Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 17:11

 

 

Charles Ier d'Orléans (1394 -1465) duc d'Orléans et de Valois, prince connu surtout pour ses œuvres poétiques écrites lors de sa longue captivité anglaise. 

 


Hiver, vous n'êtes qu'un vilain 

 

Hiver, vous n'êtes qu'un vilain,

Été est plaisant et gentil,

En témoin de Mai et d'Avril

Qui l'accompagnent soir et matin.

 

Été revêt champs, bois et fleurs,

De sa livrée de verdure

Et de maintes autres couleurs

Par l’ordonnance de Nature.


.
Mais vous, Hiver, trop êtes plein

De neige, vent, pluie et grésil ;

On vous doit bannir en exil.

Sans point flatter, je parle plain :

 

Hiver, vous n'êtes qu'un vilain.
 

Charles Ier d'Orléans (1394 -1465) duc d'Orléans - poète - Hiver, vous n'êtes qu'un vilain,
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 17:10

 

 

Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) poètesse française, pionnière du romantisme.

 

Hiver


Non, ce n'est pas l'été, dans le jardin qui brille,

Où tu t'aimes de vivre, où tu ris, coeur d'enfant !

Où tu vas demander à quelque jeune fille,

Son bouquet frais comme elle et que rien ne défend.

 

Ce n'est pas aux feux blancs de l'aube qui t'éveille,

Qui rouvre à ta pensée un lumineux chemin,

Quand tu crois, aux parfums retrouvés de la veille,

Saisir déjà l'objet qui t'a dit : " A demain ! "

 

Non ! ce n'est pas le jour, sous le soleil d'où tombent

Les roses, les senteurs, les splendides clartés,

Les terrestres amours qui naissent et succombent,

Que tu dois me rêver pleurante à tes côtés :

 

C'est l'hiver, c'est le soir, près d'un feu dont la flamme

Eclaire le passé dans le fond de ton âme.

Au milieu du sommeil qui plane autour de toi,

Une forme s'élève ; elle est pâle ; c'est moi ;

 

C'est moi qui viens poser mon nom sur ta pensée,

Sur ton coeur étonné de me revoir encor ;

Triste, comme on est triste, a-t-on dit, dans la mort,

A se voir poursuivi par quelque âme blessée,

 

Vous chuchotant tout bas ce qu'elle a dû souffrir,

Qui passe et dit : " C'est vous qui m'avez fait mourir ! "
 

Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) - poètesse française - Hiver
Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 19:12

 

 

Charles Cros (1842-1888)  poète et inventeur français.

 


Les quatre saisons - L'hiver

 


C'est l'hiver. Le charbon de terre

Flambe en ma chambre solitaire.

 

La neige tombe sur les toits.

Blanche ! Oh, ses beaux seins blancs et froids !

 

Même sillage aux cheminées

Qu'en ses tresses disséminées.

 

Au bal, chacun jette, poli,

Les mots féroces de l'oubli,

 

L'eau qui chantait s'est prise en glace,

Amour, quel ennui te remplace !
 

Gustave Caillebotte - Toits sous la Neige (détail)

Gustave Caillebotte - Toits sous la Neige (détail)

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 19:11

 

 

François Coppée (1842 - 1908) poète, dramaturge et romancier français.
 Il fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs

 

 

La petite marchande de fleurs


Elle nous proposa ses fleurs d'une voix douce,

Et souriant avec ce sourire qui tousse.

Et c'était monstrueux, cette enfant de sept ans

Qui mourait de l'hiver en offrant le printemps.

Ses pauvres petits doigts étaient pleins d'engelures.

Moi je sentais le fin parfum de tes fourrures,

Je voyais ton cou rose et blanc sous la fanchon,

Et je touchais ta main chaude dans ton manchon.

Nous fîmes notre offrande, amie, et nous passâmes ;

Mais la gaîté s'était envolée, et nos âmes

Gardèrent jusqu'au soir un souvenir amer.

Mignonne, nous ferons l'aumône cet hiver.
 

François Coppée (1842 - 1908) - poète, dramaturge et romancier français - La petite marchande de fleurs
Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 19:10

 

 

François Coppée (1842 - 1908) poète, dramaturge et romancier français.
Il fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs

 

 


Janvier


Songes-tu parfois, bien-aimée,

Assise près du foyer clair,

Lorsque sous la porte fermée

Gémit la bise de l'hiver,

 

Qu'après cette automne clémente,

Les oiseaux, cher peuple étourdi,

Trop tard, par un jour de tourmente,

Ont pris leur vol vers le Midi ;

 

Que leurs ailes, blanches de givre,

Sont lasses d'avoir voyagé ;

Que sur le long chemin à suivre

Il a neigé, neigé, neigé ;

 

Et que, perdus dans la rafale,

Ils sont là, transis et sans voix,

Eux dont la chanson triomphale

Charmait nos courses dans les bois ?

 

Hélas ! comme il faut qu'il en meure

De ces émigrés grelottants !

Y songes-tu ? Moi, je les pleure,

Nos chanteurs du dernier printemps.

 

Tu parles, ce soir où tu m'aimes,

Des oiseaux du prochain Avril ;

Mais ce ne seront plus les mêmes,

Et ton amour attendra-t-il ?
 

François Coppée (1842 - 1908) - poète, dramaturge et romancier français -  Janvier
Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 19:09

 

 

François Coppée (1842 - 1908) poète, dramaturge et romancier français.
 Il fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs

 


L'allée est droite et longue, et sur le ciel d'hiver


L'allée est droite et longue, et sur le ciel d'hiver

Se dressent hardiment les grands arbres de fer,

Vieux ormes dépouillés dont le sommet se touche.

Tout au bout, le soleil, large et rouge, se couche.

À l'horizon il va plonger dans un moment.

Pas un oiseau. Parfois un léger craquement

Dans les taillis déserts de la forêt muette ;

Et là-bas, cheminant, la noire silhouette,

Sur le globe empourpré qui fond comme un lingot,

D'une vieille à bâton, ployant sous son fagot.
 

Gaudillière 1987 - la vieille au fagot

Gaudillière 1987 - la vieille au fagot

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 19:09

 

 

François Coppée (1842 - 1908) poète, dramaturge et romancier français.
Il fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs

 

 

Il a neigé la veille et, tout le jour, il gèle

 

Il a neigé la veille et, tout le jour, il gèle.

Le toit, les ornements de fer et la margelle

Du puits, le haut des murs, les balcons, le vieux banc,

Sont comme ouatés, et, dans le jardin, tout est blanc.

Le grésil a figé la nature, et les branches

Sur un doux ciel perlé dressent leurs gerbes blanches.

Mais regardez. Voici le coucher de soleil.

À l'occident plus clair court un sillon vermeil.

Sa soudaine lueur féerique nous arrose,

Et les arbres d'hiver semblent de corail rose.
 

François Coppée (1842 - 1908) - poète, dramaturge et romancier français - Il a neigé la veille et, tout le jour, il gèle
Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 19:08

 

 

Charles Baudelaire (1821-1867) poète français.

 


La cloche fêlée


Il est amer et doux, pendant les nuits d'hiver,

D'écouter, près du feu qui palpite et qui fume,

Les souvenirs lointains lentement s'élever

Au bruit des carillons qui chantent dans la brume,

 

Bienheureuse la cloche au gosier vigoureux

Qui, malgré sa vieillesse, alerte et bien portante,

Jette fidèlement son cri religieux,

Ainsi qu'un vieux soldat qui veille sous la tente !

 

Moi, mon âme est fêlée, et lorsqu'en ses ennuis

Elle veut de ses chants peupler l'air froid des nuits,

Il arrive souvent que sa voix affaiblie

 

Semble le râle épais d'un blessé qu'on oublie

Au bord d'un lac de sang, sous un grand tas de morts,

Et qui meurt, sans bouger, dans d'immenses efforts.
 

Charles Baudelaire (1821-1867) - poète français - La cloche fêlée
Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 19:07

 

 

Charles Baudelaire (1821-1867) poète français.




Ciel brouillé

 

On dirait ton regard d'une vapeur couvert ;

Ton oeil mystérieux (est-il bleu, gris ou vert ?)

Alternativement tendre, rêveur, cruel,

Réfléchit l'indolence et la pâleur du ciel.

 

Tu rappelles ces jours blancs, tièdes et voilés,

Qui font se fondre en pleurs les coeurs ensorcelés,

Quand, agités d'un mal inconnu qui les tord,

Les nerfs trop éveillés raillent l'esprit qui dort.

 

Tu ressembles parfois à ces beaux horizons

Qu'allument les soleils des brumeuses saisons...

Comme tu resplendis, paysage mouillé

Qu'enflamment les rayons tombant d'un ciel brouillé !

 

Ô femme dangereuse, ô séduisants climats !

Adorerai-je aussi ta neige et vos frimas,

Et saurai-je tirer de l'implacable hiver

Des plaisirs plus aigus que la glace et le fer ?

 

Alain Devaux ciel brouillé

Alain Devaux ciel brouillé

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 19:06

 

 

Théodore de Banville (1823-1891)  poète, dramaturge et critique dramatique français.

Célèbre pour les Odes funambulesques et Les Exilés, il est surnommé  "le poète du bonheur"


 

L'Hiver


Au bois de Boulogne, l'Hiver,

La terre a son manteau de neige.

Mille Iris, qui tendent leur piège,

Y passent comme un vif éclair.

 

Toutes, sous le ciel gris et clair,

Nous chantent le même solfège ;

Au bois de Boulogne, l'Hiver,

La terre a son manteau de neige.

 

Toutes les blancheurs de la chair

Y passent, radieux cortège ;

Les Antiopes de Corrège

S'habillent de martre et de vair

Au bois de Boulogne, l'Hiver.
 

Emile Antoine Guillier (1849-1883) 1879

Emile Antoine Guillier (1849-1883) 1879

Partager cet article
Repost0

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter