Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2021 2 16 /03 /mars /2021 20:31

 

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), est un gentilhomme et militaire français du XVII°  siècle. Le duc de Montausier a courtisé une jeune femme appelée Julie d'Angennes, qui était fière et refusait le mariage. 


Avec d’autres poètes de l’Hôtel de Rambouillet, il a composé un livret de compliments à sa Julie, sous la forme d’un bouquet de fleurs (poétiques). Chaque fleur est un prétexte à un compliment hyperbolique et spirituel.

 

Julie d'Angennes est la fille de la marquise de Rambouillet, née Catherine de Vivonne (1588-1665).

C'est une femme d'exception qui tint au XVII° siècle le premier salon célèbre dans son hôtel de Rambouillet situé à Paris, rue Saint-Thomas-du-Louvre.Elle est surnommée Arthénice (Arténice), anagramme composée par Malherbe
 


de : Anonyme

La guirlande de Julie

 

 

Le narcisse

 

Rien n'est égal à ma douleur ;

Bien que je ne sois qu'une fleur,

J'aime la fille d'Artenice,

Aux flammes de ses yeux je me laisse éblouir ;

Mais je suis sans espoir, car le sort de Narcisse

Est d'aimer les objets dont il ne peut jouir.

Narcisse - Grandville (1803-1847), dessinateur v. 1834-1846

Narcisse - Grandville (1803-1847), dessinateur v. 1834-1846

Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 23:35

 

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), est un gentilhomme et militaire français du XVII°  siècle. Le duc de Montausier a courtisé une jeune femme appelée Julie d'Angennes, qui était fière et refusait le mariage. 


Avec d’autres poètes de l’Hôtel de Rambouillet, il a composé un livret de compliments à sa Julie, sous la forme d’un bouquet de fleurs (poétiques). Chaque fleur est un prétexte à un compliment hyperbolique et spirituel.

 

de : Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690),

guirlande de Julie

Madrigal.

 

La jonquille

 

Dans la Fable, ni dans l'Histoire

Il ne se parle point de moi ;

Je ne me puis vanter de posséder la gloire

De descendre du sang ni d'un Dieu ni d'un Roi :

Mais la passion véritable

Que vous témoigne ma couleur,

Plus qu'une plus illustre Fleur

Me doit rendre recommandable.

O beauté qu'on doit adorer!

Permettez-moi de vous parer,

Et je m'estimerai cent fois plus glorieuse

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690) - guirlande de Julie - la jonquille
Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 23:34

 

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), est un gentilhomme et militaire français du XVII°  siècle. Le duc de Montausier a courtisé une jeune femme appelée Julie d'Angennes, qui était fière et refusait le mariage. 


Avec d’autres poètes de l’Hôtel de Rambouillet, il a composé un livret de compliments à sa Julie, sous la forme d’un bouquet de fleurs (poétiques). Chaque fleur est un prétexte à un compliment hyperbolique et spirituel.

 

de : Anonyme, 


Pour la guirlande de Julie


 

Le narcisse

 

Lorsque la Nymphe Écho fut réduite en servage,

Et ressentit les traits de ma vaine beauté,

Si de Julie elle eût eu le visage,

J'eusse banni de moi l'insensibilité.

Jamais une fontaine en son cristal mobile

Ne m'eût charmé les yeux d'un objet décevant,

Un autre plus divin m'eût pris auparavant

Et la Nymphe eût trouvé ma conquête facile.

Je ne serais pas fleur ; mais, ô doux changement,

Mémorable destin d'un bienheureux Amant!

Agréable folie!

Je triomphe en ma perte et deviens glorieux

De pouvoir vivre ainsi jusqu'au temps de Julie,

D'embellir sa Guirlande et de plaire à ses yeux.

Anonyme(XVII°)  - Pour la guirlande de Julie - le narcisse
Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 23:32

 

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), est un gentilhomme et militaire français du XVII°  siècle. Le duc de Montausier a courtisé une jeune femme appelée Julie d'Angennes, qui était fière et refusait le mariage. 


Avec d’autres poètes de l’Hôtel de Rambouillet, il a composé un livret de compliments à sa Julie, sous la forme d’un bouquet de fleurs (poétiques). Chaque fleur est un prétexte à un compliment hyperbolique et spirituel.

 


de Claude Malleville (1597-1647) est un poète français, l'un des premiers membres de l'Académie française en 1634.


Guirlande de Julie


Madrigaux

 

Le narcisse


Après m'être perdu dans une onde perfide,

Je sèche au feu des yeux d'une belle homicide,

Quand je lui rend hommage et m'acquitte d'un vœu.

O Destin, qui me fais cette injure seconde!

N'était-ce pas assez d'avoir peri par l'onde

Sans périr par le feu ?

 Claude Malleville (1597-1647) - poète - guirlande de Julie - le narcisse
Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 23:31

 

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), est un gentilhomme et militaire français du XVII°  siècle. Le duc de Montausier a courtisé une jeune femme appelée Julie d'Angennes, qui était fière et refusait le mariage. 


Avec d’autres poètes de l’Hôtel de Rambouillet, il a composé un livret de compliments à sa Julie, sous la forme d’un bouquet de fleurs (poétiques). Chaque fleur est un prétexte à un compliment hyperbolique et spirituel.


de : Georges de Scudéry (1601-1667) est un romancier, dramaturge et poète français

 

Fleurs inédites 
destinées à la guirlande de Julie

Madrigaux

 

Le narcisse

 

Enfin je le confesse, auprès d'un œil si doux,

Et dont le pouvoir (est) extrême,

Je suis plus amoureux de vous

Que Je ne le fût de moi-même.

 Georges de Scudéry (1601-1667)  - romancier - guirlande de Julie - le narcisse
Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 23:29

 

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), est un gentilhomme et militaire français du XVII°  siècle. Le duc de Montausier a courtisé une jeune femme appelée Julie d'Angennes, qui était fière et refusait le mariage. 


Avec d’autres poètes de l’Hôtel de Rambouillet, il a composé un livret de compliments à sa Julie, sous la forme d’un bouquet de fleurs (poétiques). Chaque fleur est un prétexte à un compliment hyperbolique et spirituel.

 

 

de : M. Chabert, abbé de Cérisy


La guirlande de Julie


Madrigal.

 

Le narcisse

 

Quand je vois vos beaux yeux si brillants et si doux,

Qui n'ont plus désormais rien à prendre que vous,

Leur éclat m'est suspect, et pour vous j'appréhende.

Souvent ce riche don est chèrement vendu :

Je sais que ma beauté ne fut jamais si grande,

Et pourtant chacun sait comme elle m'a perdu.

 M. Chabert, abbé de Cérisy - poète - La guirlande de Julie - Le narcisse
Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 23:28

 

 

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), est un gentilhomme et militaire français du XVII°  siècle. Le duc de Montausier a courtisé une jeune femme appelée Julie d'Angennes, qui était fière et refusait le mariage. 


Avec d’autres poètes de l’Hôtel de Rambouillet, il a composé un livret de compliments à sa Julie, sous la forme d’un bouquet de fleurs (poétiques). Chaque fleur est un prétexte à un compliment hyperbolique et spirituel.


de : Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), 

 

La guirlande de Julie


Madrigal.

 

Le narcisse
 

Je suis ce NARCISSE fameux

Pour qui jadis Echo répandit tant de larmes,

Et de qui les appâts ne cédant qu'à vos charmes,

Qui viens pour vous offrir mes vœux.

Qu'on m'accuse, belle Julie,

D'avoir en ce dessein plus de témérité

Que je n'eus jamais de folie

Adorant ma propre beauté,

Je ne puis m'empêcher de commettre ce crime

Je le trouve trop glorieux.

Oyez donc ce discours que ma pâleur exprime,

Et qui ne s'entend que des yeux :

Si vous me voyez le teint blême,

Ce n'est plus moi, c'est vous que j'aime.

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), La guirlande de Julie - Le narcisse
Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 23:27

 

 

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), est un gentilhomme et militaire français du XVII°  siècle. Le duc de Montausier a courtisé une jeune femme appelée Julie d'Angennes, qui était fière et refusait le mariage. 


Avec d’autres poètes de l’Hôtel de Rambouillet, il a composé un livret de compliments à sa Julie, sous la forme d’un bouquet de fleurs (poétiques). Chaque fleur est un prétexte à un compliment hyperbolique et spirituel.


de : Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), 

La guirlande de Julie


Madrigal.

 

Le narcisse

 

Je consacre, Julie, un NARCISSE à ta gloire ;

Etant jadis touché d'un amour sans pareil,

Pour voir dedans l'eau son image,

Il baissait toujours son visage,

Qu'il estimait plus beau que celui du Soleil.

Ce n'est plus ce dessein qui tient sa tête basse;

C'est qu'en te regardant, il a honte de voir

Que les Dieux ont eu le pouvoir

De faire une beauté qui la sienne surpasse.

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690) - La guirlande de Julie - Le narcisse
Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 23:25

 

Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), est un gentilhomme et militaire français du XVII°  siècle. Le duc de Montausier a courtisé une jeune femme appelée Julie d'Angennes, qui était fière et refusait le mariage. 


Avec d’autres poètes de l’Hôtel de Rambouillet, il a composé un livret de compliments à sa Julie, sous la forme d’un bouquet de fleurs (poétiques). Chaque fleur est un prétexte à un compliment hyperbolique et spirituel.
 


de : M. Habert, commissaire de l'artillerie.

 

La guirlande de Julie


Madrigal.

 

Le narcisse

 

Epris de l'amour de moi-même,

De Berger que j'étais je devins une Fleur;

Faites profit de mon malheur,

Vous que le Ciel orna d'une beauté suprême;

Et pour éviter son courroux,

Julie, aimez d'autres que vous.

M. Habert, commissaire de l'artillerie.    La guirlande de Julie  -  Madrigal - Le narcisse
Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 16:12


 

Olivier Briat - poète - 

 

La danse des fleurs

 

C'est la danse des fleurs,

La danse des couleurs.

En été, au printemps,

Elles s'agitent gaiement

En prenant du bon temps.

 

Le prétentieux rosier

A ce soir invité

La jolie pâquerette

Qui d'un coup de baguette

S'est faite belle pour la fête.

 

Il y a aussi le lys,

Le hâbleur de service

Qui sait parler aux fleurs,

Leur donner du bonheur

Et transpercer leur cœur.

 

Le très coquet narcisse

Essaie des pas de danse ;

Il va trouver une glace

Pour admirer sa face

Et sa jolie prestance.

 

La timide violette

Qu'aucune fleur ne guette

Est restée dans son coin,

Minée par le chagrin

Qu’à elle on ne vienne point.

 

La petite pensée

S'est laissé entraîner

Par le très beau dalhia

Qui la prend dans ses bras

Et lui parle tout bas.

 

C'est la danse des fleurs,

La danse des couleurs.

En été, au printemps,

Dans leurs jolis vêtements,

Elles sont au firmament.

 

Soudain, les fleurs s'envolent,

Font une farandole ;

Les pétales se dispersent

Et retombent en averse

Sur le sol.

Manuela Beilharz - photographe d'art - pouring blossons

Manuela Beilharz - photographe d'art - pouring blossons

Partager cet article
Repost0

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter