Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 20:50

 

 

René Armand François Prudhomme, dit Sully Prudhomme (1839-1907) poète français, premier lauréat du prix Nobel de littérature en 1901.

Les solitudes

 

 

Prière au printemps

 

Toi qui fleuris ce que tu touches,

Qui, dans les bois, aux vieilles souches

Rends la vigueur,

Le sourire à toutes les bouches,

La vie au coeur ;

 

Qui changes la boue en prairies,

Sèmes d’or et de pierreries

Tous les haillons,

Et jusqu’au seuil des boucheries

Mets des rayons !

 

Ô printemps, alors que tout aime,

Que s’embellit la tombe même,

Verte au dehors,

Fais naître un renouveau suprême

Au coeur des morts !

 

Qu’ils ne soient pas les seuls au monde

Pour qui tu restes inféconde,

Saison d’amour !

Mais fais germer dans leur poussière

L’espoir divin de la lumière

Et du retour !


 

Sully Prudhomme (1839-1907) - poète français - Prière au printemps
Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 20:42

 

 

Gaston Couté (1880-1911) poète libertaire et chansonnier français, connu pour ses textes antimilitaristes, sociaux et anarchistes utilisant parfois le patois beauceron ou l'argot.

Les saisons 


 

Printemps

 

Le printemps va bientôt naître. Les hirondelles

Pour que l’azur s’en vienne égayer son berceau

Fendent le crêpe du brouillard à grands coups

Prestes et nets ainsi que des coups de ciseaux.

 

Des rustres stupides et des corbeaux voraces

Qui s’engraissaient parmi les horreurs de l’hiver

En voyant les oiseaux d’espoir traverser l’air

Se liguent aussitôt pour leur donner la chasse.

 

Les hirondelles agonisent en des cages,

Leur aile saigne sous la serre des corbeaux,

Mais parmi l’azur qui crève enfin les nuages

Voici l’Avril ! Voici le printemps jeune et beau.

 

O gouvernants bourgeois à la poigne cruelle

Emprisonnez les gens, faites en des martyrs,

Tuez si ça vous plaît toutes les hirondelles,

Vous n’empêcherez pas le printemps de venir.
 

Gaston Couté (1880-1911) - poète libertaire et chansonnier français - Printemps
Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 20:38


René Armand François Prudhomme, dit Sully Prudhomme (1839-1907) poète français, premier lauréat du prix Nobel de littérature en 1901.

Recueil : Les solitudes

 

 

Mars

 

En mars, quand s’achève l’hiver,

Que la campagne renaissante

Ressemble à la convalescente

Dont le premier sourire est cher ;

 

Quand l’azur, tout frileux encore,

Est de neige éparse mêlé,

Et que midi, frais et voilé,

Revêt une blancheur d’aurore ;

 

Quand l’air doux dissout la torpeur

Des eaux qui se changeaient en marbres ;

Quand la feuille aux pointes des arbres

Suspend une verte vapeur ;

 

Et quand la femme est deux fois belle,

Belle de la candeur du jour,

Et du réveil de notre amour

Où sa pudeur se renouvelle,

 

Oh ! Ne devrais-je pas saisir

Dans leur vol ces rares journées

Qui sont les matins des années

Et la jeunesse du désir ?

 

Mais je les goûte avec tristesse ;

Tel un hibou, quand l’aube luit,

Roulant ses grands yeux pleins de nuit,

Craint la lumière qui les blesse,

 

Tel, sortant du deuil hivernal,

J’ouvre de grands yeux encore ivres

Du songe obscur et vain des livres,

Et la nature me fait mal.


 

Sophia Vinogradova  - perce neige

Sophia Vinogradova - perce neige

Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 20:29

 

 

Henri-Frédéric Amiel (1821-1881) écrivain et philosophe suisse, auteur d'un journal intime exceptionnel tant par son volume (17 000 pages) que par la valeur et l'universalité de son message.

Recueil : Grains de mil (1854).

 


Printemps du Nord.

 

Linotte

Qui frigotte,

Dis, que veux-tu de moi ?

Ta note,

Qui tremblote,

Me met tout en émoi.

 

Journée

Illuminée,

Soleil riant d'avril,

En quel songe

Se plonge

Mon cœur, et que veut-il ?

 

Sur la haie,

Où s'égaie

Le folâtre printemps,

La rosée,

Irisée,

Sème ses diamants.

 

Violette

Discrète,

Devant Dieu tu fleuris ;

Primevère,

A la terre,

Bouche d'or, tu souris.

 

Petite

Marguerite,

Conseillère du cœur,

Ta couronne

Mignonne

Epèle mon bonheur.

 

Blanche et fine

Aubépine,

A tes pieds, la fourmi

Déjà teille

Et réveille

Son brin d'herbe endormi.

 

La mousse

Qui repousse

Attend l'or du grillon ;

La rose,

Fraîche éclose,

Rêve au bleu papillon.

 

Mais, fidèle

Hirondelle,

Au nid toi qui reviens,

La tristesse

M'oppresse...

Où donc sont tous les miens ?

 

L'eau sans ride

Et limpide

Ouvre de ses palais,

Où tout brille

Et frétille,

Les réduits les plus frais.

 

Sur la branche

Qui penche,

Vif, l'écureuil bondit ;

La fauvette

Coquette

Se lustre dans son nid.

 

La grue

En l'étendue

A glissé, trait d'argent ;

Dans l'anse

Se balance

Le cygne négligent.

 

La follette

Alouette,

Gai chantre des beaux jours,

Dans l'azur libre

Vibre,

Appelant les amours.

 

Journée

Illuminée,

Soleil riant d'avril,

En quel songe

Se plonge

Mon cœur, et que veut-il ?

 

Dans l'onde

Vagabonde,

Aux prés, sur les buissons,

Sous la ramée

Aimée,

Aux airs, dans les sillons,

 

Tout tressaille

Et travaille,

Germe, respire et vit,

Tout palpite

Et s'agite,

Va, chante, aime et bénit.

 

Mais mon âme

Est sans flamme...

Beaux jours en vain donnés,

Nature

Calme et pure,

Ô printemps, pardonnez !

 

Linotte

Qui frigotte,

Dis, que veux-tu de moi ?

Ta note

Qui tremblote

Met mon cœur en émoi.
 

Henri-Frédéric Amiel (1821-1881) - écrivain et philosophe suisse - Printemps du Nord.
Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 20:27

 

 

Antoine de Latour (1808-1881) Poète et écrivain français.

Recueil : Loin du foyer (1835).

 


Au printemps qui ne vient pas

 

Où donc est le printemps ? Endormi sous la nue

Le soleil ne luit pas ou brille sans chaleur,

Et dans les champs, la neige, aux arbres suspendue,

Tient la sève captive et dévore la fleur.

 

Tout frissonne et se tait ; le pauvre laboureur

S'assied morne et pensif sur quelque roche nue ;

Le pain pour ses enfants va manquer, et son cœur

Maudira l'heure sainte où leur mère est venue.

 

Il est aussi des temps où du soleil divin

L'homme attend le retour et le demande en vain ;

Qui de nous, une fois, et de l'âme et du monde

 

N'a cru voir les destins confondus et flottants,

Et des esprits troublés sondant la nuit profonde

Ne s'écria jamais : — Où donc est le printemps ?
 

Antoine de Latour (1808-1881) - Poète et écrivain français - Au printemps qui ne vient pas
Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 20:26

 

 

Gérard Labrunie, dit Gérard de Nerval, (1808-1855) est un écrivain et un poète français. Figure majeure du romantisme français, il est essentiellement connu pour ses poèmes et ses nouvelles, notamment son ouvrage Les Filles du feu, recueil de nouvelles (la plus célèbre étant Sylvie), son recueil de sonnets (Les Chimères) publié en 1854 et sa nouvelle poétique Aurélia publiée en 1855.

Odelettes

 

Chanson gothique

 

Belle épousée,

J’aime tes pleurs !

C’est la rosée

Qui sied aux fleurs.

 

Les belles choses

N’ont qu’un printemps,

Semons de roses

Les pas du Temps !

Soit brune ou blonde

Faut-il choisir ?

Le Dieu du monde,

C’est le Plaisir.

 

Vladimir Volegov-

Vladimir Volegov-

Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 20:24

 

 

Amable Tastu (1795-1885) femme de lettres française, poétesse et librettiste.

Recueil : Poésies, 1826

 


Le printemps

 

Viens, charmante saison, jeunesse de l’année,

Viens animer encore le luth des Troubadours,

Des fleurs que tu fais naître accours environnée,

Elles seront le prix de nos chansons d’amours.

 

Voici venir le jour où la Reine des anges,

Seule, au pied de la croix, répandit tant de pleurs,

Qu’elle entende aujourd’hui l’hymne de nos louanges

Redire aux saints autels ses sublimes douleurs.

 

Cité de mes aïeux, Toulouse tant chérie,

Sois à jamais l’orgueil, l’amour de tes enfants ;

Qu’ils trouvent dans les murs de leur belle patrie

Le sujet et le prix de leurs nobles accents !

 

Poètes orgueilleux, caressez l’espérance

De laisser après vous un renom immortel ;

Le mien s’éteindra vite ; et le nom de Clémence

Ne sera point connu du jeune Ménestrel.

 

La rose du matin le soir jonche la terre ;

Avec indifférence on la voit se flétrir ;

Et le vent de la nuit, de son aile légère,

Disperse dans les airs son dernier souvenir.

 

Capitole Toulouse - Salle Henri-Martin - Les amoureux -  printemps bords de la Garonne - Henri Martin

Capitole Toulouse - Salle Henri-Martin - Les amoureux - printemps bords de la Garonne - Henri Martin

Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 20:23

 

 

Henri Durand (1818-1842) - Poète vaudois de langue française 

Recueil : Poésies complètes (1858).


 

 

Le sommeil du printemps.


 

Mère, ouvre le rideau ! le soleil qui se lève

Vient jeter sur mon lit ses rayons éclatants.

Ce jour vient de ma nuit chasser le mauvais rêve,

Il fait si doux, si pur un matin de printemps !

 

On voit les monts neigeux par-dessus les charmilles ;

Mais la vigne, le pré commence à verdoyer ;

Hier au soir j'entendais chanter les jeunes filles

Sous l'ombrage naissant de notre grand noyer.

 

La sève du printemps, qui redresse les branches,

Monte dans le jeune arbre et dans le vieux aussi ;

Je vois lever la tête aux marguerites blanches.

Un souffle frais et sain m'arrive jusqu'ici.

 

Jusqu'ici Mais dehors, il fait plus beau, ma mère !

Heureux qui peut marcher quelques pas sans souffrir !

L'an dernier, je t'allais cueillir la primevère ;

Près du ruisseau, je gage, elle est prête à fleurir.

 

Aurait-on cru jamais que d'un printemps à l'autre

On pût ainsi changer ? Comme tout était beau !

Je plantais de mes fleurs mon jardin et le vôtre...

Bientôt vous planterez vos fleurs sur mon tombeau ! —

 

Puisqu'il est pour l'année encore une jeunesse,

Pour ma vie, oh ! pourquoi n'est-il plus de printemps ?

Ce qui devait mûrir de joie et de tendresse,

Faut-il que sans germer il étouffe au-dedans ?

 

Ce doux matin ! — pourtant c'est le dernier peut-être

Dont je vois ici-bas le lever triomphal...

Ma mère, au nom de Dieu, fermez cette fenêtre ;

Le printemps, le soleil, les fleurs, tout me fait mal !

 

Qu'a donc cette hirondelle à chanter si joyeuse

Sous ce malheureux toit où je plains et gémis ?

Qu'il fait froid, qu'il fait chaud sur ma couche fiévreuse !...

S'ils viennent pour me voir, renvoyez mes amis !...

 

Combien est dur, hélas ! tout ce qui vous rappelle

Qu'on est jeune et qu'on meurt ! Peut-être que l'on croit

Ma douleur consolable ; — on la croit peu réelle ;

A consoler les morts les vivants n'ont pas droit.

 

Oh ! ne te cache pas, toi, bonne mère ; pleure,

Pleure et prie avec moi ! quand ce printemps béni

Réveille tout, comment ce peut-il être l'heure

De m'endormir déjà ? Déjà Dieu ! tout fini !...

 

Non, tout n'est pas fini, frère, bonne espérance !

Béni soit ton sommeil qui vient tarir nos pleurs !

Non, tout n'est pas fini, ce printemps qui commence,

C'est celui dont juillet ne flétrit pas les fleurs ;

 

Celui dont les oiseaux ont à chanter sans cesse,

Où coule des jours purs le ruisseau sans écarts,

Le printemps éternel, l'éternelle jeunesse !...

— Heureux qui de l'automne ignore les brouillards !

Henri Durand (1818-1842) - Poète vaudois de langue française - Le sommeil du printemps.
Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 20:22

 

 

Jean-Antoine de Baïf (1532-1589) poète français. Ami de Pierre de Ronsard et membre de la Pléiade, il se distingue comme le principal artisan de l'introduction en France d'une versification quantitative mesurée, calquée sur la poésie de l'Antiquité gréco-latine.

 


Au printemps

 

La froidure paresseuse

De l’hiver a fait son temps,

Voici la saison joyeuse

Du délicieux printemps.

La terre de fleurette l’est ;

La feuillure retournée

Fait ombre dans la forêt.

 

Tout résonne des voix nettes

De toutes races d’oiseaux,

Par les champs, des alouettes,

Des cygnes dessus les eaux

Aux maisons, les arondelles,

Les rossignols , dans les bois,

En gaies chansons nouvelles,

Exercent leurs belles voix.
 

Alfred Sisley - Printemps aux environs de Paris, pommiers en fleurs

Alfred Sisley - Printemps aux environs de Paris, pommiers en fleurs

Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 20:21

 

 

Rémy Belleau (1528-1577) poète français de la Pléiade.

Recueil : La Bergerie (1565).

 

 

Avril

 

Avril, l'honneur et des bois

Et des mois,

Avril, la douce espérance

Des fruits qui sous le coton

Du bouton

Nourrissent leur jeune enfance ;

 

Avril, l'honneur des prés verts,

Jaune, pers,

Qui d'une humeur bigarrée

Émaillent de mille fleurs

De couleurs

Leur parure diaprée ;

 

Avril, l'honneur des soupirs

Des zéphyrs,

Qui, sous le vent de leur aile,

Dressent encore es forêts

Des doux rets

Pour ravir Flore la belle ;

 

Avril, c'est ta douce main

Qui du sein

De la nature desserre

Une moisson de senteurs

Et de fleurs,

Embaumant l'air et la terre.

 

Avril, l'honneur verdissant,

Florissant

Sur les tresses blondelettes

De ma dame, et de son sein

Toujours plein

De mille et mille fleurettes ;

 

Avril, la grâce et le ris

De Cypris,

Le flair et la douce haleine ;

Avril, le parfum des dieux

Qui des cieux

Sentent l'odeur de la plaine.

 

C'est toi courtois et gentil

Qui d'exil

Retire ces passagères,

Ces arondelles qui vont

Et qui sont

Du printemps les messagères.

 

L'aubépine et l'aiglantin,

Et le thym,

L'oeillet, le lis et les roses,

En ceste belle saison,

À foison,

Montrent leurs robes écloses.

 

Le gentil rossignolet,

Doucelet,

Découpe dessous l'ombrage

Mille fredons babillars,

Frétillars

Au doux chant de son ramage.

 

C'est à ton heureux retour

Que l'amour

Souffle à doucettes haleines

Un feu croupi et couvert

Que l'hiver

Recelait dedans nos veines.

 

Tu vois en ce temps nouveau

L'essaim beau

De ces pillardes avettes

Voleter de fleur en fleur

Pour l'odeur

Qu'ils mussent en leurs cuissettes.

 

Mai vantera ses fraîcheurs,

Ses fruits meurs

Et sa féconde rosée,

La manne et le sucre doux,

Le miel roux,

Dont sa grâce est arrosée.

 

Mais moi je donne ma voix

À ce mois,

Qui prend le surnom de celle

Qui de l'écumeuse mer

Voit germer

Sa naissance maternelle.
 

William Savage-Cooper (1861-1943) - Printemps

William Savage-Cooper (1861-1943) - Printemps

Partager cet article
Repost0

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chêne de la Forêt de Chaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salines d'Arc et Senans


 

 

 

 

 

Cascade de la Billaude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains