Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 18:42

Louise Levêque de Vilmorin, dite Louise de Vilmorin, est une femme de lettres française, née le 4 avril 1902 à Verrières-le-Buisson (Essonne), où elle est morte le 26 décembre 1969. 


recueil : Solitude, ô mon éléphant, 1972)


La jacinthe


Bleue et raide en son parfum
Fleurit mes regrets défunts
Et mes plaintes.

Je ne porterai plus les bijoux du hasard,
Diadème imprudent, bague mésalliée,
Mais, don de ton accueil, l’iris de ton regard
Et, pavois du repos au jour de mon départ,
Une jacinthe bleue à ma gorge liée.

 Louise de Vilmorin (1902-1969) - écrivain - la jacinthe
Partager cet article
Repost0
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 14:29

Maurice Carême, né le 12 mai 1899 à Wavre et mort le 13 janvier 1978 à Anderlecht, est un écrivain et poète belge de langue française.

 


Jonquilles


La terre a mis sur ses épaules rondes
Sa mantille d’abeilles.
Il n’est pas un oiseau au monde
Qui ne parle avec le soleil.
On entend rire les fontaines
Sur leur lit de pommes de pin
Et mille rondes enfantines
Se nouer au bord des chemins
Déjà les jonquilles en fleur
Frissonnent dans les mains du vent.
il n'est pas de bonheur plus grand
Que d'écouter battre son coeur.

Maurice Carême (1899-1978) - poète - jonquilles
Partager cet article
Repost0
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 14:09

Guy Rancourt (1948) - poète - Jonquille (acrostiche)
Guy Rancourt est né en mars 1948 à Saint-Jean-de-la-Lande en Beauce au Québec. Il a fait des études en langues, lettres et philosophie dans plusieurs universités (entre autres à Montréal.) Puis il a enseigné la philosophie dans différents collèges et surtout au cégep de Rimouski de 1973 à 2005. Il a également enseigné une année l’anglais au niveau secondaire à la polyvalente Montignac de Lac-Mégantic, et à l’UQAR, comme chargé de cours en philosophie.


Ses citations :

"L’effort fait les forts" 

"Le meilleur est à venir!"

 

 

Jonquille, acrostiche.


J…aune comme le soleil la jonquille.
O…n la voit un peu partout dans les rocailles et parterres.
N…arcisse l’appelle-t-on parfois.
Q…ue tu es magnifique dans tes dentelles!
U…ne mini trompette se cache dans tes pétales.
I…mpossible d’imaginer le printemps sans ta présence.
L…égère et délicate, tu te balances au vent
L…aissant derrière ce déhanchement tant de grâce
E…t d’essences subtiles, toi la jonquille…

Guy Rancourt (1948) - poète - Jonquille (acrostiche)
Partager cet article
Repost0
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 14:02

William Wordsworth, né le 7 avril 1770 à Cockermouth (Cumberland), mort le 23 avril 1850 à Rydal, près d'Ambleside (Westmorland), est un poète anglais. Il inaugure, avec Samuel Taylor Coleridge, la période romantique de la littérature anglaise lors de la publication de Lyrical Ballads (1798). Son œuvre maîtresse est Le Prélude, poème autobiographique consacré aux expériences fondatrices de sa jeunesse.

 

 

Les jonquilles

 

J’errais solitaire comme un nuage
Qui flotte loin au-dessus de collines et vallons,
Quand tout à coup j’ai vu une collection,
Une foule de jonquilles dorées;
Au bord du lac, sous les arbres,
Flottant et dansant dans la brise.

 

Permanentes comme les étoiles qui brillent
Et scintillent sur la Voie lactée,
Elles s’étendaient en une ligne infinie
Suivant la ligne d’horizon d’une baie:
Dix mille, en ai-je vu d’un seul regard,
Agitant la tête en une danse enjouée.

 

Les vagues dansaient à côté d’elles, mais elles
surpassaient les feuilles étincelantes de joie;
Un poète ne pouvait qu’être heureux,
En une telle joyeuse compagnie!
Je regardais, et regardais, mais sans penser
Au spectacle d’une telle richesse:

 

Car souvent, couché sur mon lit,
Libre ou à l’esprit rêveur,
Elles apparaissent sur ce regard intérieur
Qui est la béatitude de la solitude;
Et alors mon cœur de plaisir se remplit ,
Et danse avec les jonquilles.

William Wordsworth (1770-1850) - poète - Les jonquilles
Partager cet article
Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 17:52

Gabriello Chiabrera, que certains auteurs nomment aussi "Gabriele Chiabrera", né le 18 juin 1552 à Savone et mort le 14 octobre 1638, est un poète italien de la fin de la Renaissance, parfois appelé le "Pindare italien".

 

La violette


Qui sur l'herbette
S'ouvre au matin, toute nouvelle,
N'est-elle point
Toute embaumée
Toute charmante et toute belle ?

Certainement,
Car doucement
Elle nous donne son parfum,
Emplit le coeur
De beau plaisir
Par la beauté de ses couleurs.

Jolie, rougit,
Jolie, blanchit,
Parmi les brises du matin,
Fleuron d'avril
Toujours plus beau :
Mais à la fin, que devient-elle ?

Hélas ! Déjà,
Comme l'aurore,
Bien loin de nous elle s'envole ;
Voici languir,
Voici périr
La malheureuse violette.

Toi que beauté,
Toi que jeunesse,
Enorgueillissent aujourd'hui ;
Suave peine,
Si douce chaîne
De ma prison dure et cruelle,

Ah ! Que ton coeur
Sur cette fleur
Sache régler son vert printemps ;
Pas plus ne dure,
Fortune insigne,
Cette beauté que tu possèdes.

Gabriello Chiabrera (Savona, 1552-1638) - poète - la violette
Partager cet article
Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 17:50

Napoléon Legendre (1841-1907) est un écrivain, un avocat et un fonctionnaire canadien

 


La violette

 

Dans les prés verts où le ruisseau
Passe et murmure,
Tu mires au cristal de l'eau
Ta tête pure;
Petite fleur qu'un souffle suit,
Si parfumée, 
Par toi la brise de la nuit
Est embaumée.

 

Lorsque l'étoile, à l'horizon,
Pâle s'allume,
Sur ta corolle son rayon
Blanc se parfume;
Quand tu fuis les regards de tous,
Humble et discrète,
Ton doux parfum, ô Violette,
Monte vers nous.

 

Le premier souffle du printemps
Te fait éclore.
Et l'hiver qui blanchit nos champs
Te voit encore;
Dans la mansarde, ô douce fleur,
À la souffrance
Tu portes l'agréable odeur
Et l'espérance.

 

Quand nos larmes tombent sur toi,
Triste rosée,
Tu consoles dans son émoi
L'âme brisée;
Lorsque ton calice fermé
Devient tout pâle,
Ton dernier souffle qui s'exhale
Est parfumé.

Napoléon Legendre (1841-1907) - écrivain - la violette
Partager cet article
Repost0
13 mars 2019 3 13 /03 /mars /2019 23:17

Robert Desnos (1900-1945) - poète - L’Orchidée et la Pensée


Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie.


Recueil : "Chantefleurs"


 

L’orchidée et la pensée


N’ont pas ombre de cervelle.
La pensée a peu d’idée,
Aussi l’orchidée a-t-elle
En tête peu de pensée,
Pas de pensée et peu d’or
Chidée.

Robert Desnos (1900-1945) - poète - L’Orchidée et la Pensée
Partager cet article
Repost0
13 mars 2019 3 13 /03 /mars /2019 22:55

Robert Desnos (1900-1945) - poète - Le Mimosa
Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie.

Recueil : "Chantefleurs"

 


Le Mimosa


Sur la route de Saint-Tropez,
Mimosa Monsieur, mimosa Madame
Sur la route de Saint-Tropez,
De Saint-Tropez à La Ciotat,
Cueillez le mimosa,
Cueillez-le pour l’offrir aux dames.

Robert Desnos (1900-1945) - poète - Le Mimosa
Partager cet article
Repost0
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 00:54
Charles Van Lerberghe,
né à Gand le 21 octobre 1861 et mort à Bruxelles le 26 octobre 1907,
est un poète et écrivain symboliste belge francophone. Son œuvre la plus connue est La Chanson d'Ève (1904).Dix poèmes ont été mis en musique dans un cycle de mélodies op.95 par Gabriel Fauré 


Ô beau rosier du Paradis
 
Ô beau rosier du Paradis, 
Beau rosier aux milliers de roses, 
Qui dans les parfums resplendis, 
Et dans la lumière reposes ;
 
Ô beau rosier du jardin clos, 
Beau rosier aux roses altières, 
Qui sur l'herbe étends les réseaux 
Que font tes Ombres familières ;
 
Au tour de qui, toutes tremblantes, 
De l'Occident à l'Orient, 
Ces humbles et douces servantes 
Glissent et tournent lentement,
 
Jusques à l'heure solennelle 
Où la nuit, à pas clandestins, 
Étendant ses voiles sur elles, 
Les confond toutes dans son sein.
 
 
Illustration mcp
Roses du paradis
Roses-du-paradis.jpg
Partager cet article
Repost0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 03:06

Marceline Desbordes-Valmore, 
née à Douai le 20 juin 1786 et morte à Paris le 23 juillet 1859,
est une poétesse française.


La lune des fleurs
Nocturne

Douce lune des fleurs, j'ai perdu ma couronne ! 
Je ne sais quel orage a passé sur ces bords. 
Des chants de l'espérance il éteint les accords,
Et dans la nuit qui m'environne, 
Douce lune des fleurs, j'ai perdu ma couronne.

Jette-moi tes présents, lune mystérieuse, 
De mon front qui pâlit ranime les couleurs ; 
J'ai perdu ma couronne et j'ai trouvé des pleurs ;
Loin de la foule curieuse, 
Jette-moi tes présents, lune mystérieuse.

Entrouvre d'un rayon les noires violettes, 
Douces comme les yeux du séduisant amour. 
Tes humides baisers hâteront leur retour.
Pour cacher mes larmes muettes, 
Entrouvre d'un rayon les noires violettes !


Sophie Anderson (1823-1903)
Nigelleszz-Anderson-Sophie_Love-In-aMist--1-.jpg

Partager cet article
Repost0

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chêne de la Forêt de Chaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salines d'Arc et Senans


 

 

 

 

 

Cascade de la Billaude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains