Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 02:21
Marceline Desbordes-Valmore,

née à Douai le 20 juin 1786 et morte à Paris le 23 juillet 1859,

est une poétesse française.




Le Billet

Message inattendu, cache-toi sur mon cœur ;
      Cache-toi ! je n’ose te lire :
Tu m’apportes l’espoir ; ne fût-il qu’un délire,
Je te devrai du moins l’ombre de mon bonheur !
Prolonge dans mon sein ma tendre inquiétude ;
Je désire à la fois et crains la vérité :
      On souffre de l’incertitude,
      On meurt de la réalité !

Recevoir un billet du volage qu’on aime,
      C’est presque le revoir lui-même.
En te pressant, déjà j’ai cru presser sa main ;
En te baignant de pleurs, j’ai pleuré sur son sein ;
Et, si le repentir y parle en traits de flamme,
En lisant cet écrit je lirai dans son âme ;
J’entendrai le serment qu’il a fait tant de fois,
Et j’y reconnaîtrai jusqu’au son de sa voix.

      Sous cette enveloppe fragile
      L’amour a renfermé mon sort . . .
      Ah ! Le courage est difficile,
Quand on attend d’un mot ou la vie ou la mort.
Mystérieux cachet, qui m’offres sa devise,
      En te brisant rassure-moi :
Non, le détour cruel d’une affreuse surprise
      Ne peut être scellé par toi.
Au temps de nos amours je t’ai choisi moi-même ;
Tu servis les aveux d’une timide ardeur,
      Et sous le plus touchant emblême
            Je vais voir le bonheur.
Mais, si tu dois détruire un espoir que j’adore,
Amour, de ce billet détourne ton flambeau !
Par pitié ! Sur mes yeux attache ton bandeau,
Et laisse-moi douter quelques moments encore !

Création mcp
Le billet
http://img1.picmix.com/output/pic/original/2/6/0/7/2657062_97b71.jpg
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 01:01
Pour le thème du mois de septembre
de la communauté "douce France"

"Les Festivités"

AZIMUT FESTIVAL
Blues et musiques du monde
24ème édition les 4, 5 et 6 octobre 2013
à LA PESSE (Jura)

Un petit village à 1100m d'altitude, Ce n'est plus l'été, ce n'est pas encore l'hiver,... alors pour rehausser les couleurs de l'automne rien de mieux qu'un festival, Azimut, c'est plus de 4000 festivaliers en tee-shirt ou en anorak selon les années ! Et toujours dans une ambiance où se mêlent musique et montagne.
On se fait plaisir en invitant des artistes et un public dans un petit village de montagne où l’on sert une musique qui n’a d’autre prétention que celle d’avoir du goût.
Rien que ça c’est un luxe !
Rendez-Vous incontournable de l’automne, Azimut accueille chaque année les plus grands noms de la World et du Blues
Partager cet article
Repost0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 00:47

 

Marceline Desbordes-Valmore,

née à Douai le 20 juin 1786 et morte à Paris le 23 juillet 1859,

est une poétesse française.

 



L’Attente (Olivier de j'attends)
Romances

Olivier, je t’attends ! déjà l’heure est sonnée ;
Je viens de tressaillir comme au bruit de tes pas :
Le soleil qui s’éteint va clore la journée ;
Ici j’attends l’amour, et l’amour ne vient pas.

Le berger lentement regagne sa demeure ;
Tout est triste au vallon ; Olivier n’est pas là !
De notre rendez-vous lui-même a fixé l’heure.
Je n’avais rien promis, et pourtant me voilà.

Adieu, mon Olivier ; je m’en vais au village ;
Pour toi je l’ai quitté ; j’y retourne sans toi.
Demain pour t’excuser tu viendras au bocage ;
J’y laisse mon bouquet, il parlera pour moi !

Création mcp
L'attente II
http://img1.picmix.com/output/pic/original/5/5/1/6/2656155_ef135.jpg
Partager cet article
Repost0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 00:40

"Femmes et Fleurs"
 par les grands peintres (62)


Auguste Toulmouche (1829-1890)
La jeune femme et le perroquet
Toulmouche-1-La-jeune-femme-et-le-perroquet.jpg

Auguste Toulmouche (1829-1890)
La toilette
Toulmouche-7-La-Toilette.jpg

Auguste Toulmouche (1829-1890)
La femme au miroirToulmouche-2-La-femme-au-miroir.jpg

Auguste Toulmouche (1829-1890)
Vanité
Toulmouche-6-Vanite.jpg

Auguste Toulmouche (1829-1890)
Le billet
toulmouche-3-Le-billet.jpg

Auguste Toulmouche (1829-1890)
La lettre
Toulmouche-3-La-lettre.jpg

Auguste Toulmouche (1829-1890)
La lettre de rupture
toulmouche-9-La-letrtre-de-rupture.jpg

Auguste Toulmouche (1829-1890)
Promenade dans le jardin
toulmouche-4-Promenade-dans-le-jardin.jpg

Auguste Toulmouche (1829-1890)
Le parfum des roses
toulmouche-5-Le-parfum-des-roses.jpg

Auguste Toulmouche (1829-1890)
Dans le jardin des roses
Toulmouche-8-jeune-femme-dans-le-jardin-des-roses-copie-2.jpg

Auguste Toulmouche (1829-1890)
Dans le jardin des roses
Toulmouche-8-a-dans-le-jardin-des-roses.jpg

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 00:39
Pour le thème du mois de septembre
de la communauté "douce France"

"Les Festivités"

Fete d'automne  - Le 14 octobre 2013
Botans - Territoire de belfort


Botans-territoire-de-belfort-fete-d-automnre-14-octobre-201.jpg
Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 01:04

Marceline Desbordes-Valmore,

née à Douai le 20 juin 1786 et morte à Paris le 23 juillet 1859,

est une poétesse française.




L’Adieu du soir
Idylles

Dieu! qu’il est tard! quelle surprise!
Le temps a fui comme un éclair;
Douze fois l’heure a frappé l’air.
Et près de toi je suis encore assise ;
Et, loin de pressentir le moment du sommeil.
Je croyais voir encore un rayon de soleil !

Se peut-il que déjà l’oiseau dorme au bocage?
Ah ! pour dormir il fait si beau !
Les étoiles en feu brillent dans le ruisseau,
Et le ciel n’a pas un nuage.
On dirait que c’est pour l’Amour
Qu’une si belle nuit a remplacé le jour !
Mais, il le faut, regagne ta chaumière ;
Garde-toi d’éveiller notre chien endormi ;
Il méconnaîtrait son ami,
Et de mon imprudence il instruirait ma mère.
Tu ne me réponds pas; tu détournes les yeux!
Hélas ! tu veux en vain me cacher ta tristesse !
Tout ce qui manque à ta tendresse
Ne manque-t-il pas à mes vœux ?
De te quitter donne-moi le courage;
Écoute la raison, va-t’en. Laisse ma main !
Il est minuit; tout repose au village.
Et nous voilà presqu’à demain !
Écoute! si le soir nous cause un mal extrême,
Bientôt le jour saura nous réunir,
Et le bonheur du souvenir
Va se confondre encore avec le bonheur même.

Mais, je le sens, j’ai beau compter sur ton retour.
En te disant adieu chaque soir je soupire;
Ah ! puissions-nous bientôt désapprendre à le dire!
Ce mot, ce triste mot n’est pas fait pour l’amour!

Max Ginsburg
Fleur de lune
e0bb898d.jpg

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 00:51

"Femmes et Fleurs"
 par les grands peintres (61)


James Tissot (1836-1902)
Dans la serre
Tissot---dans-la-serre-copie-1.jpg

James Tissot (1836-1902)
Le bouquet de lilasTissot-James-le-bouquet-de--lilas.jpg



James Tissot (1836-1902)
 La japonaise au bain
Tissot-la-japonaise-au-bain.jpg


James Tissot (1836-1902)
 Au lavoir de Rochefort en Terre
Tissot-au-lavoir-de-Rochefort-en-terre.jpg



James Tissot (1836-1902)
Pensive
tissot.jpg



James Tissot (1836-1902)
Jeunefille dans une barque
Tissot-James--1836-1902--Jeune-femme-dans-une-barque---18.jpg

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 00:07
Pour le thème du mois de septembre
de la communauté "douce France"


"Les Festivités"

6° fête médiévale
au chateau de Joux -Doubs - Franche-Comté
5 et 6 octobre 2013
6eme-fete-medievale-au-chateau-de-joux-joux_-copie-1.JPG
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 01:41
Marceline Desbordes-Valmore,

née à Douai le 20 juin 1786 et morte à Paris le 23 juillet 1859,

est une poétesse française.





« Qui, toi, mon bien-aimé, t’attacher à mon sort »
Elégie

Qui, toi, mon bien-aimé, t’attacher à mon sort,
Te parer d’une fleur que la tombe t’envie !
Lier tes jours de gloire à ma tremblante vie,
Et ton baiser d’amour au baiser de la mort !
Me suivre, toi si cher, aux rives enchantées
Que pour jamais bientôt mes pas auront quittées !
Mes pas que tu soutiens, qui te cherchaient toujours,
Dont la trace légère effleura le rivage
Où tu m’avais montré des fleurs et de beaux jours,
Où je vais devant toi passer comme un nuage !
Oui, devant toi ma vie incline son flambeau,
De ses pâles rayons le dernier va s’éteindre.
Ces fleurs, ces belles fleurs, que je ne puis atteindre,
Tu les effeuilleras un soir sur mon tombeau.

La Mort m’a regardée, et ta plainte adorable,
Ma jeunesse, tes vœux, rien ne doit l’attendrir.
Elle m’a regardée, et cette inexorable,
Quand j’écoutais ton chant, m’a dit : Tu vas mourir !

Oh ! non : prodigue encor les hymnes, les offrandes ;
Jette-lui ta couronne et tes lauriers en fleurs ;
Cache-moi dans ton sein, couvre-moi de guirlandes,
Et, longtemps immobile, elle craindra tes pleurs.
Conduis-moi près des flots. La nymphe qui soupire
        Y rafraîchit l’air de sa voix :
Cet air doux et mortel, que ma bouche respire,
        Brûle moins à l’ombre des bois.

Vois dans l’eau, vois ce lis, dont la tête abaissée
Semble se dérober au sourire des cieux :
Telle, craignant l’Amour et le cherchant des yeux,
J’essayais de te fuir, innocente et blessée.
Je demandais aux bois l’oubli de tes accents :
Un vague, un triste écho m’en rappelait les charmes,
        Et dans les rameaux frémissants
Ton image venait s’attendrir à mes larmes.

Un jour, ce fut toi-même, un jour, à mes genoux,
Je te vis sous le saule, ami de mon jeune âge :
Je ne m’y trouvai plus seule avec ton image,
Il nous cachait ensemble, il se penchait sur nous.
Trop tard, hélas ! trop tard ; et ta flamme timide
Enhardit vainement mes timides secrets.
Tu les connus trop tard, et ma fuite rapide
        T’abandonne à de longs regrets.

Oh ! que je crains pour toi l’aurore désolée
Qui ne pourra me rendre à tes vœux superflus,
Quand sa douce lueur, pour moi seule voilée,
            Ne m’éveillera plus !
Mais le ruisseau répond, par un faible murmure,
        Au souffle expirant des zéphyrs ;
La nymphe qui s’endort entraîne mes soupirs
        À la source déjà moins pure.
Demain... L’écho plus triste a dit aussi : Demain.
Adieu, ma jeune vie ! adieu, toi que j’adore !
Ne gémis pas. Ce soir, je serre encor ta main :
Ce soir, efforce-toi de me sourire encore.

Théodore Chassériau (1819-1856)
Nymphe endormie près d'une source
Chasseriau-Theodore---Nymphe-endormie-pres-d-une_source.jpg

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 01:38
"Femmes et Fleurs"
 par les grands peintres (60)


George Hillyard Swinstead  (1860-1926)
Jeune fille et fleurs
Swinstead-George-Hillyard-2.jpg

George Hillyard Swinstead  (1860-1926)
Jeune filles et lys
Swinstead-George-Hillyard.jpg

Edmund Charles Tarbell (1862-1938) 
Après le bal
Tarbell--1862---1938----After-the-Ball-1898.jpg

Edmund Charles Tarbell (1862-1938) 
Printemps
tarbell-edmund-charles---Printemps.jpg

Edmund Charles Tarbell (1862-1938) 
Femme au corsage fleuri
Tarbell--Lady-le-Corsage-fleuri.jpg

Edmund Charles Tarbell (1862-1938) 
Mercie coupe les fleurs
Tarbell--Mercie-coupe-les-fleurs.jpg

Edmund Charles Tarbell (1862-1938) 
Mrs John Lawrence
Tarbell--Mrs-John-Lawrence.jpg

Edmund Charles Tarbell (1862-1938) 
Emeline dans le jardin
tarbell-1862-1938-emeline-in-a-garden-1362077646_b.jpg

Partager cet article
Repost0

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chêne de la Forêt de Chaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salines d'Arc et Senans


 

 

 

 

 

Cascade de la Billaude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains