roman 1913


Locus solus 


... "Promenant tour à tour les deux légers objets à travers les cônes de lumière créés, aux sons des Campanules d’Écosse, par un émeraud vivant, Canterel, à l’aide de sa loupe, vit que, doué d’une transparence particulière dont jouissaient d’ailleurs maints autres corps déjà essayés, l’hémisphère supérieur ne troublait en rien la figure, aussi insoucieusement immuable qu’un rais de soleil où l’on agite une lame de verre"... 


 

 

 

1922

Henri Pourrat (1887 -1959) écrivain français.


Gaspard des montagnes 


Là-bas, (...), se levaient les monts du Forez que le temps faisait d'un bleu de campanule ou d'un bleu d'aconit. 


 

 

 

1938


Roger Toulouse (1918-1994) peintre et sculpteur français, également poète et illustrateur.
jardin du peintre


campanules

 


 

1938


Roger Toulouse (1918-1994) peintre et sculpteur français, également poète et illustrateur.
jardin du peintre

 

le bouquet Hémérocalles et campanules

 

 

 

En 1946 


La Campanule raiponce (Campanula rapunculus), était encore au catalogue Vilmorin-Andrieux. Les feuilles étaient utilisées en salade et les racines étaient soit râpées crues en salade, soit cuites à l'eau.
 

 

 

 

Louis Aragon (1897-1982) - poète français

Recueil : Le Roman inachevé (1956).


L'Etrangère

extrait : 


..."Celle-ci parla vite vite

De l'odeur des magnolias,

Sa robe tomba tout de suite

Quand ma hâte la délia.

En ce temps-là, j'étais crédule

Un mot m'était promission,

Et je prenais les campanules

Pour des fleurs de la passion."...

 

 

 

Cicely Mary Barker (1895-1973), illustratrice britannique connue pour ses illustrations de fées et de fleurs.

 


La fée de la cloche de Canterbury

 

Des cloches qui sonnent d'anciennes tours -

Canterbury Bells -

Donnez leur nom aux fleurs d'été -

Canterbury Bells!

Les fées des fleurs, en jouant,

savent-elles ce que disent ces grandes cloches ?

Fée, dans ton chapeau violet,

petite fée, dis-nous ça !

 

"Je ne sais rien de cloches dans les tours -

Canterbury Bells !

Les miennes sont des fleurs roses ou violettes -

Canterbury Bells !

Quand je les fais tous balancer,

Quelque chose aussi, disent mes cloches ;

Tu ne les entends pas - ding-dong-ding -

appeler les fées à chanter ?

 


 

Françoise-Elisabeth Lallemand (1951)

Artiste peintre aquarelliste 

Prairie de campanules et de linnées boréales.

 


 

The Ames Brothers - My Bonnie Lassie (1953).


(Written by Roy C. Bennett - Sid Tepper - Marion Mc Clurg)

From The Scottish Tune "Scotland The Brave"

 

  ..."Dans mon coeur les tambours battent,

  et j’entends les cornemuses rugir,

  Ma jolie bien-aimée arrive de par delà la mer.

  Elle apporte mon coeur avec elle,

  J’entends les clochettes des campanules carillonner,

  Bientôt nous convolerons dans les Highlands,

  Ma bien-aimée et moi."...
 


 

Illustrations fleurs animées - 

Judy Mastrangelo (1944) 

campanule


 

 

 

Scott Douglas Cunningham (1956-1993) auteur américain

1985


Encyclopédie des plantes magiques, éditions AdA, 2009.

- Encyclopedia of Magical Herbs (ISBN 0-875-42122-9)

Utilisation magique


A propos des vertus de la campanule gantelée

... Un, bouquet de campanules gantelées en pleine floraison, porté au bout d'un long bâton autorisait celui qui le tenait à assommer, égorger ses voisins,à se déclarer l'ennemi de tout venant...

 

Cette déclaration de guerre était codifiée : il fallait que les tiges de la campanule soie,nt, tressées, et les rameaux devaient avoir toutes leurs feuilles ; il ne devait pas y avoir plus de six fleurs par tige. On brandissait ce bouquet en vociférant un flot d'injures aux personnes que l'on voulait attaquer...C'était à qui se signalerait sous le drapeau de la campanules, par les massacres les plus féroces.


... Cette cruelle destination firent proscrire la plante... Il fallut attendre la renaissance pour que enfin réhabilitée, elle fasse sa réapparition comme plante d'ornement, dédouanée sous le sobriquet "de gants de Notre Dame".
Si vous parvenez à retourner un doigt de campanule sans le déchirer, ni l'abîmer, vous obtiendrez très vraisemblablement les faveurs de celui ou de celle que vos aimez.

 

Si vous attendez une grosse entrée d'argent, et qu'elle tarde, à cause de divers obstacles, cueillez une campanule gantelée au lever du soleil en récitant : "campanule, campanule, fais de moi, avant la nuit l'égal d'un roi." Et placez aussitôt la grappe florale entière dans votre chaussure. Attendez-vous à ce que beaucoup de "choses" se passent, avant le coucher du soleil...


Quiconque porte une campanule sur soi est contraint de dire la vérité sur tout.


Au Tyrol, lorsqu'un enfant est soupçonné de ne pas dire la vérité, on lui bourre les poches de campanules ; le gamin se trouble, fond vite en larmes et avoue son mensonge.


 

 

 

Yves Paccalet (1945), 

L'Odeur du soleil dans l'herbe

(Éditions Robert Laffont S. A., 1992) 

 

10 juillet
(Fontaine-la-Verte)
..."J'aiguise mes regards sur les corolles des campanules étalées. Rien n'est minutieux comme ces vasques délicates cinq fois dentées, où plusieurs violets se fondent.  Le soleil les amalgame parfois dans son four à photons. A d'autres moments, les pétales acquièrent une étonnante épaisseur : on y voit gonfler des nervures, battre des flux de sève.

  L'esprit et la chair, Krishna ou Jésus sont des campanules."...


 

 

 

Paru en 1992, 


Louis Pouliquen


Le temps des campanules


Ce premier livre de Louis Pouliquen est le récit d'une enfance au pays des enclos, dans un milieu rural traditionnel encore empreint d'une réelle poésie, celle des chemins creux, des fêtes de village, de la solidarité générationnelle, d'un quotidien rythmé par les saisons. 


..." Comme au jour du pardon, après le déjeuner, les parents font le tour des lieux avec les invités. Ils retrouvent les chaumes après les moissons, les mêmes arbres, les mêmes chemins familiers, les mêmes maisons et jusqu'à l'horizon les mêmes clochers. Dans ce monde qu'ils ont quitté, rien n'a bougé et cette pérennité me paraît dans l'ordre des choses et me convient. Mais la guerre a bouleversé ce décor d'éternité. Avec elle ont pris fin le temps des campanules et mon rêve d'enfant."...

 

 

 

Anne Cotterill (1933-2010)

Campanules


 

 

 

XXI° siècle

 

 

par Ray78 - les poetes.net

 

Les campanules.

 

Les campanules 

Se balancent au vent

Flexibles élégantes et légères

Sur de hautes tiges

Fines comme des traits de  plume.

 


Elles sont arrivées du ciel 

Et se sont installées 

Par surprise dans le jardin 

Comme les cloches venant de Rome. 

 


Campanules clochettes muettes 

Qui chantent en dansant 

La grâce est leur langage 

La délicatesse leur apanage.

 


Ah la quiétude des campanules 

Raffinées et coquettes

Fragiles et discrètes 

Dans leurs adorables cupules.  

 


Tes corolles dessinées 

D’une main de maitre 

Font la beauté naître 

Dans la nature innée.

 


Campanule 

Découverte au jardin

En plein mois de mai

Chaque printemps

je t’attendrai désormais

Nonobstant le temps

De mon cœur badin.

 


Les campanules 

Se balancent au vent

Flexibles élégantes et légères

Sur de hautes tiges

Fines comme des traits de  plume.

 

 

 

2008


Daniel Arsand, Des amants, 


..."Voici une pie grièche et voici un loriot, voilà la campanule et voilà la bourrache. —"...

 

 

2014

Christian Bobin (1951)

 
Recueil: La grande vie (2014)
Editions: Folio

..."Le bleu des clochettes des campanules
m’a mis K.O."...

 

 

 


2015


Belinda Bauer, Cadavre 19, 


traduit de l’anglais par Christine Rimoldy, 10/18, 2015, page 101.)


..."Si l’homme ressemble un peu à mon père, la femme n’est pas ma mère — ça, c’est sûr, bien qu’elle se comporte comme telle quand elle vient me voir tous les jours : elle me caresse la main, m’embrasse les cheveux, me masse les pieds en suivant les instructions du physiothérapeute, et dispose des campanules et des anémones dans une cruche qu’elle a apportée ici. —"...


 

 

 

The bluebell killer 

est le deuxième des mystères de l'inspecteur-détective Jack Dawes

de Frances Lloyd.  (2019)


 

 

 

Les Bluebell Girls

deuxième livre de la série Lake Summers (2020)

par Barbara Josselsohn 


Trois générations. Un été qui va tout changer.


 

 

 

 

Langage de la campanule

 

Symbole du désir de plaire, la campanule sonne l'arrivée de la belle saison.
 "Je suis patiente " dit-elle, "mon amour est fidèle, vivons en harmonie... "

 

La campanule (floraison au printemps)

 

est le symbole d’une déclaration d’amour mais suivant sa couleur elle peut aussi être un symbole d’amitié.

Le nombre de fleurs reflète la mesure ou la démesure de vos avances.

Enfin, offrez une seule campanule à une femme — et discrètement — : 
elle comprendra que vous désirez la voir avant la tombée du jour.


 

 

La campanule bleue : 

est le symbole des sentiments d’amitié, un signe d’attachement et de gratitude.


"Merci d'être là pour moi"

"Je serai toujours là pour toi" 

"Votre présence me réconforte"

 

 

 

La campanule rose :

symbolise la joie et le bonheur


"je ferai de mon mieux pour te rendre heureux"

"Tu es ma joie et mon bonheur"


 

 


La campanule rouge  :

fleur des obstinés amoureux (après un refus)

 

"je me permets d'insister malgré votre refus."

 

 

 

Une campanule bleu-violet  :

symbolise la douleur 


"pourquoi me faire souffrir ?".

 

 

 

Une campanule blanche

symbolise la fragilité, la tendresse, la douceur 


"je pense à vous avec tendresse"


 

 

Folklore


La tradition veut que si l’on arrive à tourner une campanule à l’envers sans l’endommager ou la briser, on réussira à gagner le cœur de la personne qu’on aime.

.
Une légende affirme que quiconque porte une fleur de campanule sur lui ne peut s’empêcher de dire la vérité.

 

 

 

Parc et jardins

 

Tentokuin, le temple des fleurs


Un jardin unique


Ce jardin a été aménagé à la fin du XVIè siècle, durant la période Momoyama. Il tient une place tellement importante, que le Tentokuin est souvent surnommé "Le temple des fleurs" ! Dans ce petit jardin, nul graviers, mais de la mousse qui couvre le sol et quelques pierres rondes disposées ça et là. Des arbres (pins et feuillus) ferment la perspective aux deux extrémités.


À la belle saison, de délicates fleurs violettes et blanches, en forme de cloches - des campanules - éclosent parmi la mousse, faisant naitre un parterre coloré dans tout le jardin. Les visiteurs viennent nombreux pour photographier ces fleurs si particulières et caractéristiques du lieu. 


Une des fenêtres du temple est elle-même en forme de cloche et incarne la photo emblématique du temple. Derrière elle, une lanterne de pierre complète la perspective, ainsi qu'un érable rouge durant l'automne. Les meilleurs périodes pour visiter le temple sont l'automne, pour voir les érables, mais aussi le début de l'été, pour être sûr d'y admirer la floraison des campanules. Durant ces périodes, le temple organise d'ailleurs des admissions spéciales comprenant un déjeuner végétarien.


 

 

 

Timbres poste 

campanule

 

 

Timbre campanule persicifolia - Islande - 2015

 

 

Timbre campanule chamissonis - Japon

 

 

Timbre campanule persicifolia - Moldavie - 2009

 

 

Timbre campanule persicifolia - Roumanie 1967

 

 

Timbre  campanule cochléarifolia- Principauté Andorre - 2000

 

 

Timbre campanule macrorhiza- Monaco - 2018

 

 

Timbre campanule - Finlande - 1998


 

 

 

Contes et légendes

 

Editions Gründ,

Dans la collection de contes et légendes du monde entier, 

volume consacré exclusivement aux fleurs qui s'intitule en français Les plus belles légendes de fleurs (1992 tant pour l'édition originale que pour l'édition française).

Le texte original est de Vratislav Stovicek et l'adaptation française de Dagmar Doppia.

L'ouvrage est conçu comme une réunion de fleurs qui se racontent les unes après les autres leur histoire ; la Campanule raconte ainsi la sienne dans un conte estonien intitulé :

 

 

"La Clochette du chat" :

 

    Des amoureux se blottissaient tendrement l'un contre l'autre dans un vase de cristal taillé. Le jeune homme élancé agitait sa clochette d'un bleu éclatant, la jeune fille lui donnait gaiement la réplique avec son grelot blanc. Ils discutaient à qui mieux mieux en s'amusant au jeu des devinettes.

"Je donne ma langue au chat", se rendit la belle.     

"Quelle est la réponse ?"

"Le bal des souris dans une vieille lèche-frite", répondit le jeune homme, et il continua l'histoire, sans se faire prier :

 

    Toute l'élite de la société des souris s'y était donné rendez-vous ce jour-là. On n'avait encore jamais vu une fête pareille. Aujourd'hui encore toutes les souris en parlent, vous n'avez qu'à le leur demander. De jeunes souriceaux élégants en veste de velours, des demoiselles à la fourrure plus douce que celle de l'hermine, des rats bien nourris, aux moustaches hérissées, tout ce beau monde mangeait, buvait, festoyait, dansait et s'amusait jusqu'à ce que leurs queues en tremblassent. En plein milieu de la fête surgit le chat aux pattes de velours. Il se prépara à bondir, s'éclairant de ses yeux verts, et hop ! il attrapa une souris dans ses griffes. Les autres s'égaillèrent comme ne nuée de moineaux, se glissant dans le moindre petit trou à leur portée.

 

    Elles se tinrent coites, tremblant de peur et gémissant doucement mais, bientôt, leurs ventres les rappelèrent à l'ordre. Le mâle le plus ancien convoqua une assemblée des souris dans une galerie souterraine.

 

    "Personne n'ose mettre le nez dehors", dit le vieux rusé. "Si nous n'arrivons pas à tromper le chat, nous finirons dans son ventre ou nous mourrons de faim. Réfléchissez pour trouver une solution."

 

    Un bon conseil vaut de l'or. Les souris réfléchirent, cherchèrent des idées, mais sans résultat. Une grand-mère prit alors la parole.

 

    "Ça y est, j'ai trouvé, mes enfants ! Nous allons réunir toutes nos richesses, que nous remettrons au fondeur de cloches pour qu'il nous fabrique une clochette. Nous l'accrocherons au cou du chat et, chaque fois qu'il voudra s'approcher de nous en rampant, la clochette nous préviendra, si bien que nous pourrons nous sauver à temps. Ainsi, nous aurons raison du chat aux pattes de velours !"

 

    Toutes les souris en liesse se mirent au travail. Elles attelèrent douze paires de petites souris blanches à une vieille cuillère qu'elles chargèrent de tous leurs trésors : un morceau de fromage, un grain d'avoine, une vieille semelle, une bougie en graisse de bœuf, un croûton de pain et toutes sortes de bonnes choses encore. Et, fouette, cocher ! L'attelage emprunta les galeries les plus secrètes pour se rendre chez le fondeur de cloches. Celui-ci resta bouche bée devant ces "richesses", mais il ne renvoya pas les petites souris. Il fit fondre le métal, tout en attisant son feu, et tout en attisant son feu, il coula le métal dans le moule, et voilà ! La clochette était splendide. Elle tintinnabulait comme un grelot. "De quelle couleur la voulez-vous ? " s'enquit le fondeur. Les souris optèrent pour le bleu, trouvant qu'il irait à merveille au chat noir. Le fondeur trempa la clochette qui vira au bleu. Les petites souris purent reprendre le chemin du retour, le cœur léger.

 

    "Nous sommes sauvées !" se félicitèrent-elles, une fois réunies. "Le chat ne pourra plus nous surprendre. Il ne nous reste plus qu'à lui suspendre la clochette autour du cou."

 

    Et c'est là que le bât blessait ! Personne ne voulait affronter le matou. Les souris se regardaient, interdites. Bien malin qui trouverait une solution ! La vieille grand-mère s'y hasarda quand même :

 

    "Chargeons-en le plus courageux d'entre nous ! "

 

    "Quelle idée ! " se défendit celui qui, pourtant, faisait toujours montre de sa bravoure. "J'ai peur de ma propre queue. Que le plus fort d'entre nous y aille ! "

 

    "Qui dit que je suis le plus fort ? " s'indigna l'hercule de foire. "je n'arrive même pas à tordre un poil de souris. Ma propre femme me donne une correction quand bon lui chante. Envoyons le plus malin d'entre nous ! "

 

    "Pas question ! " protesta le futé en cause. "Je n'ai pas inventé la poudre, vous savez. Il m'arrive de confondre ma patte gauche et ma patte droite, et de ne pas reconnaître le fromage du lard. Mais le plus bête d'entre nous pourrait faire l'affaire ! "

 

    Aucune des souris n'était bête au point d'affronter le matou Patte-de-Velours. En fin de compte, elles se dispersèrent dan le monde entier, oubliant la belle clochette dans une clairière. Un jour, une petite fée l'y trouva. Elle l'accrocha sur une tige de fleur nue et la fit carillonner gaiement avant de continuer à vaquer à ses occupations.

 

    "Et maintenant, vous savez comment la campanule fit son apparition parmi les fleurs des champs", conclut le jeune homme.

Il s'inclina, en carillonnant doucement. Driling, driling, driling ! fit la clochette."

 

 

 

Raiponce (en allemand : Rapunzel)

est un conte populaire allemand qui figure parmi ceux recueillis par les frères Grimm dans le premier volume de Contes de l'enfance et du foyer (Kinder- und Hausmärchen, 1812, no KHM 12).
 

 

 

Campanule Raiponce

 

Il était une fois un mari et sa femme qui avaient depuis longtemps désiré avoir un enfant, quand enfin la femme fut dans l'espérance et pensa que le Bon Dieu avait bien voulu accomplir son vœu le plus cher. Sur le derrière de leur maison, ils avaient une petite fenêtre qui donnait sur un magnifique jardin où poussaient les plantes et les fleurs les plus belles ; mais il était entouré d'un haut mur, et nul n'osait s'aventurer à l'intérieur parce qu'il appartenait à une sorcière douée d'un grand pouvoir et que tout le monde craignait.


- Un jour donc que la femme se tenait à cette fenêtre et admirait le jardin en dessous, elle vit un parterre planté de superbes campanules raiponces avec des rosettes de feuilles si vertes et si luisantes, si fraîches et si appétissantes, que l'eau lui en vint à la bouche et qu'elle rêva d'en manger une bonne salade. Cette envie qu'elle en avait ne faisait que croître et grandir de jour en jour ; mais comme elle savait aussi qu'elle ne pourrait pas en avoir, elle tomba en mélancolie et commença à dépérir, maigrissant et pâlissant toujours plus. En la voyant si fatiguée, son mari s'inquiéta et lui demanda : Mais que t'arrive-t-il donc, ma chère femme ?


- Ah ! Lui répondit-elle, je vais mourir si je ne peux pas manger des Raiponces du jardin de derrière chez nous ! Le mari aimait fort sa femme et pensa plutôt que de la laisser mourir, je lui apporterai de ces raiponces, quoi qu'il puisse m'en coûter !" Le jour même, après le crépuscule, il escalada le mur du jardin de la sorcière, y prit en toute hâte, une pleine main de raiponces qu'il rapporta à son épouse. La femme s'en prépara immédiatement une salade, qu'elle mangea avec une grande avidité. Mais c'était si bon et cela lui avait tellement plu que le lendemain, au lieu que son envie fut satisfaite, elle avait triplé.


- Et pour la calmer, il fallut absolument que son mari retournât encore une fois dans le jardin. Au crépuscule, donc, il fit comme la veille, mais quand il sauta du mur dans le jardin, il se figea d'effroi, car la sorcière était devant lui ! Quelle audace de t'introduire dans mon jardin comme un voleur, lui dit-elle avec un regard furibond, et de venir me voler mes Raiponces ! Tu vas voir ce qu'il va t'en coûter !


- Oh ! Supplia-t-il, ne voulez-vous pas user de clémence et préférer miséricorde à justice ? Si je l'ai fait, si je me suis décidé à faire, c'est que j'étais forcé : ma femme a vu vos raiponces par notre petite fenêtre, et elle a été prise d'une telle envie d'en manger qu'elle serait morte si elle n'en avait pas eu. La sorcière fit taire sa fureur et lui dit : "Si c'est comme tu le prétends, je veux bien te permettre d'emporter autant de campanules raiponces que tu voudras, mais à une condition : c'est que tu me donnes l'enfant que ta femme va mettre au monde. Tout ira bien pour lui et j'en prendrai soin comme une mère." Le mari, dans sa terreur, accepta tout sans discuter. Et quelques semaines plus tard, quand sa femme accoucha, la sorcière arriva aussitôt, donna à l'enfant le nom de raiponce et l'emporta avec elle.

 

- Raiponce était une fillette, et la plus belle qui fut sous le soleil.

 

Raiponce grandit et devient une fille d'une très grande beauté, dont les longs cheveux dorés et blonds sont réunis en deux tresses.

 

 

Lorsque Raiponce atteint l'âge de douze ans, la sorcière l'enferme au sommet d'une haute tour, qui n'a ni escalier ni porte, rien qu'une petite fenêtre. Lorsque la sorcière veut entrer, elle dit à Raiponce : "Raiponce, Raiponce, lance-moi ta longue chevelure". Raiponce défait alors ses nattes, les déroule à travers la fenêtre et les laisse tomber le long du mur, pour que la sorcière puisse grimper en s'y suspendant.

 

Un jour, un prince qui passe par là entend Raiponce chanter et est envoûté par le son de sa voix. Ne pouvant pénétrer dans la tour, il s'en approche cependant chaque jour pour l'écouter.

 

Voyant un jour, caché, comment la sorcière parvient à entrer dans la tour, il décide de tenter sa chance la nuit. Lorsqu'il entre enfin dans la tour, Raiponce est effrayée par l'apparition de cet inconnu, mais le prince parvient à la rassurer et lui dit qu'il est amoureux d'elle. Confiante en son amour et prête à quitter cet endroit, elle décide de partir avec lui. Elle lui demande alors d'apporter de la soie, comptant s'en servir pour pouvoir elle aussi descendre au pied de la tour.

 

Mais un jour, Raiponce parle accidentellement à la sorcière des visites du prince. Furieuse, la sorcière la punit en lui coupant les cheveux et en l'abandonnant dans une solitude désertique. Elle attache ensuite les cheveux coupés à la fenêtre pour tromper le prince lorsqu'il appellera Raiponce. Lorsque ce dernier escalade la tour, la sorcière lui annonce qu'il ne reverra jamais la jeune fille, puis sectionne la corde de cheveux. Le prince dégringole dans un buisson de ronces et y perd la vue. Il se met à errer aveugle pendant des années, pleurant sa bien-aimée. Il finit par arriver là où se trouvait Raiponce et leurs jumeaux.

 

Il reconnaît sa voix et s'approche d'elle. Raiponce le reconnaît aussi et vient pleurer, suspendue à son cou. Ses larmes coulent dans les yeux du prince qui recouvre aussitôt la vue. Le prince amène Raiponce dans son royaume et ils y vivent heureux, avec leurs enfants.

 

Rapunzel par Alix Berenzy


 


 


 

Chanson de Tino Rossi - Auteur Bruno Cherubini

 


..."Apercevant les campanules,

Grimpant le long d'un mur tout blanc,

Pietro vient d'arrêter sa mule,

Seul il avance tout tremblant :

Chi va piano, piano, piano, piano,"...
 


 

 

Ancienne chanson populaire


 

Les Mulets :

 

Grimpant sans peur

Vers la montagne aride,

Mulets et muletiers

Frappent le sol des sentiers.

 

Petites campanules

Qui tintez au cou des mules,

Partout vous portez la vie et la gaîté.

 

Vaillants mulets

Qui balancez la tête,

Que vos grands yeux sont doux

Quand vous passez près de nous.

 

Petites campanules

Qui tintez au cou des mules,

Partout vous portez la vie et la gaîté.

 

Longtemps j'entends

Ce carillon qui passe,

Et puis dans le lointain,

Ce chant s'apaise et s'éteint.

 

Petites campanules

Qui tintez au cou des mules,

Partout vous portez la vie et la gaîté.

 

Dujardin Karel (1622/1626-1678), aquafortiste - le mulet aux clochettes

 

 
 
Hervé CRISTIANI - Campanules
Partager cet article
Repost0

commentaires

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter