Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 21:39
PAUL CLAUDEL
frère cadet de la sculptrice Camille Claudel, né à Villeneuve-sur-Fère dans l’Aisne le 6 août 1868 , et mort le 23 février 1955 à Paris, est un dramaturge, poète, essayiste et diplomate français. Il fut membre de l’Académie française.
Diplomate en 1893 , il est consul de France à Prague, Francfort, Hambourg, en Chine à Shanghai, Fou-Tcheou (Fuzhou) et Tsien-Tsin (Tianjin), ministre plénipotentiaire à Rio de Janeiro, à Copenhague, ambassadeur de France à Tōkyō de 1921 à 1927, à Washington, puis à Bruxelles, où se termine sa carrière diplomatique en 1936.
Lorsqu’il s’installe définitivement dans sa propriété de Brangues, le travail littéraire, mené jusqu’alors parallèlement à sa carrière diplomatique, occupe la plus grande part de son existence.
 
Parmi ses poésies
 
Paysage français
 
La rivière sans se dépêcher
Arrive au fond de la vallée
Assez large pour qu’un pont
La traverse d’un seul bond
Le clocher par-dessus la ville
Annonce une heure tranquille
Le dîner sera bientôt prêt
Tout le monde l’attend, au frais,
On entend les gens qui causent
Les jardins sont pleins de roses
Le rose propage et propose
L’ombre rouge à l’ombre rose
La campagne fait le pain
La colline fait le vin
C’est une sainte besogne
Le vin, c’est le vin de Bourgogne!
Le citoyen fort et farouche
Porte son verre à sa bouche
Mais la poule pousse affairée
Sa poulaille au poulailler
Tout le monde a fait son devoir
En voilà jusqu’à ce soir.
Le soleil dit:
Il est midi.
https://img1.picmix.com/output/pic/original/4/8/5/9/1719584_49849.gif
 
Le delphinium
 
Toute pure comme le ciel,
Brûlante comme le feu,
Aérienne et réelle,
Quel nom te donner pour modèle,
Énorme torche bleue?
La grande fleur bleue dit: N’ai-je
Pas réussi à sortir
Du fond du plus noir saphir
Ce feu plus pur que la neige?
Dans le clair matin du Dieu
La grande fleur a frissonné
De la gloire d’être née,
Du triomphe d’être bleue!
Si jamais Dieu s’ennuyait,
Qu’il te regarde, créature
Aussi fraîche que le lait,
Énorme épi de millet,
Colonie de clair juillet.
Madrépore de l’azur!
https://img1.picmix.com/output/pic/original/9/8/6/9/1719689_cef79.gif
 
 
Partager cet article
Repost0
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 17:44
Pierre-Jules Renard, dit Jules Renard, né à Châlons-du-Maine (Mayenne) le 22 février 1864 et décédé le 22 mai 1910 à Paris, est un écrivain français.
 
SES OEUVRES
 
Romans 
 
Crime de village (1888)
Sourires pincés (1890)
L'Écornifleur (1892) 
La Lanterne sourde (1893)
Coquecigrues (1893)
Deux fables sans morale (1893)
Le Coureur de filles (1894)
Histoires naturelles (1894) 
Poil de carotte (1894)
https://img1.picmix.com/output/pic/original/0/7/8/7/1717870_a6c9b.gif
Le Vigneron dans sa vigne (1894) 
La Maîtresse (1896)
Bucoliques (1898)
Les Philippe (1907)
Patrie (1907)
Mots d'écrit (1908)
Ragotte (1909)
Nos frères farouches (1909)
Causeries (1910)
L'Œil clair (1913)
Les Cloportes (1919)
 
Théâtre
 
Le Plaisir de rompre (1897) 
Le Pain de ménage (1898)
Poil de Carotte (1900)
Monsieur Vernet (1903)
La Bigote (1909)
Huit jours à la campagne (1912) 
Le Cousin de Rose
 
Deux de ses poésies (histoires naturelles)
 
Le Papillon
Ce billet doux plié en deux
cherche une adresse de fleurs.
(Jules Renard)
https://img1.picmix.com/output/pic/original/1/0/2/6/1716201_3ba52.gif
 
Les hirondelles
Elles me donnent ma leçon de chaque jour.
Elles pointillent l'air de petits cris.
Elles tracent une raie droite, posent une virgule au bout, et, brusquement, vont à la ligne.
Elles mettent entre folles parenthèses la maison où j'habite.
Trop vives pour que la pièce d'eau du jardin prenne copie de leur vol, elles montent de la cave au grenier.
D'une plume d'aile légère, elles bouclent d'inimitables parafes.
Puis, deux à deux, en accolade, elles se joignent, se mêlent, et, sur le bleu du ciel, elles font tache d'encre.
Mais l'oeil d'un ami peut seul les suivre, et si vous savez le grec et le latin, moi je sais lire l'hébreu que décrivent dans l'air les hirondelles de cheminée.
https://img1.picmix.com/output/pic/original/9/2/6/7/1717629_5c275.gif
Partager cet article
Repost0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 04:58
André Gide (Paul Guillaume André Gide) est un écrivain français lauréat du prix Nobel de littérature en 1947, né à Paris 6e , le 22 novembre 1869 et mort à Paris 7e le 19 février 19511.
Il nous laisse un nombre important d'oeuvres dont les plus connues
La Symphonie pastorale -  1919.
Les Faux-Monnayeurs - 1926.
 
Voici une de ses poésies :
 
Printemps plein d'indolence
 
Printemps plein d'indolence,
J'implore ta clémence.
 
A toi plein de langueur
J'abandonne mon cœur.
 
Ma pensée indécise
Flotte au gré de la bise.
 
Un ruissellement tendre
Me pénètre de miel.
 
Ah ! ne voir, ah ! n'entendre
Qu'à travers le sommeil.
 
A travers ma paupière
J'accueille ta lumière,
 
Soleil qui me caresse ;
Pardonne à ma paresse...
 
Bois mon cœur sans défense,
Soleil plein d'indulgence.
 
André Gide
André GIDE - poète et écrivain
 
 
Voici quelques unes de ces citations : 
 
La Poésie est comparable
à ce génie des Nuits arabes qui,
traqué, prend tour à tour
les apparences les plus diverses
afin d’éluder la prise,
tantôt flamme et
tantôt murmure,
tantôt poisson,
tantôt oiseau…
(André Gide)
André GIDE - poète et écrivain
 
La paresse est la mère de tous les vices."
 Découvrons Henri Michaux - 1941.
 
"Mieux vaut parfois se taire et... encaisser."
 Correspondance (1933-1937)
 
"Mieux vaut être haï pour ce que l'on est, qu'aimé pour ce que l'on n'est pas."
Journal (1889-1939)
 
"L'humanité ne progresse et ne peut progresser sans bousculer un peu ses âmes."
 Journal (1889-1939)
 
 
"Croyez ceux qui cherchent la vérité, doutez de ceux qui la trouvent."
 Les jeux sont faits - 1952.
 
"Une chose ne vaut que par l'importance qu'on lui donne."
Journal 1942-1949, Gallimard - 1950.
 
"L'intelligence, c'est la faculté d'adaptation."
Journal (1889-1939)
 
"Avoir raison... qui donc y tient encore : quelques sots."
 Journal (1889-1939)
 
"Les femmes n'ont jamais rien à dire, mais elles ont tout à raconter."
 Les cahiers (1918-1951)
 
"L'expérience instruit plus sûrement que le conseil."
 Les faux-monnayeurs - 1925.
 
"Ne pas se soucier de paraître ; être, seul est important."
 Journal, 1887-1950.
 
"La sagesse n'est pas dans la raison, mais dans l'amour."
 Les nouvelles nourritures - 1935.
 
"Le parfait est ce qui n'est plus à refaire."
 Incidences - 1924.
 
"Entre le désir et l'ennui notre inquiétude balance."
 Les nourritures terrestres - 1897.
 
"Choisis tes ennemis ; mais laisse les amis te choisir."
 Conseils au jeune écrivain.
Partager cet article
Repost0
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 21:33

la Source bleue
 
La légende de Berthe de Joux
 
Berthe épousa, au 12e siècle, le sire Amauri de Joux qui partit pour la croisade en Terre  Sainte avec Frédéric 1°de Barberousse empereur romain germanique peu de temps après . Après quatre années de combat, un chevalier blessé se présenta au chateau de Joux, il s'agissait de l’ami d’enfance de Berthe, Aimé de Montfaucon, qui revenait de Terre Sainte pour lui annoncer la mort d’Amauri. Malgré un profond chagrin, elle accueillit et soigna Aimé et les deux jeunes gens finirent par tomber amoureux. 
 
Rentré alors qu'on ne l'attendait plus, Amauri surprit les deux amants. Ivre de rage, il mis  à mort Aimé.  Berthe, fut enfermée dans un minuscule cachot dont il la faisait sortir deux fois par jour pour qu'elle voie, par la fenêtre, la dépouille de son amant, qu'il avait fait pendre dans la forêt.
 
A la mort d'Aimé inconsolable, elle pleura tant que les larmes coulant de ses yeux  si bleus, fondirent et se mélangèrent à l'eau de la  Source près du lac qui devint bleue. 
 
A la mort d’Amauri, Berthe se retira à l’abbaye de Montbenoît, où elle mourut à l'âge de 60 ans.
LEGENDES COMTOISES - La source bleue
 
La Source bleue est une source située à Malbuisson dans le département du Doubs,
C'est une belle résurgence qui se trouve près du lac de Saint-Point, au sud de Pontarlier, entre Montperreux et le Vezenay Elle a été explorée sur près d'un kilomètre de distance.  La Source bleue (l'Ance) étale auprès d'une roche abrupte ses eaux profondes d'un bleu-vert qui semble artificiel, elle rejoint la Cuse (ou source noire), qui surgit d'une grotte sombre importante et vivante pour former le Cusancin.
 
La Source bleue est un site classé depuis le 27/12/1913.
LEGENDES COMTOISES - La source bleue
LEGENDES COMTOISES - La source bleue
L'explication pour sa couleur bleue :
Ce serait la décomposition du spectre lumineux à la lumière sur le plan d'eau qui provoque la couleur bleue, (rayonnement lumineux provenant de la lumière du jour et de la profondeur de l'eau.)
 
Elle fut l'objet d'une peinture signée Gustave Courbet en 1872
LEGENDES COMTOISES - La source bleue
Partager cet article
Repost0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 02:10

La fée du lac de NARLAY
 
Une fée, un jour, vint à passer dans un village et demanda l'hospitalité. Elle fit toutes les maisons, les unes après les autres. Nul n'accepta de l'héberger. Elle désespérait de trouver un abri pour la nuit, lorsqu'un pauvre vieillard qui vivait dans une malheureuse chaumière, un peu à l'écart, eut enfin pitié d'elle et l'accueillit.
Pour punir ces lieux inhospitaliers, la fée les noya. Elle protégea par contre, la misérable demeure où elle avait été reçue ; la famille du vieil homme y proliféra et, au cours des années, reconstruisit, maison après maison, un nouveau village qui prit le nom de NARLAY. Et pour les remercier, elle a donné à l'eau du lac la merveilleuse propriété de blanchir le linge d'une blancheur parfaite, sans cendres, sans lessive, sans savon.
légendes comtoises - La fée du lac de NARLAY
JURA
NARLAY
Situé dans la zone des plateaux, au sud de Champagnole,  le lac de Narlay est l'un des plans d'eau de la région des lacs. Sa forme triangulaire et sa couleur sombre, entouré de  prairies, et forêt abrupte lui donnent un cachet unique, propice aux balades.
légendes comtoises - La fée du lac de NARLAY
Partager cet article
Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 00:41
Boris Leonidovitch Pasternak
né le 10 février 1890 à Moscou et mort le 30 mai 1960 à Peredelkino près de Moscou, est un poète et romancier russe.
 
SES PRINCIPALES OEUVRES
 
Un jumeau dans les nuages (1914)
Par-dessus les barrières (1917)
Ma sœur la vie (1917)
L'an 1905 (1927)
Le Lieutenant Schmidt (1927)
Sauf-conduit (1931)
Seconde naissance (1932)
Le Docteur Jivago (1957)
Boris Leonidovitch Pasternak - 10 février 1890 (Docteur Givago)
 
Essai d'autobiographie (1958)
POEMES DIVERS
 
Citations
 
De plus, souvenez-vous : jamais, en aucune circonstance, il ne faut désespérer. Espérer et agir, voila notre devoir dans le malheur. Un désespoir inactif, c'est le refus et l'oubli du devoir.
Le Docteur Jivago (1957) 
 
Les enfants sont francs, sans gêne et n'ont pas honte de la vérité, alors que nous, par peur de paraître arriérés, nous sommes prêts à renier tout ce qui nous est cher, nous disons du bien de ce qui est repoussant, nous approuvons ce qui est incompréhensible.
Le Docteur Jivago (1957) 
 
Transformer la vie ! Ceux qui parlent ainsi en ont peut-être vu de toutes les couleurs, mais la vie, ils n'ont jamais su ce que c'était, ils n'en ont jamais senti le souffle, l'âme. L'existence pour eux, c'est une poignée de matière brute qui n'a pas été ennoblie par leur contact et qui attend d'être travaillée par eux. Mais la vie n'est pas une matière ni un matériau. La vie, si vous voulez le savoir, n'a pas besoin de nous pour se renouveler et se refaçonner sans cesse, pour se refaire et se transformer éternellement. Elle est à cent lieues au-dessus de toutes les théories obtuses que vous et moi pouvons faire à son sujet.
Le Docteur Jivago (1957) 
 
 
Car c'est seulement dans la mauvaise littérature que les vivants sont divisés en deux camps et n'ont aucun point de contact. Dans la réalité, tout est tellement entremêlé ! Il faut être d'une irrémédiable nullité pour ne jouer qu'un seul rôle dans la vie, pour n'occuper qu'une seule et même place dans la société, pour signifier toujours la même chose !.
Le Docteur Jivago (1957) 
 
L'appartenance à un type, c'est la mort de l'homme, sa condamnation. Si l'on ne peut le faire entrer dans une catégorie, s'il n'est pas représentatif, il possède déjà la moitié de ce qu'on est en droit d'exiger de lui : il est affranchi de lui-même, il détient une parcelle d'immortalité.
Le Docteur Jivago (1957) 
 
Peut-être faut-il que parmi tous les personnages qui figurent dans une vie, il se trouve une force inconnue, un être presque symbolique qui vient à votre secours sans qu'on l'appelle [. .. ].
Le Docteur Jivago (1957) 
 
Trois années de changements, d'imprévu, de voyages ; la guerre, la révolution, tous leurs bouleversements, les fusillades, les scènes de ruine, les scènes de mort, les destructions, les incendies, tout cela se tranforma en un vide dénué de sens. Après un long intermède, le premier événement d'importance, c'était cette course vertigineuse du train vers une maison encore intacte, dont la moindre pierre était précieuse. C'était la vie, c'était cela l'épreuve, c'était cela le but des chercheurs d'aventures, c'était cela le but final de l'art : retrouver les siens, rentrer chez soi, recommencer sa vie.
Le Docteur Jivago (1957)
 
Oh, comme parfois on aimerait laisser le faux sublime, les ténèbres épaisses du bavardage humain, pour se réfugier dans l'apparent silence de la nature, dans le bagne muet d'un long travail obstiné, dans l'ineffable du sommeil profond, de la vraie musique et du calme langage des coeurs, qui fait taire l'âme comblée.
Le Docteur Jivago (1957) 
 
Aussi loin que remontaient ses souvenirs, il n'avait jamais cessé de se demander avec étonnement comment, avec les mêmes bras et les mêmes jambes, le même langage et les mêmes habitudes, on pouvait être autre chose que tous les autres et par-dessus le marché quelque chose qui ne plaisait guère et qu'on n'aimait pas ? Il ne comprenait pas une situation où, si l'on était pire que les autres, on ne pouvait pas faire de son mieux pour se corriger et s'améliorer.
Le Docteur Jivago (1957) 
Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 03:10
JULES VERNE
 né le 8 février 1828 à Nantes en France et mort le 24 mars 1905 à Amiens en France, est un écrivain français dont une grande partie des œuvres sont consacrées à des romans d'aventures et de science-fiction (ou d'anticipation). théâtre et poésies
 
 
SES OEUVRES les plus connues
Ces romans constituent le cœur des Voyages extraordinaires qui ont fait la renommée de l'auteur 
 
- Cinq semaines en ballon (1863)
 
 
- Voyage au centre de la Terre (1864)
 
 
- Le Comte de Chanteleine (1864), - De la Terre à la Lune (1865)
- Les Aventures du capitaine Hatteras (1867), 
 
- Les Enfants du capitaine Grant (1868),
 
 
- Vingt mille lieues sous les mers (1870),
 
 
- Autour de la Lune (1870) - Une ville flottante (1871) - Les Forceurs de blocus (1871), - Une fantaisie du docteur Ox (1872), 
- Aventures de trois Russes et de trois Anglais dans l'Afrique     australe (1872)
 
- Le Tour du monde en quatre-vingts jours (1873)
 
 
- Le Pays des fourrures (1873) - L'Île mystérieuse (1874-1875
- Le Chancellor (1875)
 
- Michel Strogoff (1876)
 
- Hector Servadac (1877) - Les Indes noires (1877) - Un capitaine de quinze ans (1878) - Les Cinq Cents Millions de la Bégum (1879)
 
- Les Tribulations d'un Chinois en Chine (1879)
 
 
- La Maison à vapeur (1880) - Dix heures en chasse (1881), - La Jangada (1881) - L'École des Robinsons (1882) - Le Rayon vert (1882) - Kéraban-le-Têtu (1883) - L'Étoile du sud (1884) L'archipel en feu (1884) - Frritt-Flacc (1884), - Mathias Sandorf (1885) - Robur le Conquérant (1886) - Un billet de loterie (1886) - Nord contre Sud (1887) - Le Chemin de France (1887)
- Gil Braltar (1887), publié à la suite du Chemin de France - Deux ans de vacances (1888) - Famille-sans-nom (1889) - Sans dessus dessous (1889) - César Cascabel (1890) - Mistress Branican (1891)
- Le Château des Carpathes (1892) - Claudius Bombarnac (1892)
- P'tit-Bonhomme (1893), (Fils d’Irlande) - Mirifiques Aventures de maître Antifer (1894) - L'Île à hélice (1895) - Face au drapeau (1896) - Clovis Dardentor (1896) - Le Sphinx des glaces (1897)
- Le Superbe Orénoque (1898) - Le Volcan d'or (1899) - Le Testament d'un excentrique (1899) - Seconde patrie (1900)
- Le Village aérien (1901), ( La Grande Forêt) - Les Histoires de Jean-Marie Cabidoulin(le serpent de la mer)   (1901), - Les Frères Kip (1902) - Bourses de voyage (1903) - Un drame en Livonie (1904) - Maître du Monde (1904)  - L'Invasion de la mer (1905)
 
Ses  poésies
 
- Connaissez-vous mon Andalouse
- Hésitation
- J'aime ces doux oiseaux...
- La cloche du soir
- La fille de l'air
- La nuit
- Le génie
- Le silence dans une église
- Lorsque la douce nuit...
- Ô toi, que mon amour profond...
- Quand par le dur hiver...
- Tempête et calme
- Vous êtes jeune et belle..
- A une jeune personne
 
 
Quand par le dur hiver...
 
Sonnet
Quand par le dur hiver tristement ramenée 
La neige aux longs flocons tombe, et blanchit le toit, 
Laissez geindre du temps la face enchifrenée. 
 
Par nos nombreux fagots, rendez-moi l'âtre étroit !
Par le rêveur oisif, la douce après-dinée ! 
Les pieds sur les chenets, il songe, il rêve, il croit 
 
Au bonheur ! - il ne veut devant sa cheminée 
Qu'un voltaire bien doux, pouvant railler le froid !
Il tisonne son feu du bout de sa pincette ; 
La flamme s'élargit, comme une étoile jette 
 
L'étincelle que l'oeil dans l'ombre fixe et suit ;
Il lui semble alors voir les astres du soir poindre ; 
L'illusion redouble ; heureux ! il pense joindre 
A la chaleur du jour le charme de la nuit !
 
 
 
Jules VERNE - écrivain - "quand par le dur hiver"
Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 04:01
ROUSSET Alexis Raymond Victor, poète fabuliste Français, né le 7 février 1799 à Oullins et décédé le 22 juin 1885 à Villeurbanne. 
 
SES OEUVRES
 
Les fables :
 
Le lièvre et la perdrix .
Un Intrus à la cour du schah de Perse. 
Le Bonheur descendu sur la Terre. 
La Bourse toujours pleine. 
La nouvelle Madeleine. 
Le Geranium et le Fraisier.
Le Dromadaire et les deux Chameaux.
Le Bonheur, le Plaisir et la Vertu. 
Le Solitaire.
L'Homme et le Sort.
 
 
 
L'Homme et le Sort.
 
— Je suis bien fort, disait un homme ;
Je sais me maîtriser, me passer de tout soin. 
Plein de haute raison, sobre, exempt de besoin, 
Des maux comme des biens j'épuiserais la somme.
C'est en vain que le Sort veut m'imposer sa loi. 
Il a beau s'acharner; ma volonté résiste ;
Je n'ai d'autre maître que moi... —
Le Sort parut à l'improviste.
— Je vais, dit-il, risquer sur cet homme un essai :
Soleil, assombris-toi.... — Soudain notre homme est triste.
— Resplendis, ô soleil !... — Voilà notre homme gai.
Mortel présomptueux, sois modeste, sois sage;
Ton humeur dépend d'un nuage.
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/5/8/6/8/1688685_cd918.gif
Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 05:14
Gaston Couté, né à Beaugency le 23 septembre 1880, mort à Paris 10e le 28 juin 1911, est un poète libertaire et chansonnier français.
En 1898, il monte à Paris. Il a dix-huit ans.
 
Les poèmes de Gaston Couté ont été régulièrement interprétés : disques et spectacles
 particulièrement par quelques interprètes de marque :
Édith Piaf, Bernard Lavilliers et certains groupes de musique contemporaine (rap, électro, techno) et hip-hop comme jazzkor, et les 1871 ont aussi repris son répertoire.
 
 
SON OEUVRE
 
La chanson d'un gâs qu'a mal tourné, œuvres complètes en cinq volumes
Parmi ces poèmes
 
Dans vos yeux
 
Dans vos yeux 
J'ai lu l'aveu de votre âme 
En caractères de flamme 
Et je m'en suis allé joyeux 
Bornant alors mon espace 
Au coin d'horizon qui passe 
Dans vos yeux.
 
Dans vos yeux 
J'ai vu s'amasser l'ivresse 
Et d'une longue caresse 
J'ai clos vos grands cils soyeux. 
Mais cette ivresse fut brève 
Et s'envola comme un rêve 
De vos yeux.
 
Dans vos yeux 
Profonds comme des abîmes 
J'ai souvent cherché des rimes 
Aux lacs bleus et spacieux 
Et comme en leurs eaux sereines 
J'ai souvent noyé mes peines 
Dans vos yeux.
 
Dans vos yeux 
J'ai vu rouler bien des larmes 
Qui m'ont mis dans les alarmes 
Et m'ont rendu malheureux. 
J'ai vu la trace des songes 
Et tous vos petits mensonges 
Dans vos yeux.
 
Dans vos yeux 
Je ne vois rien à cette heure 
Hors que l'Amour est un leurre 
Et qu'il n'est plus sous les cieux 
D'amante qui soit fidèle 
A sa promesse... éternelle 
Dans vos yeux.
https://img1.picmix.com/output/pic/original/8/5/6/8/1688658_5bff9.gif
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 04:41
 
Agathe-Sophie SASSERNO, née le 3 octobre 1810 à Nice (Alpes-Maritimes) morte le 6 juin 1860 dans la même ville, est poétesse romantique niçoise. 
 
 
 
 
Parmi ces poésies, voici une de mes préférées 
 
 
L’enfant aveugle
 
 
 
On dit que le soleil est beau
Et que les fleurs vers le ruisseau
S’inclinent avec tant de grâce ;
Que l’oiseau qui chante si bien
Et que l’insecte aérien
Volent éclatants dans l’espace ;
 
On dit que la nuit, dans les cieux,
Brillent des feux mystérieux
Qu’on nomme du doux nom d’étoiles,
Et que sur la mer dont les flots
Sont tristes comme des sanglots
Glissent des nefs aux blanches voiles ;
 
On dit que le parfum des fleurs
Est moins suave que les couleurs
Qui rayonnent sur leurs pétales ;
Que les vallons et les coteaux,
Les montagnes, les prés, les eaux,
Les bois, les aubes virginales,
Ont des attraits si purs, si doux,
Qu’il faut tomber à deux genoux
Devant tant de magnificences.
 
Mais moi, je ne regrette pas,
Ni la mer que j’entends là-bas,
Ni des fleurs les belles nuances,
Ni les cieux, ni le doux soleil,
Ni le bois, ni le fruit vermeil,
Ni les oiseaux, ni la lumière...
Non, de tous les biens d’ici-bas,
Ô Dieu ! je ne voudrais, hélas !
Que le bonheur de voir ma mère !
 
 
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/5/4/7/4/1684745_a6af3.gif
 
Partager cet article
Repost0

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter