Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 01:23
Alphonse ALLAIS   (1854-1905)
 
est un journaliste, écrivain et humoriste français né le 20 octobre 1854 à Honfleur (Calvados) et mort le 28 octobre 1905 à Paris.
Célèbre à la Belle Époque, reconnu pour sa plume acerbe et son humour absurde, il est notamment renommé pour ses calembours et ses vers holorimes. Il est parfois considéré comme l'un des plus grands conteurs français.
 
 
 
Complainte amoureuse
 
Oui dès l'instant que je vous vis
Beauté féroce, vous me plûtes
De l'amour qu'en vos yeux je pris
Sur-le-champ vous vous aperçûtes
Ah ! Fallait-il que je vous visse
Fallait-il que vous me plussiez
Qu'ingénument je vous le disse
Qu'avec orgueil vous vous tussiez
Fallait-il que je vous aimasse
Que vous me désespérassiez
Et qu'enfin je m'opiniâtrasse
Et que je vous idolâtrasse
Pour que vous m'assassinassiez
 
 
alphonse ALLAIS - écrivain et humoriste - complainte amoureuse
Alphonse ALLAIS

Alphonse ALLAIS

Partager cet article
Repost0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 02:30
Émile Goudeau, né à Périgueux (Dordogne) le 29 août 1849 et mort en 1906, est un journaliste, romancier et poète français.
 
 
Pour hâter le retour du Printemps
 
Voici revenir le Printemps,
Qui chasse les Frimas moroses.
J’ouvre mon cœur à deux battants
Au Roi-Soleil, père des Roses.
Je guette l’horizon vermeil,
Et faites-y de longues pauses,
Mon beau Soleil !
 
Déjà les oiseaux querelleurs
Sur les rameaux boivent les sèves.
Écoutons les merles siffleurs !
Les forêts s’emplissent de rêves.
Je veux me mettre à l’unisson:
Entrez chez moi, jeune Chanson ;
Faites sonner les heures brèves,
Douce Chanson !
 
Déjà fleurissent les lilas
En lourdes grappes violettes.
Les charmeuses à falbalas
Jettent au zéphyr leurs voilettes :
Prenez le chemin le plus court,
Entrez chez moi, Seigneur Amour,
Rois des femmes et des athlètes,
Ô bel Amour !
 
Émile Goudeau (1849-1906)
  
Emile Goudeau - poète - Pour hater le retour du printemps
Emile Goudeau - poète - Pour hater le retour du printemps
Partager cet article
Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 00:02
Le printemps par :
 
Philéas Lebesgue (1869-1958), écrivain français, rédacteur au Mercure de France, est né et mort à La Neuville-Vault où ses parents étaient cultivateurs. Il leur succède après leur disparition. Il mène alors de front le métier d'agriculteur dans son village et une carrière littéraire originale et riche qui le fera voyager notamment au Portugal, en Grèce et en Yougoslavie, les trois pays dont il tenait la chronique littéraire au Mercure de France.
 
 
 
Pâquerette
 
Pâquerette, pâquerette,
Il y a des gouttes d’eau
Sur ta collerette
Et tu plies un peu le dos…
Pâquerette, pâquerette,
Le beau soleil printanier
Viendra-t-il les essuyer ?
 
Pâquerette, pâquerette,
Qui souris près du sentier,
Je te le souhaite…
 
Pâquerette, pâquerette,
Il y a sur ton cœur d’or
Un frelon en fête ;
Tant il est ivre qu’il dort !
Pâquerette, pâquerette,
L’aile du vent printanier
Va-t-elle le balayer ?
 
Pâquerette, pâquerette,
Qui rêves près du sentier,
Je te le souhaite.
 
 
 
 
Phileas LEBESGUE - poète - Pâquerette
Phileas LEBESGUE - poète - Pâquerette
Partager cet article
Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 01:32

                                                   L'Esprit de Noël - 1989 - MB

 
Elle rêve d'un Noël blanc.
Sous des ramures de sapins givrés, 
Suspendus, balançant des pendants ;
Motifs d'étoile,d'Ange ou de boule,dorés...
 
Elle est attendrie, toute dans ses pensées.
Jamais encore réalisé, des années durant...
Question du manger, du vêtir, juste de l'obliger ;
Des enfants Béranger, Albanne, seule vit de l'instant.
 
Incomprise, car toujours à demander ;
Pourquoi l'Esprit de Noël est inscrit au calendrier ?

 

 

 

* Cadeau d'Amitié - Pour Fripouillette *

Elle a fait cette image d'après une de ses toiles, et le poème est également son oeuvre.

 

Partager cet article
Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 01:29
Alfred de MUSSET
né le 11 décembre 1810 à Paris et mort le 2 mai 1857 dans la même ville, est un poète et un dramaturge français de la période romantique.
 
 
À la mi-carême.
 
Le carnaval s'en va, les roses vont éclore; 
Sur les flancs des coteaux déjà court le gazon.
Cependant du plaisir la frileuse saison 
Sous ses grelots légers rit et voltige encore, 
Tandis que, soulevant les voiles de l'aurore, 
Le Printemps inquiet paraît à l'horizon.
 
Du pauvre mois de mars il ne faut pas médire; 
Bien que le laboureur le craigne justement, 
L'univers y renaît ; il est vrai que le vent, 
La pluie et le soleil s'y disputent l'empire. 
Qu'y faire ? Au temps des fleurs, le monde est un enfant; 
C'est sa première larme et son premier sourire.
 
C'est dans le mois de mars que tente de s'ouvrir 
L'anémone sauvage aux corolles tremblantes. 
Les femmes et les fleurs appellent le zéphyr; 
Et du fond des boudoirs les belles indolentes, 
Balançant mollement leurs tailles nonchalantes, 
Sous les vieux marronniers commencent à venir...
 
Alfred de Musset (1810-1857)
 
 
Alfred de MUSSET - poète - à la mi-Carême
Alfred de MUSSET - poète - à la mi-Carême
Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 01:16
Charles CROS
né à Fabrezan (Aude) le 1er octobre 1842, originaire d'une famille de Lagrasse (Aude) et mort à Paris le 9 août 1888, est un poète et inventeur français.
Passionné de littérature et de sciences, il fut un temps, de 1860 à 1863, professeur de chimie à l'Institut parisien des sourds-muets, avant de se consacrer à la recherche scientifique :
- En 1867, il présente à l'Exposition de 1867 un prototype de télégraphe automatique suite à ses travaux portant sur l'amélioration de la technologie du télégraphe.
- En 1869, il présente à la Société française de photographie un procédé de photographie en couleurs qui est à l'origine du procédé actuel de trichromie.
- En 1877, il adresse à l'Académie des Sciences un mémoire décrivant le principe du « paléophone » (prototype du phonographe)
 
Bien que Charles Cros ne soit pas à l'origine du disque ou du gramophone, son nom a été retenu pour désigner en 1947 l'Académie Charles-Cros, fondée par des critiques et des spécialistes du disque et attribuant chaque année des distinctions très remarquées (Prix du Disque de l'Académie Charles-Cros).
 
 
 
Plusieurs de ses poèmes ont été mis en musique dont :
 
Sidonie (Triolets fantaisistes), interprété par Brigitte Bardot,
mis en musique par Jean-Max Rivière et Yani Spanos pour le film Vie privée de Louis Malle en 1962,
 
 
Les femmes sont fleurs. 
 
Sonnet.
(Charles Cros)
 
Il y a des moments où les femmes sont fleurs ; 
On n'a pas de respect pour ces fraîches corolles... 
Je suis un papillon qui fuit des choses folles, 
Et c'est dans un baiser suprême que je meurs.
 
Mais il y a parfois de mauvaises rumeurs ; 
Je t'ai baisé le bec, oiseau bleu qui t'envoles, 
J'ai bouché mon oreille aux funèbres paroles ; 
Mais, Muse, j'ai fléchi sous tes regards charmeurs.
 
Je paie avec mon sang véritable, je paie 
Et ne recevrai pas, je le sais, de monnaie, 
Et l'on me laissera mourir au pied du mur.
 
Ayant traversé tout, inondation, flamme, 
Je ne me plaindrai pas, délicieuse femme, 
Ni du passé, ni du présent, ni du futur !
Charles CROS - poète - "les femmes sont fleurs"
Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 01:16
25 mars - ANNONCIATION
 
Fête chrétienne
 
Célébrée le 25 mars (9 mois avant Noël) par la tradition chrétienne, l'anniversaire de l'Annonciation correspond aux anniversaires de la mort d'Adam et à celui de Jésus. L'annonciation est un des mystères centraux du culte chrétien.
 
C'est en effet le moment où le divin s'incarne en homme : l'ange Gabriel annonce à Marie son nouveau statut de mère du Fils de Dieu, et lui explique qu'elle portera un enfant en son sein tout en restant vierge.
Nicolas Poussin - l'Annonciation

Nicolas Poussin - l'Annonciation

 
C'est l'origine de la croyance en une conception virginale qu'il ne faut pas confondre avec le dogme de l'immaculée conception qui est propre au catholicisme moderne (pour les orthodoxes et les protestants le seul être humain conçu hors du péché originel est Jésus-Christ).
Autrement dit, comme l'ont expliqué les théologiens, une femme juive vivant sous la loi de Moïse accepte d'introduire dans le monde celui qui mourra pour les péchés des hommes, c’est-à-dire que la loi, tout en restant valide, cesse d'être le principe théologique essentiel, et laisse la place au salut. Pour cette raison, l'annonciation est le moment où est lavé le péché originel d'Adam et Ève.
Une femme pure met au monde le Christ, et lave le péché d'impureté d'Ève. La tradition théologique souligne même que la formule latine prononcée par Gabriel « Ave Maria » contient le nom d'Ève inversé (Ave / Eva, en latin) et rend visible le sens même de l'annonciation. Dans le texte original de l'Évangile, en grec, la salutation de Gabriel est XAIPE c’est-à-dire « Réjouis-toi ! »
 
L'Annonciation est un message de joie et de libération. Mais cette libération est potentielle, elle ne s'accomplit effectivement que par la Croix et la Résurrection.
(Wikipedia)
FETE DE L'ANNONCIATION - 25 mars
Partager cet article
Repost0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 03:06

une petite promenade bucolique dans mon village EVANS (611 habitants)  par cette belle journée de Mars

 

A la sortie du village côté Mercey Le Grand :

 Les Etangs

La frissonnante libellule 
Mire les globes de ses yeux 
Dans l'étang splendide où pullule 
Tout un monde mystérieux.
 
Les Rayons et les Ombres (1840)
 Victor Hugo
Le premier étang
Le premier étang
Le premier étang
Le premier étang

Le premier étang

Le deuxième étang
Le deuxième étang
Le deuxième étang

Le deuxième étang

Je vous aime, ô sainte nature ! 
Je voudrais m'absorber en vous ; 
Mais, dans ce siècle d'aventure, 
Chacun, hélas ! se doit à tous. 
Toute pensée est une force. 
Dieu fit la sève pour l'écorce, 
Pour l'oiseau les rameaux fleuris, 
Le ruisseau pour l'herbe des plaines, 
Pour les bouches, les coupes pleines, 
Et le penseur pour les esprits ! 
 
Les Rayons et les Ombres (1840)
 Victor Hugo
le ruisseau qui va à l'étang

le ruisseau qui va à l'étang

 

L'abeille
 
Sur le vert Hymette, Eros, un matin,
Dérobait du miel à la ruche attique ;
Mais voyant le Dieu faire son butin,
Une prompte abeille accourt et le pique.
L'enfant tout en pleurs, le Dieu maladroit,
S'enfuit aussitôt, souffle sur son doigt,
Et jusqu'à Kypris, vole à tire d'aile,
Oubliant son arc, rouge et courroucé :
- Ma mère, un petit serpent m'a blessé
Méchamment, dit-il, de sa dent cruelle. -
Tel se plaint Eros et Kypris en rit :
- Tu blesses aussi, mais nul n'en guérit.
 
Leconte de LISLE
le rucher

le rucher

Aux arbres
Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme!
Au gré des envieux, la foule loue et blâme ;
Vous me connaissez, vous! - vous m'avez vu souvent,
Seul dans vos profondeurs, regardant et rêvant.
Vous le savez, la pierre où court un scarabée,
Une humble goutte d'eau de fleur en fleur tombée,
Victor HUGO   (1802-1885)
La forêt de l'Arne (les bucherons sont en forêt c'est la période de l'affouage)

La forêt de l'Arne (les bucherons sont en forêt c'est la période de l'affouage)

Perce-neige
 
Humble fleur qui perce la neige,
C'est toi que je chante en mes vers,
Du printemps ouvrant le cortège,
Tu viens condamner les hivers.
Avec toi tout semble renaitre,
Tout s'anime aux bois d'alentour,
Et, joyeux de te reconnaître,
L'oiseau te célèbre à son tour.
Comme en été passe un orage,
On voit se faner ta pudeur ;
Mais quand tu finis sous l'ombrage,
C'est en un jour beau de splendeur.
Au monde avant le temps ravie,
Ainsi la naïve beauté
Parait, en achevant sa vie,
S'unir à la divinité.
 
Albert MONTÉMONT (1788 - 1961)
La Psyché 
Légende de la fée Printemps, et du perce neige
 
Il y a fort longtemps, un premier mars, un beau perce-neige, blanc et gentil, sortit de dessous la neige dans la forêt.
Le vent d'hiver le vit, se mit en colère et déclencha une tempête de neige sur la fleur.
Le gentil perce-neige mordu par le froid cria. La bonne fée Zina Primavara entendit la fleur sangloter et lui demanda :
" Pourquoi pleure-tu ?" -
"Je suis couvert de neige et meurs de froid"
répondit le perce-neige.
La fée Primavara ôta la neige de sur la fleur.
Tandis qu'elle faisait cela elle se blessa au doigt contre un petit caillou tranchant caché à coté du perce-neige.
Son sang tomba sur la racine de la fleur, la réchauffant, et le perce-neige revint à la vie.
Une autre goutte de sang tomba sur les pétales qui devinrent rouges.
Aussitôt un autre perce-neige, blanc, poussa à coté de lui. "C'est ainsi que les deux inséparables clochettes, la rouge et la blanche, devinrent à la fois le symbole du printemps, de l'amour et de l'espoir appelé Martisor"
Balade comtoise - EVANS - Jura
Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 21:20
Toute la Lyre
est un recueil de poèmes de Victor Hugo.
Bien que le titre soit de Hugo lui-même et qu'il figurât parmi ses nombreux projets (sa publication était annoncée sur les couvertures de ses œuvres des années 1870), le recueil ne fut véritablement constitué que par Paul Meurice d'après certaines indications du poète et publié de manière posthume en deux temps, en 1888 et 1893, avec une refonte en 1897.

 

                                     Printemps

 
Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !
Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !
Les peupliers, au bord des fleuves endormis,
Se courbent mollement comme de grandes palmes ;
L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;
Il semble que tout rit, et que les arbres verts
Sont joyeux d’être ensemble et se disent des vers.
Le jour naît couronné d’une aube fraîche et tendre ;
Le soir est plein d’amour ; la nuit, on croit entendre,
A travers l’ombre immense et sous le ciel béni,
Quelque chose d’heureux chanter dans l’infini.
 
Victor Hugo, Toute la lyre
 
 
Victor HUGO - poète - "printemps"
Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 01:09
Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945), femme de lettres des années folles,  a écrit de nombreux poèmes, romans, contes et nouvelles ...
Elle était aussi dessinatrice, sculptrice et historienne.
 
 
 
 
Joie du printemps
 
Au printemps, on est un peu fou,
Toutes les fenêtres sont claires,
Les prés sont pleins de primevères,
On voit des nouveautés partout.
Oh! regarde, une branche verte!
Ses feuilles sortent de l'étui!
Une tulipe s'est ouverte...
Ce soir, il ne fera pas nuit,
Les oiseaux chantent à tue-tête,
Et tous les enfants sont contents
On dirait que c'est une fête...
Ah! que c'est joli le printemps!
 
 
Lucie Delarue-Mardrus - écrivain et dessinatrice - joie du printemps
Lucie Delarue-Mardrus - écrivain et dessinatrice - joie du printemps
Lucie Delarue-Mardrus - écrivain et dessinatrice - joie du printemps
Partager cet article
Repost0

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter