Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 02:41

 

 

JE VOUS SOUHAITE UN BON VENDREDI 13 avril

 

http://img1.picmix.com/output/pic/original/6/1/3/9/1799316_22ba1.gif

Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans articles- thèmes divers- histoire
commenter cet article
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 23:52
images--20--copie-1.jpg
Marie LAURENCIN,
née le 31 octobre 1883 à Paris où elle est morte le 8 juin 1956, est une peintre certes, mais également poète sous le pseudonyme de Louis Lalanne, et muse de Guillaume Apollinaire ...
avec qui elle aura une passion tumultueuse et qui lui dédia plusieurs poèmes
A voir le très beau site qui lui est consacré :

Marie Laurencin
Marie_Laurencin.jpg
Tableau peint par Marie Laurencin
marie-laurencin---tableau.jpg

 

 

images (20)-copie-1

Le présent

Si tu veux je te donnerai
Mon matin, mon matin gai
Avec tous mes clairs cheveux
Que tu aimes ;
Mes yeux verts
Et dorés
Si tu veux,
Je te donnerai tout le bruit
Qui se fait
Quand le matin s'éveille
Au soleil
Et l'eau qui coule
Dans la fontaine
Tout auprès !
Et puis encor le soir qui viendra vite
Le soir de mon âme triste
À pleurer
Et mes mains toutes petites
Avec mon coeur qu'il faudra près du tien
Garder.
http://img1.picmix.com/output/pic/original/0/6/6/4/1794660_41845.gif

Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans poèmes "amour"
commenter cet article
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 00:29
9b8a066f.png
Georges de Scudéry,
né le 11 avril 1601 au Havre et mort le 14 mai 1667 à Paris,
est un romancier et dramaturge français.
Originaire de Provence. Il fut le frère de la célèbre Madeleine de Scudéry (sapho) morte en 1701 âgée de 94 ans (femme de lettres)

Il fut officier et gouverneur du fort de Notre-Dame de la Garde, l’un des familiers de l’hôtel de Rambouillet.

Il a fait seize pièces de théâtre, des romans, des poésies (dix ou douze mille vers), des Observations sur le Cid qui provoquèrent l’examen que l’Académie fit de cette pièce. 
Il fut élu à l’Académie en 1650 remplaçant Vaugelas

scudery.jpg

9b8a066f

Le Printemps

 
Enfin la belle Aurore, a tant versé de pleurs,
Que l'aimable Printemps nous fait revoir ses charmes ;
Il peint en sa faveur, les herbes et les fleurs,
Et tout ce riche Émail, est l'effet de ses larmes.

 
Cibèle que l'Hiver accablait de douleurs,
Et qui souffrait des vents les insolents vacarmes ;
Mêle parmi ses Tours, les plus vives couleurs,
Et triomphe à la fin par ces brillantes Armes.

 
Les Roses et les Lis, d'un merveilleux éclat,
Confondent la blancheur, au beau lustre incarnat ;
La Tulipe changeante, étale sa peinture :

 
Le Narcisse agréable, à l'Anémone est joint ;
Bref, tout se rajeunit ; tout change en la Nature ;
Mais superbe Philis, mon sort ne change point.

http://img1.picmix.com/output/pic/original/1/5/7/2/1792751_f3959.gif
9b8a066f
 

 
Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans Poèmes "printemps"
commenter cet article
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 02:27
images--18-.gif
Émile Adolphe Gustave Verhaeren,
 né à Saint-Amand dans la province d'Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916,
est un poète belge flamand, d'expression française. Dans ses poèmes influencés par le symbolisme, où il pratique le vers libre, sa conscience sociale lui fait évoquer les grandes villes dont il parle avec lyrisme sur un ton d'une grande musicalité. Il a su traduire dans son œuvre la beauté de l'effort humain.

 Beaucoup d'artistes, de poètes et d'écrivains comme Georges Seurat, Paul Signac, Auguste Rodin, Edgar Degas, August Vermeylen, Henry van de Velde, Maurice Maeterlinck, Stéphane Mallarmé, André Gide, Rainer Maria Rilke, Gostan Zarian et Stefan Zweig l'admiraient, correspondaient avec lui, cherchaient à le fréquenter et le traduisaient.

Quand en 1914 la Première Guerre mondiale éclata et que, malgré sa neutralité, la Belgique fut occupée par les troupes allemandes, Verhaeren se trouvait en Allemagne et était au sommet de sa gloire. Réfugié en Angleterre, il écrivit des poèmes pacifistes et lutta contre la folie de la guerre dans les anthologies lyriques : La Belgique sanglante, Parmi les Cendres et Les Ailes rouges de la Guerre. Sa foi en un avenir meilleur se teinta pendant le conflit d'une résignation croissante. Il n'en publia pas moins dans des revues de propagande anti-allemandes et tenta dans ses conférences de renforcer l'amitié entre la France, la Belgique et le Royaume-Uni. 
images--19-.jpg
images--27-.jpg

A Pâques

Frère Jacques, frère Jacques, 
Réveille-toi de ton sommeil d'hiver 
Les fins taillis sont déjà verts 
Et nous voici au temps de Pâques, 
Frère Jacques.

Au coin du bois morne et blêmi 
Où ton grand corps s'est endormi 
Depuis l'automne, 
L'aveugle et vacillant brouillard, 
Sur les grand-routes du hasard, 
S'est promené, longtemps, par les champs monotones ; 
Et les chênes aux rameaux noirs 
Tordus de vent farouche 
Ont laissé choir, 
De soir en soir, 
Leur feuillage d'or mort sur les bords de ta couche.

Frère Jacques, 
Il a neigé durant des mois 
Et sur tes mains, et sur tes doigts 
Pleins de gerçures ; 
Il a neigé, il a givré, 
Sur ton chef pâle et tonsuré 
Et dans les plis décolorés 
De ta robe de bure.

La torpide saison est comme entrée en toi 
Avec son deuil et son effroi, 
Et sa bise sournoise et son gel volontaire ; 
Et telle est la lourdeur de ton vieux front lassé 
Et l'immobilité de tes deux bras croisés, 
Qu'on les dirait d'un mort qui repose sous terre.

Frère Jacques, 
Hier au matin, malgré le froid, 
Deux jonquilles, trois anémones 
Ont soulevé leurs pétales roses ou jaunes 
Vers toi, 
Et la mésange à tête blanche, 
Fragile et preste, a sautillé 
Sur la branche de cornouiller 
Qui vers ton large lit de feuillages mouillés 
Se penche.

Et tu dors, et tu dors toujours, 
Au coin du bois profond et sourd, 
Bien que s'en viennent les abeilles 
Bourdonner jusqu'au soir à tes closes oreilles 
Et que l'on voie en tourbillons 
Rôder sur ta barbe rigide 
Un couple clair et rapide 
De papillons.

Pourtant, voici qu'à travers ton somme 
Tu as surpris, dès l'aube, s'en aller 
Le cortège bariolé 
Des cent cloches qui vont à Rome ; 
Et, leurs clochers restant 
Muets et hésitants 
Durant ces trois longs jours et d'angoisse et d'absence, 
Tu t'éveilles en écoutant 
Régner de l'un à l'autre bout des champs 
Le silence.

Et secouant alors 
De ton pesant manteau que les ronces festonnent 
Les glaçons de l'hiver et les brumes d'automne, 
Frère Jacques, tu sonnes 
D'un bras si rude et fort 
Que tout se hâte aux prés et s'enfièvre aux collines 
A l'appel clair de tes matines.

Et du bout d'un verger le coucou te répond ; 
Et l'insecte reluit de broussaille en broussaille ; 
Et les sèves sous terre immensément tressaillent ;
Et les frondaisons d'or se propagent et font
Que leur ombre s'incline aux vieux murs des chaumières ; 
Et le travail surgit innombrable et puissant ; 
Et le vent semble fait de mouvante lumière 
Pour frôler le bouton d'une rose trémière 
Et le front hérissé d'un pâle épi naissant.

Frère Jacques, frère Jacques 
Combien la vie entière à confiance en toi ; 
Et comme l'oiseau chante au faîte de mon toit ; 
Frère Jacques, frère Jacques, 
Rude et vaillant carillonneur de Pâques.
http://img1.picmix.com/output/pic/original/3/2/7/4/1784723_744f7.gif
 
Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans Poèmes "printemps"
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 04:25
Paques-13
Marcel Pagnol est un écrivain, dramaturge et cinéaste français, né le 28 février 1895 à Aubagne (Bouches-du-Rhône), mort le 18 avril 1974 à Paris.

- Grand officier de la Légion d'honneur
- Commandeur des Palmes académiques
- Commandeur des Arts et des Lettres
                 Paques-13
 
ŒUFS DE PAQUES


 
Voici venir Pâques fleuries,
Et devant les confiseries
Les petits vagabonds s'arrêtent, envieux.
Ils lèchent leurs lèvres de rose
Tout en contemplant quelque chose
Qui met de la flamme à leurs yeux.

 
Leurs regards avides attaquent
Les magnifiques œufs de Pâques
Qui trônent, orgueilleux, dans les grands magasins,
Magnifiques, fermes et lisses,
Et que regardent en coulisse
Les poissons d'avril, leurs voisins.

 
Les uns sont blancs comme la neige.
Des copeaux soyeux les protègent.
Leurs flancs sont faits de sucre. Et l'on voit, à côté,
D'autres, montrant sur leurs flancs sombres
De chocolat brillant dans l'ombre,
De tout petits anges sculptés.

 
Les uns sont petits et graciles,
Il semble qu'il serait facile
D'en croquer plus d'un à la fois ;
Et d'autres, prenant bien leurs aises,
Unis, simples, pansus, obèses,
S'étalent comme des bourgeois.

 
Tous sont noués de faveurs roses.
On sent que mille bonnes choses
Logent dans leurs flancs spacieux
L'estomac et la poche vides,
Les pauvres petits, l'œil avide,
Semblent les savourer des yeux.

 
Marcel Pagnol
http://img1.picmix.com/output/pic/original/0/2/3/6/1786320_17a3e.gif
 
Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans Poèmes "printemps"
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 04:05

POUR MON AMIE Pt'lili -

JOYEUSES PAQUES

BISOUS ET TOUTES MES PENSEES

 

http://img1.picmix.com/output/pic/original/2/6/6/7/1787662_dfb1c.gif

Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans kdo et créations amies
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 02:03

UN KDO DE MON AMIE Pt'lili

 

http://www.pixyup.com/uploads/050107574f7cd44da7860.gif

Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans kdo et créations amies
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 04:12
Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872
458px-Theophile_Gautier1-229x300.jpg


Cher Ange, vous êtes belle

Cher ange, vous êtes belle
A faire rêver d’amour,
Pour une seule étincelle
De votre vive prunelle,
Le poète tout un jour.

Air naïf de jeune fille,
Front uni, veines d’azur,
Douce haleine de vanille,
Bouche rosée où scintille
Sur l’ivoire un rire pur,


Pied svelte et cambré, main blanche,
Soyeuses boucles de jais,
Col de cygne qui se penche,
Flexible comme la branche
Qu’au soir caresse un vent frais,


Vous avez, sur ma parole,
Tout ce qu’il faut pour charmer;
Mais votre âme est si frivole,
Mais votre tête est si folle,
Que l’on n’ose vous aimer.

(Théophile Gautier)
http://img1.picmix.com/output/pic/original/9/0/4/6/1766409_b91a0.gif
Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans poèmes "amour"
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 02:35
Louise Lévêque de Vilmorin,
dite Louise de Vilmorin, est une écrivaine française née le 4 avril 1902 à Verrières-le-Buisson (Essonne) où elle est morte le 26 décembre 1969.
Née dans le château familial d'une célèbre famille de botanistes et grainetiers, elle se fiance en 1923 à Antoine de Saint-Exupéry mais épouse en 1925 un Américain, Henry Leigh Hunt (1886–1972) et s’installe à Las Vegas, au Nevada. Trois filles naissent de ce mariage : Jessie, Alexandra et Éléna. Divorcée, elle épouse en 1938 en secondes noces le comte Paul Pálffy ab Erdöd (1890–1968), dont elle divorce en 1943. Ces années sont pour Louise « les plus belles de [sa] vie.1» Elle devient ensuite la maîtresse de Paul Esterházy de Galántha (1901–1964), à partir de 1942, puis de Duff Cooper, ambassadeur de Grande-Bretagne. Elle termine sa vie avec un amour de jeunesse, André Malraux.

La solitude est verte

 
  Chasseresse ou dévote ou porteuse de dons
    La solitude est verte en des landes hantées,
    Comme chansons du vent aux provinces chantées
    Comme le souvenir lié à l'abandon.

   La solitude est verte.

    Verte comme verveine au parfum jardinier
    Comme mousse crépue au bord de la fontaine
    Et comme le poisson messager des sirènes,
    Verte comme la science au front de l'écolier.

   La solitude est verte.

    Verte comme la pomme en sa simplicité,
   Comme la grenouille, cœur glacé des vacances,
   Verte comme tes yeux de désobéissance,
    Verte comme l'exil où l'amour m'a jeté.

   La solitude est verte.
http://img1.picmix.com/output/pic/original/8/8/4/3/1783488_b05b0.gif
Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans poèmes "nature - fleurs - paysages"
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 00:00

Hans Christian Andersen (1805-1875)
est un poète et écrivain danois, qui, grâce à ses Contes pour enfants, incarne le génie populaire nordique.

Il est né à Odense le 2 avril 1805, et meurt à Copenhague le 4 août 1875. Ses histoires, traduites en plus de quatre-vingt langues, connaissent un succès durable et inspirent des écrivains, des metteurs en scène, des réalisateurs, des chorégraphes, des sculpteurs et des peintres.
Parmi ses contes,
les plus célèbres sont
«le Vilain Petit Canard»,
«la Reine des neiges»,
«les Habits neufs de l'empereur»,
«les Cygnes sauvages»
et «la Petite Sirène». 

La Petite Poucette
Il y avait une fois, une femme qui aurait bien voulu avoir un tout petit enfant, mais elle ne savait pas du tout comment elle pourrait se le procurer; elle alla donc trouver une vieille sorcière, et lui dit :
- J'aurais grande envie d'avoir un petit enfant, ne veux-tu pas me dire où je pourrais m'en procurer un ?
- Si, nous allons bien en venir à bout ! dit la sorcière. Tiens, voilà un grain d'orge, il n'est pas du tout de l'espèce qui pousse dans le champ du paysan, ou qu'on donne à manger aux poules, mets-le dans un pot, et tu verras !
- Merci, dit la femme.
Et elle donna douze shillings à la sorcière, rentra chez elle, planta le grain d'orge, et aussitôt poussa une grande fleur superbe qui ressemblait tout à fait à une tulipe, mais
les pétales se refermaient, serrés comme si elle était encore en bouton.
- C'est une belle fleur, dit la femme.
Et elle l'embrassa sur les beaux pétales rouges et jaunes, mais au moment même de ce baiser, la fleur s'ouvrit avec un grand bruit d'explosion. C'était vraiment une tulipe, ainsi qu'il apparut alors, mais au milieu d'elle, assise sur le siège vert, était une toute petite fille, mignonne et gentille, qui n'était pas plus haute qu'un pouce, et qui, pour cette raison, fut appelée Poucette.
Elle eut pour berceau une coque de noix laquée, des pétales bleus de violettes furent ses matelas, et des pétales de roses son édredon ; c'est là qu'elle dormait la nuit, et le jour elle jouait sur la table, où la femme avait posé une assiette entourée d'une couronne de fleurs dont les tiges trempaient dans l'eau ; un grand pétale de tulipe y flottait, où Poucette pouvait se tenir et naviguer d'un bord à l'autre de l'assiette ; elle avait pour ramer deux crins de cheval blanc. C'était charmant. Et elle savait aussi chanter, et son chant était doux et gentil, tel qu'on n'avait jamais entendu le pareil ici...................................................
Vous pourrez lire tous les contes sur ce site :
http://img1.picmix.com/output/pic/original/5/6/3/2/1782365_f1b7b.gif
Voici un poème d'Andersen

La rose

Il advint que là où le père du Prince était enterré, 
Poussa un rosier, un très beau rosier 
Qui ne fleurissait qu'une fois tous les cinq ans, 
Et qui ne portait qu'une seule fleur; 
Mais cette fleur était une rose. 
Elle sentait si bon que tous les soucis et chagrins 
De celui qui humait son parfum étaient oubliés.
 
Hans Christian Andersen
http://img1.picmix.com/output/pic/original/6/3/4/3/1783436_1cc29.gif
(1805-1875)
Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans poèmes "nature - fleurs - paysages"
commenter cet article

Citation "amour"

Recherche

 

LA BOUGIE DE L'AMITIE

Cette bougie a été allumée 

   Le 15 septembre 1998 

http://idata.over-blog.com/3/02/13/98/photos-jean-claude/images/PHOTOS-JC-2/PHOTOS-JC-3/PHOTOS-JC-4/PHOTO-JC-5/photos-JC-6/photo-7/photos-8/photos-9/PHOTO-10/N--11/ATT22444.gif

 

http://img1.picmix.com/output/pic/original/6/0/7/8/1648706_5c037.gif

 

Pour la lutte contre le cancer

http://img.over-blog.com/600x450/5/05/88/06/divers-internet-2/349e05ce--1-.jpg

 

http://img1.picmix.com/output/pic/original/5/5/8/4/2154855_b5fe3.gif

 

Citation gothique

http://img1.picmix.com/output/pic/original/4/2/8/2/2102824_23208.gif

nymphes

http://img1.picmix.com/output/pic/original/6/0/2/9/1849206_14c73.gif

 

Les oiseaux - cygnes

Oiseaux - cygnes

Humour des années 1960

http://img.over-blog.com/401x600/5/05/88/06/cartes-postales-humoristiques-1960---1970/numerisation0025.jpg           

 

 

 

Le gros chêne à Evans

http://img.over-blog.com/593x446/5/05/88/06/EVANS---jura/evans-le-gros-chene-HPIM2529.jpg

 
Morez - Andelot - Jura - Viaduc -

la ligne des hirondelles

Morez - Andelot - Jura - Viaduc - la ligne des hirondelles -

 

La Loue - 

Ornans - Doubs

La Loue - Ornans - Doubs

 

Fraisans - Jura - canal des forges

Fraisans - Jura - canal des Forges

 

Cascade du Dard - Jura

Cascade du Dard - à l'entrée des grottes - Baume les Messieurs - Jura

 

L'église Saint-Just d'Arbois - Jura

Eglise au bord de la Cuisance - Arbois - Jura

 

Les roses

Catégories

Mes chats

http://img.over-blog.com/500x375/5/05/88/06/HPIM0774.JPG

 

http://images.empreintesduweb.com/originale/1373362006.gif

Le billet d'amour

http://img1.picmix.com/output/pic/original/2/6/0/7/2657062_97b71.jpg

chien et chat

http://img.over-blog.com/600x535/5/05/88/06/chats/numerisation0005-copie-1.jpg

http://img1.picmix.com/output/pic/original/4/6/5/6/1886564_d2f06.gif