Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 21:18

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist (1952) poète français

Odalisques, 1975

 

Campanile d’Hiver


La vigne endolorie sous le poids des nuages,

Pareille au clapotis des barques enchainées,

Gémit, pleure et s’éteint comme un brasier mouillé

Par la rage du ciel et son gravier d’outrages.

 

Les lavoirs de soleil et leurs lourds sarcophages

Ruissellent de tumeurs aux couleurs bigarrées,

Comme si leur destin se tissait sous les dès

De gouttes détachées d’un suaire sauvage.

 

Seule, morne et feutrée, une cloche d’airain

Sonne un glas parfumé d’une douce beauté

Dont le silence boit la mélodie sans fin.

 

Or la vigne endurcie, comme un oratorio,

Fugue le long de mots brillants de nouveauté,

Que ce poème joue sur un pas d’adagio.
 

Francis Etienne Sicard Lundquist (1952) - poète français - Campanile d’Hiver
Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 21:18


 

Daniel Thibon - auteur 

Robert Charlebois - musique

 

 

Je reviendrai à Montréal

 

Je reviendrai à Montréal

Dans un grand Boeing bleu de mer

J'ai besoin de revoir l'hiver

Et ses aurores boréales

J'ai besoin de cette lumière

Descendue droit du Labrador

Et qui fait neiger sur l'hiver

Des roses bleues, des roses d'or

Dans le silence de l'hiver

Je veux revoir ce lac étrange

Entre le cristal et le verre

Où viennent se poser des anges

 

Je reviendrai à Montréal

Écouter le vent de la mer

Se briser comme un grand cheval

Sur les remparts blancs de l'hiver

Je veux revoir le long désert

Des rues qui n'en finissent pas

Qui vont jusqu'au bout de l'hiver

Sans qu'il y ait trace de pas

J'ai besoin de sentir le froid

Mourir au fond de chaque pierre

Et rejaillir au bord des toits

Comme des glaçons de bonbon clair

 

Je reviendrai à Montréal

Dans un grand Boeing bleu de mer


Je reviendrai à Montréal

Me marier avec l'hiver 
 

Daniel Thibon  - auteur - Je reviendrai à Montréal
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 22:53

 

 

Gilles Vigneault (1928) poète, auteur de contes et de chansons, auteur-compositeur-interprète québécois.


Il écrit et compose cette chanson en 1964, pour répondre à une commande de l'Office national du film du Canada, pour un film d'Arthur Lamothe, La neige a fondu sur la Manicouagan, sorti en 19651. La chanson sort dans son album Gilles Vigneault à La Comédie-Canadienne en 1965.

 

 

Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'hiver


Mon jardin, ce n'est pas un jardin, c'est la plaine

Mon chemin, ce n'est pas un chemin, c'est la neige

Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'hiver

Dans la blanche cérémonie

Où la neige au vent se marie

Dans ce pays de poudrerie

Mon père a fait bâtir maison

Et je m'en vais être fidèle

À sa manière, à son modèle

La chambre d'amis sera telle

Qu'on viendra des autres saisons

Pour se bâtir à côté d'elle

Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'hiver

Mon refrain, ce n'est pas un refrain, c'est rafale

Ma maison, ce n'est pas ma maison, c'est froidure

Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'hiver

De ce grand pays solitaire

Je crie avant que de me taire

À tous les hommes de la terre

Ma maison, c'est votre maison

Entre ses quatre murs de glace

Je mets mon temps et mon espace

À préparer le feu, la place

Pour les humains de l'horizon

Et les humains sont de ma race

Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'hiver

Mon jardin, ce n'est pas un jardin, c'est la plaine

Mon chemin, ce n'est pas un chemin, c'est la neige

Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'hiver

Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'envers

D'un pays qui n'était ni pays ni patrie

Ma chanson, ce n'est pas ma chanson, c'est ma vie

C'est pour toi que je veux posséder mes hivers
 

Retour au bercail - Léon Rivard

Retour au bercail - Léon Rivard

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 22:52


 

Jacques Prévert (1900-1977) poète français.

 

 

Chanson pour les enfants l’hiver


Dans la nuit de l’hiver

Galope un grand homme blanc

Dans la nuit de l’hiver

Galope un grand homme blanc

C’est un bonhomme de neige

Avec une pipe en bois,

Un grand bonhomme de neige

Poursuivi par le froid.

 

Il arrive au village.

Voyant de la lumière

Le voilà rassuré.

 

Dans une petite maison

Il entre sans frapper ;

Et pour se réchauffer,

S’assoit sur le poêle rouge,

Et d’un coup disparaît.

 

Ne laissant que sa pipe

Au milieu d’une flaque d’eau,

Ne laissant que sa pipe,

Et puis son vieux chapeau.
 

Jacques Prévert (1900-1977) - poète français - Chanson pour les enfants l’hiver
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 22:52

 

 

Sabine Sicaud (1913-1928) poétesse française.

Poèmes d’enfant, 1926

 

 

Pluviôse

 

Il pleut. Il pleut à petit bruit

Sur le vieux chemin de traverse…

 

– Quel Dieu, pour nous punir te verse,

Ô campagne, le jour, la nuit,

Cette pluie à si menu bruit ?

 

– C’est comme un chagrin qui nous suit

Et goutte à goutte nous transperce,

Un gris sans fin qui porte en lui

Tant de lassitude et d’ennui

Que le cœur tout entier s’y noie.

 

– Un linceul d’eau grise tournoie

Sur les vieux chemins qui se noient…

 

– Ô luisantes feuilles de soie

Qui dans le soleil et la joie

Brodaient les vergers lourds de fruits !

Jardinet rose autour d’un puits…

 

– Se peut-il que l’hiver s’emploie

À gâcher tous les coins de joie ?

 

– On va, songeant aux nids détruits.

La corde pleure sur le puits,

Les arbres pleurent dans la plaine…

 

– Comme dans le cœur de Verlaine,

Il pleut, il pleure à petit bruit.

C’est comme un chagrin qui nous suit…

Et peut-être aussi qui nous mène,

 

– Vers où, vers quoi, si tôt, si tard ?

Au glas persistant des gouttières

Un château se meurt quelque part !

 

– Des chaumes s’effondrent, épars…

 

– Et des yeux gris, dans le brouillard,

(Est-ce une toile de Carrière ?)

Regardent au loin, quelque part,

Vers la ville aux jaunes lumières…
 

M. Durand (Mima) - sous la pluie

M. Durand (Mima) - sous la pluie

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 22:51

 

 

Sabine Sicaud (1913-1928) poétesse française.

Poèmes d’enfant, 1926

 


Nivôse

 

Laissez tomber les plumes de la neige…

Les oiseaux qui les ont perdues

apportent des nouvelles toutes blanches…

 

Les ailes qui les ont perdues

ont plané sur les Finlande et les Norvège.

 

Elles ont caressé des forêts blanches

et les vertigineuses étendues

où le soleil frileux, si peu de temps, se penche…

 

Oh ! pourquoi balayer les plumes de la neige !

 

Elles parlent de soleils blancs comme la lune

et de lacs blancs où les traîneaux courent si vite…

 

Elles parlent de légendes au clair de lune

et de cabanes où les "Tomtes" nous invitent.

 

Des ailes ont semé leurs plumes, une à une…

 

Tendez les mains aux plumes de la neige !

C’est comme l’âme de pays qui nous invitent,

de pays racontés par Selma Lagerlöf…
 

Sabine Sicaud (1913-1928) - poétesse française - Nivôse
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 22:51


 

Émile Nelligan (1879-1941) poète québécois influencé par le mouvement symboliste ainsi que par les grands romantiques. 

Œuvres poétiques complètes I  

Poésies complètes 1896-1941

 

 

Soir d’hiver

 

Ah ! comme la neige a neigé !

Ma vitre est un jardin de givre.

Ah ! comme la neige a neigé !

Qu’est-ce que le spasme de vivre

À la douleur que j’ai, que j’ai !

 

Tous les étangs gisent gelés,

Mon âme est noire : Où vis-je ? Où vais-je ?

Tous ses espoirs gisent gelés :

Je suis la nouvelle Norvège

D’où les blonds ciels s’en sont allés.

 

Pleurez, oiseaux de février,

Au sinistre frisson des choses,

Pleurez, oiseaux de février,

Pleurez mes pleurs, pleurez mes roses,

Aux branches du genévrier.

 

Ah ! comme la neige a neigé !

Ma vitre est un jardin de givre.

Ah ! comme la neige a neigé !

Qu’est-ce que le spasme de vivre

À tout l’ennui que j’ai, que j’ai !…
 

Émile Nelligan (1879-1941) - poète québécois - Soir d’hiver
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 22:50

 

 

Guillaume Albert Vladimir Alexandre Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire (1880-1918) poète et écrivain français, critique et théoricien d'art. 

Alcools, 1913

 


La blanche neige

 

Les anges les anges dans le ciel

L’un est vêtu en officier

L’un est vêtu en cuisinier

Et les autres chantent

 

Bel officier couleur du ciel

Le doux printemps longtemps après Noël

Te médaillera d’un beau soleil

D’un beau soleil

 

Le cuisinier plume les oies

Ah! tombe neige

Tombe et que n’ai-je

Ma bien-aimée entre mes bras

Guillaume Apollinaire (1880-1918) - poète et écrivain français, critique et théoricien d'art - La blanche neige
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 22:33

 

 

Anna de Noailles  (1876-1933) poétesse et une romancière française d'origine roumaine,

 


L'hiver


C'est l'hiver sans parfum ni chants...

Dans le pré, les brins de verdure

Percent de leurs jets fléchissants

La neige étincelante et dure.

 

Quelques buissons gardent encor

Des feuilles jaunes et cassantes

Que le vent âpre et rude mord

Comme font les chèvres grimpantes.

 

Et les arbres silencieux

Que toute cette neige isole

Ont cessé de se faire entre eux

Leurs confidences bénévoles...

 

- Bois feuillus qui, pendant l'été,

Au chaud des feuilles cotonneuses

Avez connu les voluptés

Et les cris des huppes chanteuses,

 

Vous qui, dans la douce saison,

Respiriez la senteur des gommes,

Vous frissonnez à l'horizon

Avec des gestes qu'ont les hommes.

 

Vous êtes las, vous êtes nus,

Plus rien dans l'air ne vous protège,

Et vos coeurs tendres ou chenus

Se désespèrent sur la neige.

 

- Et près de vous, frère orgueilleux,

Le sapin où le soleil brille

Balance les fruits écailleux

Qui luisent entre ses aiguilles...
 

Anna de Noailles (1876-1933) - poétesse et une romancière française d'origine roumaine - L'hiver
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 22:32

 

 

Emile Verhaeren (1855-1916) poète belge flamand, d'expression française.

Les débâcles

 


Pieusement

 

La nuit d’hiver élève au ciel son pur calice.

 

Et je lève mon coeur aussi, mon coeur nocturne,

Seigneur, mon cœur ! vers ton pâle infini vide,

Et néanmoins je sais que tout est taciturne

Et qu’il n’existe rien dont ce coeur meurt, avide ;

Et je te sais mensonge et mes lèvres te prient

 

Et mes genoux ; je sais et tes grandes mains closes

Et tes grands yeux fermés aux désespoirs qui crient,

Et que c’est moi, qui seul, me rêve dans les choses ;

Sois de pitié, Seigneur, pour ma toute démence.

J’ai besoin de pleurer mon mal vers ton silence !…

 

La nuit d’hiver élève au ciel son pur calice !
 

Emile Breton - La nuit de Noël (1892), palais des beaux-arts de Lille.

Emile Breton - La nuit de Noël (1892), palais des beaux-arts de Lille.

Partager cet article
Repost0

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chêne de la Forêt de Chaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salines d'Arc et Senans


 

 

 

 

 

Cascade de la Billaude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains