Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 01:02


Londres, située au sud-est de la Grande-Bretagne, est la capitale et la plus grande ville du Royaume-Uni.

 

 

cartes postales personnelles

"des années 1900"


Londres - Hyde Park
numerisation0012.jpg

 


Londres - Big Ben
numerisation0013.jpg

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 00:55

Marseille est une commune française au sud-est de la France. C'est le chef-lieu du département des Bouches-du-Rhône et de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. 

Marseille est aujourd'hui le premier port français et méditerranéen ainsi que le cinquième port européen. Ses habitants sont appelés Marseillais et Marseillaises.

Carte postale personnelle
des années 1900

Pour J.C. Breton et Marseillais
 

Marseille - Palais Longchamp
numerisation0009.jpg
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 22:00

 

Fête : 3 décembre
 

Xavier
 

Etymologie : Maison neuve (basque).
 

Xavier peut sembler un personnage à part, réservé, parfois étrange ou déroutant. Indépendant en apparence, il a du mal à vivre seul et aura besoin, sur un plan affectif, de pouvoir compter sur quelqu'un. L'environnement familial sont importants pour lui, et il fera tout pour en trouver l'équilibre et l'harmonie. Il aime le confort, et il acceptera volontiers que quelqu'un d'autre que lui assure l'intendance, le quotidien : Que l'on prenne soin de lui et le voici le plus heureux des hommes. Sa réserve peut cacher un tempérament orageux. Son insatisfaction aidant, il se laissera parfois aller à des excès de colère, brèves mais redoutables. Professionnellement, il recherche l'indépendance et parfois une certaine marginalité. Le principal est qu'il fasse ce qu'il veut, comme il le veut, et quand il le veut. Ne comptez pas sur lui pour des excès de zèle si le sujet ne le passionne pas, il ne fera aucun effort. Il prodiguera son aide, certes, mais évitera cependant de trop s'investir personnellement.

Gifs Bonne Fête prénom Xavier - 3 décembre
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 00:06
images--5-.gif
Jules Amédée BARBEY D'AUREVILLY 
est un écrivain et poète français né à Saint-Sauveur le Vicomte en 1808 et mort à Paris en 1889
Il est auteur de nouvelles (Les Diaboliques) et de romans (le chevalier des Touches), il se composa, par son allure de Dandy et ses articles féroces, un personnage de "connétable des Lettres".

jule-barbey-d-aurevilly.jpg
images (5)


Débouclez-les, vos longs cheveux


Débouclez-les, vos longs cheveux de soie,
Passez vos mains sur leurs touffes d'anneaux, 
Qui, réunis, empêchent qu'on ne voie 
Vos longs cils bruns qui font vos yeux si beaux ! 
Lissez-les bien, puisque toutes pareilles 
Négligemment deux boucles retombant 
Roulent autour de vos blanches oreilles, 
Comme autrefois, quand vous étiez enfant, 
Quand vos seize ans ne vous avaient quittée 
Pour s'en aller où tous nos ans s'en vont, 
En nous laissant, dans la vie attristée,
Un coeur usé plus vite que le front ! 
Ah ! c'est alors que je vous imagine 
Vous jetant toute aux bras de l'avenir, 
Sans larme aux yeux et rien dans la poitrine... 
Rien qui vous fît pleurer ou souvenir !

Ah ! de ce temps montrez-moi quelque chose 
En vous coiffant comme alors vous étiez ; 
Que je vous voie ainsi, que je repose 
Sur vos seize ans mes yeux de pleurs mouillés...

http://img1.picmix.com/output/pic/original/7/3/0/9/1789037_f4862.gif
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 00:02
Neuchâtel est une ville de Suisse, chef-lieu du canton de Neuchâtel et du district de Neuchâtel. Située au bord du lac de Neuchâtel, sur le flanc sud du massif du Jura, elle fait face à la chaîne des Alpes.

Neuchâtel est citée pour la première fois en 1011. 

Ses Habitants  sont appelés les Neuchâtelois, Neuchâteloises


Mes cartes postales personnelles

"des années 1900"


Neuchatel - La poste
numerisation0005.jpg



Neuchatel et le lac 
numerisation0006.jpg



Neuchatel - La tour de Diesse
numérisation0007



Neuchatel - départ d'un bateau
numerisation0008.jpg
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 00:00
L'AVENT
L'Avent (du latin adventus : venue, arrivée du Messie) est la période qui couvre quelques semaines précédant Noël, quatre dans la tradition de l'Église latine. Depuis le pape Grégoire Ier, nommé aussi Grégoire le Grand, l'Avent représente pour les catholiques la période où l'on se prépare à la venue du Christ, à sa naissance, ce pape ayant instauré ce temps liturgique par analogie au Quadragésime du Carême, aussi dans certaines traditions, on nomme l'Avent « Quadragésime de Saint Martin » ou le « Petit Carême ».
Dans les Églises utilisant le calendrier romain, l'Avent débute le quatrième dimanche avant Noël, et marque le début de l'année ecclésiastique ou liturgique. Chez les Orientaux et les Mozarabes, comme dans le temps chez les Celtes, Espagnols et Gaulois, le temps de l'Avent dure 6 semaines, en commençant soit le 11, soit le 15 novembre.
La couleur liturgique de cette période est en général le violet. Certains épiscopaliens et luthériens utilisent du bleu, et certains byzantins utilisent du rouge ou du blanc.

Le calendrier de l'Avent
est une tradition germanique destinée à faire patienter les enfants jusqu'à Noël. Au XIXe siècle, certaines familles protestantes distribuaient des images pieuses chaque matin aux enfants, durant 24 jours, pour canaliser leur impatience avant Noël.
En 1920 est commercialisé le premier calendrier de l’Avent avec des petites portes ou fenêtres à ouvrir. En 1958 apparaissent les premières surprises en chocolat.


http://img1.picmix.com/output/pic/original/6/4/8/5/2165846_bd90e.gif



LA COURONNE DE L'AVENT
La couronne de l'Avent est une tradition chrétienne symbolisant l’Avent.
La Couronne de l'Avent a été inventée par le pasteur Johann Heinrich Wichern (1808-1881). Éducateur et théologien de Hambourg, il avait recueilli des enfants très pauvres dans le Rauhe Haus, une vieille ferme et il s’occupait d’eux. Comme, pendant le temps de l'Avent, ils lui demandaient toujours quand Noël allait enfin arriver, il fabriqua en 1839 une couronne de bois, avec dix-neuf petits cierges rouges et quatre grands cierges blancs. Chaque matin, un petit cierge de plus était allumé et, à chaque dimanche d’Avent, un grand cierge. La coutume n’a retenu que les grands1. Depuis 1860, l'année où est née officiellement la couronne de l'Avent, on utilise des branches de sapin ; depuis le début du xxe siècle, elle est devenue en Allemagne une des traditions de Noël. En Autriche, la coutume ne s’est introduite qu’après 1945.
Cet usage allemand a été repris dans de nombreux pays. Dans les églises de rite orthodoxe se trouvent çà et là des couronnes avec six cierges, conformément à une durée plus longue de l'Avent.
Au vu de coutumes scandinaves tardives et déjà mélangées au christianisme, on a déduit que les Germains de l’Antiquité connaissaient déjà la coutume d'une telle couronne de lumière. Pour imiter peut-être le jour qui ne cessait de décroître, on allumait quatre cierges, puis trois, puis deux, puis un. À Jul, qui était au 21 décembre la fête du solstice d'hiver, on célébrait alors la renaissance de la lumière.


http://img1.picmix.com/output/pic/original/0/3/8/3/2163830_f69b0.gif
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 22:50
 

Fête : 2 décembre
 
Viviana
 
Etymologie : Vivante (latin).
 
Viviana est une femme réservée, bien que sociable lorsqu'elle se trouve en terrain connu. La prudence et la méfiance l'anime même si elle n'en donne pas toujours l'impression, car elle est sont souvent rieuse. En fait, elle est introvertie et tend à garder son problème pour elle. Elle aime montrer le meilleur d'elle-même et déteste déranger les autres avec ses problèmes ou ses difficultés. Ainsi son aspect extérieur peut-il contraster avec sa personnalité profonde. Elle apparait plus facile, plus souple qu'elle ne l'est en réalité. Si elle s'exprime souvent avec aisance, elle ne se livre jamais pleinement, gardant jalousement l'accès de son jardin secret. Son émotivité est forte mais refoulée ou maîtrisée au point qu'on lui reproche parfois sa froideur ou son insensibilité. Elle est déconcertante lorsqu'elle se replie sur elle-même, alors que peu de temps auparavant elles semblait se plaire et s'amuser en société. Elle oscille entre des phases de gaieté, et des périodes de pessimisme. .. Assez susceptible, Viviana se vexe facilement, d'autant qu'elle manque passablement de confiance en elle. Elle est  rancunière et a beaucoup de mal à oublier un affront ou une blessure, qu'elle gardera longtemps en mémoire.
 
Gifs Bonne Fête prénom Viviana - 2 décembre
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 22:15

Fête : 2 décembre
 
Viviane
 
Etymologie : Vivante (latin).
 
 
Réservée et secrète, Viviane possède néanmoins une personnalité affirmée et décidée. Elle est noble et séduisante tout en restant simple... Toutefois, elle maîtrise parfaitement ses émotions et cela peut intimider. Elle a horreur de la légèreté, de la médiocrité et de la superficialité. éprise de naturel, de pureté, elle est sélective. Perfectionniste, elle est idéaliste et cherche à progresser et à s'élever sans cesse. Elle est ambitieuse et travailleuse. Le temps est son allié. Toutefois, si elle est capable d'une grande patience dans les moments importants de l'existence, elle peut devenir brusque et manquer de modération pour les faits mineurs de la vie. Disciplinée, elle tend même à un certain autoritarisme. Opiniâtre et entêtée, elle n'abandonne pas facilement ses idées. Conservatrice, Viviane a les pieds sur terre. Possessive, elle n'en demeurent pas moins généreuse.
Gifs Bonne Fête prénom Viviane - 2 décembre
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 21:41

Fête : 2 décembre
 
Vivian
 
Etymologie : Du nom latin Vivianus qui a été tiré du latin vivus "vivant".
 
Quel charme, quelle spontanéité, quelle vivacité et quelle impulsivité chez Vivian   ! Tout feu tout flamme, elle n'apprécie guère les contraintes et pour elle le mot liberté n'est pas un vain mot ! Rapide comme l'éclair, curieuse, détestant les habitudes, elle vit avec aisance et habileté, sans être toujours consciente des dangers. Malgré son pouvoir de séduction, elle n'est pas vraiment féminine dans l'âme. Energique, directive, assez égocentrique et pressée en tout, elle veut avoir la première place dans la vie. Elle tend à penser que « la valeur n'attend pas le nombre des années »... Effronterie, dynamisme et sens des opportunités sont ses atouts. Elle a les défauts de ses qualités : impatience, instabilité, agressivité, parfois manque de discernement et de nuances. Ainsi, elle refuse l'autorité établie. Son existence est assez peu linéaire, marquée, de-ci, de-là, d'incidents ou de changements. Elle aime vivre vite.
 
Gifs Bonne Fête prénom Vivian - 2 décembre
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 03:30
 
Louise-Victorine Ackermann,
 
née Louise-Victorine Choquet (Paris, 30 novembre 1813 – aux environs de Nice, 3 août 1890),
 
 est une poétesse française.


 
L'amour et la mort
(A M. Louis de Ronchaud)

 
I
Regardez-les passer, ces couples éphémères !
Dans les bras l'un de l'autre enlacés un moment,
Tous, avant de mêler à jamais leurs poussières,
Font le même serment :

 
Toujours ! Un mot hardi que les cieux qui vieillissent 
Avec étonnement entendent prononcer,
Et qu'osent répéter des lèvres qui pâlissent
Et qui vont se glacer.

 
Vous qui vivez si peu, pourquoi cette promesse 
Qu'un élan d'espérance arrache à votre coeur, 
Vain défi qu'au néant vous jetez, dans l'ivresse 
D'un instant de bonheur ?

 
Amants, autour de vous une voix inflexible
Crie à tout ce qui naît : "Aime et meurs ici-bas ! " 
La mort est implacable et le ciel insensible ;
Vous n'échapperez pas. 

 
Eh bien ! puisqu'il le faut, sans trouble et sans murmure, 
Forts de ce même amour dont vous vous enivrez
Et perdus dans le sein de l'immense Nature,
Aimez donc, et mourez !

 
II
Non, non, tout n'est pas dit, vers la beauté fragile 
Quand un charme invincible emporte le désir, 
Sous le feu d'un baiser quand notre pauvre argile 
A frémi de plaisir.

 
Notre serment sacré part d'une âme immortelle ; 
C'est elle qui s'émeut quand frissonne le corps ; 
Nous entendons sa voix et le bruit de son aile 
Jusque dans nos transports.

 
Nous le répétons donc, ce mot qui fait d'envie 
Pâlir au firmament les astres radieux,
Ce mot qui joint les coeurs et devient, dès la vie,
Leur lien pour les cieux.

 
Dans le ravissement d'une éternelle étreinte 
Ils passent entraînés, ces couples amoureux, 
Et ne s'arrêtent pas pour jeter avec crainte 
Un regard autour d'eux.

 
Ils demeurent sereins quand tout s'écroule et tombe ; 
Leur espoir est leur joie et leur appui divin ; 
Ils ne trébuchent point lorsque contre une tombe 
Leur pied heurte en chemin.

 
Toi-même, quand tes bois abritent leur délire,
Quand tu couvres de fleurs et d'ombre leurs sentiers,
Nature, toi leur mère, aurais-tu ce sourire
S'ils mouraient tout entiers ?

 
Sous le voile léger de la beauté mortelle
Trouver l'âme qu'on cherche et qui pour nous éclôt, 
Le temps de l'entrevoir, de s'écrier : " C'est Elle ! " 
Et la perdre aussitôt,

 
Et la perdre à jamais ! Cette seule pensée
Change en spectre à nos yeux l'image de l'amour. 
Quoi ! ces voeux infinis, cette ardeur insensée 
Pour un être d'un jour !

 
Et toi, serais-tu donc à ce point sans entrailles,
Grand Dieu qui dois d'en haut tout entendre et tout voir, 
Que tant d'adieux navrants et tant de funérailles 
Ne puissent t'émouvoir,

 
Qu'à cette tombe obscure où tu nous fais descendre 
Tu dises : " Garde-les, leurs cris sont superflus. 
Amèrement en vain l'on pleure sur leur cendre ;
Tu ne les rendras plus ! "

 
Mais non ! Dieu qu'on dit bon, tu permets qu'on espère ; 
Unir pour séparer, ce n'est point ton dessein.
Tout ce qui s'est aimé, fût-ce un jour, sur la terre,
Va s'aimer dans ton sein.

 
III
Eternité de l'homme, illusion ! chimère !
Mensonge de l'amour et de l'orgueil humain !
Il n'a point eu d'hier, ce fantôme éphémère,
Il lui faut un demain !

 
Pour cet éclair de vie et pour cette étincelle 
Qui brûle une minute en vos coeurs étonnés, 
Vous oubliez soudain la fange maternelle 
Et vos destins bornés.

 
Vous échapperiez donc, ô rêveurs téméraires 
Seuls au Pouvoir fatal qui détruit en créant ? 
Quittez un tel espoir ; tous les limons sont frères 
En face du néant.

 
Vous dites à la Nuit qui passe dans ses voiles :
" J'aime, et j'espère voir expirer tes flambeaux. " 
La Nuit ne répond rien, mais demain ses étoiles 
Luiront sur vos tombeaux.

 
Vous croyez que l'amour dont l'âpre feu vous presse
A réservé pour vous sa flamme et ses rayons ;
La fleur que vous brisez soupire avec ivresse :
"Nous aussi nous aimons !"

 
Heureux, vous aspirez la grande âme invisible
Qui remplit tout, les bois, les champs de ses ardeurs ;
La Nature sourit, mais elle est insensible :
Que lui font vos bonheurs ?

 
Elle n'a qu'un désir, la marâtre immortelle,
C'est d'enfanter toujours, sans fin, sans trêve, encor. 
Mère avide, elle a pris l'éternité pour elle,
Et vous laisse la mort.

 
Toute sa prévoyance est pour ce qui va naître ; 
Le reste est confondu dans un suprême oubli. 
Vous, vous avez aimé, vous pouvez disparaître :
Son voeu s'est accompli.

 
Quand un souffle d'amour traverse vos poitrines, 
Sur des flots de bonheur vous tenant suspendus, 
Aux pieds de la Beauté lorsque des mains divines 
Vous jettent éperdus ;

 
Quand, pressant sur ce coeur qui va bientôt s'éteindre 
Un autre objet souffrant, forme vaine ici-bas, 
Il vous semble, mortels, que vous allez étreindre 
L'Infini dans vos bras ;

 
Ces délires sacrés, ces désirs sans mesure
Déchaînés dans vos flancs comme d'ardents essaims, 
Ces transports, c'est déjà l'Humanité future 
Qui s'agite en vos seins.

 
Elle se dissoudra, cette argile légère
Qu'ont émue un instant la joie et la douleur ; 
Les vents vont disperser cette noble poussière 
Qui fut jadis un coeur.

 
Mais d'autres coeurs naîtront qui renoueront la trame 
De vos espoirs brisés, de vos amours éteints,
Perpétuant vos pleurs, vos rêves, votre flamme,
Dans les âges lointains.

 
Tous les êtres, formant une chaîne éternelle,
Se passent, en courant, le flambeau de l'amour. 
Chacun rapidement prend la torche immortelle 
Et la rend à son tour.

 
Aveuglés par l'éclat de sa lumière errante,
Vous jurez, dans la nuit où le sort vous plongea, 
De la tenir toujours : à votre main mourante 
Elle échappe déjà.

 
Du moins vous aurez vu luire un éclair sublime ; 
Il aura sillonné votre vie un moment ;
En tombant vous pourrez emporter dans l'abîme 
Votre éblouissement.

 
Et quand il régnerait au fond du ciel paisible
Un être sans pitié qui contemplât souffrir,
Si son oeil éternel considère, impassible,
Le naître et le mourir,

 
Sur le bord de la tombe, et sous ce regard même,
Qu'un mouvement d'amour soit encor votre adieu !
Oui, faites voir combien l'homme est grand lorsqu'il aime,
Et pardonnez à Dieu !
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/7/0/3/3/2163307_f78e9.gif

 
Partager cet article
Repost0

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chêne de la Forêt de Chaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salines d'Arc et Senans


 

 

 

 

 

Cascade de la Billaude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains