Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2021 3 15 /12 /décembre /2021 20:36

 

Marie Krysinska (1857-1908) poétesse et musicienne française d'origine polonaise.

Recueil : "Rythmes pittoresques"


9 février 1884.

A Xavier Krysinski.


L’Ange Gardien


L’Être blanc au pur regard, à la lumineuse chevelure, suit nos pas tout le long de la vie.

* *

L’enfant le voit, tendre et doux, se pencher sur son sommeil,

Et notre premier sourire est pour l’Être blanc Au pur regard.

* *

Plus tard, ainsi qu’un frère aîné, il nous conduit par la main; 

Indulgent et joyeux,

Il pleure seulement s’il voit notre visage déshonoré

Par une grimace laide, -

Car il veut qu’on soit beau et qu’on lui ressemble L’Être beau au pur regard.

* *

Et quand est disparue la fraîche ronde des insoucieuses années;

Quand le dernier clair rire et la dernière petite robe s’envolent au ciel des souvenirs,

Quand nos âmes, encore virginales, frissonnent au vent d’indicibles angoisses;

Et que nos yeux extasiés versent des pleurs dans la solitude des nuits;

C’est l’Être blanc au pur regard

Qui, de son aile diaprée, Essuie nos larmes.

* *

Puis vient l’heure des luttes héroïques :

L’Indifférence aveugle et sourde qui fait nos cœurs desséchés et pareils à du bois mort,

L’Hypocrisie au sourire fardé,

La Bêtise lâche et féroce,

Rendent nos bras lassés et nos âmes sans courage;

Alors, douloureusement, il voile sa face, l’Être blanc au pur regard;

Car il veut que, semblables à lui, Nous gardions notre splendeur et notre beauté premières.

* *

Dans les murmures des bois, par les matins ensoleillés:

Dans la grondante vois de la mer,

Dans le silence mélancolique des soirs,

Dans la douleur et dans la joie,

Au milieu du saint émoi dont nous vibrons quand l’aile prodigieuse de l’Art nous effleure; -

Et au milieu des hymnes de flamme que chantent nos cœurs à l’Amour victorieux et sublime;

Qui, consolant et radieux, Suit nos pas tout le long de la vie.

* *

Et lorsque notre tête lasse s’endort dans la fraîcheur paisible du tombeau,

Encore bercée par la chanson lointaine et douce des souvenirs, – comme l’enfant sur les genoux de sa mère,

Il accompagne notre âme, par delà les bleus éthers et par delà les étoiles, jusqu’au Portique du Ciel grand ouvert;

Portant, dans sa tunique de lin immaculé, les belles fleurs aux parfums ineffables – qui sont nos belles actions;

Tandis qu’avec des rythmes de harpes triomphales, flotte sa lumineuse chevelure.

 

Marie Krysinska (1857-1908) poétesse et musicienne française d'origine polonaise. - L’Ange Gardien
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 20:33

 

Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) poète, dramaturge, écrivain et homme politique québécois.

Recueil : "Les Oiseaux de neige"

Amitié. À Mlle N***

 

Je connais un petit ange

 

Je connais un petit ange

Lequel n’a jamais mouillé

Sa blanche robe à la fange

Dont notre monde est souillé.

 

C’est lui qui donne le change

Au pauvre cœur dépouillé

Que l’amour, vautour étrange,

D’un bec cruel a fouillé.

 

Cet ange, qui vous ressemble,

Sous son aile nous rassemble :

C’est la divine Amitié.

 

Son regard est doux et calme ;

Il m’offre sa chaste palme…

En voulez-vous la moitié ?
 

Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) poète, dramaturge, écrivain et homme politique québécois.- Je connais un petit ange
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 20:32


 

Léo Ferré (1916-1993) auteur-compositeur-interprète, pianiste et poète monégasque.


 

Les morts qui vivent 


Les morts ont des anges gardiens en chrysanthèmes

Ils ont des lits tous alignés comme au dortoir

Et soulèvent parfois de singuliers problèmes

"To be or not to be..." c'est à voir...

 

Les morts ont des anges gardiens en perles fines

Serties et mortuaire(s) en couronnes d'adieu

Ils sont riches ces morts qui s'en vont à matines

Prier pour des vivants qui n'ont plus besoin d'eux

 

Il est des morts qui font germer les fleurs des champs

Et ces bourgeons d'amour sentent la remembrance

Et font au cimetière un relief d'ortolans

Où viennent picorer les oiseaux du silence

 

Je sais d'étranges morts qui ne pourrissent pas

Et qui sont beaux comme la chair adolescente

Ce sont ceux-là dont les vivants parlent tout bas

Anges assassinés de leur jeunesse ardente
 

Léo Ferré (1916-1993) - auteur-compositeur-interprète - Les morts qui vivent 
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 20:32

 

Marie Joseph Henri Grouès, dit l’abbé Pierre (1912-2007) prêtre catholique français, d'abord capucin, puis du diocèse de Grenoble (1939), résistant, puis député, fondateur du mouvement Emmaüs

recueil Feuilles éparses écrits jusqu’en 1955, quand "l’Abbé Pierre et Emmaüs mènent la ‘guerre du logement’. Pour obliger l’opinion publique et les autorités à ouvrir les yeux, ils installent un campement de sans-logis en plein Paris, sous les arches du pont Sully et sur les berges de Seine. Dans ce poème, l’abbé Pierre appelle les anges gardiens à la rescousse."

Anges Gardiens, Pont Sully, 2 Août 1955


 

Anges Gardiens

 

Anges gardiens

mais où êtes-vous, que faites-vous ?

 

Anges des riches,

anges des désolés

 

Anges de tous les fils de l’homme

regardez !

 

Ça fait trop mal

on n’en peut plus dormir.

 

Anges grondez

tonnez, frappez.

 

Il y a trop de larmes

et de ventres creux

et de dos grelottants

et de mains vides…

 

Parmi trop de ventres trop pleins

de rires animaux

de sueurs de brutes trop vêtues

ou de raffinements

de bons à rien dorés.

 

Anges, sonnez

de vos trompettes de tonnerre.

Que le partage soit fait

 

Ah ! vivement la fin du monde

enfin la justice

 

Y a trop de malheur

y a trop de débine

parmi trop

de salauds distingués.
 

Abbé Pierre (1912-2007) - prêtre catholique français - Anges Gardiens
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 20:31


Jacques Prévert (1900 -1977) poète français.

Recueil : "Fatras"

 


Être ange c’est étrange

 

Être Ange

C’est Étrange

Dit l’Ange

Être Âne

C’est étrâne

Dit l’Âne

Cela ne veut rien dire

Dit l’Ange en haussant les ailes

Pourtant

Si étrange veut dire quelque chose

étrâne est plus étrange qu’étrange

dit l’Âne

Étrange est !

Dit l’Ange en tapant du pied

Étranger vous-même

Dit l’Âne

Et il s’envole.
 

Rembrandt - l'ange et l'ânesse qui parle de Balaam

Rembrandt - l'ange et l'ânesse qui parle de Balaam

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 20:30

 

 

Théophile Gautier (1811-1872) poète, romancier et critique d'art français.

Recueil : "Poésies nouvelles et inédites"

 


Un ange chez moi parfois vient le soir…

 

Un ange chez moi parfois vient le soir

Dans un domino d’Hilcampt ou Palmyre,

Robe en moire antique avec cachemire,

Voilette et chapeau faisant masque noir.

 

Ses ailes ainsi, nul ne peut les voir,

Ni ses yeux d’azur où le ciel se mire ;

Son joli menton que l’artiste admire,

Un bouquet le cache ou bien le mouchoir.

 

Mon petit lit rouge à colonnes torses

Ce soir-là se change en bleu paradis ;

Un rayon d’en haut dore mon taudis.

 

Et quand le plaisir a brisé nos forces,

Nonchalant entr’acte à la volupté,

Nous fumons tous deux en prenant le thé.


 

Théophile Gautier (1811-1872) - poète, romancier et critique d'art français - Un ange chez moi parfois vient le soir…
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 21:02

Rafael Alberti (1902-1955) poète et dramaturge espagnol 

 

Les Anges collégiens

 

Aucun de nous ne comprenait le secret nocturne des ardoises

ni pourquoi la sphère armillaire s'excitait aussi esseulée quand nous la

regardions.

Nous savions seulement qu'une circonférence ne peut pas être ronde

et qu'une éclipse de lune abuse les fleurs

et donne de l'avance à l'horloge des oiseaux.

 

Aucun de nous ne comprenait quoi que ce fût :

ni pourquoi nos doigts étaient d'encre de Chine,

ni pourquoi le soir ouvrait des compas pour ouvrir à l'aube des livres.

Nous savions seulement qu'une droite peut, à son gré, être courbe ou brisée

et que les étoiles errantes sont des enfants qui ignorent l'arithmétique. 

Rafael Alberti (1902-1955) - poète et dramaturge espagnol - Les Anges collégiens
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 21:02


Rafael Alberti (1902-1955) poète et dramaturge espagnol 

A Federico Garcia Lorca

Poète de Grenade.

 

 

Cette nuit où le vent et son stylet  

 

poignardent le cadavre de l’été,

j’ai vu, dans ma chambre, se dessiner

ton visage brun au profil gitan.

 

La vega fleurie. Les fleuves, alfanges

rougies par le sang virginal des fleurs.

auriers-roses. Chaumines et prairies.

 

 Et dans la sierra, quarante voleurs.

 

Tu t’es réveillé sous un olivier,

avec près de toi la fleur des comptines.

Ton âme de terre et brise, captive…

 

Lors abandonnant, très doux, ses autels,

l’ange des chansons est venu brûler

devant toi une anémone votive.

 Rafael Alberti (1902-1955) - Poète et dramaturge espagnol - Cette nuit où le vent et son stylet  
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 21:01


 

Rafael Alberti (1902-1955) poète et dramaturge espagnol 

 


Les retours de l'Ange de l'Ombre


Parfois, mon amour, je suis ton ange de l'ombre.

Je sors de je ne sais quelles réparations,

fulminant, entre mes dents

une épée aux tranchants amers, une triste

épée que vous connaissez bien, mon pauvre amour.

Ce sont les meilleurs noms des fureurs, les heures

du réveil impitoyable, le

milieu des larmes élevées

du chagrin le plus injuste et le plus doux.

Je sais, mon amour, où ces tenèbres

viennent à moi, t'enveloppant, me serrant

jusqu'à ce qu'elles se trouvent sur tes épaules

et les plient, défaites comme un fleuve.

Que veux-tu, si parfois, mon amour, c'est comme ça que je suis,

quand dans le passé indélébile des pierres, aveugle,

je m'arrache et me bats pour les briser,

te voir libre et seul dans ma lumière?

Toujours vaincu, toujours anéanti,

je reviens au calme, à l'amour, au

bonheur serein , jusqu'à ce moment shadow

où je redescends dans month before

pour relever à nouveau ton ange de l'ombre.
 

 Rafael Alberti (1902-1955) - poète et dramaturge espagnol -  Les retours de l'Ange de l'Ombre
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 21:00

 

Rafael Alberti  (1902-1955) poète et dramaturge espagnol 

 

Le Bon Ange


Une année, déjà endormi,

quelqu’un d’inattendu

s’arrêta à ma fenêtre.

Lève-toi ! Et mes yeux

virent des épées et des plumes.

Derrière moi monts et mers,

nuages, becs et ailes,

les crépuscules, les aubes.

Regarde-la là-bas ! Son rêve,

suspendu au néant.

Oh désir, marbre fixe,

fixe lumière, fixes eaux

mobiles de mon âme !

Quelqu’un dit : Lève-toi !

Et me voilà dans ta demeure.

 


(Trad:Colo)

El Ángel Bueno”


Un año, ya dormido,

alguien que no esperaba

se paró en mi ventana.

¡Levántate! Y mis ojos

vieron plumas y espadas.

Atrás montes y mares,

nubes, picos y alas,

los ocasos, las albas.

‹¡Mírala ahí! Su sueño,

pendiente de la nada.

¡Oh anhelo, fijo mármol,

fija luz, fijas aguas

movibles de mi alma !

Alguien dijo: ¡Levántate !

Y me encontré en tu estancia.
 

 

Rafael Alberti  (1902-1955) - poète et dramaturge espagnol - Le Bon Ange
Partager cet article
Repost0

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter