Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 01:06

Carte Bonne Fête Paco - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête Paco - 4 octobre

Carte Bonne Fête Paco - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 01:05

Carte Bonne Fête Franz - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête Franz - 4 octobre

Carte Bonne Fête Franz - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 01:05

Carte Bonne Fête Frantz - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête Frantz - 4 octobre

Carte Bonne Fête Frantz - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 01:03

Carte Bonne Fête Franck - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête Franck - 4 octobre

Carte Bonne Fête Franck - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 01:02

Carte Bonne Fête Francisco - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête Francisco - 4 octobre

Carte Bonne Fête Francisco - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 01:01

Carte Bonne Fête Francis - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête Francis - 4 octobre

Carte Bonne Fête Francis - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 01:00

Carte Bonne Fête François - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête François - 4 octobre

Carte Bonne Fête François - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 00:58

Carte Bonne Fête Capucine - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête Capucine - 4 octobre

Carte Bonne Fête Capucine - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2019 3 02 /10 /octobre /2019 22:28

Marc-Antoine Girard, sieur de Saint-Amant, est un poète français, né dans la banlieue de Rouen en septembre 1594 et mort à Paris en décembre 1661. Il est l'auteur de poèmes burlesques, satiriques ou lyriques. Il a fait partie de la toute neuve Académie française.

 

 

La débauche


(extrait)

Bacchus ! qui vois notre débauche,
Par ton saint portrait que j'ébauche
En m'enluminant le museau
De ce trait que je bois sans eau ;
Par ta couronne de lierre,
Par la splendeur de ce grand verre,
Par ton thyrse tant redouté,
Par ton éternelle santé,
Par l'honneur de tes belles fêtes,
Par tes innombrables conquêtes,
Par les coups non donnés, mais bus,
Par tes glorieux attributs,
Par les hurlements des Ménades,
Par le haut goût des carbonnades,
Par tes couleurs blanc et clairet,
Par le plus fameux cabaret,
Par le doux chant de tes orgies,
Par l'éclat des trognes rougies,
Par table ouverte à tout venant,
Par les fins mors de ta cabale,
Par le tambour et la cymbale,
Par tes cloches qui sont des pots,
Par tes soupirs qui sont des rots,
Par tes hauts et sacrés mystères,
Par tes furieuses panthères,
Par ce lieu si frais et si doux,
Par ton bouc, paillard comme nous,
Par ta grosse garce Ariane,
Par le vieillard monté sur l'âne,
Par les satyres, tes cousins,
Par la fleur des plus beaux raisins,
Par ces bisques si renommées,
Par ces langues de boeuf fumées,
Par ce tabac, ton seul encens,
Par tous les plaisirs innocents,
Par ce jambon couvert d'épice,
Par ce long pendant de saucisse,
Par la majesté de ce broc,
Par masse, tope, cric et croc,
Par cette olive que je mange,
Par ce gai passeport d'orange,
Par ce vieux fromage pourri,
Bref par Gillot, ton favori,
Reçois-nous dans l'heureuse troupe,
Des francs chevaliers de la coupe,
Et, pour te montrer tout divin,
Ne la laisse jamais sans vin.

 

Cornelis de Vos Le triomphe de Bacchus

Cornelis de Vos Le triomphe de Bacchus

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2019 3 02 /10 /octobre /2019 22:17

José-Maria de Heredia, né le 22 novembre 1842 et mort le 3 octobre 1905, est un homme de lettres d'origine cubaine : né sujet espagnol, il a été naturalisé français en 1893. Son œuvre poétique a fait de lui l'un des maîtres du mouvement parnassien. Il est l'auteur d'un seul recueil, Les Trophées, publié en 1893 et comprenant cent-dix-huit sonnets qui retracent l'histoire du monde, comme Les Conquérants, ou dépeignent des moments privilégiés, comme Le Récif de corail ; ainsi que quatre poèmes plus longs.

 

 

Bacchanale

 

Une brusque clameur épouvante le Gange.
Les tigres ont rompu leurs jougs et, miaulants,
Ils bondissent, et sous leurs bonds et leurs élans
Les Bacchantes en fuite écrasent la vendange.

 

Et le pampre que l'ongle ou la morsure effrange
Rougit d'un noir raisin les gorges et les flancs
Où près des reins rayés luisent des ventres blancs
De léopards roulés dans la pourpre et la fange.

 

Sur les corps convulsifs les fauves éblouis,
Avec des grondements que prolonge un long râle,
Flairent un sang plus rouge à travers l'or du hâle ;

 

Mais le Dieu, s'enivrant à ces jeux inouïs,
Par le thyrse et les cris les exaspère et mêle
Au mâle rugissant la hurlante femelle.

 

Titien Bacchus et Ariane

Titien Bacchus et Ariane

Partager cet article
Repost0

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter