Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 04:52
 
Émile Adolphe Gustave VERHAEREN
né à Saint-Amand dans la province d'Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916,
est un poète belge flamand, d'expression française.
 
 
 
Si d'autres fleurs décorent la maison
 
Si d'autres fleurs décorent la maison
Et la splendeur du paysage,
Les étangs purs luisent toujours dans le gazon,
Avec les grands yeux d'eau de leur mouvant visage.
 
Dites de quels lointains profonds et inconnus
Tant de nouveaux oiseaux sont-ils venus,
Avec du soleil sur leurs ailes ?
 
Juillet a remplacé Avril dans le jardin
Et les tons bleus par les grands tons incarnadins,
L'espace est chaud et le vent frêle ;
 
Mille insectes brillent dans l'air, joyeusement, 
Et l'été passe, en sa robe de diamants 
Et d'étincelles.
 
 
Émile VERHAEREN - poète - "si d'autres fleurs décorent la maison"
emile verharen

emile verharen

Partager cet article
Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 03:40
 
Fête : 27 juin
 
Fernand
 
Etymologie : Courageux, aventurier (germanique).
 
Fernand est un homme viril qui dégage une impression de force, d'autorité et n'est pas dépourvu d'un certain magnétisme. Avant tout réaliste et pratique, il a les pieds sur terre . Peu influençable, il poursuit tranquillement son chemin en cherchant toujours à progresser, et pour cela il s'appuie sur une forte volonté et une puissance d'action importante, bien qu'irrégulière. C'est un être sensible dont le talon d'Achille est sans doute la vie affective malgré son apparence sévère. Il apparaît ferme, intransigeant, parfois même brusque ou tranchant, alors qu'il ne fait que dissimuler sa sensibilité et sa tendresse. C'est un homme de devoir, qui n'a qu'une parole et sur lequel on peut compter. Direct, franc et honnête, il a tendance à être trop scrupuleux et c'est en cela qu'il n'est pas toujours facile à vivre. D'ailleurs, impatient et coléreux, il ne supporte pas les pertes de temps inutiles. 
 


https://img1.picmix.com/output/pic/original/4/7/5/0/2510574_6ecb0.gif
https://img1.picmix.com/output/pic/original/1/4/3/3/1923341_8da07.gif

 

Partager cet article
Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 18:03

Fête : 26 juin
 
Anthelme
 
Etymologie : Protection divine (germanique).
 
Les "Anthelme" sont des êtres tendres, sensibles, idéalistes, particulièrement épris d'équilibre et d'harmonie. Inspirés et émotifs, ils s'intéressent à l'art, l'esthétique et à ce qui touche l'humain. Réservés, ils ont besoin de se sentir dans une atmosphère favorable pour communiquer pleinement. En effet, tout en étant ouverts sur l'extérieur, ils n'en demeurent pas moins en retrait. Ils sont à part, secrets, mystérieux, voire insaisissables. Ils ont également beaucoup de tact et savent être très diplomates s'il le faut. Cette hypersensibilité s'accompagne d'une grande intuition. Ils rayonnent, dans une certaine mesure, de bonté et d'altruisme, et ces qualités ont toutes les chances d'être présentes, vraies et pures. 
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/2/0/1/9/2509102_ab299.gif


 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/8/4/6/1/1921648_2edde.gif
Partager cet article
Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 00:35
 
Victor HUGO
 
né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris,
 
est un poète, dramaturge et prosateur romantique considéré comme l'un des plus importants écrivains de langue française. Il est aussi une personnalité politique et un intellectuel engagé qui a compté dans l'Histoire du XIXe siècle.
 
 
 
Mon bras pressait ta taille frêle...
 
 
Mon bras pressait ta taille frêle
Et souple comme le roseau ;
Ton sein palpitait comme l'aile
D'un jeune oiseau.
Longtemps muets, nous contemplâmes
Le ciel où s'éteignait le jour.
Que se passait-il dans nos âmes ?
Amour ! Amour !
 
Comme un ange qui se dévoile,
Tu me regardais, dans ma nuit,
Avec ton beau regard d'étoile,
Qui m'éblouit.
 
 
 
Victor HUGO - poète - "mon bras pressait ta taille frêle"
Partager cet article
Repost0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 02:41
Émile Adolphe Gustave VERHAEREN
 
né à Saint-Amand dans la province d'Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916,
 
est un poète belge flamand, d'expression française. 
 
 
Le ciel en nuit, s'est déplié
 
Le ciel en nuit, s'est déplié
Et la lune semble veiller
Sur le silence endormi.
 
Tout est si pur et clair,
Tout est si pur et si pâle dans l'air
Et sur les lacs du paysage ami,
Qu'elle angoisse, la goutte d'eau
Qui tombe d'un roseau
Et tinte, et puis se tait dans l'eau.
 
Mais j'ai tes mains entre les miennes
Et tes yeux sûrs ; qui me retiennent,
De leurs ferveurs, si doucement ;
Et je te sens si bien en paix de toute chose
Que rien, pas même un fugitif soupçon de crainte,
Ne troublera, fût-ce un moment,
La confiance sainte
Qui dort en nous comme un enfant repose.
 
 
 
Émile VERHAEREN - poète - "Le ciel en nuit, s'est déplié"
Partager cet article
Repost0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 02:46
Émile Adolphe Gustave VERHAEREN
né à Saint-Amand dans la province d'Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916,
 
est un poète belge flamand, d'expression française.
 
 
Roses de juin, vous les plus belles
 
Roses de juin, vous les plus belles,
Avec vos coeurs de soleil transpercés ;
Roses violentes et tranquilles, et telles
Qu'un vol léger d'oiseaux sur les branches posés ; 
 
Roses de Juin et de Juillet, droites et neuves, 
Bouches, baisers qui tout à coup s'émeuvent 
Ou s'apaisent, au va-et-vient du vent,
Caresse d'ombre et d'or, sur le jardin mouvant ;
 
Roses d'ardeur muette et de volonté douce, 
Roses de volupté en vos gaines de mousse, 
Vous qui passez les jours du plein été 
A vous aimer, dans la clarté ;
 
Roses vives, fraîches, magnifiques, toutes nos roses 
Oh ! que pareils à vous nos multiples désirs, 
Dans la chère fatigue ou le tremblant plaisir 
S'entr'aiment, s'exaltent et se reposent !
 
 
Émile VERHAEREN - poète - "Roses de juin vous les plus belles"
Emile Verharen

Emile Verharen

Partager cet article
Repost0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 02:23
La Fête de la musique a lieu à travers le monde le 21 juin . Elle est actuellement célébrée dans une centaine de pays. 
 
Elle est parfois connue aussi sous le nom World Music Day (Journée mondiale de la Musique) bien que le nom français soit aussi souvent utilisé dans certains pays anglophones
 
Sa première édition a lieu le 21 juin 1982 en France,  mais elle est officiellement déclarée le 21 juin 1983. C'est l'occasion d'une liesse populaire et la manifestation connaît un succès croissant au cours des décennies suivantes.
 
En 2011, cette fête s'est complètement internationalisée : en moins de quinze ans, elle est reprise dans 110 pays sur les cinq continents (dès 1985 en Europe) et les deux hémisphères, avec plus de 340 villes participantes dans le monde (dernière en date : la ville de Shangaï).
 
Le 21 juin a été choisi car il coïncide le plus souvent avec le solstice d’été (donc aussi un des jours les plus longs de l’année, ou la nuit la plus courte pour ceux qui festoient jusqu’à l’aube)
FETE DE LA MUSIQUE - 21 juin
FETE DE LA MUSIQUE - 21 juin
FETE DE LA MUSIQUE - 21 juin
Fête de la musique

300px-Fetedelamusique.jpg

La Fête de la musique a lieu à travers le monde le 21 juin . Elle est actuellement célébrée dans une centaine de pays. 

Elle est parfois connue aussi sous le nom World Music Day (Journée mondiale de la Musique) bien que le nom français soit aussi souvent utilisé dans certains pays anglophones

Sa première édition a lieu le 21 juin 1982 en France,  mais elle est officiellement déclarée le 21 juin 1983. C'est l'occasion d'une liesse populaire et la manifestation connaît un succès croissant au cours des décennies suivantes.

En 2011, cette fête s'est complètement internationalisée : en moins de quinze ans, elle est reprise dans 110 pays sur les cinq continents (dès 1985 en Europe) et les deux hémisphères, avec plus de 340 villes participantes dans le monde (dernière en date : la ville de Shangaï).

Le 21 juin a été choisi car il coïncide le plus souvent avec le solstice d’été (donc aussi un des jours les plus longs de l’année, ou la nuit la plus courte pour ceux qui festoient jusqu’à l’aube)
http://img1.picmix.com/output/pic/original/2/6/1/4/1914162_22ae5.gif

http://img1.picmix.com/output/pic/original/6/4/6/2/1912646_91d06.gif
http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%AAte_de_la_musique
Partager cet article
Repost0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 02:23
 
Germain Marie Bernard Nouveau, né le 31 juillet 1851 à Pourrières (Var) où il est mort le 4 avril 1920, est un poète français.
 
Ses poèmes ont été écrits sous plusieurs noms de plumes - P. Néouvielle (1872-1873),  Duc de la Mésopotamie (1878),  Largillière ou Largellière, Jean de Noves / Jean de la Noce, Gardéniac, Sansay, Bernard Marie / Bernard-Marie, B.-M. Nouveau,  François Bernard, François La Guerrière, La Guerrière / Laguerrière / Guerrière, Le Guerrier, J.-Germain Nouveau (1910), Imbert Dupuis (1910), Bénédict, 
  J.-G.-N.
 
Un peu de musique
 
Une musique amoureuse 
Sous les doigts d'un guitariste 
S'est éveillée, un peu triste, 
Avec la brise peureuse ;
 
Et sous la feuillée ombreuse 
Où le jour mourant résiste, 
Tourne, se lasse, et persiste 
Une valse langoureuse.
 
On sent, dans l'air qui s'effondre, 
Son âme en extase fondre ; 
- Et parmi la vapeur rose
 
De la nuit délicieuse 
Monte cette blonde chose, 
La lune silencieuse.
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/1/0/8/6/1856801_a8ec1.gif

 
Partager cet article
Repost0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 04:22
Daniel de Rampalle, parfois appelé Nicolas de Rampalle,
 
né à Sisteron vers 1603 et mort vers 1660
est un homme de lettres français, connu en son temps pour ses "idylles"
 
La Nymphe Salmacis
 
[...] Sur le milieu s'élève un beau tertre qui pousse 
L'éternelle fraîcheur d'une odorante mousse, 
Et de son flanc ouvert par un petit canal 
Verse à menus bouillons un liquide cristal, 
A qui nature semble avoir formé de l'herbe 
Un bassin d'émeraude éclatant et superbe, 
Où l'eau garde toujours un état tempéré, 
Comme celle qu'on trouve en un bain préparé. 
Ainsi ces flots coulants d'une source féconde 
Forment un petit lac où s'amasse leur onde. 
Le fréquent embarras des joncs et des roseaux 
N'y trouble en aucun lieu la clarté de ses eaux :
L'oeil peut voir jusqu'au fond comme au travers d'un verre, 
Et regarde à plaisir entre l'onde et la terre 
Mille nageurs muets qui pleins de liberté 
Montrent leur sein d'ivoire et leur dos argenté. 
 
Les différentes fleurs qui bordent le rivage 
Dans ce miroir flottant rencontrent leur image, 
Quand leur tête se courbe et penche mollement 
Pour se voir reproduire à cet autre élément, 
Où d'un moite pinceau leur face est si bien peinte 
Qu'on ignore quelle est ou la vraie ou la feinte.
 gauche un petit bois, ou plutôt un verger, 
Sur le tremblant ormeau, le myrte et l'oranger, 
Étale abondamment les présents de Pomone 
Et se pare en tout temps des beaux fruits de l'automne. 
On peut voir sur le sein de ces prochaines eaux 
Danser au gré du vent l'ombre de leurs rameaux ; 
Et l'on trouve toujours la fraîcheur et l'ombrage 
Sous l'épais entrelacs de ce plaisant bocage, 
Qui formant un berceau de ces arbres touffus 
Fait aux rais du soleil un éternel refus
Mais s'ils cachent du ciel la clarté nonpareille, 
Ils en montrent une autre agréable à merveille, 
Où les jaunes citrons et les pommes encore 
Sont dans un vert lambris autant d'étoiles d'or. 
Les plus dignes oiseaux, dont le chant harmonique 
Dispose absolument des tons de la musique, 
Y méprisent tous ceux qui se nichent ailleurs, 
Parce que leurs concerts sont plus doux et meilleurs, 
Et qu'un pinceau trempé dans des couleurs plus belles 
Leur enrichit le bec, les plumes et les ailes ; 
Enfin, tous les objets qu'on peut voir alentour 
Sont cultivés des mains ou de Flore, ou d'Amour. [...]
 
 
Le mythe
Alors qu'Hermaphrodite se baigne dans une source de Carie, Salmacis, nymphe de la source, s'éprend de lui. Ne pouvant se contenir, elle étreint le jeune homme contre elle, et supplie les dieux d'être unie à lui pour toujours. Son vœu est exaucé et tous deux ne forment plus qu'un seul être, bisexué, à la fois mâle et femelle.
F.-J. NAVEZ  Salmacis Hermaphrodite

F.-J. NAVEZ Salmacis Hermaphrodite

Partager cet article
Repost0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 01:59
 
Jean Moréas
Ioánnis A. Papadiamantópoulos  dit Jean Moréas, 
né à Athènes le 15 avril 1856 et mort à Saint-Mandé (Seine) le 30 avril 1910,
est un poète symboliste grec d'expression française.
 
 
 
Sous vos longues chevelures
 
Sous vos longues chevelures, petites fées,
Vous chantâtes sur mon sommeil bien doucement,
Sous vos longues chevelures, petites fées,
Dans la forêt du charme et de l'enchantement.
 
Dans la forêt du charme et des merveilleux rites,
Gnomes compatissants, pendant que je dormais,
De votre main, honnêtes gnomes, vous m'offrîtes
Un sceptre d'or, hélas ! pendant que je dormais.
 
J'ai su depuis ce temps que c'est mirage et leurre
Les sceptres d'or et les chansons dans la forêt;
Pourtant, comme un enfant crédule, je les pleure,
Et je voudrais dormir encor dans la forêt.
 
Qu'importe si je sais que c'est mirage et leurre !
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/6/3/0/8/1888036_ea508.gif
Partager cet article
Repost0

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chêne de la Forêt de Chaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Village de Busy - Doubs

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura - l'étang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paysage du Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains