Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 20:33

 

 

Pablo Neruda, nom de plume de Ricardo Eliécer Neftalí Reyes-Basoalto,(1904-1973) poète, écrivain, diplomate, homme politique et penseur chilien.

 


Ode au mimosa - extrait


 Mimosa

soleil terrestre,

explosion du parfum,

cascade,

cataracte,

chevelure

de tout le jaune 

déversé

en une seule vague

de feuillage,

Je te proclame

rayon de miel

du monde:

Nous voulons

élégantes, alcooliques

guêpes,

frelons de miel

et de velours,

plonger

les yeux,

la chemise,

le coeur, les cheveux

dans ta frémissante

senteur,

un instant

être

bourdons

sylvestres,

dans ta coupe

jaune

jusqu’à ne plus être

qu’arôme

dans ta

planète,

pollen d’honneur,

intimité de l’or,

"plume de ta fragrance."

Pablo Neruda (1904-1973) - poète, écrivain chilien - Ode au mimosa - extrait
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 20:30

 

 

Robert Desnos (1900-1945) poète surréaliste et résistant français, 

Recueil : "Chantefleurs"

 


Le Mimosa

 

Sur la route de Saint-Tropez,

Mimosa Monsieur, mimosa Madame

Sur la route de Saint-Tropez,

De Saint-Tropez à La Ciotat,

Cueillez le mimosa,

Cueillez-le pour l’offrir aux dames.

Robert Desnos (1900-1945) - poète surréaliste et résistant français - Le Mimosa
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 20:26

 

 

Louise-Rose-Étiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard (1866-1953), poétesse et comédienne française.

 

Le mimosa


L’autre matin, sous la feuillée,

De soleil rose ensoleillée,

Je rêvais à toi, – tu passas !

Et je vis à ta boutonnière,

Penchant ses graines de lumière,

Une branche de mimosas.

"Oh ! donne-la moi, je t’en prie,

Cette petite fleur flétrie…"

 

Murmurai-je. Et tu refusas !

D’un œil foncé qui me regarde,

Tu refusas. Tu dis : "Je garde

Cette branche de mimosas."

Et, sans voir qu’à cette seconde

Je ne voulais plus qu’elle au monde,

De mon tourment tu t’amusas :

"Il y en a sur la pelouse…

 

- Non, je veux, car je suis jalouse,

Cette branche de mimosas !

Si tu l’aimes, toute fanée,

C’est qu’alors on te l’a donnée,

En te taisant, tu t’accusas.

Parle ! nomme-moi ma rivale !

Regarde-moi… je suis plus pâle

Que la branche de mimosas ! "

 

Mais toi, d’une voix attendrie,

Tu t’écrias : Ô ma chérie,

À mes regards tu proposas

Cent visages : des fous, des sages,

D’autres plus fins que les feuillages

De la branche de mimosas.

 

Mais, très curieux de nature,

Je rêvais de voir la figure

- Car je ne la connaissais pas –

Que vous faites, alors qu’on ose

Vous refusez la moindre chose…

Tiens, les voilà, les mimosas !"

Rosemonde Gérard (1866-1953) - poétesse et comédienne française - Le mimosa
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 17:31

 

 

Yves Bonnefoy (1923-2016) poète, critique d'art et traducteur français. Il est considéré comme un poète majeur de la seconde moitié du XX° et du début du XXI° siècle.

"Poésie" 1995

 "Ce qui fut sans lumière, Début et fin de la neige,"


 

Neige


"Première neige tôt ce matin. L’ocre, le vert

Se réfugient sous les arbres.

Seconde, vers midi. Ne demeure

De la couleur

Que les aiguilles des pins

Qui tombent elles aussi plus dru parfois que la neige.

Puis, vers le soir,

Le fléau de la lumière s’immobilise.

Les ombres et les rêves ont même poids.

Un peu de vent

Écrit du bout du pied un mot hors du monde."

Yves Bonnefoy (1923-2016) - poète, critique d'art - Neige
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 17:31

 

 

Jacqueline Mériot,  écrivaine contemporaine, poète, auteur de contes et légendes, animatrice de "Rencontres Poétiques". Elle a enregistré sur CD audio des poèmes et des contes

 

 

Neige

 

Sur la musique du silence

Dansent dansent les flocons blancs

Qui se balancent

Et qui s'en vont

Tisser une douce couverture

Pour la terre qui s'endort

Sur la musique du silence

Dansent dansent les flocons blancs.
 

chutes de neige - Getty

chutes de neige - Getty

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 17:30

 

 

Anne Hébert (1916-2000) poètesse canadienne

1960 - Mystère de la parole,

 

 

Neige

 


La neige nous met en rêve

Sur de vastes plaines,

Sans traces ni couleur.

 

Veille mon cœur,

La neige nous met en selle

Sur des coursiers d’écume.

 

Sonne l’enfance couronnée,

La neige nous sacre en haute-mer,

Plein songe,

Toute voile dehors.

 

La neige nous met en magie.

Blancheur étale.

Plumes gonflées

Où perce l’œil de cet oiseau.

 

Mon cœur ;

Trait de feu sous des palmes de gel

Fille de sang qui m’émerveille.

Jackie Gartner

Jackie Gartner

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 17:24

 

 

Henri Pichette (1924-2000) écrivain, poète et dramaturge français.

Extrait de :  Odes à Chacun 

1955

 


Ode à la neige

 


La

Légère

Candide

Capricieuse

Tourbillonnante

Ouatée

Poudreuse

Neige dont l’aime

La

Lente lente

Chute

 

Par un jour de grisaille aux vapeurs violâtres

Ou quelquefois même (j’ai vu)

Par un ciel terre de Sienne

Elle

Papillonne blanc,

Plus blanc que les piérides blanches

Qui volettent en avril

Comme fiévreusement,

A moins que ce ne soit frileusement

Autour

De roses

Couleur d’âtre

 

Météore

Qui touche ma manche

De ratine, y posant des cristaux à six branches

Sous mes yeux d’étincelles

 

Pluie

De

Plumes

de

Mouettes

Muettes

 

Recouvrant la plaine déshéritée

Emmantelant la forêt squelettique

 

Epaisse, assoupissante et ensevelissante

 

Blanche telle

Une belle absence de parole

 

Blanche autant qu’absolue

Dans un silence d’œil

Qui rêve l’éternité blanche

 

Neige neigée

Tellement soleillée

Que d’un blanc aveuglant

Et brûlante !

 

Moelle de diamant

 

Neiges du Harfang aux iris jaunes d’or

Et ventre blanc pur de la Panthère des neiges

 

De quel oiseau fléché fuyant à travers ciel

Ce pointillé de sang sur la neige vierge ?

 

Regardez, par delà

Cette grille givrée

D’innocentes hermines

Dorment tout de leur long

Sur les bras des croix

 

Alors qu’à l’intérieur l’enfant

Le front appuyé à la vitre

Pour jouer

Fait de la buée,

Dehors chaque flocon

Eclate une petite larme

Qui roule

En bas

Du carreau

Où le mastic est vieux comme la maison

Et tout là-bas

(à l’heure de mon cœur qui bat tout bas)

Quelqu’un

Contemple

La rencontre de la neige

Floconneuse, innombrable

Avec la mer

Formidable, comme

De plomb,

Glauque
 

Henri Pichette (1924-2000) - écrivain, poète et dramaturge français - Ode à la neige
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 17:23

 

 

Alexis Leger, dit Saint-John Perse (1887-1975) poète, écrivain et diplomate français, lauréat du prix Nobel de littérature en 1960.

Extrait du livre Eloges


Neiges

 

I

Et puis vinrent les neiges, les premières neiges de l'absence, sur les grands lés tissés du songe et du réel ; et toute peine remise aux hommes de mémoire, il y eut une fraîcheur de linges à nos tempes.

 

Et ce fut au matin, sous le sel gris de l'aube, un peu avant la sixième heure, comme en un havre de fortune, un lieu de grâce et de merci où licencier l'essaim des grandes odes du silence.

 

Et toute la nuit, à notre insu, sous ce haut fait de plume, portant très haut vestige et charge d'âmes, les hautes villes de pierre ponce forées d'insectes lumineux n'avaient cessé de croître et d'exceller, dans l'oubli de leur poids.


Et ceux-là seuls en surent quelque chose, dont la mémoire est incertaine et le récit est aberrant.


La part que prit l'esprit à ces choses insignes, nous l'ignorons.

 

Nul n'a surpris, nul n'a connu, au plus haut front de pierre, le premier affleurement de cette heure soyeuse, le premier attouchement de cette chose fragile et très futile, comme un frôlement de cils.


Sur les revêtements de bronze et sur les élancements d'acier chromé, sur les moellons de sourde porcelaine et sur les tuiles de gros verre, sur la fusée de marbre noir et sur l'éperon de métal blanc, nul n'a surpris, nul n'a terni cette buée d'un souffle à sa naissance, comme la première transe d'une lame mise à nu...


Il neigeait, et voici, nous en dirons merveilles : l'aube muette dans sa plume, comme une grande chouette fabuleuse en proie aux souffles de l'esprit, enflait son corps de dahlia blanc.

 

Et de tous les côtés il nous était prodige et fête.

 

Et le salut soit sur la face des terrasses, où l'Architecte, l'autre été, nous a montré des œufs d'engoulevent !

 

Je sais que des vaisseaux en peine dans tout ce naissain pâle poussent leur meuglement de bêtes sourdes contre la cécité des hommes et des dieux; et toute la misère du monde appelle le pilote au large des estuaires.

 

Je sais qu'aux chutes des grands fleuves se nouent d'étranges alliances, entre le ciel et l'eau : de blanches noces de noctuelles, de blanches fêtes de phryganes.

 

Et sur les vastes gares enfumées d'aube comme des palmeraies sous verre, la nuit laiteuse engendre une fête du gui.

 

Et il y a aussi cette sirène des usines, un peu avant la sixième heure et la relève du matin, dans ce pays, là-haut, de très grands lacs, où les chantiers
illuminés toute la nuit tendent sur l'espalier du ciel une haute treille sidérale : mille lampes choyées des choses grèges de la neige...

 

De grandes nacres en croissance, de grandes nacres sans défaut méditent-elles leur réponse au plus profond des eaux ? — ô toutes choses à renaître, ô vous toute réponse !

 

Et la vision enfin sans faille et sans défaut !...neige sur les dieux de fonte et sur les aciéries cinglées de brèves liturgies; sur le mâchefer et sur l'ordure et sur l'herbage des remblais: il neige sur la fièvre et sur l'outil des hommes  — neige plus fine — qu'au désert la graine de coriandre, neige plus fraîche qu'en avril le premier lait des jeunes bêtes...

 

Il neige par là-bas vers l'Ouest, sur les silos et sur les ranchs et sur les vastes plaines sans histoire enjambées de pylônes ; sur les tracés de villes à naître et sur la cendre morte des camps levés ; sur les hautes terres non rompues, envenimées d'acides, et sur les hordes d'abiès noirs empêtrés d'aigles barbelés, comme des trophées de guerre...

 

Que disiez-vous, trappeur, de vos deux mains congédiées ?

 

Et sur la hache du pionnier quelle inquiétante douceur a cette nuit posé la joue ?...

 

Il neige, hors chrétienté, sur les plus jeunes ronces et sur les bêtes les plus neuves. Épouse du monde ma présence !...

 

Et quelque part au monde où le silence éclaire un songe de mélèze, la tristesse soulève son masque de servante.

 

 

II

Ce n'était pas assez que tant de mers, ce n'était pas assez que tant de terres eussent dispersé la course de nos ans.

 

Sur la rive nouvelle où nous halons, charge croissante, le filet de nos routes, encore fallait-il tout ce plain-chant des neiges pour nous ravir la trace de nos pas...

 

Par les chemins de la plus vaste terre étendrez-vous le sens et la mesure de nos ans, neiges prodigues de l'absence, neiges cruelles au cœur des femmes où s'épuise l'attente?

 

Et Celle à qui je pense entre toutes les femmes de ma race, du fond de son grand âge lève à son Dieu sa face de douceur.

 

Et c'est un pur lignage qui tient sa grâce en moi. Qu'on nous laisse tous deux à ce langage sans paroles dont vous avez l'usage, ô vous toute présence, ô vous toute patience !

 

Et comme un grand Ave de grâce sur nos pas chante tout bas le chant très pur de notre race.

 

Et il y a un si long temps que veille en moi cette affre de douceur...

 

Dame de haut parage fut votre âme muette à l'ombre de vos croix; mais chair de pauvre femme, en son grand âge, fut votre cœur vivant de femme en toutes femmes suppliciée...

 

Au cœur du beau pays captif où nous brûlerons l'épine, c'est bien grande pitié des femmes de tout âge à qui le bras des hommes fit défaut.

 

Et qui donc vous mènera, dans ce plus grand veuvage, à vos Églises souterraines où la lampe est frugale, et l'abeille, divine ?

 

...Et tout ce temps de mon silence en terre lointaine, aux roses pâles des ronciers j'ai vu pâlir l'usure de vos yeux.

 

Et vous seule aviez grâce de ce mutisme au cœur de l'homme comme une pierre noire...

 

Car nos années sont terres de mouvance dont nul ne tient le fief, mais comme un grand Ave de grâce sur nos pas nous suit au loin le chant de pur lignage ; et il y a un si long temps que veille en nous cette affre de douceur...

 

Neigeait-il, cette nuit, de ce côté du monde où vous joignez les mains ?...

 

Ici, c'est bien grand bruit de chaînes par les rues, où vont courant les hommes à leur ombre.

 

Et l'on ne savait pas qu'il y eût encore au monde tant de chaînes, pour équiper les roues en fuite vers le jour.

 

Et c'est aussi grand bruit de pelles à nos portes, ô vigiles !

 

Les nègres de voirie vont sur les aphtes de la terre comme gens de gabelle.
Une lampe 
survit au cancer de la nuit. Et un oiseau de cendre rose, qui fut de braise tout l'été, illumine soudain les cryptes de l'hiver, comme l'Oiseau du Phase aux Livres d'heures de l'An Mille... Épouse du monde ma présence, épouse du monde mon attente !

 

Que nous ravisse encore la fraïche haleine de mensonge !...

 

Et la tristesse des hommes est dans les hommes, mais cette force aussi qui n'a de nom, et cette grâce, par instants, dont il faut bien qu'ils aient souri.

 

 

IV

Seul à faire le compte, du haut de cette chambre d'angle qu'environne un
Océan de neiges. —

 

Hôte précaire de l'instant, homme sans preuve ni témoin, détacherai-je mon lit bas comme une pirogue de sa crique ?...


Ceux qui campent chaque jour plus loin du lieu de leur naissance, ceux qui tirent chaque jour leur barque sur d'autres rives, savent mieux chaque jour le cours des choses illisibles; et remontant les fleuves vers leur source, entre les vertes apparences, ils sont gagnés soudain de cet éclat sévère où toute langue perd ses armes. 

 

Ainsi l'homme mi-nu sur l'Océan des neiges, rompant soudain l'immense libration, poursuit un singulier dessein où les mots n'ont plus prise. Épouse du monde ma présence, épouse du monde ma prudence !...

 

Et du côté des eaux premières me retournant avec le jour, comme le voyageur, à la néoménie, dont la conduite est incertaine et la démarche est aberrante, voici que j'ai dessein d'errer parmi les plus vieilles couches du langage, parmi les plus hautes tranches phonétiques : jusqu'à des langues très lointaines, jusqu'à des langues très entières et très parcimonieuses, comme ces langues dravidiennes qui n'eurent pas de mots distincts pour "hier" et pour "demain".

 

Venez et nous suivez, qui n'avons mots à dire: nous remontons ce pur délice sans graphie où court l'antique phrase humaine; nous nous mouvons parmi de claires élisions, des résidus d'anciens préfixes ayant perdu leur initiale, et devançant les beaux travaux de linguistique, nous nous frayons nos voies nouvelles jusqu'à ces locutions inouïes, où l'aspiration recule au-delà des voyelles et la modulation du souffle se propage, au gré de telles labiales mi-sonores, en quête de pures finales vocaliques.

...


Et ce fut au matin, sous le plus pur vocable, un beau pays sans haine ni lésine, un lieu de grâce et de merci pour la montée des sûrs présages de l'esprit; et comme un grand Ave de grâce sur nos pas, la grande roseraie blanche de toutes neiges à la ronde...

 

Fraîcheur d'ombelles, de corymbes, fraîcheur d'arille sous- la fève, ha ! tant d'azyme encore aux lèvres de l'errant !...

Quelle flore nouvelle, en lieu plus libre, nous absout de la fleur et du fruit ? 

 

Quelle navette d'os aux mains des femmes de grand âge, quelle amande d'ivoire aux mains de femmes déjeune âge nous tissera linge plus frais pour la brûlure des vivants ?... Épouse du monde notre patience, épouse du monde notre attente!...

 

Ah! tout l'hièble du songe à même notre visage !

 

Et nous ravisse encore, ô monde ! ta fraîche haleine de mensonge !...

 

Là où les fleuves encore sont guéables, là où les neiges encore sont guéables, nous passerons ce soir une âme non guéable...

 

Et au-delà sont les grands lés du songe, et tout ce bien fongible où l'être engage sa fortune...

 

Désormais cette page où plus rien ne s'inscrit.
 

Claude Pallot des hauts fourneaux des usines du creusot -

Claude Pallot des hauts fourneaux des usines du creusot -

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 17:23

 

 

Léopold Sédar Senghor (1906-2001) poète, écrivain et homme politique sénégalais. 

Recueil : "Chants d'ombre"

 

 

Neige sur Paris


Seigneur, vous avez visité Paris par ce jour de votre naissance

Parce qu’il devenait mesquin et mauvais

Vous l’avez purifié par le froid incorruptible

Par la mort blanche.

Ce matin, jusqu’aux cheminées d’usines qui chantent à l’unisson

Arborant des draps blancs

- "Paix aux Hommes de bonne volonté !"

Seigneur, vous avez proposé la neige de votre paix au monde divisé, à

L’Europe divisée

A l’Espagne déchirée et le Rebelle juif et catholique a tiré ses mille quatre

Cents canons contre les montagnes de votre Paix.

Seigneur, j’ai accepté votre froid blanc qui brûle plus que le sel.

Voici que mon cœur fond comme neige sous le soleil.

J’oublie

Les mains blanches qui tirèrent les coups de fusils qui croulèrent les empires

Les mains qui flagellèrent les esclaves qui vous flagellèrent

Les mains blanches poudreuses qui vous giflèrent, les mains peintes poudrées

Qui m’ont giflé

Les mains sûres qui m’ont livré à la solitude à la haine

Les mains blanches qui abattirent la forêt de rôniers qui dominait l’Afrique,

au centre de l’Afrique

Droits et durs, les Saras beaux comme les premiers hommes qui sortirent de

Vos mains brunes.

Elles abattirent la forêt noire pour en faire des traverses de chemin de fer

Elles abattirent les forêts d’Afrique pour sauver la Civilisation, parce qu’on

manquait de matière première humaine.

Seigneur, je ne sortirai pas ma réserve de haine, je le sais, pour les

diplomates qui montrent leurs canines longues

Et qui demain troqueront la chair noire.

Mon cœur, Seigneur, s’est fondu comme neige sur les toits de Paris

Au soleil de votre douceur

Il est doux à mes ennemis, à mes frères aux mains blanches sans neige

A cause aussi des mains de rosée, le soir, le long de mes joues brûlantes.
 

Thomas Kinkade (1955-2012) Paris sous la neige

Thomas Kinkade (1955-2012) Paris sous la neige

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 17:22


 

 

Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945), poétesse, romancière, journaliste, historienne, sculptrice et dessinatrice française.

   

 

L'hiver


L'hiver s'il tombe de la neige

Le chien blanc a l'air d'être beige.

Les arbres sont bientôt touffus

Comme dans l'été qui n'est plus.

Les oiseaux marquent les allées

Avec leurs pattes étoilées

Aussitôt qu'il fait assez jour,

Dans le jardin bien vite on court.

Notre maman nous emmitoufle

Même au soleil la bise souffle.

Pour faire un grand bonhomme blanc

Tout le monde prend son élan.

Après ça, batailles de neige !

On s'agite, on crie, on s'assiège,

Et puis on rentre le nez bleu

Pour se sécher autour du feu.
 

Crédits : AdamRadosavljevic / iStock

Crédits : AdamRadosavljevic / iStock

Partager cet article
Repost0

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chêne de la Forêt de Chaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Village de Busy - Doubs

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura - l'étang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cascade de la Billaude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains