Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2020 1 30 /03 /mars /2020 16:11

 

Mythologie


Acanthe  
 

.....
"La Terre maternelle et douce aux anciens Dieux
Fait à chaque printemps, vainement éloquente,
Au chapiteau brisé, verdir une autre acanthe ;......

 

José-Maria de Heredia (1842-1905) - L'oubli
 

 

L'acanthe (Acanthus), est un genre de plantes vivaces, de la famille des Acanthacées comprenant une trentaine d'espèces originaires surtout d'Eurasie et d'Afrique.

 

On la trouve en Europe méridionale. La Grèce, la Dalmatie, l’Italie, le Portugal en possèdent plusieurs espèces. Ce sont de grandes herbes vivaces, à feuilles presque toutes radicales, dont les découpures latérales sont souvent terminées en épines, de là le nom du genre (du grec akanthos, épine).

 

L'acanthe séduit par sa grandeur et ses fleurs structurées.
 

Mythologie des fleurs - Acanthe


C'est une plante vivace majestueuse, aussi appelée patte-d'ours, pied d'ours, avec de grandes tiges à fleurs blanches et pourpres avec de grandes feuilles vertes. Elle  peut vite devenir envahissante si elle a trouvé l'emplacement idéal.

 

L’acanthe attire les abeilles et bourdons, seuls capables de polliniser ses fleurs. 
 

Mythologie des fleurs - Acanthe

Les deux espèces les plus répandues du genre sont  :


l’Acanthe molle (Acanthus mollis)


Elle affectionne les endroits arides. Ses nombreuses feuilles opposées sont grandes, divisées en plusieurs lobes dentés mais non épineux, d'un vert profond, luisantes, molles au toucher. Elle possède un long pétiole, l'ensemble pouvant atteindre près d'un mètre. 


Chaque fleur est entourée par trois bractées, la bractée centrale étant découpée et plus  grande que les deux autres. Le calice présente deux lèvres, dont la supérieure, assez longue et formant une sorte de "casque" au-dessus de la corolle, fréquemment teintée de violet sur le dessus. La corolle se réduit à une lèvre inférieure blanche, veinée de rose pourpre, à trois découpures ; Les quatre étamines sont soudées à la corolle.


Elle offre une floraison en épis spectaculaires de mai à août.
 

l’Acanthe molle (Acanthus mollis)

l’Acanthe molle (Acanthus mollis)

feuille acanthe molle

feuille acanthe molle

L’Acanthe épineuse (Acanthus spinosus)


possède des feuilles vert foncé luisant, moins larges que celles de l’espèce précédente, mais plus épineuses et plus profondément découpées. Sa tige est haute de plus d’un mètre. 


Ses fleurs lilas forment des épis moins allongés ; le calice présente quatre lobes dont deux plus grands, la corolle forme un tube fendu étalé en une seule lèvre à trois découpures. Il y a quatre étamines, dont deux plus petites. 


Elle offre une floraison estivale de juillet à août. 
 

’Acanthe épineuse (Acanthus spinosus)

’Acanthe épineuse (Acanthus spinosus)

feuille d'acanthe épineuse

feuille d'acanthe épineuse


Ces deux plantes, sont très employées dans les jardins paysagers. Leur ample et élégant feuillage forme des touffes d’une beauté remarquable. 
 

acanthes dans un massif paysager

acanthes dans un massif paysager

La feuille d’acanthe a été pendant longtemps l’élément le plus employé de la flore ornementale ; elle n’est caractéristique d’aucun style particulier car on la retrouve partout.

Mythologie des fleurs - Acanthe
Mythologie des fleurs - Acanthe

Histoire


Les bienfaits de l’acanthe à feuilles molles sont connus depuis l’Antiquité, en particulier son effet tonique et stimulant. 


Cette plante entrait dans la composition de boissons administrées aux guerriers pour reprendre des forces après le combat. 


De célèbres médecins grecs, notamment Pedanius Dioscoride (20-40/90 ap. J.-C) la recommandaient pour soigner les plaies et les coliques.
 

Dioscoride

Dioscoride


...."Les anciens ornoient de la figure de feuilles d'acanthe les habits précieux ; Virgile en parlant de la robe d'Hélène dit qu'elle étoit relevée de feuilles d'acanthe en broderie."....

(La botanique historique et littéraire - tome 2)

Hélène de Troie - Gaston Bussière

Hélène de Troie - Gaston Bussière

Les Danseuses de Delphes, également connues sous le nom de Colonne aux acanthes, sont trois figures en haut-relief surmontant une colonne d'acanthes trouvées près du sanctuaire d'Apollon pythien à Delphes.

Elles sont conservées au musée national archéologique de Delphes.

L'œuvre a inspiré à Claude Debussy le premier de ses Préludes.
 

Les Danseuses de Delphes, sur leur piédestal à feuilles d'acanthe

Les Danseuses de Delphes, sur leur piédestal à feuilles d'acanthe

 

Dans la mythologie grecque, Acanthe (Akantha) était une nymphe. 

Apollon (dieu des Arts,de la poésie...) voulut l'enlever et elle le griffa au visage.

Pour se venger, il la métamorphosa en une plante épineuse qui aime le soleil, et qui porte depuis son nom.
 

portrait de femme aux feuilles d'acanthe - Leonor Fini

portrait de femme aux feuilles d'acanthe - Leonor Fini


L'Acanthe molle (Acanthus mollis), est celle a inspiré les artistes grecs et romains ainsi que ceux la Renaissance et des Temps modernes par imitation de l'Antiquité. 


C'est surtout comme motif principal du chapiteau-corinthien que cette feuille a pris place dans l'histoire de l'architecture; elle a servi de base à des variations de détail véritablement très grandes qui ont pris pour point de départ une interprétation plus on moins libre de la nature; 
 

Acanthe Corinthian - image  provient des archives numériques NYPL

Acanthe Corinthian - image provient des archives numériques NYPL

On conte sans cesse l'anecdote devenue classique, qui suggéra la pensée de faire servir cette feuille aux besoins de l'architecture. 


C'est à Vitruve (1. IV, c. I,) que l'on doit de nous avoir transmis cette histoire :

 
  "Une jeune fille de Corinthe, arrivée à l'âge nubile, fut atteinte d'une maladie qui l'emporta ; après sa mort, de petits vases qu'elle avait aimés pendant sa vie, furent recueillis par sa nourrice, arrangés dans une corbeille, et déposés sur sa tombe, et pour qu'ils se conservassent plus longtemps au grand air, elle les recouvrit d'une tuile.

Cette corbeille avait été par hasard placée sur une racine d'acanthe. Pressée par le poids qui pesait en plein sur elle, cette racine d'acanthe poussa vers le printemps des tiges et des feuilles.

Ces tiges grandirent tout autour de la corbeille, puis rencontrant aux angles de la tuile une résistance qui les comprimait, elles furent forcées à leur extrémité de se recourber en forme de rouleau.

Le sculpteur Callimaque, que l'élégance et la délicatesse de son ciseau firent nommer chez les Grecs "Kat‹texnow" , passant auprès de ce tombeau, aperçut ce panier et les feuilles qui l'entouraient d'une manière si gracieuse.

Charmé de cette forme nouvelle, il l'adopta pour les colonnes qu'il éleva à Corinthe. Ce fut d'après ce modèle qu'il établit et régla les proportions de l'ordre corinthien."

 

Callimaque (Ve ou au VIe s. av. J.-C. ) Sculpteur et architecte de Corinthe
L'architecture de Vitruve. Tomes 1et 2/ trad. nouvelle par M. Ch.-L. Maufras,...C. L. F. Panckoucke, 1847. 

 

Callimaque invente le chapeau corinthien - Roland Fréart, Sieur de Chambray (ca 1606-1676)

Callimaque invente le chapeau corinthien - Roland Fréart, Sieur de Chambray (ca 1606-1676)

 

On trouve ce chapiteau corinthien :


En Grèce, le pilastre avec chapiteau corinthien des propylées du temple d'Eleusis, 


l'acanthe dans le grand fleuron qui surmonte la coupole du monument de Lysicrate à Athènes et les chapiteaux de cet édicule.

monument de Lysicrates - Grèce

monument de Lysicrates - Grèce

 

Diodore de Sicile (Diodorus Siculus) historien grec du ier siècle av. J.-C. cite

"de grandes acanthes d'or placées entre les colonnes sur le char qui portait le corps d'Alexandre le Grand."

Entrée d'Alexandre dans Babylone (1661-1665) Charles Le Brun,

Entrée d'Alexandre dans Babylone (1661-1665) Charles Le Brun,

 

Le temple d'Apollon à Bassae, et celui d'Artémis Laphria à Messène fournissent d'autres interprétations grecques de la grande feuille finement découpée, 

chapiteau temple d'Artémis

chapiteau temple d'Artémis

 

ainsi que les chapiteaux provenant du théâtre de Dionysos et de la Tour des Vents à Athènes, du temple d'Apollon à Phigalie. 


Durm, dans son travail sur l'architecture grecque, donne (p. 202) deux autres fragments d'acanthe conservés à Athènes, dont l'un se recommande par son élégance. 



 

 

Les monuments de Pompéi nous offrent des acanthes (d'inspiration grecque de la dernière époque); on en voit dans la maison de Plinius Rufus. 

 

L'époque romaine nous en a laissé un grand nombre; 


le chapiteau du temple de Mars vengeur à Rome possède de splendides feuilles d'acanthe, 
 

Chapiteau temple mars vengeur

Chapiteau temple mars vengeur

ainsi que le temple de Castor et Pollux à Cori, qui sont pourtant d'un caractère bien différent ;

il est indispensable de citer aussi les feuilles des temples d'Antonin et Faustine, du forum de Trajan, de l'Arc de Titus et autres temples de Rome, ainsi que celui de Vesta à Tivoli.

 

Le chapiteau du Panthéon à Rome

Le chapiteau du Panthéon à Rome

Le chapiteau du Panthéon à Rome

Le Bas-Empire continua cette tradition, qui s'affaiblit de plus en plus avec l'influence romaine; certaines feuilles d'acanthe, retrouvées dans les Gaules, sont grossières. 


A La Grande Mosquée de Kairouan - Tunisie
 

Chapiteau corinthien du portique qui précède la salle de prière de la Grande Mosquée de Kairouan.

Chapiteau corinthien du portique qui précède la salle de prière de la Grande Mosquée de Kairouan.

 

Ce décor peut être aussi observé entre autres à Saint-Remy, à Nîmes.

Chapiteau corinthien à Nîmes

Chapiteau corinthien à Nîmes

 

Plus tard au Moyen Âge, les sculpteurs de certaines églises romanes s’en servirent pour décorer les chapiteaux des arcatures, et Les enlumineurs de décorations.

 Annonciation encadrée de rinceaux dans Les Belles Heures du duc de Berry (1405-1409) - Pentecôte - Livre d'heures de Jean sans peur
 Annonciation encadrée de rinceaux dans Les Belles Heures du duc de Berry (1405-1409) - Pentecôte - Livre d'heures de Jean sans peur

Annonciation encadrée de rinceaux dans Les Belles Heures du duc de Berry (1405-1409) - Pentecôte - Livre d'heures de Jean sans peur

Mais il faut attendre la Renaissance italienne pour pour voir refleurir la feuille d'acanthe, et constater l’étendue de son emploi à l’ensemble des arts décoratifs ; 

Cartouche - III Ottomar Elliger (1727-1735) et Démarrage de feuilles d'acanthe sur un papier peint du XVIIIe siècle
Cartouche - III Ottomar Elliger (1727-1735) et Démarrage de feuilles d'acanthe sur un papier peint du XVIIIe siècle

Cartouche - III Ottomar Elliger (1727-1735) et Démarrage de feuilles d'acanthe sur un papier peint du XVIIIe siècle

et le XVIIIe siècle pour qu'elle s'épanouisse de manière contournée dans le mobilier.

Mythologie des fleurs - Acanthe
Mythologie des fleurs - Acanthe

Charles Nicolas Normand, architecte, historien de l'art, du patrimoine parisien, et archéologue français (1858-1934) dit :


"....Avec la Renaissance, cet ornement revient prendre la place qu'il mérite en raison de son élégance; les maîtres d'alors, ces architectes encore trop peu connus, se livrèrent à des études minutieuses sur les ruines antiques qu'ils reproduisirent ou dont ils s'inspirèrent; les variations sont alors extrêmement fantaisistes, cependant elles gardent encore quelquefois un grand caractère : on en peut juger par les exemples conservés dans le midi de la France à Vienne (Isère), à Poitiers, etc. Pourtant l'ensemble des feuilles d'acanthe produites à cette époque devient très défectueux; l'exécution comme l'idée sont lourdes et imparfaites, surtout en France et en Italie. Nous ne pouvons multiplier les exemples, comme nous l'avons fait pour l'époque grecque, qui nous en a laissé de si rares modèles qu'il est difficile de les reconnaître directement. Peu à peu cependant au génie souple de la Renaissance se substitua une formule enseignée dans les traités, qui limitait pour ainsi dire à peu près complètement la forme et la hauteur des feuilles; souvent, cependant, les artistes ne s'y soumirent plus......"

Marqueteries et bronzes dorés acanthes de style Louis XIV - André-Charles Boulle Commode

Marqueteries et bronzes dorés acanthes de style Louis XIV - André-Charles Boulle Commode

Pomona c.1885 by William Morris & Edward Burne-Jones

Pomona c.1885 by William Morris & Edward Burne-Jones

William Morris - Acanthus - papier 1874

William Morris - Acanthus - papier 1874

William Morris - Acanthus - papier 1875

William Morris - Acanthus - papier 1875


 

Dans le langage des fleurs, acanthe est le symbole de


- l'amour de l'art


- l'amour éternel


- Elle évoque la victoire sur les épreuves, symbolisées par les piquants de la plante.
 

acanthe

acanthe

 

 

René-François Sully-Prudhomme (1839-1907) -

 

Le cygne
.....
"Le cygne chasse l'onde avec ses larges palmes,

Et glisse. Le duvet de ses flancs est pareil

A des neiges d'avril qui croulent au soleil ;

Mais, ferme et d'un blanc mat, vibrant sous le zéphire,

Sa grande aile l'entraîne ainsi qu'un lent navire.

Il dresse son beau col au-dessus des roseaux,

Le plonge, le promène allongé sur les eaux,

Le courbe gracieux comme un profil d'acanthe,

Et cache son bec noir dans sa gorge éclatante."....
 

Mythologie des fleurs - Acanthe

 

 

J.-H. Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature,1814, p. 118-119.


..."Les acanthes, dont le vert est glauque, ont des affinités avec l’eau azurée des fleuves; les ormes stériles, avec les roches; les myrtes, arbrisseaux de Vénus, avec les rivages de la mer qui l’ont vue naître; les vignes serpentantes en arcades, avec les courbes des collines; et les ifs hérissés, avec les givres de l’aquilon.".....
 

Mythologie des fleurs - Acanthe

 

 

Émile Zola, La Faute de l’abbé Mouret, 1875


.......En bas, des acanthes bâtissaient un socle, d’où s’élançaient des benoîtes écarlates, des rhodantes dont les pétales secs avaient des cassures de papier peint. .....
 

Mythologie des fleurs - Acanthe

 

 

Théophile Gautier, Le Roi Candaule, 1844


...."L’acanthe de Corinthe, la volute d’Ionie fleurissaient et se contournaient au chapiteau des colonnes"..... 
 

Mythologie des fleurs - Acanthe
Mythologie des fleurs - Acanthe

 

 

Sidonie Colette, Claudine à Paris,1901, page 62


... "la garniture de cheminée, amas informe et compliqué d’amours, d’acanthes, de volutes de bronze doré, me remplit d’admiration."... 
 


 

Charles-Marie Leconte de Lisle (1818-1894) - Poèmes antiques,La Mort de Penthée, 1874, page 180.


.... "Agavé, dont la joue est rose, Antonoé

 Avec la belle Inô, ceintes de verts acanthes, 

Menaient trois chœurs dansants d’ascétiques bacchantes 

Sur l’âpre kythairôn aux mystères voué. 

Elles allaient, cueillant les bourgeons des vieux chênes, 

L’asphodèle, et le lierre aux ceps noirs enroulé," ....
 

Penthée est déchiré par les Bacchantes ou Penteo Lacerato dalle Baccanti, Livre III, illustration des Métamorphoses d'Ovide, Florence, 1832 Luigi Ademollo

Penthée est déchiré par les Bacchantes ou Penteo Lacerato dalle Baccanti, Livre III, illustration des Métamorphoses d'Ovide, Florence, 1832 Luigi Ademollo

 

Alfred de Vigny, Poèmes antiques et modernes,La Dryade, 1837, page 124.


Ménalque

.....
"Ida ! j’adore Ida, la légère bacchante :

Ses cheveux noirs, mêlés de grappes et d’acanthe,

Sur le tigre, attaché par une griffe d’or,

Roulent abandonnés ; sa bouche rit encor

En chantant Évoé ; sa démarche chancelle ;

Les pieds nus, ses genoux que la robe décèle,

S’élancent, et son œil, de feux étincelant,

Brille comme Phébus sous le signe brûlant"......
 

Bacchante par John Collier

Bacchante par John Collier

 

Anatole France (1844-1924) -

La Révolte des anges,1914, page 213.


...."À la porte du jardin (…) que fleurissaient le lis et l’acanthe toujours verte"....

Mythologie des fleurs - Acanthe

 

Victor Hugo, La Légende des siècles,t. 4, 1877, page 573.


...."Viens, dit-elle. Je vins. Sa jeune taille était plus souple que l’acanthe; Elle errait éblouie, idéale bacchante, Sous des pampres divins"....
 

 

Alphonse Daudet, Le Nabab,t. 1, 1877, page 201.


… "quelque vieille abbaye (…) sans un vestige de l’homme parmi ses pierres où le lierre ne grimpe même plus, ni l’acanthe, mais qu’embaument les lavandes sèches et les férigoules".... 
 

 

Victor Hugo, Odes et ballades,

Le Chant de l’arène, t. 1, 1826, page 298

....

Voici la fête d’Olympie !

Tressez l’acanthe et le laurier !

Que les dieux confondent l’impie !

Que l’antique audace assoupie

Se réveille au cœur du guerrier !

....
 

 divinités de l'Olympe - Le Caravage

divinités de l'Olympe - Le Caravage

 

Anatole France (1844-1924)


A Théophile Gautier


Sur sa nouvelle d' " Arria Marcella "

Le creux d'un sein charmant que la cendre moula

Fut la coupe où tu bus cette ivresse éloquente,

Qui, sous l'étroit portique aux volutes d'acanthe,

Fit surgir dans la pourpre Arria Marcella.
 

 

Charles-Marie Leconte de Lisle (1818-1894) - Le vase


....
"Tandis que l'enfant tresse, avec deux pailles frêles

Et des brins de jonc vert, un piège à sauterelles.

Enfin, autour du vase et du socle Dorien

Se déploie en tous sens l'acanthe Korinthien."

....

 

Charles-Marie Leconte De Lisle (1818-1894) -

Phyllis - (Études latines, V)


.....
"Depuis neuf ans et plus dans l'amphore scellée

Mon vin des coteaux d'Albe a lentement mûri ;

Il faut ceindre d'acanthe et de myrte fleuri,

Phyllis, ta tresse déroulée."

.......
 

Mythologie des fleurs - Acanthe

 

Charles-Marie Leconte de Lisle (1818-1894) -

 

la Vénus de Milo

.....

"Et tu n'es pas la Muse aux lèvres éloquentes,

La pudique Vénus, ni la molle Astarté

Qui, le front couronné de roses et d'acanthes,

Sur un lit de lotos se meurt de volupté"

.....
 

Astarté - Richard Hone, John Raphael Smith
Astarté - Richard Hone, John Raphael Smith

Astarté - Richard Hone, John Raphael Smith

 

Victor Hugo (1802-1885) -

 

Le poète bat aux champs

.....

"Je te fais molosse, ô mon dogue !

L'acanthe manque ? j'ai le thym.

Je nomme Vaugirard églogue ;

J'installe Amyntas à Pantin"....
 

 

Jean Richepin (1849-1926) -

 

Première gelée

.....

"Oh ! comme c'est joli, la première gelée !

La vitre, par le froid du dehors flagellée,

Étincelle, au dedans, de cristaux délicats,

Et papillotte sous la nacre des micas

Dont le dessin fleurit en volutes d'acanthe.

Les arbres sont vêtus d'une faille craquante"

.....
 

Annick MONNIER, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons"; Fleur de givre, à Lajoux, Jura, France

Annick MONNIER, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons"; Fleur de givre, à Lajoux, Jura, France

 

Théophile Gauthier (1811-1872) -

 

Bûchers et tombeaux

......

"Entre les fleurs et les acanthes,

Dans le marbre joyeusement,

Amours, aegipans et bacchantes

Dansaient autour du monument ;"

.....
 

William-Adolphe Bouguereau (1825-1905) Bacchus et bacchantes (1884)

William-Adolphe Bouguereau (1825-1905) Bacchus et bacchantes (1884)

 

Théodore de Banville (1823-1891) -

 

Les Cariatides


.....

"Hirondelles du ciel, sans peur d'être surprises

Vous pouvez faire un nid dans notre acanthe en fleur :

Vous n'y casserez pas votre aile, tièdes brises."

Mythologie des fleurs - Acanthe

 

André Chénier  (1762-1794) - poète

 

Voilà ce que chantait aux Naïades prochaines

 

Voilà ce que chantait aux Naïades prochaines

Ma Muse jeune et fraîche, amante des fontaines,

Assise au fond d'un antre aux nymphes consacré,

D'acanthe et d'aubépine et de lierre entouré.

L'Amour, qui l'écoutait caché dans le feuillage,

Sortit, la salua Sirène du bocage.

Ses blonds cheveux flottants par lui furent pressés

D'hyacinthe et de myrte en couronne tressés :

" Car ta voix, lui dit-il, est douce à mon oreille,

" Autant que le cytise à la mielleuse abeille. "
 

Hylas et les nymphes d'eau -Henrietta Rae

Hylas et les nymphes d'eau -Henrietta Rae

 

José-Maria de Heredia - (1842-1905) -

 

L'oubli

.....

"La Terre maternelle et douce aux anciens Dieux

Fait à chaque printemps, vainement éloquente,

Au chapiteau brisé verdir une autre acanthe ;

 

Mais l'Homme indifférent au rêve des aïeux

Ecoute sans frémir, du fond des nuits sereines,

La Mer qui se lamente en pleurant les sirènes.".

chapiteau corinthien et acanthes

chapiteau corinthien et acanthes

 

Théodore de Banville (1823-1891) - poète


Sculpteur, cherche avec soin ...


Sculpteur, cherche avec soin, en attendant l'extase,

Un marbre sans défaut pour en faire un beau vase ;

Cherche longtemps sa forme et n'y retrace pas

D'amours mystérieux ni de divins combats.

Pas d'Héraklès vainqueur du monstre de Némée,

Ni de Cypris naissant sur la mer embaumée ;

Pas de Titans vaincus dans leurs rébellions,

Ni de riant Bacchus attelant les lions

Avec un frein tressé de pampres et de vignes ;

Pas de Léda jouant dans la troupe des cygnes

Sous l'ombre des lauriers en fleurs, ni d'Artémis

Surprise au sein des eaux dans sa blancheur de lys.

Qu'autour du vase pur, trop beau pour la Bacchante,

La verveine mêlée à des feuilles d'acanthe

Fleurisse, et que plus bas des vierges lentement

S'avancent deux à deux, d'un pas sûr et charmant,

Les bras pendant le long de leurs tuniques droites

Et les cheveux tressés sur leurs têtes étroites.
 

Mythologie des fleurs - Acanthe
Mythologie des fleurs - Acanthe
Mythologie des fleurs - Acanthe
Mythologie des fleurs - Acanthe
Mythologie des fleurs - Acanthe
Mythologie des fleurs - Acanthe
Mythologie des fleurs - Acanthe
Mythologie des fleurs - Acanthe
Teresa dans le jardin de pensées et d'acanthes - Laura Alma-Tadema -

Teresa dans le jardin de pensées et d'acanthes - Laura Alma-Tadema -

paysage marocain (Acanthus) de Henri Matisse (1869-1954, France)

paysage marocain (Acanthus) de Henri Matisse (1869-1954, France)

Mythologie des fleurs - Acanthe
Mythologie des fleurs - Acanthe
Mythologie des fleurs - Acanthe
Partager cet article
Repost0
28 mars 2020 6 28 /03 /mars /2020 01:38
Mythologie
 
"La Clématite"

"Lorsque, vers le milieu de l'été, nous dirigeons nos pas le long des haies, vers  les vieux murs ; souvent une odeur douce et suave vient flatter agréablement notre odorat : elle est produite par les fleurs de la clématite, arbrisseau grimpant dont les tiges sarmenteuses s'entrelaçant avec les plantes qui les avoisinent, s'étendent en longs festons, retombent en guirlandes, ou forment des touffes épaisses de verdure et de fleurs."


( Flore médicale volume 3 - par Mme E. Panckouke et par P.J. Turpin - 1816) 
 

clématite vitalba

clématite vitalba

Les Clématites (Clematis) forment un genre de la famille des renonculacées.
Il comprend environ 300 espèces de vivaces herbacées à souche ligneuse et de plantes grimpantes, semi-ligneuses, persistantes ou caduques. On les trouve dans les deux hémisphères, notamment en Europe, dans l'Himalaya, en Chine, en Australie, en Amérique du Nord et Amérique centrale.


Les clématites sont cultivées pour leur abondante floraison  très décorative, généreuse, souvent suivie de fruits plumeux, gris argenté.
Le genre a été nommé par Carl von Linné en 1753 à partir du nom κληματἰς / klématis, en grec ancien, qui signifie "sarment" ou "branche" (rameau grimpant de la vigne) 


Les plantes du genre Clematis sont la plupart du temps grimpantes, ligneuses, atteignant en général deux à cinq mètres de haut.


La clématite des haies (Clematis vitalba. L.)Vitalba est la fusion des mots latins "vitis" et "alba", (la vigne blanche), un nom inspiré de la couleur de ses fleurs et de ses fruits.


On l'appelle parfois aubavis, aubervigne, barbe de chèvre, berceau de la Vierge, bois à fumer, bois fumant, bois de pipe, cheveux de la bonne dame, chevelure de vieillard, clématite brûlante, clématite des haies, corde à lessive, cranquillier, cranvillier, herbe aux gueux, reine des lianes, sain bois, vigne blanche, vigne de Salomon ou viorne des pauvres. 


Dans les pays anglophones, cette fleur est surnommée "travellers joy" (joie des voyageurs) en raison de sa jolie floraison sauvage et de l’incroyable variété de teintes et de formes de ses fleurs, également connu sous le nom de barbe du vieil homme,
 

travellers joy (joie du voyageur)

travellers joy (joie du voyageur)

Feuilles


Les feuilles composées imparipennées affichent des folioles très polymorphes: généralement ovales, lancéolées, un peu en forme de cœur (cordées) à leur base, tantôt entières, crénelées ou dentées... Une grande palette de formes ! Les espèces grimpantes s'accrochent au support ou à la plante hôte par le biais des pétioles transformés en vrilles. 


Certaines espèces disposent de feuilles persistantes comme la Clematis armandii ou les clématites du genre Cirrhosa.
 

Illustration Clematis vitalba

Illustration Clematis vitalba

Fleurs


les fleurs de deux cm sont longuement pédonculées, à tépales blanchâtres, inodores et recouverts de poils fins, les étamines rigides et écartées à styles longs, plumeux et persistants sont groupées en panicules axillaires et disposées en cymes multiflores.


Certaines, comme Clematis recta, sont odorantes. 


Avec le lierre, le houblon et quelques autres, la clématite fait partie des rares lianes européennes.


La clématite étant une liane, une plante qui peut devenir aussi grande qu'un arbre, mais dont le tronc est si mince et flexible qu'elle ne peut pas tenir debout toute seule. Alors elle grimpe sur les autres arbres et s'en sert comme support pour se tenir droite ! 
 

Mythologie des fleurs - La clématite
Mythologie des fleurs - La clématite

Du fait de la diversité des espèces, l'aspect des clématites varie considérablement.


Principaux types:


• Clématites ligneuses à grandes fleurs (C. jackmanii). Ancienne variété pleinement rustique, florifère et peu exigeante, ce qui permet de l'adopter dans toutes nos régions.
 

Clematites Jackmanii

Clematites Jackmanii

• Clématites ligneuses ou semi-ligneuses à petites fleurs (C. montana).Grimpante très vigoureuse, à fleurs parfumées, rose pâle, à anthères jaunes. Les feuilles vertes sont teintées de pourpre, surtout au printemps.

clematites montana

clematites montana

• Clématites à tiges annuelles herbacées (C. integrifolia).La clématite-marguerite.Toutes les clématites ne grimpent pas. Celle-ci en clochettes étoile bleues, pousse comme une marguerite, en petite touffe bien droite et fournie. Dense mais plus haute que le genou.Elle jaillit au printemps, fleurit jusqu’en août et se pare d’aigrettes argentées en fin  d’été.Une plante sans problème et durable.

clematites integrifolia

clematites integrifolia


• Clématites à feuilles persistantes (C. armandii, C. cirrhosa et C. X indivisa ‘Early sensation')Originaire de Chine, La clématite d'Armand (Clematis armandii) doit son arrivée en Europe à Jean Pierre Armand David (1826-1900) missionnaire-naturaliste français qui lui a inspiré le nom, est une vigoureuse grimpante au feuillage persistant et à la floraison très précoce, qui plus est parfumée.
 

clématites armandii

clématites armandii

clématites armandii


clématites cirrhosa
 

clematites cirrhosa

clematites cirrhosa

clématites Early sensation

clematites early sensation

clematites early sensation

On trouve des clématites en fleurs toute l'année, mais surtout au printemps et en été. Dès avril, la clématite des Alpes ouvre ses grandes clochettes pendantes à laisser vagabonder sur une treille, un arbuste... En mai, la clématite montana déploie ses petites fleurs roses sur des tiges de plus de 5 m. La plupart des autres clématites possèdent une floraison remontante, en juin puis en fin d'été, voire tout l'été s'il n'est pas trop sec.

clématite des Alpes

clématite des Alpes

La clématite sauvage produit une masse de fleurs blanches parfumées à la fin de l'été et est pollinisée par les abeilles et les papillons. C'est aussi une plante alimentaire pour les espèces de papillons. 

abeille et clématite et Old Mans Beard Clematis -  Anton Seder (1850–1916)
abeille et clématite et Old Mans Beard Clematis -  Anton Seder (1850–1916)

abeille et clématite et Old Mans Beard Clematis - Anton Seder (1850–1916)

La floraison achevée, l’on voit apparaître des groupes de fruits (akènes), contenant une graine, Chaque fruit formant un plumet soyeux, au reflet argenté, persistant tout l’hiver, et qui permet la dispersion de la graine (Anémochorie) sous l'effet du vent au printemps.

On désigne communément cette aigrette sous les noms de barbe de vieil homme (Old man’s beard en anglais), cheveux de la Vierge, etc. 
 

akènes clématites

akènes clématites

Les têtes de graines de cette plante fournissent également une nourriture consommée par de nombreux oiseaux, tels que les chardonnerets et les verdiers.

chardonneret élegant - akènes

chardonneret élegant - akènes

Au mois de novembre avant que la chevelure des fruits ne soit trop abimée par les intempéries. Elles peuvent servir de décorations et couronnes pour Noël en y ajoutant de gros noeuds rouges. 

clematites early sensation

clematites early sensation

Le père des dieux, Jupiter (en latin Jovis), se retrouve dans plusieurs noms de plantes.


John Gerard (au chapitre 327 du livre II de son Histoire des plantes), mentionne la flammula jovis surrecta comme autre nom de ce qu’il appelle l’Upright Virgin’s Bower. Il s’agit d’une espèce de clématite. Aujourd’hui le nom de Flammula Jovis est attribué à Clematis recta (Clématite droite).
On appelait autrefois "flamme de Jupiter" la clématite droite à cause de sa tige qui rougit, ainsi que ses feuilles.


Pour les anglo-saxons la clématite  (joie du voyageur) faisait le travail du diable car elle tuerait d'autres plantes en les surpassant. C'est pourquoi elle est considérée comme une mauvaise herbe intrusive par de nombreuses personnes.
 

clématite recta purpurea

clématite recta purpurea

L’épisode de la Fuite en Egypte de Marie, Joseph et Jésus (évoquée dans Mathieu 2) sert de décor à de nombreuses légendes qui mettent en scène diverses plantes.


Certaines auraient abrité l’enfant et sa mère et caché des soldats. C’est le cas de la Clématite. Son feuillage, provoque d’importantes lésions cutanées, mais ses fruits duveteux auraient servi de berceau à l’enfant Jésus d’où le nom de "Berceau de la Vierge". 
 

La Fuite en Egypte de Marie, Joseph et Jésus - Philipp Otto Runge

La Fuite en Egypte de Marie, Joseph et Jésus - Philipp Otto Runge

La clématite est connue depuis l'Antiquité


Pline l’Ancien (Gaius Plinius Secundus) (23- 79ap. J.C.) écrivain et naturaliste romain du ier siècle, préconise, la clématite d'Egypte, l'anis, le lupin, et la jusquiame broyée dans du vin pour la morsure de l'Haje (serpent).


Pedanius Dioscoride (Pedanios Dioskoridês) (40-90 ap. J.-C.) médecin grec, pharmacologue et botaniste préconise  clematis (Aristolochia clematitis L.). La clématite serait efficace contre les poisons et les venins ainsi que les morsures de serpents.


Dioscoride, Pline et Galien (Claudius Galenus) (129-201) médecin grec considéré comme le dernier des grands médecins créateurs de l'Antiquité gréco-romaine, préconisaient la clématite des haies (C. vitalba) en huile macérée comme remède pour lutter contre certaines affections cutanées, la gale et la lèpre.


L'herboriste - André Chichkine 
 

L'herboriste - André Chichkine 

L'herboriste - André Chichkine 

Aux origines du monde - Contes et légendes d'Ukraine De Galina Kabakova

 

La clématite

"En tartarie, un chef cosaque vaincu, désespéré de voir ses soldats l'abandonner, se suicida avec sa lance. Cet acte de lâcheté ne tarda pas à être cruellement puni, car il survint bientôt un ouragan qui souleva les cosaques, les mit en pièces, dispersa leurs os. Il furent changés en clématites."
 

Cosaque zaporojien (Ukraine) par Konstantin Makovsky 1884

Cosaque zaporojien (Ukraine) par Konstantin Makovsky 1884

Saint Pantéléimon, les voyant toutes nues l'hiver, eut pitié d'elles et leur donna ce duvet, qui aujourd'hui, couvre leurs fruits. Cependant, elles étaient très tristes de demeurer en terre étrangère et ces âmes cosaques finirent par obtenir de Dieu d'être transportées en Ukraine pour que les jeunes filles en fassent des couronnes. 

Il les sema en Ukraine

Dans les forêts

Autour des meules

Pour que les filles puissent les cueillir,

En faire des couronnes,

En orner leurs tresses,

Pour que tout le monde sache

Le déshonneur des cosaques.


Voilà comment cela se passa ! on dit aussi que si les garçons mettaient tous simultanément une clématite à leur ceinture, tous les cosaques ressusciteraient."


(Pantaléon de Nicomédie (V.303 ou 305) médecin à la cour de l'empereur Maximien, ou saint Pantéleimon,anargyre et martyr à Nicomédie).

Mythologie des fleurs - La clématite
Mythologie des fleurs - La clématite
Mythologie des fleurs - La clématite

Les fairies (fées) concerne le petit peuple issu de la mythologie celtique,

Elles sont dotées de pouvoirs magiques


La fée clématite 
 

Clematis - JannaFairyArt

Clematis - JannaFairyArt

Travellers joy (joie des voyageurs)

Mythologie des fleurs - La clématite

En France, on l’appelait au Moyen Âge "herbe aux gueux", "viorne des pauvres" car les mendiants, en utilisaient la feuille irritante, pour s'en frotter diverses parties du corps, ce qui provoquait des ulcérations, ceci dans le but d'inspirer la pitié. Ils guérissaient ensuite ces affections cutanées en les recouvrant de feuilles de bette.

Le jeune mendiant de Bartolomeo Esteban Murillo (1618-1682)

Le jeune mendiant de Bartolomeo Esteban Murillo (1618-1682)

Pierre André Matthioli (1501-1577) médecin grec et botaniste traducteur du "De Materia medica de Dioscoride", préconise  clematis (Aristolochia clematitis L.). La clématite serait efficace contre les poisons et les venins ainsi que les morsures de serpents.


François-Joseph Cazin (1788-1864) médecin français, considéré comme l’ancêtre de l’école française de phytothérapie, employait les feuilles sèches et les jeunes bourgeons pour son action sur le tube digestif
 

bourgeon clématite

bourgeon clématite

Henri Corneille Agrippa, philosophe et alchimiste (1486-1535) attribuait au Soleil la clématite d’Égypte, 


Anne Osmont (1872-1953), poète et romancière française, la classe parmi les plantes… lunaires. 
 

clématite

clématite

Les clématites sont originaires du Japon et de la Chine. En Extrême-Orient, elles sont considérées comme un symbole d'amour durable.

C'est pourquoi des clématites stylisées ornent souvent au Japon les kimonos de mariage.

clématite style japonais

clématite style japonais

Les vanniers campagnards utilisaient la liane pour attacher les fagots, et dans la confection de leurs ouvrages (panier, corbeille, corde à linge et....).

Dans les campagnes, les enfants s'en servaient comme cigarettes en fumant en cachette ses tiges séchées.

lianes clématite

lianes clématite

Georges Sand (1804-1876) - poète -


Dans Valentine, roman publié en 1832, George Sand décrit magnifiquement la campagne berrichonne où elle s'est souvent promenée


"Rien ne saurait exprimer la fraîcheur et la grâce de ces petites allées sinueuses qui s'en vont serpentant capricieusement sous leurs perpétuels berceaux de feuillage, découvrant, à chaque détour, une nouvelle profondeur toujours plus mystérieuse et plus verte. Quand le soleil de midi embrase, jusqu'à la tige, l'herbe profonde et serrée des prairies, quand les insectes bruissent avec force et que la caille glousse avec amour dans les sillons, la fraîcheur et le silence semblent se réfugier dans les traînes.


Vous y pouvez marcher une heure sans entendre d'autre bruit que le vol d'un merle effarouché à votre approche, ou le saut d'une petite grenouille verte et brillante comme une émeraude, qui dormait dans son hamac de joncs entrelacés. Ce fossé lui-même renferme tout un monde d'habitants, toute une forêt de végétations ; son eau limpide court sans bruit en s'épurant sur la glaise, et caresse mollement des bordures de cresson, de baume et d'hépatique ; les fontinales, les longues herbes appelées rubans d'eau, les mousses aquatiques pendantes et chevelues, tremblent incessamment dans ses petits remous silencieux ; la bergeronnette jaune y trotte sur le sable d'un air à la fois espiègle et peureux ; la clématite et le chèvrefeuille l'ombragent de berceaux où le rossignol cache son nid.


Au printemps, ce ne sont que fleurs et parfums ; à l'automne, les prunelles violettes couvrent ces rameaux qui qui, en avril, blanchiront en premier ; la cénelle rouge, dont les grives sont friandes, remplace la fleur d'aubépine, et les ronces, toutes chargées des flocons de laine qu'y ont laissés les brebis en passant, s'empourprent de petites mûres sauvages d'une agréable saveur...".
 

 paysage - Anca Bulgaru

paysage - Anca Bulgaru


Jean Lorrain (1855-1906) - poète - romancier

 

C’était une pensive et douce créature

Aux épaules frêles, froides, comme azurées,

Aux petites oreilles jamais effleurées

D’aveux d’amour.

Un parc à l’ondoyant murmure

La gardait dans son ombre invisible et murée.

Parmi la clématite et la pourpre des mûres

Elle errait, blanche et calme, écartant les ramures,

Et les lilas neigeaient sur sa tête dorée.

 

Son père, un vieux baron, guerroyait dans de vagues

Et très lointains pays pour un roi de Bohême,

Et l’enfant solitaire, assise entre les vagues

 

De verdure, épelait quelqu’antique poème

Ou suspendait distraite une à une ses bagues

Aux tiges des roseaux empanachés d’or blême
 

Mythologie des fleurs - La clématite

Emil Nolde (1867-1956) - peintre allemand


"Les couleurs des fleurs m’ont irrésistiblement attiré, et presque tout d’un coup j’étais en train de peindre… Les couleurs épanouies des fleurs, et la pureté de ces couleurs, je les aimais. J’ai adoré les fleurs dans leur destinée : emportées vers le ciel, en floraison, brillantes, étincelantes, exaltantes, se penchant, se flétrissant, jetées dans la fosse finalement."  
 

la clématite - Emil Nolde

la clématite - Emil Nolde

Valère Gille (1867-1950) poète belge.

 


Réveil


Mon cœur, que je croyais à jamais endormi,

Le voici, lentement, qui s’éveille parmi

Des pays inconnus de songe et de lumière.

L’air est tout embaumé d’une odeur printanière,

L’azur nacré du ciel s’enflamme, et le soleil

D’un baiser juvénile accueille mon réveil.

 

J’aime ! Les bois sont pleins d’oiseaux d’or et de roses,

Une immense bonté rayonne dans les choses ;

Dans les prés étoilés de fleurs et de rayons,

Sur chaque épi vermeil, vibrent des papillons,

Partout autour de moi le feuillage palpite ;

Sous les lilrfs neigeux et sous la clématite

Des colombes d’amour, deux par deux, tendrement,

Egrènent tour à tour leur long roucoulement.

 

J’aime ! j’aime ! Et voici qu’une terre nouvelle

Dans l’aurore à mes yeux ingénus se révèle.

Tout me parle et m’enchante, et mille et mille voix

Des bois et des vallons m’appellent à la fois.

Je comprends la chanson des oiseaux, les murmures

Qui babillent, confus, à travers les ramures.

Mon bonheur est partout : sous les bocages verts,

Dans les sources, les fleurs, le ciel ; et l’univers

Est un hymne d’amour qui monte dans la brise.

Il s’enfle et me soulève, et mon âme qu’il grise,

Emportée avec lui, s’épanche dans les cieux.

Des éclairs fulgurants éblouissent mes yeux ;

 

J’aime ! Je suis la vie et la force féconde,

Et mon cœur flamboyant illumine le monde. 
 

embroidered-panel - Helen A. Lamb

embroidered-panel - Helen A. Lamb

Alice-Lemieux-Lévesque (1906-1983) - poète

 


L’arbre du jour 

 

Les étoiles, ce soir,

Sont un rideau de clématites

Au treillis des nuages.

Mais le matin, d’un seul bonjour,

Viendra les cueillir toutes.

 

Chaque heure a son amour,

Chaque jour sa déroute,

Chaque soir sa clarté,

Chaque instant de beauté

Ses traits d’éternité.
 

Mythologie des fleurs - La clématite


En 1936, Edward Bach a développé une méthode unique et naturelle pour rétablir l’harmonie émotionnelle. La clématite, très fréquente dans la campagne anglaise, lui a inspiré l’un des élixirs floraux appartenant au groupe de l’indifférence, 


Il dit :


Clematis : "pour les rêveurs, les endormis, pour ceux qui ne sont jamais complètement éveillés, sans grand intérêt pour la vie. Des gens tranquilles qui ne sont pas vraiment heureux dans leur situation actuelle et vivent plutôt dans le futur que dans le présent. Ils vivent dans l’espoir de temps plus heureux où leur idéal pourra se réaliser" 
 

Mythologie des fleurs - La clématite

Michel Lis (1937-2015) Michel le jardinier ou moustaches vertes, est un journaliste écrivain


La Clématite et le Rossignol


 Á la lisière des bois la clématite étouffe sans remords

les arbustes les plus vigoureux. Cette diablesse qui se

cache en hiver sous le manteau d'hermine de ses

fructifications vaporeuses fut même la cause d'un vrai

drame. Comme tous les oiseaux, le Rossignol chantait

le jour, mais une nuit alors qu'il dormait, les vrilles de

la clématite vinrent lui ligoter les pattes. Le Rossignol

eut tellement peur qu'il faillit en mourir ! C'est depuis

ce temps-là que ce favori de l'Empereur de Chine

demeure éveillé et chante la nuit, de peur sans doute

qu'une autre ' Herbe aux Gueux' - tel est le surnom

que porte la Clématite des haies - vienne l'entraver

pour toujours. Ce serait bien dommage quand même !
 

clematite vigne blanche - hiver

clematite vigne blanche - hiver

Jacques Herman (1948) - artiste peintre, historien, poète et enseignant vaudois.

 

Clématite


Où que tu ailles je te suis

Si sur la table je vomis

Parfois des mots incompris

Plaise au ciel que tu ne m’en veuilles

 

Je rougis parfois de honte

Mais tes parfums roulent dans mes nuits

Rôdent

M’enlacent

Me redonnent goût à la vie

Qui s’entortille autour de moi

Comme une clématite

Et qui fleurit

Au plus petit émoi
 

clematite - Odile Bailloeul

clematite - Odile Bailloeul

la clématite dans le langage des fleurs est le symbole :

 

- de l'âge mur et de l'amour durable 

- d'un désir amoureux ardent (clématite blanche)

- de l'attachement profond

- d'un amour platonique qui ne désespère pas

- d'une rencontre qui ne s'oublie pas
 

Mythologie des fleurs - La clématite
Mythologie des fleurs - La clématite
Mythologie des fleurs - La clématite
Mythologie des fleurs - La clématite
Étude de Clématite - Henri Bergé

Étude de Clématite - Henri Bergé

Mythologie des fleurs - La clématite
clématites et oranges -Christophe Corbard

clématites et oranges -Christophe Corbard

clématite et oeillet - Edouard Manet

clématite et oeillet - Edouard Manet

clématites Henri Bergé-

clématites Henri Bergé-

clématite d'automne

clématite d'automne

Partager cet article
Repost0
24 mars 2020 2 24 /03 /mars /2020 15:51

Mythologie

 

L'ancolie

L'Ancolie, symbole de la renaissance, dit-on, rend courageux et hardi.


Selon Albert le Grand (XIIIe siècle), son nom scientifique latin aquilegia serait dérivé "d'aquila"  aigle et rappellerait que certains botanistes avaient vu les serres du rapace dans les éperons de ses cinq pétales.


Dans le latin des botanistes aquilegia,(aquilinia par Jules Charles de L'Écluse), d'où, par altération, ancolie, ancholie.


On dit que la plante a été nommée "aquilegia, 
- soit parce que ses nectaires offraient une forme recourbée comme le bec recourbé de l'aigle, 

- soit parce qu'on lui attribuait de rendre la vue perçante ou aux serres crochues comme celle de l'aigle,"aquila", 

- soit de la ville d'Aquilée (province Udine en Italie), dans le territoire de laquelle elle est abondante.


Quelques étymologistes traduisent aquilegia par réservoir d'eau c'est effectivement la signification littérale de ce mot , mais elle n'est point appliquable à l'ancolie. 


Source :
Charles Dufresne, sieur Du Cange (dictionnaire médiéval) on trouve aquilea, aquilée, plante supposée bonne pour les yeux. 
Flore médicale de François Pierre Chaumeton - 1920 
On suppose qu 'ancolie a subi l 'influence du mot mélancolie.

 

Mythologie des fleurs - L'ancolie

Cette plante à fleurs du genre Aquilegia, est une renonculacée vivace. 


Les fleurs, au sommet d'un bouquet de longues tiges, sont élégantes, comportant des sépales pétaloïdes et des pétales en forme de cornet avec un éperon recourbé à l'arrière, et des étamines un peu plus courtes que les pétales,  offrant une large palette de coloris blanc, bleu clair, jaune pâle, rose, brun, bordeaux et le bleu, avec des feuilles divisées en trois, duveteuses, de couleur vert parfois teinté de bleu turquoise.


Elle croît dans les bois clairs et le long des haies, en France en particulier sur le Massif Jurassien, et dans la plupart des autres régions de l'Europe. 
Les chèvres sont les seules à brouter l'ancolie, les autres bestiaux la négligent. Cette plante, appartient d'ailleurs à une famille où les poisons âcres abondent.


Cette vivace rustique, délicate et fine, recherchée par les jardiniers fleurit du printemps à l'été.
 

Mythologie des fleurs - L'ancolie

L'ancolie, nom de l'aquilégie vulgaire, dite aussi gant de Notre-Dame, gant de bergère, de cornette, aiglantine, colombine, fleur de parfait amour, manteau royal, herbe de lion, ancolie des jardins, ou encore tourette.


Plante cultivée dans les jardins à cause de la beauté de sa fleur.


Les anglais l'on nommée "columbine" comparant ces sortes d'ergots à ceux de l'innocente colombine. 
Les bergers l’appelaient "colombine"
Les nonnes "gants de fée" ou de "Marie"
Les brigands "la main de sorcière" 

 

Mythologie des fleurs - L'ancolie

L'ancolie est une plante mellifère avec une pollinisation logiquement assurée par des insectes. Un nectar attractif est secrété par des nectaires qui tapissent l’intérieur de l’éperon. Vu l’étroitesse et la longueur de ce dernier, le nombre d’insectes pollinisateurs est limité. Il se restreint souvent à une espèce de Bourdon à longue trompe.


D’autres insectes, parmi lesquels les abeilles, percent l’éperon depuis l’extérieur de la fleur pour s’abreuver du nectar mielleux. Ce faisant, ils volent seulement leur nourriture sans assurer la pollinisation.


La dissémination des graines est particulièrement diffusée par les oiseaux.
 

Mythologie des fleurs - L'ancolie

Dans la mythologie Scandinave, l’Ancolie symbolise comme d'autres fleurs "la Déesse Nordique de l’amour et de la fertilité nommée Freyja" ou Frigg.  


Freyja aimait les fées. Elle pouvait passer des heures à profiter de leurs jeux joyeux et de la danse gracieuse à la lumière de la lune. Pour ces petites créatures, la déesse a laissé un nectar doux et les fleurs les plus parfumées comme cadeau. De ses cheveux tombaient des fleurs printanières et elle déposait la rosée matinale et la lumière du Soleil derrière son passage.


En arrivant chez les Aesirs, sa réputation de Déesse puissante de la fertilité et de la nature l'avait précédé et elle dévoila le secret du Seior, la sorcellerie.
 

Mythologie des fleurs - L'ancolie

Des grimoires anciens contiennent des recettes de philtres magiques où figure la fleur d'ancolie.

trois columbines violettes -  Sharon Freeman

trois columbines violettes - Sharon Freeman

trois columbines violettes -  Sharon Freeman

trois columbines violettes - Sharon Freeman

Les fairies (fées) concerne le petit peuple issu de la mythologie celtique,
Elles sont dotées de pouvoirs magiques


La fée ancolie
 

fée ancolie - columbine

fée ancolie - columbine

Dans la Rome antique, Numa Pompilius, second des rois légendaires de Rome (715-672 av. J.-C.), fondateur du collège des Vestales, interdit à ses prêtresses du culte, qui devaient respecter le vœu de chasteté, l’usage de cette plante. 

Vestale - Jacques Louis David

Vestale - Jacques Louis David


Lorsqu’elle rencontrait sur son chemin une touffe fleurie d’Ancolie, la vestale devait se voiler la face dans un pan de son manteau et passer rapidement en détournant la tête.
 

Vestale, vierges antiques- Jean Raoux.

Vestale, vierges antiques- Jean Raoux.

L'ancolie, fleur d'alchimiste :


Dante (1265-1321) se servait aussi de l’ancolie comme symbole, plante mâle et femelle (hermaphrodite)représentant le parfait amour. Penché sur l'athanor, il recherchait la création de la perfection absolue.  


La Dame de Dante semble être tout autant la Femme que l’Ancolie.
 

Flore - Francesco Melzi (1491-

Flore - Francesco Melzi (1491-

Cette fleur légèrement toxique mais néanmoins très jolie était considérée au Moyen Age comme l'un des attributs du Diable. 


Le surnom de "Bonne Femme" lui a également été administré au Moyen-Âge 
 


 

Mythologie des fleurs - L'ancolie

Les graines de l’Ancolie entrèrent longtemps dans la composition des parfums car la plante était réputée aphrodisiaque, et rendait apparemment irrésistible. 


Pour cette même raison, les courtisanes en firent grand usage. Elles en mâchaient les graines, 
 

Livre d'heures de Simon de Varie (1455) - JeanFouquet

Livre d'heures de Simon de Varie (1455) - JeanFouquet

La fleur d'ancolie était souvent représentée dans les enluminures du moyen âge

Ici dans les Heures de Charles d'Angoulême - Testard, Robinet 

Heures de Charles d'Angoulême Testard, Robinet

Heures de Charles d'Angoulême Testard, Robinet

Sur la Miniature du XIIIe siecle representant la construction d'une église a Saint-Denis

Miniature du XIIIe siecle representant la construction d'une eglise a Saint-Denis

Miniature du XIIIe siecle representant la construction d'une eglise a Saint-Denis

Au Moyen-Âge, Les gens de la Maison de Guise portaient l’Ancolie d’azur tigée et feuillée de sinople. Avant d’entrer en lice, au cours d'un tournoi, ils criaient la devise : "Guise à l’Ancolie".


Pierre de Versoris (1528 -1588) avocat au Parlement de Paris à partir de 1552, chef du conseil d'affaires de la maison de Guise et garde de leurs sceaux et député du Tiers état aux États généraux de 1576-1577 -

(blason  D'argent, à la face de gueules, accompagné de 3 ancolies d'azur)
 

Blason Pierre de Versoris (1528 -1588) - maison de Guise

Blason Pierre de Versoris (1528 -1588) - maison de Guise

Simon de Varie à genoux en prière - Jean Fouquet (1415-1481)

Simon de Varie à genoux en prière - Jean Fouquet (1415-1481)

Elle est aussi le symbole de la mélancolie. 

On retrouve cette association avec la mélancolie dès le XVème siècle 
dans le poème "L'amant rendu cordelier à l'observance d'amour" attribué à Martial d'Auvergne.

 

....."assez tost la messe chanter

Fist l'en ou il eut grant mistere

En laquelle devés noter

Que l'amant en ung oratoire

Estoit la tendu de soye noire

Ouvré aparans fleurs d'acolies

Puis sur luy avoit ung suaire

Tout couvert de merencolies"......
 

Columbine - Catherine G McElroy

Columbine - Catherine G McElroy

Jean Froissard (1337-1410)
Le temps des ancolies - Le Littré
dans la description du jardin d'Eden où s'effectue le songe,


......"Et li pluiseur aiment moult l'anquelie",....

......"Moult par estoit li lieu jolis ;

Anquelies, roses et lys

A l'environ d'illuec croissoient....."
 

jardin - Ginger Cook

jardin - Ginger Cook

Eustache Deschamps, dit Morel (v.1340-1404), d'après le manuscrit français


..."La violette donne aussi  Douce odeur ; 

si fait la soussie, La marguerite, l'angorie,"..... 
 

au XVIe s.
Pierre de Ronsard  (1524-1585) - poète 
dans le chant pastoral


....."Pour sacrifice à la nymphe Pomonne

Et l'ancolie en semence s'enflant

Et le Narcisse que le vent va soufflant."........
 

Vertumne et Pomone (1518/22) par Francesco Melzi - l'ancolie en bas au centre

Vertumne et Pomone (1518/22) par Francesco Melzi - l'ancolie en bas au centre

l'ancolie symbole religieux


- Les auteurs religieux voyaient celle d'une colombe, forme sous laquelle est traditionnellement représenté l'Esprit saint. Pour cette raison, au Moyen Âge, l'ancolie fut aussi appelée  columbina (columbine en anglais, colomba en latin, ce qui signifie colombe)

plusieurs tableaux de grands maîtres l'attestent.
 

 Sainte Famille - Joos van Cleve

Sainte Famille - Joos van Cleve

Le nom anglais "colombine" évoque la colombe du Saint-Esprit, dont elle symbolise les sept dons (intelligence, conseil, sagesse, connaissance, piété, force et crainte) cités par le prophète Isaïe. 

Ou encore les sept douleurs de la Vierge Marie (la prophétie de Siméon, la fuite en Egypte, la disparition de Jésus au Temple, la rencontre sur la via Dolorosa, la crucifixion, la déposition de la Croix, la mise au tombeau).


Source :
Les fleurs dans la peinture - Musées royaux des Beaux Arts de Belgique

Heure de Notre-Dame de Pitié Annonciation (1401-1500)

Heure de Notre-Dame de Pitié Annonciation (1401-1500)

- Ces cinq pétales sont aussi comparées à cinq colombes, ce qui fait de cette fleur un symbole de l’Esprit saint. Dans l’art, elle accompagnera notamment les scènes de l’Annonciation ou du Baptême du Christ.


- Ces cinq pétales, évoque au fidéle la main de la Sainte-Vierge d'où "Gants de Notre-Dame",  l'autre nom donné à cette fleur.
 

Jean Fouquet - Les heures de Simon de Varie  - Marie tenant l'enfant Christ

Jean Fouquet - Les heures de Simon de Varie - Marie tenant l'enfant Christ

On trouve l'ancolie comme symbole de l’Esprit-Saint au milieu des lys et des roses dans la couronne de la Vierge du Retable de l’Agneau Mystique de Jan Van Eyck. 
 

 l’Agneau Mystique de Jan Van Eyck

l’Agneau Mystique de Jan Van Eyck

- La consonance de l'ancolie avec "mélancolie" évoque aussi la douleur de la Vierge Marie.

 
- Signification funèbre à la Renaissance au nombre des symboles de la Passion du Christ.

Dans  le tableau La mort de la Vierge de Hans Multscher 1437, l'on aperçoit un vase d'ancolies  en bas à droite

 

La mort de la Vierge -  Hans Multscher 1437

La mort de la Vierge - Hans Multscher 1437

L'ancolie est  aussi souvent présente dans les peintures du 15e siècle et 16e siècle.


Dans le tableau de Léonard de Vinci - Bacchus ou Saint-Jean le Baptiste, en bas du tableau à gauche
 

Bacchus ou Saint-Jean Le Baptiste  Léonard de Vinci ou son atelier.

Bacchus ou Saint-Jean Le Baptiste Léonard de Vinci ou son atelier.

et Flore par Francesco Melzi,

Flore tient les ancolies dans ses mainsl

Flore - Francesco Melzi

Flore - Francesco Melzi

 

L'ancolie de Edwin P. James (1797-1861)


Au cours de l'expédition (1819-1820), Edwin P. James a accompli la première ascension de montagne en Amérique du Nord, et a été le premier à collecter de nombreuses espèces de plantes alpines, y compris ce qu'il a appelé "la montagne Columbine",  Aquilegia coerulea E.James , pour devenir en 1899 la fleur d'État du Colorado, maintenant avec le nom commun Colorado Blue Columbine.


"Il a été enterré à côté de sa femme dans le cimetière de Rock Spring ... Plusieurs années plus tard, la "Des Moines County Medical Society" a planté autour de sa tombe le Rocky Mountain Blue Columbine ( Aquilegia coerulea E. James) qu'il a découvert et nommé lors de la longue expédition" 

 

La chanson "Where the Columbines Grow" par AJ Fynn a été adopté comme première chanson officielle de l'État du Colorado en 1915
 

La chanson "Where the Columbines Grow" par AJ Fynn a été adopté comme première chanson officielle de l'État du Colorado en 1915


Vers des terres où brillent les étoiles tropiques;

Où le cri de l'aigle de montagne audacieux

Répond aux notes de la colombe

Est-ce que l'Ouest vêtu de pourpre, la terre qui est la meilleure,

La terre pionnière que nous aimons.
 
Refrain
 
C'est la terre où poussent les ancolines,

Surplombant les plaines bien en dessous,

Tandis que la brise fraîche d'été dans les arbres à feuilles persistantes

Chante doucement là où les ancolies poussent.


  
Le bison est parti des hautes terres,

Le cerf du canyon s'est enfui,

La maison du loup est déserte,

L'antilope gémit pour ses morts,

Le cri de guerre ne fait plus écho,

L'Indien n'est qu'un nom,

Et les nymphes du bosquet dans leur solitude,

Mais l'ancolie fleurit tout de même.


 
Que la violette illumine le ruisseau,

Au soleil du début du printemps,

Laissez le trèfle blond décorer le pré vert,

Aux jours où les orioles chantent,

Que la verge d'or annonce l'automne,

Mais, sous le ciel d'été,

Dans sa belle demeure occidentale, que la Columbine fleurisse

Jusqu'à ce que nos grands fleuves de montagne s'assèchent.
 

Rocky Mountain Blue Columbine (Aquilegia coerulea E. James)

Rocky Mountain Blue Columbine (Aquilegia coerulea E. James)

On préparait  un sirop d'une belle couleur bleue, qui décèle, mieux que celui de violette, les acides et les alcalis.

Le sirop de fleurs d'ancolie calmait la toux

Mythologie des fleurs - L'ancolie


Elle était utilisée en médecine contre la gale et la teigne


On se servait des semences pour favoriser la sécrétion urinaire


Les feuilles de l'ancolie servaient à soigner les plaies mais son utilisation médicinale est restreinte car, elle contient de l'acide cyanhydrique qui la rend toxique.


Aujourd'hui l'ancolie est utilisée en homéopathie.


L 'ancolie est liée a la tristesse , la solitude ou encore la folie.


On lui attribuait également le pouvoir de guérir l 'avarice 


Jadis on la plaçait sous les matelas pour éliminer l’infertilité.


Elle était censée protéger les jeunes couples contre la sorcellerie et le mauvais-œil.
 

Mythologie des fleurs - L'ancolie

Dans le langage des fleurs


L'ancolie est symbole de tristesse, de solitude et de folie.


D'après Marthe Seguin-Fontes dans "le langage des fleurs" (éd. du Chêne), l'ancolie signifie "folie, caprice". Cette interprétation viendrait de l'analogie de sa forme avec celle des bonnets d'étoffe portés par les fous au Moyen-Âge...De fou du roi, plus précisément.


L'ancolie ressemble aussi à un sceptre surmonté d’un capuchon à grelots considéré comme le symbole de la folie que se servait comme attribut les bouffons de cour
 

Le fou - Psalterium Caroli VIII regis

Le fou - Psalterium Caroli VIII regis

 et aussi la mélancolie, les feuilles de l’ancolie dont les formes … recueillent, elles aussi les gouttes de rosée, la pluie,...... les larmes…

goutte d'eau sur feuilles d'ancolie

goutte d'eau sur feuilles d'ancolie

En bouquet comme en poésie, l'ancolie est mélancolique. Elle symbolise l'infidélité, l'amour trahi.


L'ancolie des champs prie l'être aimé d'oublier le passé et de croire au renouveau d'un sentiment toujours vivace.


L'ancolie est aussi un aveu de folie, certes, mais de folie d'amour...........


Un bouquet d'ancolies blanches expriment des sentiments de tristesse et de solitude, 


Un bouquet d'ancolies bleues expriment l'amour avec tristesse


Un bouquet d'ancolies roses expriment des sentiments de tristesse et de tendresse.


Un bouquet d'ancolies pourpres montrent que l'on se bat pour récupérer  un amour perdu.
 

Mythologie des fleurs - L'ancolie

Guillaume Apollinaire  (1880-1918) - poète
Alcools, 1913

 

Clotilde

 

L’anémone et l’ancolie

Ont poussé dans le jardin

Où dort la mélancolie

Entre l’amour et le dédain

 

Il y vient aussi nos ombres

Que la nuit dissipera

Le soleil qui les rend sombres

Avec elles disparaîtra

 

Les déités des eaux vives

Laissent couler leurs cheveux

Passe il faut que tu poursuives

Cette belle ombre que tu veux
 

Mythologie des fleurs - L'ancolie

Francis Jammes (1868-1938) - poète 
Recueil : "Clairières dans le ciel"

 

Deux ancolies se balançaient…

 

Deux ancolies se balançaient sur la colline.

Et l’ancolie disait à sa sœur l’ancolie :

Je tremble devant toi et demeure confuse.

Et l’autre répondait : si dans la roche qu’use

l’eau, goutte à goutte, si je me mire, je vois

que je tremble, et je suis confuse comme toi.

 

Le vent de plus en plus les berçait toutes deux,

les emplissait d’amour et mêlait leurs cœurs bleus.
 

Mythologie des fleurs - L'ancolie

Christine De Pisan (1364 - 1430) - poète


Ancolie


Je vous rends la fleur d'ancolie.

Je suis en grand mélancolie,

Amies, que vous n'aiez changée;

Car vous m'avez trop estrangée.

Dites m'en le vrai, sans ruser,

Sans plus m'en faire en vain muser.

 

Traduction Barbara Botton


Ancolie


Je vous rends la fleur d’ancolie

Je suis en grande mélancolie,

Ami, c’est bien de votre gré

Car vous m’avez trop ignorée.

Dites-moi vrai sans décevoir,

Sans me faire de faux espoirs.

Maître du Boccace de Genève (15e siècle) dit Colin d'Amiens, enlumineur français

Maître du Boccace de Genève (15e siècle) dit Colin d'Amiens, enlumineur français

Jean-Loup Trassard (1933)
collection L'Imaginaire (n° 578), Gallimard


L'ancolie 


"Les récits présentés ici m'ont aidé à faire affleurer, avec son poids et sa durée, une épaisseur de terre où s'enracine l'arbre sur lequel n'a cessé de tirer une balançoire, où rôde encore le mythe des loups, où de vieux pièges se ferment sur une poignée de neige. La maison d'enfance y est centre d'un cercle qui va s'élargissant : les fermes demeurent tapies dans les écarts et les chemins s'effacent dont l'encre cherche à retrouver la pente. Au fond du sabot que façonnent les mots s'ouvrent des étangs peu éclairés, une immense forêt où des temps encore plus anciens se tiennent cachés. L'ancolie fleurissait toujours sous un même pommier, dans un seul petit pré. Chaque année nous rendions visite à ce point bleu de l'espace. L'un des ancrages où se tient le temps de maintenant est la verticalité de cette tige, aussi fine que tendue".

Mythologie des fleurs - L'ancolie

Théodore Agrippa d' Aubigné (1552-1630)  

 

"Nous ferons, ma Diane, un jardin fructueux

 

..........Vous y verrez mêlés mille beautés écloses,

Soucis, oeillets et lys, sans épines les roses,

Ancolie et pensée, et pourrez y choisir."

 

Nous ferons, ma Diane, un jardin fructueux :

J'en serai laboureur, vous dame et gardienne.

Vous donnerez le champ, je fournirai de peine,

Afin que son honneur soit commun à nous deux.

 

Les fleurs dont ce parterre éjouira nos yeux

Seront vers florissants, leurs sujets sont la graine,

Mes yeux l'arroseront et seront sa fontaine

Il aura pour zéphyrs mes soupirs amoureux.

 

Fruits sucrés de durée, après des fleurs d'attente,

Et puis nous partirons à votre choix la rente :

A moi toute la peine, et à vous le plaisir.
 

jardin - Ann Hardy

jardin - Ann Hardy

 

Calligraphie (1590-1596) - enluminure par Joris Hoefnage (flamand)

Calligraphie (1590-1596) - enluminure par Joris Hoefnage (flamand)

Calligraphie (1590-1596) - enluminure par Joris Hoefnage (flamand)

Mythologie des fleurs - L'ancolie
Partager cet article
Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 00:52

Mythologie 


La pervenche 
 

Au printemps, les pervenches forment d'épais tapis de verdure et offrent de délicates fleurs bleues, blanches ou violettes.

"Pâle fleur, timide pervenche, Je sais la place où tu fleuris, Le gazon où ton front se penche, Pour humecter tes yeux flétris ! - A. de Lamartine"

 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

La pervenche est une plante herbacée vivace appartenant à la famille des Apocynacées. Elle fleurit d’avril à juin, mais la plante peut fleurir sporadiquement plus tard. On la trouve dans toute la France et au-delà à travers l’Europe, et pour la grande pervenche en Europe du Sud, en Afrique du Nord et en Asie Mineure, où elle croît dans les forêts de feuillus, les sous-bois et éventuellement au bas des haies.


Le nom botanique du genre Vinca viendrait soit du latin vincere signifiant vaincre en raison de la vivacité de ces plantes ou de vincire pour lier, enlacer ou nouer grâce à ces longues tiges sarmenteuses et rampantes.
 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

. Vinca major :  Grande pervenche, fleur bleue-violet-mauve, feuillage vert ou vert et beige.

On la nomme aussi Violette carrée, Bergère, 

Ses feuilles et ses fleurs sont plus grandes que celles de la petite pervenche. 
 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

. Vinca  minor : Petite pervenche, fleur bleue, feuillage vert ou vert et beige.

Ses autres noms populaire : Pervenche, Violette de serpent, Violette des sorciers, Petit sorcier, Vanchée, Buis bâtard, Violette des morts, Bergère, Pucelage,

Dans le Massif du Jura ainsi qu’en Vallée de Joux, la Petite Pervenche peut monter, en altitude, jusqu’à 1 100m.
 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

On peut dire que les fleurs bleues, ont inspiré bien des poètes.


Novalis (1772-1801) - poète et romancier - dans son roman "Henri d'Ofterdingen"


Situé dans un univers médiéval mythique, c'est dans cet ouvrage qu'apparaît l'expression devenue célèbre de "fleur bleue" (Die blaue Blume). Chez Novalis, cette fleur symbolise l'amour absolu qu'Henri porte à Mathilde mais aussi l'union du rêve et du monde réel, qui était un des grands objectifs du romantisme" 


extrait du roman :
"Ce qui l’attira d’un charme irrésistible, c’était, au bord même de la source, une Fleur svelte, d’un bleu éthéré, qui le frôlait de ses larges pétales éclatants. Tout autour d’elle, d’innombrables fleurs de toutes nuances, emplissaient l’air de leurs senteurs les plus suaves. Lui, cependant, ne voyait que la Fleur bleue, et il la contempla longuement avec une indicible tendresse. Il allait enfin s’en approcher quand elle se mit soudain à tressaillir et à changer d’aspect ; les feuilles devinrent plus brillantes et se serrèrent contre la tige qui s’allongeait ; la fleur s’inclina vers lui et les pétales formèrent en s’écartant une collerette bleue où flottait un visage délicat."


peut- être était-ce la pervenche ?
 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

Comme dans le poème de Philippe Jaccottet (1925)

Poésie/Gallimard n°71 - page(s) 444-445

(Pléïade : Airs, poèmes 1961-1964)

Extrait :


" Fleurs couleur bleue

bouches endormies

sommeil des profondeurs

 

Vous pervenches

en foule

parlant d’absence au passant"
 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

Il existe d’autres variétés au feuillage doré, au feuillage beige, au feuillage bi-color….

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

Les fleurs sont pollinisées par les abeilles et les bourdons.  


Ce sont d'excellentes plantes couvre-sol au beau feuillage persistant.


La pervenche est une plante mellifère : Du fait de la floraison précoce au printemps, elle est importante notamment lors pour la reprise des ruches et leurs colonies d’abeilles comme source de nourriture d'appoint.


la couleur des fleurs de la pervenche est vibrante aux yeux des abeilles. Il a été démontré que la vision des abeilles était particulièrement sensible aux ondes correspondant à la teinte bleu-violacé des pétales de la pervenche. En outre, la rétine des abeilles,comme celle de la plupart des insectes, est sensible aux UV.L’observation d’une fleur de pervenche au travers d’un filtre UV révèle que le tube de la corolle absorbe très fortement les UV, tandis que la base des pétales les réfléchit au contraire assez fortement. Le contraste ainsi créé constitue un puissant signal visuel, qui guide les déplacements de l’abeille vers le tube corollaire, au fond duquel du nectar est secrété.  (Abeilles et Fleurs n° 768 - Février 2015)
 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 
Mythologie des fleurs -  La pervenche 

Autrefois, la pervenche était surtout utilisée pour assécher les tissus, cicatriser les plaies et traiter des maladies de la peau. Ses bienfaits pour l’activité cérébrale ont été découverts récemment.


Rodolphus Agricola (1444-1485) dans ses écrits parus en 1539, indiquait la pervenche comme remède de l'angine. 


Les anciens disaient " Elle étanche le sang de quelque part qu'il coule ". 
Ils la préconisaient contre les hémorragies. Une feuille fraîche écrasée entres les doigts et introduite dans la narine, arrête le saignement de nez.

 

grandes pervenches - grandes heures Anne de Bretagne - herbier

grandes pervenches - grandes heures Anne de Bretagne - herbier

Autrefois on en faisait des colliers autour du cou des vaches pour ne pas qu'elles attrapent de maladie.
 

vache au collier de pervenches - Gaston Vuillier

vache au collier de pervenches - Gaston Vuillier

La magie :


comme toutes fleurs et plantes lunaires, la pervenche est employée en magie pour inciter au mariage, protéger le foyer, les épouses et les enfants.


La pervenche entrait tout naturellement dans les philtres d’amour, pour redonner vigueur aux liaisons rompues et faire revenir les amants volages.
Elle permettait aussi de réconcilier les amis et la famille.


La pervenche était toujours présente dans les maisons des sorcières, car elle les protégeait des magies négatives et préservait l'harmonie environnante. La fleur séchée, mélangée à de l'encens et d'autres herbes, était employée en fumigation dans les maisons susceptibles d'être infestées par des esprits maléfiques. 


Si, après en avoir jeté des tiges dans le foyer, on prononçait certaines invocations ou formules propres à attirer les âmes des trépassées, les volutes de la fumée faisaient apparaître les figures des êtres chers.
Elle était aussi capable de ramener au monde visible ceux qui appartiennent au monde invisible. 

 

On pouvait l’utiliser pour jeter un sort ou pour en annuler un autre, prédire un mariage ou la mort.

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

 

Un dicton dit :


"la pervenche, contre tout mal, prend sa revanche", 

 

Suspectée de détenir un démon...de nombreux rituels de cueillette sont nés !


"O pervenche,

Laisse toi prendre avec tes nombreuses qualités,

viens à moi ornée de ta vertu,

Pourvois-moi de telle façon

Que je sois toujours prospère,

Protégé contre les poisons et autres maux"
 


 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

Dans la mythologie celte


La Dame Blanche (Grande déesse) connue dans les pays celtiques comme Dryade de la Mort et identifiée avec Macha. Reine des Morts, c’est l’aspect harpie de la Déesse. Elle représente mort, ruine et destruction.


Dans les anciens folklores français, italien, britannique, cette fleur aux cinq pétales bleus, consacrée à la Grande Déesse, passe pour être la fleur de la Mort.


"Au moyen âge, on plaçait une guirlande de pervenches sur les têtes de ceux que l'on conduisait au lieu de leur exécution. La fleur à cinq pétales bleus est consacrée à la Déesse ;  ses solides lianes vertes auront été les liens dont elle se sera servie envers sa victime." (Le mythe celte - Robert Graves) 


La Pervenche pouvait aussi être  tressée autour des couronnes des mariées. 
 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

Georges Chaulet (1931-2012) écrivain .

nous a conté l'histoire du "prince charmant chez la fée Pervenche"
(Hachette-Jeunesse - bibliothèque rose)


"AH, Prince! C'est encore quelque diablerie! J'ai bien envie de me sauver! - Du courage, La Malice! Diablerie ou pas, nous devons franchir ces flammes..."

Et le prince Charmant se précipite hardiment à travers la muraille de feu.
Passé ce premier obstacle, combien il en restera encore à renverser avant que tous deux arrivent chez la fée Pervenche!

Heureusement, l'écuyer La Malice a plus d'un tour dans son sac... à malices!
 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

 

les fairies (fées) concerne le petit peuple issu de la mythologie celtique,

Elles sont dotées de pouvoirs magiques

 

La fée Pervenche et l'elfe

fée pervenche - Cicély Mary Barker

fée pervenche - Cicély Mary Barker

Elfe - Joséphine Elfe - Joséphine Wall

Elfe - Joséphine Elfe - Joséphine Wall

Elle est parfois associée au culte de la Vierge Marie

 

Contes et légendes d'Allemagne, de Suisse et d'Autriche

De Elena Balzamo, Reinhard Kaiser, Aux origines du monde,


Dans l'ancien testament la pervenche n'est pas mentionnée et voici pourquoi.

Lorsque la Sainte Vierge Marie eut l'âge de se marier, beaucoup de prétendants, hommes distingués, vinrent demander sa main, car elle était extraordinairement belle, si belle que le soleil refusait de se coucher quant il lui arrivait d'éclairer son visage.

Etant également très pieuse, elle avait décidé d'épouser le plus pieux des prétendants, quel que fussent sa naissance et son rang. Elle pria ardemment le Seigneur de lui envoyer un signe permettant de reconnaître son futur époux. Sa prière fut exaucée, et elle put annoncer aux prétendants :
Je donnerai ma main à celui dont la canne verdira.

Ces propos jetèrent un trouble.

Un soir, la jeune fille était assise avec ses parents devant la porte de leur maison, profitant de l'agréable fraîcheur. Un pauvre charpentier, qui se prénommait Joseph, arriva en tenant à la main un bâton recouvert de pousses vertes. La Vierge reconnut aussitôt le signe, et peu de temps après elle épousa le pieux charpentier.

Le jour de leurs noces, celui-ci ficha son bâton dans le sol, et aussitôt une multitude de vrilles jaillirent dans le sol, et les pousses vertes continuèrent à proliférer, de plus en plus nombreuses, de plus en plus denses. Elles restèrent vertes même à l'époque où toutes les autres plantes furent dépouillées de leurs feuilles.

Telle est l'origine de la pervenche.  
 

Vierge à la pervenche - Rubens

Vierge à la pervenche - Rubens

En Flandre, elle jonche le chemin que suit les futurs mariés pour se rendre à l’église, la fleur symbolise l'innocence de la fiancée, les feuilles la pérennité de sentiments amoureux.


"La pervenche porte bonheur à une fille lorsqu'elle est offerte par un tout jeune homme."
 

Demoiselle aux pervenches - Fanny Caille 1847-1893

Demoiselle aux pervenches - Fanny Caille 1847-1893

Dans le langage des  fleurs,  

 


Les tiges de la pervenche forment comme une corde, elle exprime donc 
-"la fidélité et l’amitié".

 

 Parce qu'elle conserve toute l'année ses petites feuilles ovales d'un vert foncé et luisant, elle est 

-"Symbole de l'éternité..",

 

Sa délicatesse, sa couleur bleue, en font un 

-"symbole de modestie, de douceur, du doux souvenir, de mélancolie et de la joie revenue".

"je me languis de vous"

"Tendre souvenir"

"Je ne rêve qu'à vous"

"Vous êtes mon premier amour"
 

Bouquet de pervenches - Anne Cotterill

Bouquet de pervenches - Anne Cotterill

Alphonse Karr n'oublia pas d'évoquer la symbolique de cette fleur "souvenir"

: "....La Pervenche avec ....ses fleurs d'un bleu si frais et si charmant, et que dans les campagnes on appelle violette des morts".


(Source : Plantes et arbres remarquables des rues, squares et jardins de Rouen ...de Bernard Boullard)
 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

En Littérature


Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) décrit dans l''épisode de la pervenche, le bonheur, à travers le souvenir, que peut procurer la vue de cette simple petite fleur bleue.

En 1734, sur le chemin des Charmettes, il avait entrevu une pervenche. Trente années plus tard, en 1764, en herborisant avec son ami Du Peyrou, il rencontre pour la seconde fois de sa vie cette petite fleur bleue qui le transporte des années en arrière, au temps heureux.

 

" Ici commence le court bonheur de ma vie".

 "Le premier jour que nous allâmes coucher aux Charmettes, Maman était en chaise à porteurs et je la suivais à pied. Le chemin monte, elle était assez pesante, et craignant de trop fatiguer ses porteurs, elle voulut descendre à peu près à moitié chemin pour faire le reste à pied. En marchant elle vit quelque chose de bleu dans la haie et me dit : « voilà de la pervenche » je ne me baissai pas pour l’examiner car j’ai la vue trop courte pour distinguer à terre les plantes de ma hauteur.
Je jetai seulement en passant un coup d’œil sur celle-là, et près de trente ans se sont passés sans que j’aie revu de la pervenche ou que j’y aie fait attention.
 En 1764 étant à Cressier avec mon ami M. Du Peyrou, nous montions une petite montagne au sommet de laquelle il a un joli salon qu’il appelle avec raison Bellevue. Je commençais à herboriser un peu. En montant et regardant parmi les buissons je pousse un cri de joie : Ah voilà de la pervenche ; et c’en était en effet. Du Peyrou s’aperçut du transport, mais il en ignorait la cause ; il l’apprendra, je l’espère, lorsqu’un jour il lira ceci ".

 

Portrait de Rousseau à Ermenonville - Georges-Frédéric Meyer (1735-1779)

Portrait de Rousseau à Ermenonville - Georges-Frédéric Meyer (1735-1779)

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

 

André Lemoyne (1822-1907) - poète

Recueil : Les charmeuses (1864).

À André Theuriet.

 

Fleurs d'avril

 

Le bouvreuil a sifflé dans l'aubépine blanche ;

Les ramiers, deux à deux, ont au loin roucoulé,

Et les petits muguets, qui sous bois ont perlé,

Embaument les ravins où bleuit la pervenche.

 

Sous les vieux hêtres verts, dans un frais demi-jour,

Les heureux de vingt ans, les mains entrelacées,

Echangent, tout rêveurs, des trésors de pensées

Dans un mystérieux et long baiser d'amour.

 

Les beaux enfants naïfs, trop ingénus encore

Pour comprendre la vie et ses enchantements,

Sont émus en plein cœur de chauds pressentiments,

Comme aux rayons d'avril les fleurs avant d'éclore.

 

Et l'homme ancien qui songe aux printemps d'autrefois,

Oubliant pour un jour le nombre des années,

Ecoute la voix d'or des heures fortunées

Et va silencieux en pleurant sous les bois.
 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

Alphonse de Lamartine (1790-1869)

Recueil : Méditations poétiques inédites (1849)

 


La Pervenche

 

Pâle fleur, timide pervenche,

Je sais la place où tu fleuris,

Le gazon où ton front se penche

Pour humecter tes yeux flétris !

 

C'est dans un sentier qui se cache

Sous ses deux bords de noisetiers,

Où pleut sur l'ombre qu'elle tache

La neige des fleurs d'églantiers.

 

L'ombre t'y voile, l'herbe égoutte

Les perles de nos nuits d'été,

Le rayon les boit goutte à goutte

Sur ton calice velouté.

 

Une source tout près palpite,

Où s'abreuve le merle noir;

Il y chante, et moi j'y médite

Souvent de l'aube jusqu'au soir.

 

Ô fleur, que tu dirais de choses

À mon amour, si tu retiens

Ce que je dis à lèvres closes

Quand tes yeux me peignent les siens !
 

Pervenches - aquarelle Martine Réau-Gensollen

Pervenches - aquarelle Martine Réau-Gensollen

Robert Desnos (1900-1945) - poète 

Recueil : "Chantefleurs"

 

La Pervenche et la primevère

 

Doña Dolorès Primevère,

Lady Roxelane Pervenche

Un beau dimanche,

Montent en haut du belvédère.

Rêveuse pervenche,

Douce primevère,

Radieuse atmosphère.
 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

Gérard Lemaire (1942-2016) -poète

 

Le bleu de la pervenche


Le bleu de la pervenche
Tranquillement plus bleu

La fleur s'élargit au-dessus
De l'herbe indiscrète

 La pervenche rayonne
Sa nature n'est qu'un chant

Ses larges pétales reines livrent
Le plus pur trésor

Son bleu au fond des yeux
Plus intense que tout autre

Il est bleu d'un monde
Celui qu'aucune main ne touche

Ce bleu fait parole
Sur les lèvres du muet

 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

 

La pervenche dans cette ballade enfantine traditionnelle, auteur anonyme (chanson populaire française).

 

Aux marches du palais. bis
Y a une tant belle fille, lon la,
Y a une tant belle fille............
......................
(....)La belle si tu voulais, (bis)
Nous dormirions ensemble, lon-la
Nous dormirions ensemble.

Dans un grand lit carré, (bis)
Couvert de toiles blanches, lon-la
Couvert de toiles blanches.

Aux quatre coins du lit, (bis)
Un bouquet de pervenches, lon-la
Un bouquet de pervenches.

(....) Et nous y dormirions (bis)
Jusqu'à la fin du monde, lon-la
Jusqu'à la fin du monde. »

 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

Victor  Hugo (1802-1885) - poète 

Les chansons des rues et des bois

dans 

 

L'Église


(...)
C'était l'église en fleurs, bâtie

Sans pierre, au fond du bois mouvant,

Par l'aubépine et par l'ortie

Avec des feuilles et du vent.

 

Le porche était fait de deux branches,

D'une broussaille et d'un buisson;

La voussure, toute en pervenches,

Était signée: Avril, maçon.

 

Dans cette vive architecture,

Ravissante aux yeux attendris,

On sentait l'art de la nature;

On comprenait que la perdrix,

 

Que l'alouette et que la grive

Avaient donné de bons avis

Sur la courbure de l'ogive,

Et que Dieu les avait suivis.
(...)

 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

Paul Bulliard (1911-1943) - Instituteur et  Poète français

St-Jean d'Aulph, 21 avril 1939.

poème extrait de "La Chanson simple"

 

 

Pervenches

 

Ce matin j'ai cueilli, dans la douce rosée

La pervenche d'azur en un coin d'ombre frais :

J'ai cru que ton regard, quand ma main s'est posée

- Regard limpide en l'herbe humide - m'appelait. 

 

 Et je suis revenu portant dans ce bouquet

Tes yeux adolescents, cette fleur de toi-même

Qui reflète un troublant infini, et que j'aime...

Ô les cieux, le printemps, des yeux dans un bouquet ! 

 

J'ai placé dans un vase, auprès de ton portrait

La pervenche d'azur qui te donnait sa vie,

Et le bleu de la fleur, à la photographie

Passa : ton regard cher lentement s'éclairait...

 

Aujourd'hui je t'attends: et j'ai le tendre espoir

Que tu viendras enfin et que je pourrai voir

Plus profond, plus subtil, plus beau que la pervenche,

Ton regard doux et bleu, où ton âme se penche. 
 

Bouquet de pervenches - Rita Le Bagousse

Bouquet de pervenches - Rita Le Bagousse

Jean François Victor Aicard (1848-1921) est un poète, romancier et dramaturge français.

Recueil : Les jeunes croyances (1867)


 

Le parfum des pervenches

 
Bonne Vierge, écoutez ma voix, je vous en prie ! 

Hier, parmi les bouquets vivants de la prairie, 

Je cueillis, en tressant ma guirlande, une fleur 

Dont le calice bleu n'exhalait nulle odeur.

 

« La pervenche, pour nous, dit ma mère chérie, 

Est toujours sans parfums célestes, car Marie 

Par les anges en fait dérober la senteur,

 Et leurs tremblantes mains la portent à son cœur.

 

« Mais quand l'hiver flétrit les plantes qui frissonnent, 

Pour embaumer les cieux les chérubins moissonnent 

Les âmes des petits innocents comme toi. »

 

Vierge, ayant écouté, tout joyeux, ces paroles, 

J'ai des fleurs du jardin ravagé les corolles, 

Pour que tes messagers n'y trouvent plus que moi !
 

Pervenches - François Barraud

Pervenches - François Barraud

Marcel Proust (1871-1922)

Du côté de chez Swann


"Ses yeux bleuissaient comme une pervenche impossible à cueillir et que pourtant elle m'eut dédiée."
 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 

Et chanté par Bourvil le voleur de pervenches

 

Le voleur de pervenches

Il est encore en prison

Il a volé deux pervenches

Pour en faire deux chansons

Il a fait la première

Pour les beaux yeux de Sylvie

La deuxième pour sa mère

Les deux femmes de sa vie

Bienheureux le voleur

Quand il vole des fleurs

Pour l'amour et le coeur

La, la, la, la . . . .

 

Le voleur de pervenches

A le coeur en liberté

Les prisons sans dimanche

N'empêchent pas d'aimer

Et pour sa récompense

Un miracle est arrivé

Car il pleut des pervenches

La prison s'est écrasée

Bienheureux prisonnier

Ton amour t'a payé

D'un printemps tout entier

La, la, la, la . . . .

 

Le voleur de pervenches

S'est enfuit de sa prison

Il a des fleurs dans les manches

Et l'printemps aux talons

Toutes ces fleurs pour sa mère

Pour Sylvie et ses beaux yeux

Il a fleurit toute la terre

Les printemps sont toujours bleus

La, la, la, la . . 
 

Mythologie des fleurs -  La pervenche 
Mythologie des fleurs -  La pervenche 
Partager cet article
Repost0
20 mars 2020 5 20 /03 /mars /2020 00:07

Les fleurs par les grands peintres -

 

Blanche Odin - Violettes

Les fleurs par les grands peintres -   Blanche Odin - Violettes

Les fleurs par les grands peintres - Blanche Odin - Violettes

Partager cet article
Repost0
20 mars 2020 5 20 /03 /mars /2020 00:06

Les fleurs par les grands peintres -

 

Blanche Odin - Violettes

Les fleurs par les grands peintres -   Blanche Odin - Violettes

Les fleurs par les grands peintres - Blanche Odin - Violettes

Partager cet article
Repost0
20 mars 2020 5 20 /03 /mars /2020 00:04

Les fleurs par les grands peintres -

 

Blanche Odin - Violettes

Les fleurs par les grands peintres -   Blanche Odin - Violettes

Les fleurs par les grands peintres - Blanche Odin - Violettes

Partager cet article
Repost0
20 mars 2020 5 20 /03 /mars /2020 00:01

Les fleurs par les grands peintres -

 

Blanche Odin - Violettes

 

Les fleurs par les grands peintres -   Blanche Odin - Violettes

Les fleurs par les grands peintres - Blanche Odin - Violettes

Partager cet article
Repost0
20 mars 2020 5 20 /03 /mars /2020 00:00

Les fleurs par les grands peintres -

 

Henry Meynell Rheam (1859-1920)

Violettes, 1904.

Les fleurs par les grands peintres -   Henry Meynell Rheam (1859-1920) Violettes, 1904.

Les fleurs par les grands peintres - Henry Meynell Rheam (1859-1920) Violettes, 1904.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2020 4 19 /03 /mars /2020 23:58

Les fleurs par les grands peintres -

 

Antoine Vollon (1833-1900),

Nature morte aux violettes.

Les fleurs par les grands peintres -   Antoine Vollon (1833-1900),  Nature morte aux violettes.

Les fleurs par les grands peintres - Antoine Vollon (1833-1900), Nature morte aux violettes.

Partager cet article
Repost0

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chêne de la Forêt de Chaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salines d'Arc et Senans


 

 

 

 

 

Cascade de la Billaude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains