Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 02:04

 

La nature est belle au mois de mai, je vous offre une petite balade en photos dans la campagne au coeur de mon village d'EVANS

 

 

 

Le poète s'en va dans les champs

Le poète s'en va dans les champs ; il admire,
Il adore ; il écoute en lui-même une lyre ;
Et le voyant venir, les fleurs, toutes les fleurs,
Celles qui des rubis font pâlir les couleurs,
Celles qui des paons même éclipseraient les queues,
Les petites fleurs d'or, les petites fleurs bleues,
Prennent, pour l'accueillir agitant leurs bouquets,
De petits airs penchés ou de grands airs coquets,
Et, familièrement, car cela sied aux belles :
- Tiens ! c'est notre amoureux qui passe ! disent-elles.
Victor HUGO   (1802-1885)

 

 

 

DSC02448.JPG

 

 

 

 

DSC02449.JPG

 

 

 

 

DSC02459

 

 

 

 

DSC02520.JPG

 

 

 

 

DSC02521.JPG

 

 

 

 

DSC02524.JPG

 

 

 

 

DSC02527.JPG

 

 

 

 

DSC02532.JPG

 

 

 

 

DSC02536.JPG

 

 

 

 

DSC02537.JPG

 

 

 

 

DSC02538.JPG

 

 

 

 

DSC02539.JPG

 

 

 

 

DSC02544.JPG

 

 

 

 

DSC02547.JPG

 

 

 

 

DSC02548.JPG

 

 

 

 

DSC02549-copie-1.JPG

 

 

 

Les ruches

DSC02451.JPG

 

 

 

 

Et mon petit bouquet de fleurs des champs

DSC02515.JPG

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 00:29
José-Maria de Heredia,
 
né le 22 novembre 1842 et mort le 2 octobre 1905 est un homme de lettres français d'origine cubaine ( né sujet espagnol, il a été naturalisé français en 1893).

 En tant que poète, c'est un des maîtres du mouvement parnassien, auteur d'un unique recueil, Les Trophées, publié en 1893, comprenant 118 sonnets qui retracent l'histoire du monde, comme Les Conquérants, ou qui dépeignent des moments privilégiés, comme Le Récif de corail.

heredia.jpg
Le bain des nymphes

C'est un vallon sauvage abrité de l'Euxin ;
Au-dessus de la Source un noir laurier se penche,
Et la Nymphe, riant, suspendue à la branche,
Frôle d'un pied craintif l'eau froide du bassin.

Ses compagnes, d'un bond, à l'appel du buccin,
Dans l'onde jaillissante où s'ébat leur chair blanche
Plongent, et de l'écume émergent une hanche,
De clairs cheveux, un torse ou la rose d'un sein.

Une gaîté divine emplit le grand bois sombre.
Mais deux yeux, brusquement, ont illuminé l'ombre.
Le satyre !... son rire épouvante leurs jeux ;
Elles s'élancent. Tel, lorsqu'un corbeau sinistre

Croasse, sur le fleuve éperdument neigeux
S'effarouche le vol des cygnes du Caÿstre.
http://img1.picmix.com/output/pic/original/7/7/6/6/1866677_f6ad4.gif
Partager cet article
Repost0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 03:20
Aloysius BERTRAND   (1807-1841)
Louis Jacques Napoléon Bertrand, dit Aloysius Bertrand est un poète romantique, dramaturge et journaliste français, né le 20 avril 1807 à Ceva (Piémont), mort le 29 avril 1841, à l'hôpital Necker de Paris. Considéré comme l'inventeur du poème en prose, il est  l'auteur de Gaspard de la nuit (1842).son oeuvre posthume la plus connue.

Encore un printemps

Encore un printemps, - encore une goutte de rosée, qui 
se bercera un moment dans mon calice amer, et qui s'en
échappera comme une larme !

Ô ma jeunesse, tes joies ont été glacées par les baisers
du temps, mais tes douleurs ont survécu au temps qu'elles
ont étouffé sur leur sein.

Et vous qui avez parfilé la soie de ma vie, ô femmes ! 
s'il y a eu dans mon roman d'amour quelqu'un de trompeur,
ce n'est pas moi, quelqu'un de trompé, ce n'est pas vous !

Ô printemps ! petit oiseau de passage, notre hôte d'une 
saison qui chante mélancoliquement dans le coeur du poète
et dans la ramée du chêne !

Encore un printemps, - encore un rayon du soleil de mai 
au front du jeune poète, parmi le monde, au front du 
vieux chêne, parmi les bois !
http://img1.picmix.com/output/pic/original/0/9/5/2/1802590_d33dc.gif
Aloysius Bertrand
http://img.over-blog.com/193x261/5/05/88/06/DIVERS/bertrand.jpg
Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 00:19
sur le thème du mois de mai
bloggif_4fbbfa3112017.jpg
intermède musical

Voici trois artistes inoubliables

BOURVIL
Joli, joli, joli mois de mai,
même si ça me fait
quelque chose,
il faut que je soie content,
c'est la fête du printemps.
Joli, joli, joli mois de mai,
c'est ton premier jour,
ça s'arrose.
Je veux voir la vie en rose,
joli, joli mois de mai.

                   

                                                      
1ee63c8d.gif
Henri SALVADOR
Là pour que je n'ai plus peur
Qu'on me vole mon bonheur
Tu me donneras ce coeur
Ma jolie petite fleur
Ma jolie petite fleur
Tu me donneras ce coeur
Ma jolie petite fleur



4yodlfxk.gif
Jacques BREL
Au printemps au printemps
Et mon cœur et ton cœur
Sont repeints au vin blanc
Au printemps au printemps
Les amants vont prier
Notre-Dame du bon temps
Au printemps
Pour une fleur un sourire un serment
Pour l´ombre d´un regard en riant



d048061f.gif

Et une petite promenade bucolique en musique au coeur des bois et des champs de mon village 


                                                                                  
Partager cet article
Repost0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 03:05
 
Paul ARENE
né le 26 juin 1843 à Sisteron et mort le 17 décembre 1896 à Antibes,
est un poète provençal et écrivain français.
 
 
 
Sur un Eventail
(pour Jeanne Charcot).
 
Si les ondines et les fées
Maintenant ainsi qu’autrefois
Sur une coquille de noix
Naviguaient, de corail coiffées,
 
Et si j’étais, - car nous aimons
Suivre parfois d’étranges rêves, -
Un des minuscules démons
Rois de la mer bleue et des grèves,
 
Je ne voudrais d’autre travail
Que d’agiter cet éventail
Pour faire une brise légère
 
Qui pousserait tout doucement
Le bateau vers un port charmant
Et vous seriez la passagère.
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/5/8/7/5/1805785_acf43.gif
Partager cet article
Repost0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 02:31
 
Théophile Gautier,
 
né à Tarbes le 30 août 18111 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872,
 
est un poète, romancier et critique d'art français.
Il se distingue de ses amis romantiques par ses préoccupations formalistes fustigeant les visions moralistes ou utilitaires de la littérature dans la célèbre préface à son roman épistolaire Mademoiselle de Maupin (1835).
 
 
 
 
A deux beaux yeux
 
Vous avez un regard singulier et charmant ; 
Comme la lune au fond du lac qui la reflète, 
Votre prunelle, où brille une humide paillette, 
Au coin de vos doux yeux roule languissamment ;
 
Ils semblent avoir pris ses feux au diamant ; 
Ils sont de plus belle eau qu'une perle parfaite, 
Et vos grands cils émus, de leur aile inquiète, 
Ne voilent qu'à demi leur vif rayonnement.
 
Mille petits amours, à leur miroir de flamme, 
Se viennent regarder et s'y trouvent plus beaux, 
Et les désirs y vont rallumer leurs flambeaux.
 
Ils sont si transparents, qu'ils laissent voir votre âme, 
Comme une fleur céleste au calice idéal 
Que l'on apercevrait à travers un cristal.
 
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/0/8/7/7/1847780_d8194.gif
Partager cet article
Repost0
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 03:14
Charles-François Lévesque,
avocat, patriote et poète,
est né à Montréal en 1817
Il consacrera ses dernières années à la poésie qui devient son refuge. «De 1845 jusqu'à l'année de sa mort, il fera paraître une cinquantaine de poèmes dans divers journaux et revues,
La poésie de Lévesque est profondément influencée par son état d'âme. Souffrant lui-même du « mal romantique », il saura mieux que la majorité de ses contemporains transposer ce sentiment dans ses vers. Il s'attache surtout à décrire les malheurs et les travers de la société, la mort, mais aussi, sous l'influence de ses maîtres, Lamartine, Robert Burns, Longfellow, il chante de façon intimiste l'amour pur, la tendresse, la femme dans ce qu'elle a de plus sensible, 
 
Amour
 
Viens avec moi, là bas dans la prairie,
Toi dont le coeur est pur ;
Viens avec moi chercher la rêverie
Sous ce beau ciel d'azur.
Jeune fille aux yeux noirs, oui, bien plus que moi-même,
O ! je t'aime, je t'aime.
 
La paquerette à l'aurore vermeille
A fait sécher ses pleurs.
Viens avec moi pour orner ta corbeille
Des plus tendres couleurs.
Jeune fille aux yeux noirs, oui, bien plus que moi-même,
O ! je t'aime, je t'aime.
 
Sous cet ormeau le rossignol qui chante
Voudrait nous retenir,
Quels doux accents, il parle à son amante,
Ah ! c'est pour l'attendrir.
Jeune fille aux yeux noirs, oui, bien plus que moi-même,
O ! je t'aime, je t'aime.
 
Ainsi que lui, que ma lèvre brûlante
T'exprime mes amours.
Je touche aux plis de ta robe flottante
Et te dirai toujours :
Jeune fille aux yeux noirs, oui, bien plus que moi-même,
O ! je t'aime, je t'aime.
 
Un doux baiser sur ta lèvre si rose ?
Ne montre point d'aigreur.
S'aimer, le dire... est une sainte chose
Qui ne porte point malheur.
Jeune fille aux yeux noirs, oui, bien plus que moi-même,
O ! je t'aime, je t'aime.
 
Charles LEVESQUE - écrivain - "Amour"
Charles-François Lévesque

Charles-François Lévesque

Partager cet article
Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 03:37
Pierre de RONSARD
né en septembre 1524 au Château de la Possonnière, près du village de Couture-sur-Loir en Vendômois et mort le 28 décembre 1585 au Prieuré de Saint-Cosme en Touraine), est un des poètes français les plus importants du XVIe siècle.
 
« Prince des poètes et poète des princes », Pierre de Ronsard, adepte de l’épicurisme, est une figure majeure de la littérature poétique de la Renaissance.
 
 
 
Ange divin, qui mes plaies embaume
 
Ange divin, qui mes plaies embaume,
Le truchement et le héraut des dieux,
De quelle porte es-tu coulé des cieux,
Pour soulager les peines de mon âme ?
 
Toi, quand la nuit par le penser m'enflamme,
Ayant pitié de mon mal soucieux,
Ore en mes bras, ore devant mes yeux,
Tu fais nager l'idole de ma Dame.
 
Demeure, Songe, arrête encore un peu !
Trompeur, attends que je me sois repu
De ce beau sein dont l'appétit me ronge,
Et de ces flancs qui me font trépasser :
 
Sinon d'effet, souffre au moins que par songe
Toute une nuit je les puisse embrasser.
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/9/8/1/4/1854189_eeb82.gif
Partager cet article
Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 02:04
 
Victor HUGO  (inscription complète sur son acte de naissance : Victor, Marie Hugo),
né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris,
 
est un poète, dramaturge et prosateur romantique considéré comme l'un des plus importants écrivains de langue française.
      
 
Puisque mai tout en fleurs dans les prés nous réclame
 
 
Puisque mai tout en fleurs dans les prés nous réclame,
Viens ! ne te lasse pas de mêler à ton âme
La campagne, les bois, les ombrages charmants,
Les larges clairs de lune au bord des flots dormants,
 
Le sentier qui finit où le chemin commence,
Et l'air et le printemps et l'horizon immense,
L'horizon que ce monde attache humble et joyeux
Comme une lèvre au bas de la robe des cieux !
 
Viens ! et que le regard des pudiques étoiles
Qui tombe sur la terre à travers tant de voiles,
Que l'arbre pénétré de parfums et de chants,
Que le souffle embrasé de midi dans les champs,
 
Et l'ombre et le soleil et l'onde et la verdure,
Et le rayonnement de toute la nature
Fassent épanouir, comme une double fleur,
La beauté sur ton front et l'amour dans ton coeur !
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/9/7/8/7/2417879_0c840.gif
Partager cet article
Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 01:24
Clément MAROT
né à Cahors pendant l’hiver 1496-1497 et mort en 1544 à Turin
est un poète français.
Bien que marqué encore par l'héritage médiéval, Marot a été un des premiers grands poètes modernes français.
Protégé de Marguerite de Navarre, sœur du roi de France François Ier, ses sympathies marquées pour la Réforme et pour Luther lui ont valu cependant la prison puis l'exil en Suisse et en Italie.
 
 
Je suis aimé de la plus belle
 
Je suis aimé de la plus belle
Qui soit vivant dessous les cieux :
Encontre tous faux envieux
Je la soutiendrai être telle.
 
Si Cupido doux et rebelle
Avait débandé ses deux yeux,
Pour voir son maintien gracieux,
Je crois qu'amoureux serait d'elle.
 
Vénus, la Déesse immortelle,
Tu as fait mon coeur bien heureux,
De l'avoir fait être amoureux
D'une si noble Damoiselle.
 
 
Clément MAROT - poète - Je suis aimé de la plus belle
Clément MAROT

Clément MAROT

Partager cet article
Repost0

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter