Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 23:12

 

Renée Vivien (1877-1909) surnommée "Sapho 1900", poétesse britannique de langue française aux multiples appartenances littéraires, relevant à la fois du Parnasse, du Symbolisme, du Préraphaélisme, et du romantisme tardif qu'est le Naturisme à la Belle Époque. 

 


    
Pavot noir

 

Fleur des mauvais jardins au vénéneux sommeil,

Les servantes de l’Ombre et les Magiciennes,

Dont les nocturnes yeux redoutent le soleil,

Respirent âprement tes langueurs léthéennes.

 

Fleur des mauvais jardins au vénéneux sommeil.

 

Tu te fanes parmi les âcres chevelures,

Et tu connais le rêve ardent des fronts maudits

Que jamais n’effleura, dans un bruit de ramures,

Le souffle des matins et des simples midis :

 

Tu te fanes parmi les âcres chevelures.

 

Tu t’effeuilles auprès des femmes sans désir

Dont les prunelles sont froidement endormies,

Dont le coeur ennuyé dédaigne de choisir,

Et dont l’âme est pareille à l’âme des momies :

 

Tu t’effeuilles auprès des femmes sans désir.

 

Ennui de l’aconit et de la belladone

Dans le soir où la voix des vieilles trahisons

Fait traîner, à l’égal d’un refrain monotone,

La fadeur et la fragilité des poisons !

 

Ennui de l’aconit et de la belladone !

 Renée Vivien (1877-1909) surnommée "Sapho 1900" - poétesse - Pavot noir
Partager cet article
Repost0
17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 23:11

 

Alphonse de Lamartine (1790-1869) poète, romancier, dramaturge français,

(Quarantième méditation) - 1847

 

 

Les Pavots

 

Lorsque vient le soir de la vie,

Le printemps attriste le cœur :

De sa corbeille épanouie

Il s’exhale un parfum moqueur.

De toutes ces fleurs qu’il étale,

Dont l’amour ouvre le pétale,

Dont les prés éblouissent l’œil,

Hélas ! il suffit que l’on cueille

De quoi parfumer d’une feuille

L’oreiller du lit d’un cercueil.

Cueillez-moi ce pavot sauvage

Qui croît à l’ombre de ces blés :

On dit qu’il en coule un breuvage

Qui ferme les yeux accablés.

J’ai trop veillé ; mon âme est lasse

De ces rêves qu’un rêve chasse.

Que me veux-tu, printemps vermeil ?

Loin de moi ces lis et ces roses !

Que faut-il aux paupières closes ?

La fleur qui garde le sommeil !

 Alphonse de Lamartine (1790-1869) - poète - Les pavots
Partager cet article
Repost0
17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 23:09

 

Robert Burns (1759-1796) poète écossais 
illustré par le peintre Alexander Goudie (1933-2004)


 

Tam O'Shanter.


 Les plaisirs, comme les coquelicots dans les prés,

Se fanent si vous les cueillez;

Ou comme un blanc flocon qui tombe dans un ru

Blanc un instant, puis pour toujours fondu

ou le chatoiement boréal merveilleux

Qui fuit dés qu’on y veut poser les yeux

Ou comme la forme gracieuse de l’arc-en-ciel 

évanescente dans l’orage

 

 

Tam O'Shanter.

 

But pleasures are like poppies spread,    

ou seize the flower, its bloom is shed

Or like the snow falls in the river,

a moment white – then melts for ever;    

or like the borealis race,

that flit ere you van point their place;

Or like the rainbow’s lovely form   

Evanishing amid the storm –   

 

Alexander Goudie (1933-2004)

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 22:38

 

 

Grandville, ou Jean-Jacques Grandville (1803-1847) caricaturiste, illustrateur et lithographe français.

 

 

Bleuet et Coquelicot

 

- vEncore une journée de bonheur qui vient de s’écouler

ma chère Bleuette.

- Et qui recommencera demain, ma chère Coquelicot.

- Regrettes-tu ton ancienne forme ?

- Non.

- Ni moi, non plus.

- Nous avons bien fait de choisir ce modeste village

pour y vivre tranquillement.

Le bonheur n’est qu’aux champs.

- Avec Lucas qui est si bon.

- Et avec Blaise, qui joue si bien de la musette.

- Rien n’est doux au monde comme d’être femme.

- Pour être heureuse, il faut avoir un coeur.

Puis les deux jeunes filles se mettaient devant leur miroir.

- Ne suis-je pas plus jolie que lorsque j’étais simple bleuet ?

demandait l’une.

- Qui ne me préférerait à tous les coquelicots de la terre ?

répondait l’autre.

 

Voilà ce que la bergère Brune et la bergère Blonde

se disaient chaque soir, après quoi elles s’embrassaient,

et s’endormaient jusqu’aux premiers roucoulements de leurs tourterelles.

Jean-Jacques Grandville (1803-1847)

Jean-Jacques Grandville (1803-1847)

Partager cet article
Repost0
17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 22:38

 

 

Grandville, ou Jean-Jacques Grandville (1803-1847) caricaturiste, illustrateur et lithographe français.

 

 

Pavot

 

Autrefois j’étais la fleur du sommeil ;

mais le sommeil ne suffit plus à l’homme pour oublier ses maux.

L’homme ne veut plus dormir, il faut qu’il rêve.

J’étais l’oubli, je suis devenue l’illusion.

Il m’a frappée au coeur, et il a bu le sang qui coulait de ma blessure.

 

Hélas! pour moi depuis ce jour, plus de tranquillité,

plus de bonheur, plus de joie !

Dès que ma tige s’élève un peu au-dessus de la terre,

le fer s’approche de moi, on me perce le sein,

d’où s’échappe la liqueur qui donne les visions,

ces longues ivresses de la tête et du coeur.

 

Dès que l’homme m’a approché de ses lèvres,

son âme prend des ailes; elle quitte la terre.

Elle retourne vers le passé ou s’élève vers l’avenir.

Elle plane sur le souvenir ou sur l’espérance.

Quel génie malfaisant a révélé à l’homme l’existence

du philtre renfermé dans mon sein;

de ce philtre qui est la cause funeste de ma mort?

 

Mais pourquoi me plaindre ?

Je suis semblable au poète :

les hommes lui doivent leurs plus douces jouissances,

leurs plus charmantes illusions, et il est leur première victime.

J.J. Grandville (1803-1847)

J.J. Grandville (1803-1847)

Partager cet article
Repost0
27 mai 2021 4 27 /05 /mai /2021 23:49

 

Louis Fontas (1920-, licencié en droit, il est ancien élève des T.P.E. (Paris), ancien assistant physicien au laboratoire de l’École Nationale des Ponts et Chaussées à Paris, ancien commissaire aux Enquêtes Économiques à Paris, ex-membre de l’Organisation Civile et Militaire. Il a passé la grande majorité de sa vie professionnelle à la Direction de Centres Hospitaliers à Paris et en Province. Il a été membre de plusieurs commissions nationales au Ministère de la Santé.


Il est Officier de l’Ordre National du Mérite et Officier des Palmes Académiques.


Malgré une formation et une activité professionnelle à forte empreinte technique et scientifique, Louis Fontas est un poète authentique et il écrit depuis l’adolescence.

 

 

Le Bleuet

 


Elégant est le nom de cette fleur des champs !

Sa couleur séduisit un peintre magicien,

Possédant le doigté d'un brillant musicien,

Qui sut ornementer les livres de plains-chants.

 

On admire de près sa belle inflorescence,

Excellemment classée parmi les centaurées,

Côtoyant les épis et leurs têtes dorées

D'un blé appesanti par son efflorescence.

Et cette fleur d'azur, dite fleur du Centaure,

Expose, dès que luit la souriante aurore,

A nos regards charmés son bleu digne d'honneur.

 

Son capitule a la particularité

D'être un faisceau compact de fleurs porte-bonheur,

Symbole bien vivant de Solidarité.

Louis Fontas (1920) - licencié en droit, poète - Le bleuet
Partager cet article
Repost0
27 mai 2021 4 27 /05 /mai /2021 23:48

Robert Desnos (1900-1945) poète surréaliste et résistant français

 

Recueil : "Chantefleurs"


Le Bleuet

 

C’est la reine des hirondelles

Qui porte collier de bluets,

Bluets des champs et des javelles,

Bluets.

C’est la reine des hirondelles

Qui s’éclaire avec des chandelles

Et des bluets.

Robert Desnos (1900-1945) -  poète - Le Bleuet
Partager cet article
Repost0
27 mai 2021 4 27 /05 /mai /2021 23:47

 

 

Guillaume Apollinaire poète et écrivain français, critique et théoricien d'art né sujet polonais de l'Empire russe (1880-1918)

 

Bleuet

 

Jeune homme de vingt ans

Qui a vu des choses si affreuses

Que penses-tu des hommes de ton enfance

Tu connais la bravoure et la ruse

Tu as vu la mort en face plus de cent fois 

tu ne sais pas ce que c’est que la vie

Transmets ton intrépidité

A ceux qui viendront après toi


 

Jeune homme

Tu es joyeux ta mémoire est ensanglantée

Ton âme est rouge aussi

De joie

Tu as absorbé la vie de ceux qui sont morts près de toi

Tu as de la décision

Il est 17 heures et tu saurais

Mourir

Sinon mieux que tes aînés

Du moins plus pieusement

Car tu connais mieux la mort que la vie

Ô douceur d’autrefois

Lenteur immémoriale

 

Raoul Vion 1916 soldat "Le Bleuet de 1916" été

Raoul Vion 1916 soldat "Le Bleuet de 1916" été

Raoul Vion 1916 soldat "Le Bleuet de 1916" été

Partager cet article
Repost0
27 mai 2021 4 27 /05 /mai /2021 23:44

 

 

Victor Hugo (1802-1885) poète, dramaturge, écrivain, romancier et dessinateur mantique français.


Recueil : Les orientales (1829).


Le 13 avril 1828.

 

Les bleuets

 


Tandis que l'étoile inodore

Que l'été mêle aux blonds épis

Emaille de son bleu lapis

Les sillons que la moisson dore,

Avant que, de fleurs dépeuplés,

Les champs aient subi les faucilles,

Allez, allez, ô jeunes filles,

Cueillir des bleuets dans les blés !

 

Entre les villes andalouses,

Il n'en est pas qui sous le ciel

S'étende mieux que Peñafiel

Sur les gerbes et les pelouses,

Pas qui dans ses murs crénelés

Lève de plus fières bastilles...

Allez, allez, ô jeunes filles,

Cueillir des bleuets dans les blés !

 

Il n'est pas de cité chrétienne,

Pas de monastère à beffroi,

Chez le Saint-Père et chez le Roi,

Où, vers la Saint-Ambroise, il vienne

Plus de bons pèlerins hâlés,

Portant bourdon, gourde et coquilles...

Allez, allez, ô jeunes filles,

Cueillir des bleuets dans les blés !

 

Dans nul pays, les jeunes femmes,

Les soirs, lorsque l'on danse en rond,

N'ont plus de roses sur le front,

Et n'ont dans le cœur plus de flammes ;

Jamais plus vifs et plus voilés

Regards n'ont lui sous les mantilles...

Allez, allez, ô jeunes filles,

Cueillir des bleuets dans les blés !

 

La perle de l'Andalousie,

Alice, était de Peñafiel,

Alice qu'en faisant son miel

Pour fleur une abeille eût choisie.

Ces jours, hélas ! sont envolés !

On la citait dans les familles...

Allez, allez, ô jeunes filles,

Cueillir des bleuets dans les blés !

 

Un étranger vint dans la ville,

Jeune, et parlant avec dédain.

Etait-ce un maure grenadin ?

Un de Murcie ou de Séville ?

Venait-il des bords désolés

Où Tunis a ses escadrilles ?...

Allez, allez, ô jeunes filles,

Cueillir des bleuets dans les blés !

 

On ne savait. – La pauvre Alice

En fut aimée, et puis l'aima.

Le doux vallon du Xarama

De leur doux péché fut complice.

Le soir, sous les cieux étoilés,

Tous deux erraient par les charmilles...

Allez, allez, ô jeunes filles,

Cueillir des bleuets dans les blés !

 

La ville était lointaine et sombre ;

Et la lune, douce aux amours,

Se levant derrière les tours

Et les clochers perdus dans l'ombre,

Des édifices dentelés

Découpait en noir les aiguilles...

Allez, allez, ô jeunes filles,

Cueillir des bleuets dans les blés !

 

Cependant, d'Alice jalouses,

En rêvant au bel étranger,

Sous l'arbre à soie et l'oranger

Dansaient les brunes andalouses ;

Les cors, aux guitares mêlés,

Animaient les joyeux quadrilles...

Allez, allez, ô jeunes filles,

Cueillir des bleuets dans les blés !

 

L'oiseau dort dans le lit de mousse

Que déjà menace l'autour ;

Ainsi dormait dans son amour

Alice confiante et douce.

Le jeune homme aux cheveux bouclés,

C'était don Juan, roi des Castilles...

Allez, allez, ô jeunes filles,

Cueillir des bleuets dans les blés !

 

Or c'est péril qu'aimer un prince.

Un jour, sur un noir palefroi

On la jeta de par le roi ;

On l'arracha de la province ;

Un cloître sur ses jours troublés

De par le roi ferma ses grilles...

Allez, allez, ô jeunes filles,

Cueillir des bleuets dans les blés !

 

Charles Zacharie Landelle (1821-1908), peintre

Charles Zacharie Landelle (1821-1908), peintre

Partager cet article
Repost0
21 mai 2021 5 21 /05 /mai /2021 23:24

 

 

Philippe Forcioli (1953) chanteur, auteur, compositeur

Des colères d'ange, des tendresses de païen, des étreintes d'homme, les chansons de Philippe Forcioli lui ressemblent, fières et câlines, emportées et fraternelles. 

une de ses premières chansons 

 

 

 


" Oh j'aimerais tant qu'ils reviennent les bleuets" 

 

 

Oh j'aimerais tant qu'ils reviennent les bleuets

Il n'y en a plus dedans nos terres

Il n'en est plus aux champs de blé

Oh j'aimerais tant qu'ils reviennent les blés

 

Oh j'aimerais tant qu'ils reviennent les bleuets

ça voudrait dire que la terre elle est sauvée

Que la chimie que la finance

N'ont pas tout tout à fait bouffé

Oh j'aimerais tant qu'ils reviennent les bleuets

 

 Oh j'aimerais tant qu'ils reviennent les bleuets

Petites étoiles à la crinière du mois de mai

Coquelicot de sang mon frère

Tu as bien fait de résister

Si le retour du petit frère est annoncé

 

Oh j'aimerais tant qu'ils reviennent les bleuets

Tous les enfants les pauvres ont  droit à leurs bouquets

Pour les mamans les filles les vierges

Ce brin de printemps  en beauté

Ce doux baiser couleur de ciel les bleuets

 

 L'un dit :  c'est pas demain la veille"

Un autre :"c'était hier déjà"

Il est grand temps que la merveille

Reprenne sa place ici-bas

 

 Oh j'aimerais tant qu'ils reviennent les bleuets

Et l'on verra tous les poètes décorés

D'une turquoise génèrale

De l'ordre de la fleur des prés

-"est-ce un lapis-lazuli, - "non c'est un bleuet"

 

 Oh j'aimerais tant qu'ils reviennent les bleuets

Oui c'est une obsession païenne un couplet

Dans les refrains de mon enfance

A tout bout d'champ étaient chantés

Et moi j'imaginais que  France était bleuet

 

 Bleuet bleuet bleu et blanc comme Phocée

Le chapeau de Marseille Méditerranée

J'ai beau vous voir fleurir sur Mer

Je vous préfère aux champs de blé

Oh j'aimerais tant qu'ils reviennent les bleuets

 

 Oh....les bleuets !!!

Milliers de sources souterraines retrouvées

Que sur les chemins on égrène

Simple poème en chapelet

Que reviennent les temps bohèmes

 

La marguerite dit : "je t'aime"

Le coquelicot : "j'en mourrai"

Et toi qu'en diras-tu bleuet? (bis)

Et lui et moi

"oh ! rien qu'un tout petit bouton d'or à la clé!"

 

Champ de blé et coquelicots à Guernes

Clotaire Breton (1910-1995), peintre du Mantois et du Vexin Français 

 Champ de blé et coquelicots à Guernes  Clotaire Breton (1910-1995), peintre du Mantois et du Vexin Français 

Champ de blé et coquelicots à Guernes Clotaire Breton (1910-1995), peintre du Mantois et du Vexin Français 

Partager cet article
Repost0

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter