Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 02:00
Fête : 9 mai

Pacôme

Etymologie : Pacifier (latin).

Pacôme est un homme entier, courageux, énergique et viril, qui se veut sévère. Sous une certaine rudesse et des airs conquérants, il a une grande sensibilité qu'il tend à maîtriser, ainsi qu'une certaine séduction qu'il n'entretient que discrètement. Timide, inquiet au fond de lui-même, il doute de ses capacités, mais il compense parfaitement par une activité nettement au-dessus de la moyenne et une volonté à toute épreuve. Il évolue avec une aisance naturelle, s'adapte rapidement, peut montrer du savoir-faire, voire un certain opportunisme. Pourtant il est plutôt strict, déteste la flatterie, le mensonge, les faux-semblants, et surtout l'injustice... Capable de colères violentes lorsqu'il fait face à une iniquité, il est alors redoutable! 
http://img1.picmix.com/output/pic/original/5/8/9/0/2430985_13522.gif
http://img1.picmix.com/output/pic/original/3/9/0/6/1846093_79ab0.gif
Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans Gifs Bonne Fête
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 02:30
 
Marie-Joseph Blaise de Chénier était un homme politique et écrivain français, né le 28 août 1764 et mort à Paris le 10 janvier 1811 soit huit ans après avoir été élu à l’Académie-Française. Il est à la tête d’une œuvre prolifique, des pièces de théâtres,  poésies,  et d’écrits divers.
S’il est aujourd’hui moins reconnu dans le domaine littéraire que son frère, le poète André Chénier, il reste néanmoins célèbre pour avoir écrit "FENELON",  contribué à l’écriture du Chant du départ, l’hymne du Premier Empire ainsi qu’à La Marseillaise avec son couplet des enfants  (La Marseillaise ayant été composée par le Jurassien Rouget de l'Isle)

Citations :
 
Arrêtez: malheur à l'homicide!
Le sang retombera sur sa tête perfide.
Caïus Gracchus (1792)

C'est le bon sens, la raison qui fait tout: 
Vertu, génie, esprit, talent et goût.
Hymne à la Raison (1794)


A la liberté 


Descends, ô liberté ! fille de la nature : 
Le peuple a reconquis son pouvoir immortel ;
Sur les pompeux débris de l'antique imposture
Ses mains relèvent ton autel.

Venez, vainqueurs des rois : l'Europe vous contemple ; 
Venez ; sur les faux dieux étendez vos succès ; 
Toi, sainte liberté, viens habiter ce temple ;
Sois la déesse des Français.

Ton aspect réjouit le mont le plus sauvage,
Au milieu des rochers enfante les moissons ;
Embelli par tes mains, le plus affreux rivage 
Rit, environné de glaçons.

Tu doubles les plaisirs, les vertus, le génie ;
L'homme est toujours vainqueur sous tes saints étendards ;
Avant de te connaître, il ignorait la vie : 
Il est créé par tes regards.

Au peuple souverain tous les rois font la guerre ; 
Qu'à tes pieds, ô déesse, ils tombent désormais ! 
Bientôt sur les cercueils des tyrans de la terre 
Les peuples vont jurer la paix.
Marie-Joseph de Chenier



http://img1.picmix.com/output/pic/original/1/7/6/8/1648671_38ded.gif

Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans poèmes-textes "divers"
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 02:28
8 mai 1945 - Victoire des Alliés

 
8 MAI 1945
 
Victoire des Alliés
sur l'Allemagne nazie et la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe marquée par la capitulation de l'Allemagne
http://img.over-blog.com/500x333/5/05/88/06/DIVERS/03.jpg
Les cérémonies à l'Arc de Triomphe, le 8 mai 1945. Source : ECPAD
 
 
La capitulation allemande :
Le 7 mai 1945, à 2 h 41, l'acte de capitulation allemande est signé à Reims. Les combats doivent cesser le 8 mai à 23 h 01.
 
La nouvelle est communiquée officiellement le 8 mai à 15 h 00.
http://img.over-blog.com/400x420/5/05/88/06/DIVERS/images-copie-1.jpg

 
http://img.over-blog.com/267x420/5/05/88/06/DIVERS/int_h02.png
 
Le lendemain, 9 mai, à 0 h 16, la capitulation générale est signée à Berlin.
 
La France, signataire aux côtés des Alliés de ces deux actes, est représentée à Reims par le général Sevez, à Berlin par le général de Lattre de Tassigny.
La reddition sans conditions de l'Allemagne nazie met fin en Europe à un conflit de six ans qui a fait plusieurs dizaines de millions de morts.
http://img.over-blog.com/300x226/5/05/88/06/DIVERS/images--3-.jpg
 
 
Le 8 mai a été déclaré jour férié de commémoration en France le 20 mars 1953.
 
Le président Charles de Gaulle supprime le caractère férié de ce jour par le décret du 11 avril 1959.
 
Pour se placer dans une logique de réconciliation avec l'Allemagne, le président Giscard d'Estaing supprime également la commémoration de la victoire alliée en 1945.
 
C'est à la demande du président François Mitterrand que cette commémoration et ce jour férié seront rétablis, par la loi du 23 septembre 1981.
http://img1.picmix.com/output/pic/original/6/6/6/7/2427666_c4a4f.gif
 
 
Repost 0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 01:15


LA PAIX 

par les grands peintres


Hans von Aachen (1552-1615)
Allégorie de la Paix1-aachen-von-hans--allegorie-von-friede-784771.jpg


Jacques Dumont, dit le Romain (1701-1781)
La Paix2-m503604_98de22572_pDUMONT-Jacques--DUMONT-LE-ROMAIN--dit-.jpg


École française vers 1640 (de Simon Vouet)
Allégorie de la Paix et de l'Abondance.3-69701889_pEcole-francaise-vers-1640--entourage-de-Simon.jpg


Élisabeth Vigée Lebrun (1755-1842) 
La paix ramenant l'abondance4-M503604_82ee262_pElisabeth-Vigee-Le-Brun---La-paix-rame.jpg


Charles Mellin (1698-1649) 
La Paix et les Arts, 16276-ggFuIdoq6r_mellin_barberiniCharles-Mellin--1698-1649-La-P.jpg


Pablo Picasso (1881-1973)
La paix 7-picasso_guerrepaix_paix.jpg


Pablo Picasso (1881-1973)
Le Visage de la Paix, 19509-Pablo-Picasso-The-Face-of-Peace-50354-le-visage-de-la-pai.jpg


Pablo Picasso (1881-1973)
Le Visage de la Paix9-Pablo-Picasso-The-Ma.jpg


Pablo Picasso (1881-1973)
Le Visage de la Paix9-paiimg_Le-visage-de-la-paix_Pablo-PICASSO_ref-150.003533-jpg


Pablo Picasso (1881-1973)
La colombe de la paix9-picassotelechargementpicasso-colombe.jpg


Pablo Picasso (1881-1973)
La colombe de la paix9ze_Picasso_oct099a-La-colombe-de-lla-paix-1962.jpg


Pablo Picasso (1881-1973)
La colombe de la paix9-picasso-pablo-la-colombe-de-la-paix.jpg


Pablo Picasso (1881-1973)
La colombe de la paix9-pipablo-picasso-colombe-de-la-paix-n-144386-0.jpg


Nicolas Prévost (1604-1670) 
Le Baiser de la Paix et de la Justice10-P1020258-baiser-tours2-copieNicolas-Prevost--Eleve-de-.jpg


Pierre Paul Rubens (1577-1640)
Allégorie de la Paix et de la Guerre11-rubens-allegorie-paixAllegorie-de-la-Paix-et-de-la-Guer.jpg


Attribué à Martin de Vos (1532-1603) 
Allégorie de la paix12-m030704_0001299_pVOS-Martin-de--attribue-a-Allegorie-.jpg
Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans Images grands peintres
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 00:52
Étienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, 
dit Théodore de Banville,
né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris 6e arrondissement, est un poète, dramaturge et critique dramatique français.

Célèbre pour les Odes funambulesques et les Exilés, il est surnommé «le poète du bonheur".
Ami de Victor Hugo, de Charles Baudelaire et de Théophile Gautier, il est considéré dès son vivant comme l’un des plus éminents poètes de son époque. Il a notamment découvert le talent naissant d’Arthur Rimbaud.




Sculpteur, cherche avec soin ...

Sculpteur, cherche avec soin, en attendant l'extase,
Un marbre sans défaut pour en faire un beau vase ;
Cherche longtemps sa forme et n'y retrace pas
D'amours mystérieux ni de divins combats.
Pas d'Héraklès vainqueur du monstre de Némée,
Ni de Cypris naissant sur la mer embaumée ;
Pas de Titans vaincus dans leurs rébellions,
Ni de riant Bacchus attelant les lions
Avec un frein tressé de pampres et de vignes ;
Pas de Léda jouant dans la troupe des cygnes
Sous l'ombre des lauriers en fleurs, ni d'Artémis
Surprise au sein des eaux dans sa blancheur de lys.
Qu'autour du vase pur, trop beau pour la Bacchante,
La verveine mêlée à des feuilles d'acanthe
Fleurisse, et que plus bas des vierges lentement
S'avancent deux à deux, d'un pas sûr et charmant,
Les bras pendant le long de leurs tuniques droites
Et les cheveux tressés sur leurs têtes étroites.

http://img1.picmix.com/output/pic/original/0/7/6/6/2426670_7ae64.gif


Repost 0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 00:48
 
Mythologie grecque,

Leda et le cygne
par les grands peintres
Suite (5)
Attribué à Hugues TARAVAL (1729-1785)
22-W45Attribue-a-Hugues-TARAVAL--1729-1785-Leda-et-le-cy.jpg

Paul-Prosper Tillier (1834-1915)
23-wtillier.-l-da-et-le-cygne-12ba352.jpg

Le Tintoret (1518-1594)
24 Wswan4Tintoret, Léda et le cygne, (1)

Louis Tournier (19°)
26 Wm017204 0001905 pTOURNIER LouisTitreLeda et le cygne

François de Troy (1679-1752)
23-WUP1020372-detroy-leda-cholet2J-Francois-de-Tr-copie-1.jpg

Fernand Verhaegen  (1883-1975)
27-Wfernand-verhaegen-.5cd9-cor-1379561Fernand-Verhaegen--.jpg

Véronèse (1528-1588)
29-Wleda_veroneseLeda-et-le-cygne-par-Veronese--1528-158.jpg

d'après Léonard de Vinci (1452-1519)
30-1375Leda-et-le-cygne-copie-de-Leonard-de-Vinc-copie-1.jpg

Léonard de Vinci (1452-1519)
30-W1375c984Leda-et-e-cygne-leonard-de-vinci.jpg

Joséphine Wall (1947)
23-Wwall-el.-1947---Leda-et-le-cygne---2--copie-1.jpg

Adolf Ulrik Wertmüller (1751-1811)
31-Wadolph-rudolph-wi-.ler_leda-12ba373Adolph-Wie-copie-2.jpg

Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans Images grands peintres mythologie
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 00:43

 

Les bancs

photos personnelles

 

 

Evans - Jura - rue de la Fontaine


DSC03964-copie-1.JPG



DSC03965.JPG



DSC03966 modifié-1



DSC03970.JPG

 

Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans Les bancs
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 00:40

 

 

Fête : 7 mai

Gisèle

Etymologie : Epée (germanique).

Gisèle est une personne ouverte, sociable, communicative, extravertie, exprimant la joie de vivre et appréciant les échanges avec les autres. C'est une individualiste qui est prête à fournir beaucoup d'efforts pour accomplir ses projets, sa volonté et son ambition étant à toute épreuve. Dotée d'une grande sensibilité, elle peut parfois apparaître réservée, discrète, timide. Perspicace, intuitive, elle possède une excellente écoute, et sait être tant une amie attentive qu'une conseillère avisée. Attention toutefois qu'elle n'abuse pas trop de l'ascendant qu'elle peut avoir sur les autres pour imposer ses conceptions avec autorité. Indépendante, originale, honnête, volontaire, Gisèle est sans aucun doute une personnalité à part entière. 

http://www.signification-prenom.com/prenom/prenom-gisele.html

 http://img1.picmix.com/output/pic/original/8/5/6/6/2426658_a6e58.gif


       

http://img1.picmix.com/output/pic/original/6/2/7/2/1842726_22592.gif     

Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans Gifs Bonne Fête
commenter cet article
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 00:56

Jean Nicolas Arthur Rimbaud est un poète français, né le 20 octobre 1854 à Charleville et mort le 10 novembre 1891 à Marseille.

Bien que brève, la densité de son œuvre poétique fait d'Arthur Rimbaud une des figures considérables de la littérature française.


Soleil et chair

Le Soleil, le foyer de tendresse et de vie, 
Verse l'amour brûlant à la terre ravie, 
Et, quand on est couché sur la vallée, on sent 
Que la terre est nubile et déborde de sang ; 
Que son immense sein, soulevé par une âme, 
Est d'amour comme Dieu, de chair comme la femme, 
Et qu'il renferme, gros de sève et de rayons, 
Le grand fourmillement de tous les embryons !

Et tout croît, et tout monte !

- Ô Vénus, ô Déesse ! 
Je regrette les temps de l'antique jeunesse,
Des satyres lascifs, des faunes animaux,
Dieux qui mordaient d'amour l'écorce des rameaux 
Et dans les nénufars baisaient la Nymphe blonde !
Je regrette les temps où la sève du monde,
L'eau du fleuve, le sang rose des arbres verts 
Dans les veines de Pan mettaient un univers ! 
Où le sol palpitait, vert, sous ses pieds de chèvre ; 
Où, baisant mollement le clair syrinx, sa lèvre
Modulait sous le ciel le grand hymne d'amour ; 
Où, debout sur la plaine, il entendait autour
Répondre à son appel la Nature vivante ;
Où les arbres muets, berçant l'oiseau qui chante, 
La terre berçant l'homme, et tout l'Océan bleu
Et tous les animaux aimaient, aimaient en Dieu ! 
Je regrette les temps de la grande Cybèle
Qu'on disait parcourir, gigantesquement belle,
Sur un grand char d'airain, les splendides cités ; 
Son double sein versait dans les immensités
Le pur ruissellement de la vie infinie. 
L'Homme suçait, heureux, sa mamelle bénie, 
Comme un petit enfant, jouant sur ses genoux.
- Parce qu'il était fort, l'Homme était chaste et doux.
Misère ! Maintenant il dit : Je sais les choses,
Et va, les yeux fermés et les oreilles closes. 
Et pourtant, plus de dieux ! plus de dieux ! l'Homme est Roi, 
L'Homme est Dieu ! Mais l'Amour, voilà la grande Foi ! 
Oh ! si l'homme puisait encore à ta mamelle,
Grande mère des dieux et des hommes, Cybèle ; 
S'il n'avait pas laissé l'immortelle Astarté
Qui jadis, émergeant dans l'immense clarté
Des flots bleus, fleur de chair que la vague parfume, 
Montra son nombril rose où vint neiger l'écume,
Et fit chanter, Déesse aux grands yeux noirs vainqueurs, 
Le rossignol aux bois et l'amour dans les coeurs !

II
Je crois en toi ! je crois en toi ! Divine mère, 
Aphrodite marine ! - Oh ! la route est amère 
Depuis que l'autre Dieu nous attelle à sa croix ;
Chair, Marbre, Fleur, Vénus, c'est en toi que je crois ! 
- Oui, l'Homme est triste et laid, triste sous le ciel vaste.
Il a des vêtements, parce qu'il n'est plus chaste, 
Parce qu'il a sali son fier buste de dieu, 
Et qu'il a rabougri, comme une idole au feu, 
Son cors Olympien aux servitudes sales ! 
Oui, même après la mort, dans les squelettes pâles 
Il veut vivre, insultant la première beauté ! 
- Et l'Idole où tu mis tant de virginité, 
Où tu divinisas notre argile, la Femme, 
Afin que l'Homme pût éclairer sa pauvre âme 
Et monter lentement, dans un immense amour, 
De la prison terrestre à la beauté du jour, 
La Femme ne sait plus même être courtisane ! 
- C'est une bonne farce ! et le monde ricane 
Au nom doux et sacré de la grande Vénus !

III
Si les temps revenaient, les temps qui sont venus ! 
- Car l'Homme a fini ! l'Homme a joué tous les rôles ! 
Au grand jour, fatigué de briser des idoles, 
Il ressuscitera, libre de tous ses Dieux, 
Et, comme il est du ciel, il scrutera les cieux ! 
L'Idéal, la pensée invincible, éternelle, 
Tout ; le dieu qui vit, sous son argile charnelle, 
Montera, montera, brûlera sous son front ! 
Et quand tu le verras sonder tout l'horizon, 
Contempteur des vieux jougs, libre de toute crainte, 
Tu viendras lui donner la Rédemption sainte ! 
- Splendide, radieuse, au sein des grandes mers 
Tu surgiras, jetant sur le vaste Univers 
L'Amour infini dans un infini sourire ! 
Le Monde vibrera comme une immense lyre 
Dans le frémissement d'un immense baiser !
- Le Monde a soif d'amour : tu viendras l'apaiser.
Ô ! L'Homme a relevé sa tête libre et fière ! 
Et le rayon soudain de la beauté première 
Fait palpiter le dieu dans l'autel de la chair ! 
Heureux du bien présent, pâle du mal souffert, 
L'Homme veut tout sonder, - et savoir ! La Pensée, 
La cavale longtemps, si longtemps oppressée 
S'élance de son front ! Elle saura Pourquoi !... 
Qu'elle bondisse libre, et l'Homme aura la Foi !
- Pourquoi l'azur muet et l'espace insondable ? 
Pourquoi les astres d'or fourmillant comme un sable ? 
Si l'on montait toujours, que verrait-on là-haut ? 
Un Pasteur mène-t-il cet immense troupeau 
De mondes cheminant dans l'horreur de l'espace ? 
Et tous ces mondes-là, que l'éther vaste embrasse, 
Vibrent-ils aux accents d'une éternelle voix ? 
- Et l'Homme, peut-il voir ? peut-il dire : Je crois ? 
La voix de la pensée est-elle plus qu'un rêve ? 
Si l'homme naît si tôt, si la vie est si brève, 
D'où vient-il ? Sombre-t-il dans l'Océan profond 
Des Germes, des Foetus, des Embryons, au fond 
De l'immense Creuset d'où la Mère-Nature 
Le ressuscitera, vivante créature, 
Pour aimer dans la rose, et croître dans les blés ?...
Nous ne pouvons savoir ! - Nous sommes accablés 
D'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères ! 
Singes d'hommes tombés de la vulve des mères, 
Notre pâle raison nous cache l'infini ! 
Nous voulons regarder : - le Doute nous punit ! 
Le doute, morne oiseau, nous frappe de son aile... 
- Et l'horizon s'enfuit d'une fuite éternelle !...
Le grand ciel est ouvert ! les mystères sont morts 
Devant l'Homme, debout, qui croise ses bras forts 
Dans l'immense splendeur de la riche nature ! 
Il chante... et le bois chante, et le fleuve murmure 
Un chant plein de bonheur qui monte vers le jour !... 
- C'est la Rédemption ! c'est l'amour ! c'est l'amour !...

IV
Ô splendeur de la chair ! ô splendeur idéale ! 
Ô renouveau d'amour, aurore triomphale 
Où, courbant à leurs pieds les Dieux et les Héros, 
Kallipyge la blanche et le petit Éros 
Effleureront, couverts de la neige des roses, 
Les femmes et les fleurs sous leurs beaux pieds écloses !
- Ô grande Ariadné, qui jettes tes sanglots 
Sur la rive, en voyant fuir là-bas sur les flots, 
Blanche sous le soleil, la voile de Thésée, 
Ô douce vierge enfant qu'une nuit a brisée, 
Tais-toi ! Sur son char d'or brodé de noirs raisins, 
Lysios, promené dans les champs Phrygiens 
Par les tigres lascifs et les panthères rousses, 
Le long des fleuves bleus rougit les sombres mousses. 
- Zeus, Taureau, sur son cou berce comme une enfant 
Le corps nu d'Europé, qui jette son bras blanc 
Au cou nerveux du Dieu frissonnant dans la vague. 
Il tourne lentement vers elle son oeil vague ; 
Elle, laisse traîner sa pâle joue en fleur, 
Au front de Zeus ; ses yeux sont fermés ; elle meurt 
Dans un divin baiser, et le flot qui murmure 
De son écume d'or fleurit sa chevelure. 
- Entre le laurier-rose et le lotus jaseur 
Glisse amoureusement le grand Cygne rêveur 
Embrassant la Léda des blancheurs de son aile ; 
- Et tandis que Cypris passe, étrangement belle, 
Et, cambrant les rondeurs splendides de ses reins, 
Étale fièrement l'or de ses larges seins 
Et son ventre neigeux brodé de mousse noire, 
- Héraclès, le Dompteur, qui, comme d'une gloire, 
Fort, ceint son vaste corps de la peau du lion, 
S'avance, front terrible et doux, à l'horizon !
Par la lune d'été vaguement éclairée,
Debout, nue, et rêvant dans sa pâleur dorée
Que tache le flot lourd de ses longs cheveux bleus,
Dans la clairière sombre où la mousse s'étoile,
La Dryade regarde au ciel silencieux...
- La blanche Séléné laisse flotter son voile,
Craintive, sur les pieds du bel Endymion,
Et lui jette un baiser dans un pâle rayon...
- La Source pleure au loin dans une longue extase...
C'est la Nymphe qui rêve, un coude sur son vase,
Au beau jeune homme blanc que son onde a pressé.
- Une brise d'amour dans la nuit a passé, 
Et, dans les bois sacrés, dans l'horreur des grands arbres,
Majestueusement debout, les sombres Marbres,
Les Dieux, au front desquels le Bouvreuil fait son nid,
- Les Dieux écoutent l'Homme et le Monde infini !
29 avril 1870

Venus et nymphes se baignant
Lagrenée l'Ainé (1724-1805)
Venus-et-nymphes-se-baignant-via-robilantvoena.com-copie-1.jpg

Repost 0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 00:55
Mythologie grecque,

Leda et le cygne
par les grands peintres
Suite (4)

Pontormo (1494-1557)
18-WPontormo--1494-1557----Leda-et-le-cygne--3-.JPG

Odilon Redon (1840-1916)
19-Wodilon-redon-lb-1434972leda.jpg

Attribué à Dante Gabriel Rossetti (1828-1882)
19-Wrdante-gabriele-ro-.5c88-cor-12e8c20-rossetti.jpg

Dante Gabriel Rossetti (1828-1882)
20-WrubensLeda-avec-le-cygne-1599-Peter-Paul-Rubens-1577-1.jpg

Louis Antoine Léon Riesener (1808-1878)
21--Wbmlouis-antoine-leo-.sener-lb-138e5cb.jpg

Jules Scalbert (1851-1928)
21-vandseda-et-le-cygneJules-Scalbert1851---1928.jpg

Jules Scalbert (1851-1928)
21 vandseda-et-le-cygneJules Scalbert (1851 – 19-copie-1

Andrea del Sarto (1486-1531)
21-Wandrea_del_sarto_leda-lb-12ba3c5--3-.jpg

Vincent Sellaer (1500-1589)
21-wbm063804_0000407_p--1-SELLAER-VincentLeda-copie-1.jpg

Vincent Sellaer (1500-1589)
21-W55466bf9bbbe47d26c250a04f29d4a68vincent-sellaer.jpg

François André Stiémart (1680-1740)
21-wbnm040004_0004251_pSTIEMART-Francois-Jupiter--copie-1.jpg
Repost 0
Published by le-blog-de-mcbalson-palys - dans Images grands peintres mythologie
commenter cet article

Citation "amour"

Recherche

 

LA BOUGIE DE L'AMITIE

Cette bougie a été allumée 

   Le 15 septembre 1998 

http://idata.over-blog.com/3/02/13/98/photos-jean-claude/images/PHOTOS-JC-2/PHOTOS-JC-3/PHOTOS-JC-4/PHOTO-JC-5/photos-JC-6/photo-7/photos-8/photos-9/PHOTO-10/N--11/ATT22444.gif

 

http://img1.picmix.com/output/pic/original/6/0/7/8/1648706_5c037.gif

 

Pour la lutte contre le cancer

http://img.over-blog.com/600x450/5/05/88/06/divers-internet-2/349e05ce--1-.jpg

 

http://img1.picmix.com/output/pic/original/5/5/8/4/2154855_b5fe3.gif

 

Citation gothique

http://img1.picmix.com/output/pic/original/4/2/8/2/2102824_23208.gif

nymphes

http://img1.picmix.com/output/pic/original/6/0/2/9/1849206_14c73.gif

 

Les oiseaux - cygnes

Oiseaux - cygnes

Humour des années 1960

http://img.over-blog.com/401x600/5/05/88/06/cartes-postales-humoristiques-1960---1970/numerisation0025.jpg           

 

 

 

Le gros chêne à Evans

http://img.over-blog.com/593x446/5/05/88/06/EVANS---jura/evans-le-gros-chene-HPIM2529.jpg

 
Morez - Andelot - Jura - Viaduc -

la ligne des hirondelles

Morez - Andelot - Jura - Viaduc - la ligne des hirondelles -

 

La Loue - 

Ornans - Doubs

La Loue - Ornans - Doubs

 

Fraisans - Jura - canal des forges

Fraisans - Jura - canal des Forges

 

Cascade du Dard - Jura

Cascade du Dard - à l'entrée des grottes - Baume les Messieurs - Jura

 

L'église Saint-Just d'Arbois - Jura

Eglise au bord de la Cuisance - Arbois - Jura

 

Les roses

Catégories

Mes chats

http://img.over-blog.com/500x375/5/05/88/06/HPIM0774.JPG

 

http://images.empreintesduweb.com/originale/1373362006.gif

Le billet d'amour

http://img1.picmix.com/output/pic/original/2/6/0/7/2657062_97b71.jpg

chien et chat

http://img.over-blog.com/600x535/5/05/88/06/chats/numerisation0005-copie-1.jpg

http://img1.picmix.com/output/pic/original/4/6/5/6/1886564_d2f06.gif