Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 01:09
Renée Vivien,
 
née Pauline Mary Tarn le 11 juin 1877 à Londres et morte le 18 novembre 1909 à Paris, surnommée « Sapho 1900 »,
 
est une poétesse britannique de langue française du courant parnassien de la Belle Époque.



Les fleurs sans parfum
Brumes de fjords


La bergère cueillait des fleurs sur la montagne,
Lorsque la montagne s’ouvrit,
Et, des profondeurs surgit un Troll hideux et noir,
Plus noir que la nuit souterraine,
Plus hideux que les monstres de la mer.
Le Troll dit à la bergère :
« Pourquoi viens-tu cueillir les fleurs de la montagne ?
« Ce sont de pauvres fleurs sans éclat qui se flétriront dans tes mains. » La bergère répondit :
« Elles ont fleuri librement dans l’air des sommets. »
La bergère cueillait des fleurs sur la montagne.
Le Troll dit à la bergère :
« Descends avec moi dans les profondeurs.
« Je te donnerai des fleurs qui ne se fanent jamais.
« Des fleurs plus roses que les roses du buisson,
« Plus bleues que les gentianes,
« Plus blanches que les pâquerettes.
« Viens cueillir avec moi les fleurs éternelles. »
La bergère répondit :
« Je ne respirerai plus l’air des sommets.
« Mes pas ne fouleront plus la neige virginale des cimes.
« Je ne verrai plus le soir illuminer les hauteurs. »
Le Troll dit à la bergère :
« Viens tresser avec moi les fleurs éternelles. »
La bergère descendit dans la profondeur des montagnes.
Elle cueillit dans un jardin de ténèbres les rubis,
Plus roses que les roses de la montagne.
Elle cueillit les saphirs, 
Plus bleus que les gentianes.
Elle cueillit les diamants,
Plus blancs que les pâquerettes.
La bergère cueillit les fleurs éternelles,
Mais elles n’avaient point de parfum.
Ses compagnes l’appelèrent du haut des rochers.
Ses compagnes l’appelèrent en pleurant.
Elle leur tendit les bras des profondeurs de la montagne.
Ses larmes coulèrent sur les fleurs sans parfum,
Mais elle ne put répondre à ses compagnes,
Car, déjà, elle avait oublié leur langage.
Elle ne respira plus l’air des sommets,
Ses pas ne foulèrent plus la neige virginale,
Car ses yeux s’étaient accoutumés à la nuit.
Elle était devenue aveugle dans la profondeur des montagnes,
Elle avait oublié le chemin qui mène aux sommets,
Elle avait perdu le désir de revoir les hauteurs.


Illustration mcp
Les fleurs sans parfum
2711305_b11ef2.jpg
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
<br /> Bonjour mon amie Marie<br /> <br /> <br /> Je passe te demander si tu as un blog sur Ekla ? j'ai cherché avec ton pseudo je n'ai pas trouvé il est vrai qu'il est plus compliqué pour retrouver ses amies et amis<br /> <br /> <br /> Je te souhaite une bonne journée de jeudi pleins de gros bisous et toute mon amitié , pour nous ils avaient annoncé de grosses chutes de neige et j'ai regardé vers 3 heure il n'y avait rien alors<br /> espérons et puis de toutes façons on n'y peut rien sauf si on peut on reste chez soi au chaud gros gos bisous ton amie Mado<br />
Répondre

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etang de la Grue - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Village de Busy - Doubs

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura - l'étang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paysage du Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains