Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2020 5 11 /09 /septembre /2020 22:49

La saison des pommes par les peintres -

Levi Wells Prentice  (1851–1935) - panier de Pommes

Levi Wells Prentice  (1851–1935) - panier de Pommes

Levi Wells Prentice (1851–1935) - panier de Pommes

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2020 5 11 /09 /septembre /2020 22:48

La saison des pommes par les peintres -

Levi Wells Prentice  (1851–1935) - abondance de pommes

Levi Wells Prentice  (1851–1935) - abondance de pommes

Levi Wells Prentice (1851–1935) - abondance de pommes

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2020 5 11 /09 /septembre /2020 22:03

Remy de Gourmont, né au manoir de la Motte à Bazoches-au-Houlme, près d'Argentan (Orne), le 4 avril 1858 et mort à Paris le 27 septembre 1915 est un écrivain français, à la fois romancier, journaliste et critique d'art, proche des symbolistes.

 


Le Verger 

 

Simone, allons au verger

Avec un panier d’osier.

Nous dirons à nos pommiers,

En entrant dans le verger :

Voici la saison des pommes.

Allons au verger, Simone,

Allons au verger.

 

Les pommiers sont plein de guêpes,

Car les pommes sont très mûres :

Il se fait un grand murmure

Autour du vieux doux-aux-vêpes.

Les pommiers sont pleins de pommes,

Allons au verger, Simone,

Allons au verger.

 

Nous cueillerons le calville,

Le pigeonnet et la reinette,

Et aussi des pommes à cidre

Dont la chair est un peu doucette.

Voici la saison des pommes,

Allons au verger, Simone,

Allons au verger.

 

Tu auras l’odeur des pommes

Sur ta robe et sur tes mains,

Et tes cheveux seront pleins

Du parfum doux de l’automne.

Les pommiers sont pleins de pommes,

Allons au verger, Simone,

Allons au verger.

 

Simone, tu seras mon verger

Et mon pommier de doux-aux-vêpes ;

Simone, écarte les guêpes

De ton coeur et de mon verger.

Voici la saison des guêpes,

Allons au verger, Simone,

Allons au verger.
 

Remy de Gourmont (1858-1915) – écrivain – Le verger
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2020 5 11 /09 /septembre /2020 21:49

Charles Frémine, né le 3 mai 1841 à Villedieu-les-Poêles et mort le 10 juin 1906 à Paris, est un journaliste, poète et écrivain français.

La chanson du pays

 


Les pommiers

 
Quand les récoltes sont rentrées

Et que l'hiver est revenu,

Des arbres, en files serrés,

Se déroulent sur le sol nu ;

Ils n'ont pas le port droit des ormes,

Ni des chênes les hauts cimiers ;

Ils sont trapus, noirs et difformes :

Pourtant qu'ils sont beaux mes pommiers !

 

 Leurs rangs épais couvrent la plaine

Et la vallée et les plateaux ;

En droite ligne et d'une haleine

Ils escaladent les coteaux ;

Tout leur est bon, le pré, la lande...

Mais s'il faut du sable aux palmiers,

Il faut de la terre normande

À la racine des pommiers !

 

 Quand Mai sur leur tête arrondie

Pose une couronne de fleurs,

Les filles de la Normandie

N'ont pas de plus fraîches couleurs ;

Leurs floraisons roses et blanches

Sont la gloire de nos fermiers :

Heureux qui peut voir sous leur branches

Crouler la neige des pommiers !

 

 Les matinales tourterelles

Chantent dans leurs rameaux touffus,

Et les geais y font des querelles

Aux piverts logés dans leurs fûts ;

Les grives s'y montrent très dignes

Et tendres comme des ramiers ;

Elles se grisent dans les vignes,

Mais font leurs nids dans les pommiers.

 

 L’automne vient qui les effeuille ;

Les pommiers ont besoin d’appuis,

Et leurs longs bras, pour qu’on les cueille,

Jusqu’à terre inclinent leurs fruits ;

Ève fut prise à leur caresse,

Ils la tentèrent les premiers ;

Gloire à la grande pécheresse !

L'amour est né sous les pommiers !

 

 Leurs fleurs, leurs oiseaux, leurs murmures,

Ont enchanté mes premiers jours,

Et j'ai, plus tard, sous leurs ramures

Mené mes premières amours ;

Que l'on y porte aussi ma bière,

Et mon corps, sans draps ni sommiers,

Dans un coin du vieux cimetière

Dormira bien sous les pommiers !
 

 Charles Frémine (1841-1906) – poète – Les pommiers
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2020 5 11 /09 /septembre /2020 21:18

L'abbé Joseph Reyre (1735-1812) était un jésuite et écrivain français, spécialisé dans la littérature de jeunesse.

 

 

Le Pommier dépouillé de son fruit
  
Voyez-vous, disait un pommier

Aux arbres de son entourage,

Quand le fruit sous son poids le forçait à plier,

Voyez-vous comme on vient ici me rendre hommage ?

Je vois arriver tour à tour

Le maître du jardin ainsi que la maîtresse

Enfants et valets, tout s’empresse

Soir et matin à me faire la cour,

Il n’est, ma foi, rien tel que la richesse,

Pour avoir grand nombre d’amis.

Voisin, je suis de votre avis,

Lui dit un vieux poirier ; mais attendez, de grâce,

Qu’à l’hiver l’automne ait fait place,

Et de cette amitié vous connaîtrez le prix.

La réflexion était bonne ;

Car dès qu’on eut cueilli le fruit,

Adieu maître, maîtresse, enfants, valets, tout fuit,

Le pommier resta seul et ne vit plus personne.

Etonné de ce changement,

On ne m’aimait donc pas, dit-il en soupirant,

Et l’on n’en voulait qu’à mes pommes ?

Oui, lui dit le poirier, vous ne vous trompez point.

Mais, pour vous consoler, sachez que sur ce point,

Comme vous on traite les hommes.

Ils ont beaucoup d’amis tandis qu’ils sont heureux ;

Dès qu’ils ne le sont plus, chacun s’éloigne d’eux.

Edouard Doigneau - cueillette des pommes

Edouard Doigneau - cueillette des pommes

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2020 5 11 /09 /septembre /2020 20:55

Germain Marie Bernard Nouveau, né le 31 juillet 1851 à Pourrières (Var) en France où il est mort le 4 avril 1920, est un poète français.

 

Recueil : Valentines (1885)

 

Le cidre

 

Je veux en vider un grand litre.

C'est très chic le cidre, et d'abord

C'est le tien ! je l'aime à ce titre.

Il est clair, derrière sa vitre,

Comme une aube des Ciels du Nord.

 

C'était le cidre de Corneille,

Ne pas confondre avec le Cid :

Le premier sort de la bouteille,

L'autre, le casque sur l'oreille,

Doit venir de Valladolid.

 

C'était le cidre de Guillaume,

Duc des Normands pleins de valeur,

Qui fit, sur leur nouveau royaume,

Flotter les plumes de son heaume,

Plus doux que les pommiers en fleur !

 

Ah ! vos pommiers criblés de pommes,

Savez-vous qu'ils ne sont pas laids !

Il me semble que nous y sommes,

Non loin des flots, où sont les hommes,

Près du sable, où sont les mollets.

 

Et les pommes donc ! qui n'adore

Leurs jolis rouges triomphants !

Qu'elles soient deux ou plus encore ;

Sans les pommes que l'on dévore,

Personne ne ferait d'enfants.

 

L'humanité serait peu flère ;

Vos cœurs, Femmes, seraient glacés.

Sans les pommes... qu'avait ton père,

Sans celles qu'adorait ma mère

Oh !... plutôt trop, que pas assez.

 

Ah ! bienheureuses sont les branches,

Qui cachent, dans leur gai fouillis,

Le cidre d'Harfleur ou d'Avranches,

Que l'on boit gaiement, les dimanches,

Aux cabarets de ton pays !

 

Et bienheureux sont ceux qui portent

Ces fruits dans toutes leurs saveurs ;

Que jamais, jamais ils n'avortent,

Puisque aussi bien c'est d'eux que sortent

Les Buveuses et les Buveurs !

Germain Nouveau (1851-1920) – Poète – Le cidre
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2020 5 11 /09 /septembre /2020 20:25

Antoine Vincent Arnault (né le 1er janvier 1766 à Paris et mort le 16 septembre 1834 à Goderville) est un homme politique, poète et auteur dramatique français, deux fois élu à l'Académie française.

 


Recueil : Poésies mêlées (1826)

 

Le jardin des Hespérides

 

Je vois bien l'arbre aux pommes d'or

Prospérer dans vos prés humides ;

Mais cela n'en fait pas encor

Un vrai jardin des Hespérides.

 

La timide sécurité

N'avait pas de plus doux asile

Que le verger riche et tranquille,

Par les fils d'Atlas habité.

 

Loin du loup, la brebis, en joie,

Y bondissait parmi les fleurs,

Et de l'hyène aux yeux menteurs

Les agneaux n'étaient pas la proie.

 

L'honnête homme, sans passe-ports,

S'y promenait exempt d'alarmes.

Un dragon veillait au dehors ;

Mais au dedans pas de gendarmes.

 

Écrit à La Haye, en 1818


 

Edward Burne-Jones - Les Hespérides 1877

Edward Burne-Jones - Les Hespérides 1877

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2020 5 11 /09 /septembre /2020 20:03

Alain Hannecart – auteur et poète – la tarte aux pommes

 

 

La tarte aux pommes

 


" Pour faire une tarte aux pommes, délicieuse au palais

prenez de belles pommes rouges, jaunes, vertes.

Leur chair doit être blanche comme la lune ou le lait,

croquante sous la dent, fondante sous la langue.

 

A l’aide d’un économe sortez-les de leur gangue.

Coupez vos pommes en quatre comme on fait des couplets

Sur une pâte lisse d’une fine épaisseur

découpez des lamelles d’une égale grosseur.

 

Disposez-les en cercle comme les pétales d’une fleur,

comme dans une famille se serrent les frères et sœurs.

Badigeonnez le tout d’une pointe d’humour.

 

Un peu de sucre en poudre avec modestie ?

Le temps d’une mise en plis, faites cuire la tarte au four,

partagez entre amis. A tous bon appétit ! " 

Alain Hannecart – auteur et poète – la tarte aux pommes
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 23:51

René Karl Wilhelm Johann Josef Maria Rilke est un écrivain autrichien, né le 4 décembre 1875 à Prague, mort le 30 décembre 1926 à Montreux, en Suisse. Il vécut à Veyras de 1921 à sa mort. Il est surtout connu comme poète.


Recueil : "Sonnets à Orphée"


Pomme ronde…

 

Pomme ronde, poire, banane

et groseille… Tout cela parle

de vie, de mort dans la bouche. Je sens…

Lisez plutôt sur le visage de l’enfant

 

lorsqu’il mord dans ces fruits. Oui, ceci vient de loin.

Sentez-vous l’ineffable dans votre bouche ?

Là où étaient des mots coulent des découvertes,

comme affranchies soudain de la pulpe du fruit.

 

Osez dire ce que vous nommez pomme.

Cette douceur qui d’abord se concentre,

puis, tandis qu’on l’éprouve, doucement érigée,

 

se fait clarté, lumière, transparence.

Son sens est double : terre et soleil.

Expérience, toucher : ô joie immense !
 

Rainer Maria Rilke (1875-1926) – écrivain - Pomme ronde…
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 23:35

Pierre Gamarra est un écrivain français né à Toulouse le 10 juillet 1919 et mort à Argenteuil le 20 mai 2009. Il est romancier, poète et critique. Il est aussi l'auteur d'essais et de pièces de théâtre.

 

 

La pomme

 

Une pomme rubiconde

Se pavanait, proclamant

Qu’elle était le plus beau

De tous les fruits du monde,

Le plus tendre, le plus charmant,

Le plus sucré, le plus suave,

Ni la mangue, ni l’agave,

Le melon délicieux,

Ni l’ananas, ni l’orange,

Aucun des fruits que l’on mange

Sous l’un ou l’autre des cieux,

Ni la rouge sapotille,

La fraise, ni la myrtille

N’avait sa chair exquise et sa vive couleur.

On ne pourrait jamais lui trouver une soeur.

La brise répandait alentour son arôme

Et sa pourpre éclatait sur le feuillage vert.

- “Oui, c’est vrai, c’est bien vrai!”

dit un tout petit vers

Blotti dans le creux de la pomme.
 

Pierre Gamarra (1919 -2009) - poète - La pomme
Partager cet article
Repost0

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter