Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 01:00

"Femmes et Fleurs"
 par les grands peintres (75)

Peintures féériques de Joséphine Wall (1947) (2)


Wall-fantasy.jpg


wall-Josephine--femme-fleur.jpg


wall-vierge.jpg


Wall_1_by_Basset0410.jpg


wall_20-copie-2.jpg


Wall_Josephine-Enchantment.jpg


Wall_Josephine-My_Lady_Unicorn_2.jpg


wall09-breath-of-gaia.jpg


wall-14-img.jpg


wall-15-img.jpg


wall-16-img.jpg
Partager cet article
Repost0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 00:02
Pour le thème du mois de septembre
de la communauté "douce France"

"Les Festivités"

"Bal et soirée"
par les grands peintres (9)

Edgar Degas (1834-1917)
Le café concert
Degas_-_Cafe_Concert_-_at_Les_Ambassadeurs_1876-77.jpg

Edgar Degas (1834-1917)
Le café concert
Degas-Cafe-Concert_1876-1877.jpg

Edgar Degas (1834-1917)
Le bal
Degas-le-bal.jpg
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 01:15
Marceline Desbordes-Valmore,

née à Douai le 20 juin 1786 et morte à Paris le 23 juillet 1859,

 
est une poétesse française.

 
 
L’Inconstance
Elégies

 


        Inconstance, affreux sentiment,
        Je t’implorais, je te déteste.
Si d’un nouvel amour tu me fais un tourment,
N’est-ce pas ajouter au tourment qui me reste ?
    Pour me venger d’un cruel abandon,
Offre un autre secours à ma fierté confuse ;
Tu flattes mon orgueil, tu séduis ma raison ;
Mais mon cœur est plus tendre, il échappe à ta ruse.
Oui, prête à m’engager en de nouveaux liens,
Je tremble d’être heureuse, et je verse des larmes ;
Oui, je sens que mes pleurs avaient pour moi des charmes,
        Et que mes maux étaient mes biens.


Si tu veux m’égarer dans l’amour que j’inspire,
Si tu ne veux changer ton ivresse en remords,
Arrache donc mon âme à ses premiers transports,
À ce tourment aimé que rien ne peut décrire.
Me sera-t-il payé, même par le bonheur ?
Pour le goûter jamais mon âme est trop sensible ;
Je la donne au plaisir; une pente invincible
        La ramène vers la douleur.
        Comme un rêve mélancolique,
        Le souvenir de mes amours
        Trouble mes nuits, voile mes jours.
    II est éteint ce feu, ce charme unique,
Éteint par toi, cruelle. En vain à mes genoux
Tu promets d’enchaîner un amant plus aimable,
    Ce cœur blessé, dont l’amour est jaloux ,
Donne encore un regret, un soupir au coupable.


        Qu’il m’était cher ! que je l’aimais !
Que par un doux empire il m’avait asservie !
    Ah ! Je devais l’aimer toute ma vie,
            Ou ne le voir jamais !
        Que méchamment il m’a trompée !
Se peut-il que son âme en fût préoccupée,
        Quand je donnais à son bonheur
        Tous les battements de mon cœur !
Dieu ! comment se peut-il qu’une bouche si tendre
Par un charme imposteur égare la vertu ?
Si ce n’est dans l’amour, où pouvait-il le prendre,
    Quand il disait : « Je t’aime ; m’aimes-tu ? »


Ô fatale inconstance ! ô tourment de mon âme !
Qu’as-tu fait de la sienne, et qu’as-tu fait de moi ?
Non, ce n’est pas l’Amour, ce n’est pas lui, c’est toi
Qui de nos jours heureux as désuni la flamme.
Je ne pouvais le croire : un triste étonnement
Au cœur le plus sensible ôtait le sentiment.
Mes pleurs se desséchaient à leur source brûlante,
Mon sang ne coulait plus ; j’étais pâle, mourante;
Mes yeux désenchantés repoussaient l’avenir :
Tout semblait m’échapper, tout, jusqu’au souvenir.


        Mais il revient, rien ne l’efface ;
La douleur en fuyant laisse encore une trace.
Si tu m’as vue un jour me troubler à ta voix,
C’est que tu l’imitais, cet accent que j’adore.
        Oui, cet accent me trouble encore,
Et mon cœur fut créé pour n’aimer qu’une fois.


Création mcp
Inconstance

 

 

Inconstance

Inconstance

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 01:11

"Femmes et Fleurs"
 par les grands peintres (74)

Peintures féériques de Joséphine Wall (1947) (1)

Wall---21.jpg


wall-7.jpg


wall-8--spring.jpg


wall-8.jpg


wall-9.jpg


wall-10.jpg


wall-12.jpg


Wall-13.jpg


Wall-23.jpg


wall-24.jpg


wall-26.jpg


wall-33.jpg
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 01:10
Pour le thème du mois de septembre
de la communauté "douce France"

"Les Festivités"

"Bal et soirée"
par les grands peintres (8)




Jean Béraud (1849-1935)
Bal Mabille
Beraud_BalMabile.jpg

Jean Béraud (1849-1935)
Soirée mondaine
beraud-soiree_mondaine.jpg

Jean Béraud (1849-1935)
Une soirée
Beraud-1878-Une-soiree.jpg

Jean Béraud (1849-1935)
Soirée élégante
Beraud-Elegant-Soiree.JPG
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 00:44

 

Marceline Desbordes-Valmore,

née à Douai le 20 juin 1786 et morte à Paris le 23 juillet 1859,

est une poétesse française.



Le Soir
Romances


Seule avec toi dans ce bocage sombre ?
Qu'y ferions-nous ? à peine on peut s'y voir.
Nous sommes bien ! Peux-tu désirer l'ombre ?
Pour se perdre des yeux c'est bien assez du soir !
Auprès de toi j'adore la lumière,
Et quand tes doux regards ne brillent plus sur moi,
Dès que la nuit a voilé ta chaumière,
Je me retrouve, en fermant ma paupière,
             Seule avec toi.

Sûr d'être aimé, quel voeu te trouble encore ?
Si près du mien, que désire ton coeur ?
Sans me parler ta tristesse m'implore :
Ce qu'on voit dans tes yeux n'est donc pas le bonheur ?
Quel vague objet tourmente ton envie ?
N'as-tu pas mon serment dans ton sein renfermé ?
Qui te rendra ta douce paix ravie ?
Dis ! Quel bonheur peut manquer à ta vie,
             Sûr d'être aimé ?

Ne parle pas ! Je ne veux pas entendre :
Je crains tes yeux, ton silence, ta voix.
N'augmente pas une frayeur si tendre ;
Hélas ! Je ne sais plus m'enfuir comme autrefois,
Je sens mon âme à la tienne attachée,
J'entends battre ton cœur qui m'appelle tout bas :
Heureuse, triste, et sur ton sein penchée,
Ah ! Si tu veux m'y retenir cachée,
             Ne parle pas !

Création mcp
Le soirhttp://img1.picmix.com/output/pic/original/4/1/8/7/2667814_25aae.jpg

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 00:41

"Femmes et Fleurs"
 par les grands peintres (73)

Ferdinand Georg Waldmüller (1793-1865)
Jeune fille dans une robe blanche devannt un paysage viennois
Waldmuller--1793-1865----Young-lady-in-a-white-dress.jpg

Ferdinand Georg Waldmüller (1793-1865)
Une damme en robe blanche
Waldmuller--1793-1865--Une-dame-dans-une-robe-blanche.jpg

Ferdinand Georg Waldmüller (1793-1865)
Jeune fille
waldmueller maedchen

Ferdinand Georg Waldmüller (1793-1865)
Une femme et fleurs dans les cheveux
Waldmuller-couronne-de-fleurs.Jpeg

Ferdinand Georg Waldmüller (1793-1865)
Jeune femme et fleurs
Waldmuller-Ferdinand-Georg--1793-1865-.jpg

Ferdinand Georg Waldmüller (1793-1865)
La lettre
Waldmuller_La-lettre.jpg
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 00:40
Pour le thème du mois de septembre
de la communauté "douce France"

"Les Festivités"

"La fête de village"
par les grands peintres (7)

 Gillis Van Tilborch (1625-1678)
Fête villageoise
van-Tilborch-Gillis---1625-1678---Fete-villageoise.jpg

Lucas Van Valckenborch (1535-1597)  
Scène de kermesse
van-Valckenborch-Lucas--Scene-de-kermesse.jpg

Hans Van Wechlen (1530-1570)
Grande kermesse de Saint-Georges
Van-Wechelen-Hans-grande_kermesse_de_saint_georges.jpg

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 02:26
Marceline Desbordes-Valmore,

née à Douai le 20 juin 1786 et morte à Paris le 23 juillet 1859,

est une poétesse française.


« Il fait nuit »
Elégie

Il fait nuit : le vent souffle et passe dans ma lyre ;
Ma lyre tristement s’éveille auprès de moi :
On dirait qu’elle pleure un tourment, un délire ;
On dirait qu’elle essaie à se plaindre de toi ;
De toi, qu’elle appelait pour m’aider à t’attendre,
Qui la rendis si vraie, et par malheur si tendre !
Car tu ne peux ravir à ses accords touchants
Ton nom, toujours ton nom, qui courait dans mes chants.
Elle ne le dit plus, ce nom doux et sonore,
Elle ne le dit plus, elle le pleure encore !
Combien elle a frémi, combien elle a chanté,
Sous les prompts battements de mon cœur agité,
Alors que, dans l’orgueil des amantes aimées,
Je confiais mon âme aux cordes animées !
Je croyais que les cieux ne donnaient tant d’amour
Que pour en pénétrer une autre âme à son tour !

Ah ! j’aurais dû mourir, doucement endormie
Dans cette erreur charmante où j’étais ton amie.
Devrait-on s’éveiller de ces rêves confus,
Pour y penser toujours, et pour n’y croire plus ?

Création mcp
Ma lyre
2666408_55af9.jpg

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 02:20
"Femmes et Fleurs"
 par les grands peintres (72)

Vladimir Volegov
Isolement
Volegov-Vladimir-Isolement-copie-1.jpg

Vladimir Volegov
Les fleurs
Volegov-Vladimir-les-fleurs.jpg

Vladimir Volegov
Promenade au soleil
Volegov-Vladimir-promenade-au-soleil.jpg

Vladimir Volegov
La parure
Volegov-Vladimir.jpg

Vladimir Volegov
Jeune femme en jaune
volegov.jpg

Vladimir Volegov
Après-midi au soleil
Volegov_AfternoonSunshine.jpg

Vladimir Volegov
L'arrosage des fleurs
volegov_l-arrosage-des-fleurs.jpg

Vladimir Volegov
Jeune femme en rouge
volegov-lady-in-red.jpg
Partager cet article
Repost0

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Le gros chêne

 

 

 

 

 

 

 

Evans - le chateau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans clocher

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains