Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 02:35
Louise Lévêque de Vilmorin,
dite Louise de Vilmorin, est une écrivaine française née le 4 avril 1902 à Verrières-le-Buisson (Essonne) où elle est morte le 26 décembre 1969.
Née dans le château familial d'une célèbre famille de botanistes et grainetiers, elle se fiance en 1923 à Antoine de Saint-Exupéry mais épouse en 1925 un Américain, Henry Leigh Hunt (1886–1972) et s’installe à Las Vegas, au Nevada. Trois filles naissent de ce mariage : Jessie, Alexandra et Éléna. Divorcée, elle épouse en 1938 en secondes noces le comte Paul Pálffy ab Erdöd (1890–1968), dont elle divorce en 1943. Ces années sont pour Louise « les plus belles de [sa] vie.1» Elle devient ensuite la maîtresse de Paul Esterházy de Galántha (1901–1964), à partir de 1942, puis de Duff Cooper, ambassadeur de Grande-Bretagne. Elle termine sa vie avec un amour de jeunesse, André Malraux.
 
La solitude est verte
 
 
  Chasseresse ou dévote ou porteuse de dons
    La solitude est verte en des landes hantées,
    Comme chansons du vent aux provinces chantées
    Comme le souvenir lié à l'abandon.
 
   La solitude est verte.
 
    Verte comme verveine au parfum jardinier
    Comme mousse crépue au bord de la fontaine
    Et comme le poisson messager des sirènes,
    Verte comme la science au front de l'écolier.
 
   La solitude est verte.
 
    Verte comme la pomme en sa simplicité,
   Comme la grenouille, cœur glacé des vacances,
   Verte comme tes yeux de désobéissance,
    Verte comme l'exil où l'amour m'a jeté.
 
   La solitude est verte.
https://img1.picmix.com/output/pic/original/8/8/4/3/1783488_b05b0.gif
Partager cet article
Repost0
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 00:00
 
Hans Christian Andersen (1805-1875)
est un poète et écrivain danois, qui, grâce à ses Contes pour enfants, incarne le génie populaire nordique.
 
Il est né à Odense le 2 avril 1805, et meurt à Copenhague le 4 août 1875. Ses histoires, traduites en plus de quatre-vingt langues, connaissent un succès durable et inspirent des écrivains, des metteurs en scène, des réalisateurs, des chorégraphes, des sculpteurs et des peintres.
Parmi ses contes,
les plus célèbres sont
«le Vilain Petit Canard»,
«la Reine des neiges»,
«les Habits neufs de l'empereur»,
«les Cygnes sauvages»
et «la Petite Sirène». 
 
La Petite Poucette
Il y avait une fois, une femme qui aurait bien voulu avoir un tout petit enfant, mais elle ne savait pas du tout comment elle pourrait se le procurer; elle alla donc trouver une vieille sorcière, et lui dit :
- J'aurais grande envie d'avoir un petit enfant, ne veux-tu pas me dire où je pourrais m'en procurer un ?
- Si, nous allons bien en venir à bout ! dit la sorcière. Tiens, voilà un grain d'orge, il n'est pas du tout de l'espèce qui pousse dans le champ du paysan, ou qu'on donne à manger aux poules, mets-le dans un pot, et tu verras !
- Merci, dit la femme.
Et elle donna douze shillings à la sorcière, rentra chez elle, planta le grain d'orge, et aussitôt poussa une grande fleur superbe qui ressemblait tout à fait à une tulipe, mais
les pétales se refermaient, serrés comme si elle était encore en bouton.
- C'est une belle fleur, dit la femme.
Et elle l'embrassa sur les beaux pétales rouges et jaunes, mais au moment même de ce baiser, la fleur s'ouvrit avec un grand bruit d'explosion. C'était vraiment une tulipe, ainsi qu'il apparut alors, mais au milieu d'elle, assise sur le siège vert, était une toute petite fille, mignonne et gentille, qui n'était pas plus haute qu'un pouce, et qui, pour cette raison, fut appelée Poucette.
Elle eut pour berceau une coque de noix laquée, des pétales bleus de violettes furent ses matelas, et des pétales de roses son édredon ; c'est là qu'elle dormait la nuit, et le jour elle jouait sur la table, où la femme avait posé une assiette entourée d'une couronne de fleurs dont les tiges trempaient dans l'eau ; un grand pétale de tulipe y flottait, où Poucette pouvait se tenir et naviguer d'un bord à l'autre de l'assiette ; elle avait pour ramer deux crins de cheval blanc. C'était charmant. Et elle savait aussi chanter, et son chant était doux et gentil, tel qu'on n'avait jamais entendu le pareil ici...................................................
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/5/6/3/2/1782365_f1b7b.gif
Voici un poème d'Andersen
 
La rose
 
Il advint que là où le père du Prince était enterré, 
Poussa un rosier, un très beau rosier 
Qui ne fleurissait qu'une fois tous les cinq ans, 
Et qui ne portait qu'une seule fleur; 
Mais cette fleur était une rose. 
Elle sentait si bon que tous les soucis et chagrins 
De celui qui humait son parfum étaient oubliés.
 
Hans Christian Andersen
https://img1.picmix.com/output/pic/original/6/3/4/3/1783436_1cc29.gif
(1805-1875)
Partager cet article
Repost0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 01:57
François-René, vicomte de Chateaubriand, 
né à Saint-Malo le 4 septembre 1768 et mort à Paris le 4 juillet 1848, 
est un écrivain romantique et homme politique français. Il est considéré comme l'une des figures centrales du romantisme français et de la littérature française en général.
 
L'oeuvre "Mémoires d'outre-tombe" est une autobiographie de François-René de Chateaubriand, dont la rédaction commence en 1809, sous le titre 'Mémoires de ma vie', et s'achève en 1841.
 
 
 
Nuit de printemps
 
Le ciel est pur, la lune est sans nuage : 
Déjà la nuit au calice des fleurs 
Verse la perle et l'ambre de ses pleurs ; 
Aucun zéphyr n'agite le feuillage. 
Sous un berceau, tranquillement assis, 
Où le lilas flotte et pend sur ma tête, 
Je sens couler mes pensers rafraîchis 
Dans les parfums que la nature apprête. 
Des bois dont l'ombre, en ces prés blanchissants, 
Avec lenteur se dessine et repose, 
Deux rossignols, jaloux de leurs accents, 
Vont tour à tour réveiller le printemps 
Qui sommeillait sous ces touffes de rose. 
Mélodieux, solitaire Ségrais, 
Jusqu'à mon cœur vous portez votre paix ! 
Des prés aussi traversant le silence, 
J'entends au loin, vers ce riant séjour, 
La voix du chien qui gronde et veille autour 
De l'humble toit qu'habite l'innocence. 
Mais quoi ! déjà, belle nuit, je te perds ! 
Parmi les cieux à l'aurore entrouverts, 
Phébé n'a plus que des clartés mourantes, 
Et le zéphyr, en rasant le verger, 
De l'orient, avec un bruit léger, 
Se vient poser sur ces tiges tremblantes.
 
François-René de Chateaubriand
(1768-1848)
("Tableaux de la nature")
 
F. R. de Chateaubriand - poète - Nuit de printemps
F. R. de Chateaubriand - poète - Nuit de printemps
Partager cet article
Repost0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 05:00
Le Dimanche des Rameaux
 
est une fête chrétienne qui se célèbre le dimanche qui précède Pâques.
C'est en mémoire de ce jour que les catholiques portent des rameaux (de buis, oliviers, lauriers ou palmiers, selon les régions. Ces rameaux, une fois bénis, sont tenus en main par les fidèles qui se mettent en marche, en procession : marche vers Pâques du peuple de Dieu à la suite du Christ.
 Le dimanche qui précède la fête de Pâques, appelé « dimanche des Rameaux et de la Passion », l'Église célèbre solennellement, avant la messe, l'entrée messianique du Seigneur à Jérusalem, telle que les quatre évangiles la rapportent : « La foule nombreuse venue pour la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem ; ils prirent les rameaux des palmiers et sortirent à sa rencontre et ils criaient : Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur 
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/6/8/5/0/1780586_63df9.gif
Partager cet article
Repost0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 00:43
Gérard de Nerval,
pseudonyme de Gérard Labrunie,
est un écrivain et un poète français, né le 22 mai 1808 à Paris, ville où il est mort le 26 janvier 1855. Il est essentiellement connu pour ses poèmes et ses nouvelles, notamment son ouvrage Les Filles du feu, recueil de nouvelles (la plus célèbre étant Sylvie) et de sonnets (Les Chimères) publié en 1854.
 
 
Avril
 
Déjà les beaux jours, - la poussière,
Un ciel d’azur et de lumière,
Les murs enflammés, les longs soirs ; -
Et rien de vert : - à peine encore
Un reflet rougeâtre décore
Les grands arbres aux rameaux noirs !
Ce beau temps me pèse et m’ennuie.
- Ce n’est qu’après des jours de pluie
Que doit surgir, en un tableau,
Le printemps verdissant et rose,
Comme une nymphe fraîche éclose
Qui, souriante, sort de l’eau.
 
Gérard de Nerval, Odelettes
 
 
 
Gérard de Nerval - Poète - Avril
Gérard de Nerval - Poète - Avril
Partager cet article
Repost0
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 02:07
Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine
dit Alphonse de Lamartine, né à Mâcon le 21 octobre 1790 et mort à Paris le 28 février 1869,
est un poète, romancier, dramaturge et prosateur en même temps qu'un homme politique français, l'orateur d'exception qui proclama et dirigea la Deuxième République. Il est l'une des plus grandes figures du romantisme en France.
 
 
 
Le papillon
 
Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
Sur l'aile du zéphyr nager dans un ciel pur,
Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
S'enivrer de parfums, de lumière et d'azur,
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S'envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
Voilà du papillon le destin enchanté!
Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel chercher la volupté!
 
Partager cet article
Repost0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 01:23
Alphonse ALLAIS   (1854-1905)
 
est un journaliste, écrivain et humoriste français né le 20 octobre 1854 à Honfleur (Calvados) et mort le 28 octobre 1905 à Paris.
Célèbre à la Belle Époque, reconnu pour sa plume acerbe et son humour absurde, il est notamment renommé pour ses calembours et ses vers holorimes. Il est parfois considéré comme l'un des plus grands conteurs français.
 
 
 
Complainte amoureuse
 
Oui dès l'instant que je vous vis
Beauté féroce, vous me plûtes
De l'amour qu'en vos yeux je pris
Sur-le-champ vous vous aperçûtes
Ah ! Fallait-il que je vous visse
Fallait-il que vous me plussiez
Qu'ingénument je vous le disse
Qu'avec orgueil vous vous tussiez
Fallait-il que je vous aimasse
Que vous me désespérassiez
Et qu'enfin je m'opiniâtrasse
Et que je vous idolâtrasse
Pour que vous m'assassinassiez
 
 
alphonse ALLAIS - écrivain et humoriste - complainte amoureuse
Alphonse ALLAIS

Alphonse ALLAIS

Partager cet article
Repost0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 02:30
Émile Goudeau, né à Périgueux (Dordogne) le 29 août 1849 et mort en 1906, est un journaliste, romancier et poète français.
 
 
Pour hâter le retour du Printemps
 
Voici revenir le Printemps,
Qui chasse les Frimas moroses.
J’ouvre mon cœur à deux battants
Au Roi-Soleil, père des Roses.
Je guette l’horizon vermeil,
Et faites-y de longues pauses,
Mon beau Soleil !
 
Déjà les oiseaux querelleurs
Sur les rameaux boivent les sèves.
Écoutons les merles siffleurs !
Les forêts s’emplissent de rêves.
Je veux me mettre à l’unisson:
Entrez chez moi, jeune Chanson ;
Faites sonner les heures brèves,
Douce Chanson !
 
Déjà fleurissent les lilas
En lourdes grappes violettes.
Les charmeuses à falbalas
Jettent au zéphyr leurs voilettes :
Prenez le chemin le plus court,
Entrez chez moi, Seigneur Amour,
Rois des femmes et des athlètes,
Ô bel Amour !
 
Émile Goudeau (1849-1906)
  
Emile Goudeau - poète - Pour hater le retour du printemps
Emile Goudeau - poète - Pour hater le retour du printemps
Partager cet article
Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 00:02
Le printemps par :
 
Philéas Lebesgue (1869-1958), écrivain français, rédacteur au Mercure de France, est né et mort à La Neuville-Vault où ses parents étaient cultivateurs. Il leur succède après leur disparition. Il mène alors de front le métier d'agriculteur dans son village et une carrière littéraire originale et riche qui le fera voyager notamment au Portugal, en Grèce et en Yougoslavie, les trois pays dont il tenait la chronique littéraire au Mercure de France.
 
 
 
Pâquerette
 
Pâquerette, pâquerette,
Il y a des gouttes d’eau
Sur ta collerette
Et tu plies un peu le dos…
Pâquerette, pâquerette,
Le beau soleil printanier
Viendra-t-il les essuyer ?
 
Pâquerette, pâquerette,
Qui souris près du sentier,
Je te le souhaite…
 
Pâquerette, pâquerette,
Il y a sur ton cœur d’or
Un frelon en fête ;
Tant il est ivre qu’il dort !
Pâquerette, pâquerette,
L’aile du vent printanier
Va-t-elle le balayer ?
 
Pâquerette, pâquerette,
Qui rêves près du sentier,
Je te le souhaite.
 
 
 
 
Phileas LEBESGUE - poète - Pâquerette
Phileas LEBESGUE - poète - Pâquerette
Partager cet article
Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 01:32

                                                   L'Esprit de Noël - 1989 - MB

 
Elle rêve d'un Noël blanc.
Sous des ramures de sapins givrés, 
Suspendus, balançant des pendants ;
Motifs d'étoile,d'Ange ou de boule,dorés...
 
Elle est attendrie, toute dans ses pensées.
Jamais encore réalisé, des années durant...
Question du manger, du vêtir, juste de l'obliger ;
Des enfants Béranger, Albanne, seule vit de l'instant.
 
Incomprise, car toujours à demander ;
Pourquoi l'Esprit de Noël est inscrit au calendrier ?

 

 

 

* Cadeau d'Amitié - Pour Fripouillette *

Elle a fait cette image d'après une de ses toiles, et le poème est également son oeuvre.

 

Partager cet article
Repost0

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter