Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2021 2 13 /04 /avril /2021 19:28

 

 

Cicely Mary Barker (1895-1973) illustratrice britannique connue pour ses illustrations de fées et de fleurs.

 

 

La Fée des tulipes

 

Nos tiges sont très droites et hautes,

Nos couleurs claires et lumineuses;

Trop de teintes pour les nommer toutes :

rouge, jaune, rose ou blanc.

 

Et certaines sont éclaboussées, et certaines, peut-être,

aussi foncées que n'importe quelle prune.

Des champs de tulipes à travers la mer

En Angleterre nous sommes venues.

 

Nous étions la fierté d'un pays pacifique,

et la Hollande est son nom.

Maintenant, dans vos jardins, nous demeurons -

Et n'êtes-vous pas content que nous soyons venues ?

Cicely Mary Barker (1895-1973)

Cicely Mary Barker (1895-1973)

Partager cet article
Repost0
13 avril 2021 2 13 /04 /avril /2021 10:45

 

 

François Coppée (1842-1908), poète, dramaturge et romancier français.

 

À une tulipe

 

Ô rare fleur, ô fleur de luxe et de décor,

Sur ta tige toujours dressée et triomphante,

Le Velasquez eût mis à la main d’une infante

Ton calice lamé d’argent, de pourpre et d’or.

 

Mais, détestant l’amour que ta splendeur enfante,

Maîtresse esclave, ainsi que la veuve d’Hector,

Sous la loupe d’un vieux, inutile trésor,

Tu t’alanguis dans une atmosphère étouffante.

 

Tu penses à tes sœurs des grands parcs, et tu peux

Regretter le gazon des boulingrins pompeux,

La fraîcheur du jet d’eau, l’ombrage du platane ;

 

Car tu n’as pour amant qu’un bourgeois de Harlem,

Et dans la serre chaude, ainsi qu’en un harem,

S’exhalent sans parfum tes ennuis de sultane.

 François Coppée (1842-1908) -  poète, dramaturge et romancier français - À une tulipe
Partager cet article
Repost0
13 avril 2021 2 13 /04 /avril /2021 10:44

 

 

François David (1950), écrivain

Extrait de son livre "petits poèmes de l’amour"

 

 

La tulipe

 

Un chat était amoureux fou

D’une tulipe.

Il tournait

 Tout le jour

Tout autour

De son vase.

Il respirait son bon parfum

Il lui miaulait la sérénade.

Mais la fleur restait indifférente

Au beau chant d’amour

Du matou.

 Comme il ne sortait plus,

Comme il ne mangeait plus,

Comme il ne buvait plus de lait,

Les amis du chat supplièrent la tulipe ;

Faites-lui un signe

Ne désespérez pas notre minou.

 

 La fleur avait bon cœur ;

Pour réjouir le chat,

Elle ouvrit ses pétales

Et fit entendre un doux "ronron"

Depuis ce jour, il existe une tulipe

D’une espèce nouvelle et très rare ;

La tulipe qui ronronne.

Diane Hoeptner Tuxedo etTulipes

Diane Hoeptner Tuxedo etTulipes

Partager cet article
Repost0
13 avril 2021 2 13 /04 /avril /2021 10:44

 

 

Théophile Gautier (1811-1872) poète, romancier et critique d'art français.

Recueil : "Poésies nouvelles et inédites"

 

 

La Tulipe

 

Moi, je suis la tulipe, une fleur de Hollande ;

Et telle est ma beauté, que l’avare Flamand

Paye un de mes oignons plus cher qu’un diamant,

Si mes fonds sont bien purs, si je suis droite et grande.

 

Mon air est féodal, et, comme une Yolande

Dans sa jupe à longs plis étoffée amplement,

Je porte des blasons peints sur mon vêtement,

Gueules fascé d’argent, or avec pourpre en bande.

 

Le jardinier divin a filé de ses doigts

Les rayons du soleil et la pourpre des rois

Pour me faire une robe à trame douce et fine.

Nulle fleur du jardin n’égale ma splendeur,

Mais la nature, hélas ! n’a pas versé d’odeur

Dans mon calice fait comme un vase de Chine.

Théophile Gautier (1811-1872) - poète, romancier - La Tulipe
Partager cet article
Repost0
10 avril 2021 6 10 /04 /avril /2021 13:45

 

 

Jacques-François-Marie Vieilh de Boisjolin, (1760-1841) poète et administrateur français. ...

 

Origine de la tulipe

 

Mais quelle fleur plus fière, au milieu de ses soeurs,

Oppose à leurs parfum l'éclat de ses couleurs ?

Mon oeil a reconnu, la tulipe inodore,

Jadis nymphe des champs et compagne de Flore.

Protée était son père, et la fable autrefois

Consacra son malheur, qu'ose chanter ma voix.

 

A cette heure douteuse, où l'ombre, plus tardive

Suit du jour qui s'éteint la clarté fugitive,

La nymphe, loin de Flore, hélas ! loin pour jamais,

Des champs et de son  coeur  goûtant l'heureuse paix,

Sous l'odorant feuillage où chantait Philomèle

Savourait du repos la douceur infidèle.

Zéphire l'aperçoit, et, d'un souffle enflammé,

Caresse des attraits dont son oeil est charmé.

La fille de Protée, à cette douce haleine,

Entrouvre avec lenteur sa paupière incertaine,

Et ne voit pas encor dans son enchantement

Que ce bruit de Zéphire est la voix d'un amant.

Mais bientôt, à l'aspect du jeune époux de Flore :

"Déesse, à tes bienfaits si j'ai des droits encore,

"Dit-elle, contre un dieu qui trompe tes amours;

"J'implore ta vengeance, ou du moins ton secours."

 

Tout-à-coup, ô prodige ! une forme étrangère

La dérobe aux transports d'un désir adultère.

Son beau corps, dont Zéphyr presse en vain les appâts,

En tige souple et frêle échappe de ses bras ;

Ses cheveux qui tombaient en boucles agitées,

S'élevant sur son front  en feuilles veloutées,

L'entourent d'un calice : un doux balancement

Semble prouver encor qu'elle craint son amant.

Le dieu veut, en parfums, respirer son haleine ;

Ce baume de l'amour adoucirait sa peine :

Prive la fleur d'un charme, et l'homme d'un plaisir ; 

Mais la nymphe héritant du secret de son père,

De cet art protecteur se fait un art de plaire ;

Et trompant le regard par la variété,

De changeantes couleurs enrichit sa beauté.

Je vois errer Zéphyr : mais il ne cherche qu'elle,

Et s'il paraît volage, il n'est plus infidèle.

Lowell Blair Nesbitt

Lowell Blair Nesbitt

Partager cet article
Repost0
10 avril 2021 6 10 /04 /avril /2021 13:44

 

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), est un gentilhomme et militaire français du XVII°  siècle. Le duc de Montausier a courtisé une jeune femme appelée Julie d'Angennes, qui était fière et refusait le mariage. 


Avec d’autres poètes de l’Hôtel de Rambouillet, il a composé un livret de compliments à sa Julie, sous la forme d’un bouquet de fleurs (poétiques). Chaque fleur est un prétexte à un compliment hyperbolique et spirituel.


d'un anonyme

Guirlande de Julie

 

 

La tulipe

 

Curieux Enfants d'espérance,

Belle troupe de mes Amants,

Ne vivez plus dans l'ignorance

Du sujet de mes changements.

Je cherche à me rendre embellie

D'un si grand nombre de couleurs

Qu'il ne faille que de mes fleurs

d'un anonyme - Guirlande de Julie - poète - la tulipe
Partager cet article
Repost0
9 avril 2021 5 09 /04 /avril /2021 13:42

 

Omar Khayam (1048-1131) est un poète et savant persan. 
traduction d'Armand Robin (1958)

traduction française est d'Armand Robin.

 

La tulipe et la rose

 

"La jolie, à la rose on la compare ;

Ma jolie, à la tulipe je la compare ;

A la tulipe plutôt qu'à la rose pourquoi je la compare ?

C'est que ma jolie aux autres jolies jamais je ne la compare."

 

"Ils disent tous : "C'est une rose, ma jolie !"

Je dis : "Elle est tulipe, ma jolie !

"La rose est belle, la tulipe est belle et jolie ;

"Pour une belle avoir cœur dans la beauté, c'est être jolie !"


"Le bijou de mon individualisme, contre aucun argent je ne le donnerai ;

Mes souffrances individuelles, contre aucun baume je ne les donnerai ;

La poussière sous ta porte, ô ma jolie, contre l'empire de Djan je ne la donnerai.

Un seul de tes cheveux, contre la terre, contre la mer, je ne le donnerai."

 

"Si nous obtenons rien qu'une miche de bon pain,

Puis un jarret de mouton, puis deux mesures de vin,

Et si, ô jolie, nous sommes tous deux en un coin de pré,

Nous avons obtenu ce qu'aucun Sultan n'obtient."

 

"Tout homme qui eut une affection, une amitié, dans son cœur,

Qu'il soit de ceux qui prient ou de ceux qui jamais en public ne prient,

Tout homme dont le nom a été inscrit sur le livre de l'affection,

Est libéré de l'Enfer, n'a plus besoin du Paradis."

 

"Le cœur est une lampe dont la lumière vient d'une jolie !

S'il y trouve de quoi mourir, il y trouve aussi sa vie !

Avec une lampe à huile, puis un papillon de nuit

On devrait éclairer le cœur de qui aime une jolie !"

 

"Je bois du vin et mes adversaires, de tout côté, disent :

"Pas de vin ! le vin, c'est l'ennemi de ton destin !"

Maintenant je sais que le vin, par Allah ! est l'ennemi de mon destin,

Je boirai, c'est légitime, le sang de l'ennemi de mon destin !"

 

"Toi dont la joue a les frémissements de la tulipe,

Dont le doux visage a pris leurs mouvements aux visages des filles de Chine,

Pitié ! ton regard fait à l'instant chanceler

Le roi, le fou, la tour, la reine, au jeu d'échecs de mon cœur !"

​​​​​​​

"Si tu le veux, tiens-moi par ton absence en tribulation ;

Ou, si tu le veux, tiens-moi par ton union en jubilation ;

Je ne demande ni le premier ni le second traitement ;

Que ton coeur me tienne selon ses prescriptions !"

 

"Bien des gens, après nous, du Monde auront leur part ;

De nous nulle part de souvenir plus tard ;

Rien manquait sur terre avant notre arrivée ;

Tout restera de même après notre départ."

Illustration rose et tulipe 1829

Illustration rose et tulipe 1829

Partager cet article
Repost0
9 avril 2021 5 09 /04 /avril /2021 12:46

 

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), est un gentilhomme et militaire français du XVII°  siècle. Le duc de Montausier a courtisé une jeune femme appelée Julie d'Angennes, qui était fière et refusait le mariage. 


Avec d’autres poètes de l’Hôtel de Rambouillet, il a composé un livret de compliments à sa Julie, sous la forme d’un bouquet de fleurs (poétiques). Chaque fleur est un prétexte à un compliment hyperbolique et spirituel.


De : M. Arnauld de Corbeville 


Il emprunta le pinceau de Flore pour donner le plus vif coloris et les tons les plus fins à la fleur qu'il cueillit; sa Tulipe, superbe d'éclat, reste l'emblème du plus parfait amour sous la forme la plus élégante.

 

 

La tulipe

 

Je  suis le plus brillant ouvrage

Dont le pinceau de Flore embellit les étés,

Et sur les autres Fleurs j'ai le même avantage

Qu'a le feu de tes yeux sur les autres clartés.

Mais dans l'éclat qui m'environne,

Et qui de cent couleurs reléve mes beautés,

La gloire que le Ciel me donne,

D'être ide si doux appâts,

Que, bien que de ma mort ma gloire soit suivie,

Pour mourir d'un si beau trépas,

J'aime mieux la mort que la vie.

M. Arnauld de Corbeville - poète  - guirlande de Julie -  La tulipe
Partager cet article
Repost0
9 avril 2021 5 09 /04 /avril /2021 12:44

 

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), est un gentilhomme et militaire français du XVII°  siècle. Le duc de Montausier a courtisé une jeune femme appelée Julie d'Angennes, qui était fière et refusait le mariage. 


Avec d’autres poètes de l’Hôtel de Rambouillet, il a composé un livret de compliments à sa Julie, sous la forme d’un bouquet de fleurs (poétiques). Chaque fleur est un prétexte à un compliment hyperbolique et spirituel.

 

de : Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690),

La guirlande Julie

Madrigal

 

 

La tulipe nommée flamboyante

 

Permettez-moi, belle Julie,

De mêler mes vives couleurs

A celles de ces rares fleurs,

Dont votre tête est embellie :

Je porte le nom glorieux

Qu'on doit donner à vos beaux yeux.

13a “La Tulipe nommée flamboyante”, planche du manuscrit de La Guirlande de Julie, v.1641, parchemin, folio 50r ©Paris, BnF

13a “La Tulipe nommée flamboyante”, planche du manuscrit de La Guirlande de Julie, v.1641, parchemin, folio 50r ©Paris, BnF

Partager cet article
Repost0
9 avril 2021 5 09 /04 /avril /2021 12:43

 

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), est un gentilhomme et militaire français du XVII°  siècle. Le duc de Montausier a courtisé une jeune femme appelée Julie d'Angennes, qui était fière et refusait le mariage. 


Avec d’autres poètes de l’Hôtel de Rambouillet, il a composé un livret de compliments à sa Julie, sous la forme d’un bouquet de fleurs (poétiques). Chaque fleur est un prétexte à un compliment hyperbolique et spirituel.

 

Antoine Godeau, Eveque de Grasse Et de Vence, un Des Premiers Membres de L'Academie Francaise (1605-1672).


Il trouva pour sa Tulipe une forme fraîche et idyllique; il donna à son vers l'élégance et le tour agréable de la pastorale, et le madrigal du Nain de la princesse Julie est si honnêtement troussé et d'une physionomie si colorée que l'on s'étonne, en le regrettant, que M. de Vence ait presque exclusivement consacré son talent à rimer des psaumes et à versifier des méditations chrétiennes et des églogues sacrées.


Guirlande de Julie

Madrigal

 


La tulipe

 

Je fus un berger autrefois

Qui poussé d'une belle audace,

Alla cueillir dessus Parnasse

Des lauriers plus fameux que les lauriers des rois .

Ce généreux désir d'une éternelle gloire

Ne m'empêcha pas de servir,

Avec les filles de Mémoire,

Les mortelles beautés qui me surent ravir

Mais mon âme fut si volage,

A tant d'objets divers elle rendit hommage,

Et les bergères si souvent,

En me reprochant leurs caresses,

Se plaignirent que mes promesses

Se perdaient parmi l'air sur les ailes du vent,

Qu'amour vint d'une main puissante

Me transformer en cette fleur,

Qui, comme j'eus l'âme inconstante,

est inconstante en sa couleur. 

Miracle de nos jours, si mes yeux t'eussent vue

Avec tous ces appâts n'eut point été léger;

Mais mon sort me console, et pour ma gloire ordonne,

Depuis que j'ai l'honneur d'embellir ta Couronne

Que mes vives couleurs ne pourront plus changer.

Antoine Godeau, Eveque de Grasse Et de Vence - (1605-1672) - poète - guirlande de Julie - la tulipe
Partager cet article
Repost0

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter