Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 14:54
 
Pierre BAOUR-LORMIAN  
- Pierre-Marie-François Baour-Lormian,
 
né à Toulouse le 24 mars 1770 et mort à  Paris le 18 décembre 1854.
 
est un poète et écrivain français, membre de l’Académie française.
 
 
 
 
Invocation à la lune
 
 
Ainsi qu'une jeune beauté 
Silencieuse et solitaire, 
Des flancs du nuage argenté 
La lune sort avec mystère. 
 
 
Fille aimable du ciel, à pas lents et sans bruit, 
Tu glisses dans les airs où brille ta couronne, 
Et ton passage s'environne 
Du cortège pompeux des soleils de la nuit. 
 
 
Que fais-tu loin de nous, quand l'aube blanchissante 
Efface à nos yeux attristés 
Ton sourire charmant et tes molles clartés ? 
Vas-tu, comme Ossian, plaintive, gémissante, 
Dans l'asile de la douleur 
Ensevelir ta beauté languissante ? 
Fille aimable du ciel, connais-tu le malheur ? 
 
 
Maintenant revêtu de toute sa lumière, 
Ton char voluptueux roule au-dessus des monts :
Prolonge, s'il se peut, le cours de ta carrière, 
Et verse sur les mers tes paisibles rayons.
 
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/5/3/4/2/2062435_a8fc4.gif
 
 
 
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 20:18
 
Rainer Maria RILKE  né René Karl Wilhelm Johann Josef Maria Rilke,
 
est un écrivain de langue allemande, né le 4 décembre 1875 à Prague, mort le 30 décembre 1926 à Montreux, en Suisse. Il vécut à Veyras (Valais) de 1921 à sa mort.
 
Il est surtout connu comme poète, bien qu'il ait également écrit un roman, Les Cahiers de Malte Laurids Brigge, ainsi que des nouvelles et des pièces de théâtre.
 
 
Quel calme nocturne, quel calme
 
 
Quel calme nocturne, quel calme 
nous pénètre du ciel. 
On dirait qu'il refait dans la palme 
de vos mains le dessin essentiel.
 
 
La petite cascade chante 
pour cacher sa nymphe émue ... 
On sent la présence absente 
que l'espace a bue.
 
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/6/1/1/7/2047116_509b0.gif
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 00:59
 
Charles GUERIN,
 
né le 29 décembre 1873 à Lunéville (Meurthe-et-Moselle), où il est mort le 17 mars 1907,
 
est un poète français.
 
 
 
La pensée est une eau sans cesse jaillissante
 
La pensée est une eau sans cesse jaillissante. 
Elle surgit d'un jet puissant du coeur des mots, 
Retombe, s'éparpille en perles, jase, chante, 
Forme une aile neigeuse ou de neigeux rameaux, 
Se rompt, sursaute, imite un saule au clair de lune, 
S'écroule, décroît, cesse. Elle est soeur d'Ariel 
Et ceint l'écharpe aux tons changeants de la Fortune 
Où l'on voit par instants se jouer tout le ciel. 
Et si, pour reposer leurs yeux du jour, des femmes, 
Le soir, rêvent devant le jet mobile et vain 
Qui pleut avec la nuit dans l'azur du bassin, 
L'eau pure les caresse et rafraîchit leurs âmes 
Et fait battre leurs cils et palpiter leur sein, 
Tandis que la pensée, en rejetant ses voiles, 
Dans un nouvel essor jongle avec les étoiles.
 
 
 
 
 
 
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/4/5/7/8/2058754_0b540.gif
 
 
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 02:26
 
Jules VERNE,
 
né le 8 février 1828 à Nantes en France et mort le 24 mars 1905 à Amiens en France,
 
est un écrivain français dont une grande partie des œuvres est consacrée à des romans d'aventures et de science-fiction (ou d'anticipation).
 
 
 
 
La fille de l'air
A Herminie.
 
 
Je suis blonde et charmante, 
Ailée et transparente,
Sylphe, follet léger, je suis fille de l'air, 
Que puis-je avoir à craindre ? 
Une nuit de m'éteindre ?
Qu'importe de mourir comme meurt un éclair !
 
 
Je vole sur la nue ; 
Aux mortels inconnue,
Je dispute en riant la vitesse aux zéphirs ! 
Il n'est point de tempête 
Qui pende sur ma tête ;
Je plane, et n'entends plus des trop lointains soupirs.
 
 
Je vais où va l'aurore ; 
On me retrouve encore 
Aux mers où tout en feu se plonge le soleil ! 
Quand son tour le ramène, 
Prompte, sans perdre haleine,
je le joins, et c'est moi qu'on salue au réveil.
 
 
Qui suis-je ? où suis-je ? où vais-je ? 
N'ayant pour tout cortège 
Que les oiseaux de l'air, les étoiles aux cieux ? 
Je ne sais ; mais tranquille, 
Aux pensers indocile,
Je m'envole au zénith, au fronton radieux !
 
 
Parfois je suis contrainte ;
Mais c'est la molle étreinte 
De l'amour qui me berce en ses vives ardeurs ! 
J'en connais tous les charmes ; 
J'en ignore les larmes,
Et toujours en riant, je vais de fleurs en fleurs
 
 
Vive, alerte et folâtre 
De l'air pur idolâtre 
Je vole avec Iris aux couleurs sans pareil ; 
Souvent je me dérobe 
Dans les plis de sa robe
Faite d'un clair tissu des rayons du soleil.
 
 
Souvent dans mon courage,
Je rencontre au passage
Une âme qui s'envole au céleste séjour ; 
Je ne puis, bonne et tendre, 
Lorsqu'elle peut m'entendre,
Ne pas lui souhaiter vers moi le gai retour !
 
 
Des échos la tristesse 
M'apprend que l'allégresse
Ne règne pas toujours aux choses d'ici-bas, 
Et que parfois la guerre 
Va remuer la terre.
La faim, le froid, la soif ! qu'on ne m'en parle pas !
 
 
Si jadis quelque chose 
Me venait ; de la rose
C'était le doux parfum que le vent m'apportait ! 
Je croyais, pauvre folle, 
La rose, le symbole
Du bonheur que la terre à mes yeux présentait !
 
 
La terre par l'espace 
Dans l'ordre qu'elle trace
Traîne trop de malheurs et de peine en son vol ; 
Le bruit souvent l'atteste, 
Son spectacle est funeste,
Et certes ne vaut pas un détour de mon col !
 
 
Pourquoi m'occuper d'elle, 
Je suis jeune, et suis belle ;
Mes lèvres sont de rose, et mes yeux sont d'azur :
A mes traits si limpides 
L'honneur mettrait des rides ;
La terre ternirait l'éclat de mon ciel pur !
 
 
Parfois vive et folette, 
Poursuivant la comète,
Dans l'espace inconnu nous prenons notre essor !
A mon front je mesure 
Sa blonde chevelure
Qui traîne dans les airs un ardent sillon d'or !
 
 
Lorsque je me promène,
Pour qu'elle m'entretienne,
Pourquoi pas de compagne aux mots doux et vermeils ? 
Quoi ! n'en aurais-je aucune ? 
Ah ! pardon, j'ai la lune,
L'étoile, la planète, et mes mille soleils !
 
 
J'ai quelquefois des anges, 
Car leurs saintes phalanges,
Je les suis en priant ; plus prompte que l'éclair ; 
Sans leur porter envie, 
Je préfère ma vie :
Rien n'est si doux aux sens que de nager dans l'air.
 
 
Si le sommeil me gagne, 
Ma couche m'accompagne,
Couverte d'un manteau brodé de bleus saphirs ; 
Dans les flots de lumière, 
Je ferme ma paupière,
Laissant flotter ma robe entrouverte aux zéphirs.
 
 
 
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/7/0/4/9/2029407_6a58a.gif
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 02:32
 
Paul-Jean TOULET,
 
né à Pau (Basses-Pyrénées) le 5 juin 1867 et mort à Guéthary (Basses-Pyrénées) le 6 septembre 1920,
 
est un écrivain et poète français, célèbre par ses Contrerimes, une forme poétique qu'il avait créée.
 
 
 
 
Ainsi, ce chemin de nuage
 
 
Ainsi, ce chemin de nuage,
Vous ne le prendrez point,
D'où j'ai vu me sourire au loin
Votre brillant mirage ?
 
 
Le soir d'or sur les étangs bleus
D'une étrange savane,
Où pleut la fleur de frangipane,
N'éblouira vos yeux ;
 
 
Ni les feux de la luciole
Dans cette épaisse nuit
Que tout à coup perce l'ennui
D'un tigre qui miaule.
 
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/8/8/0/0/1970088_86b58.gif
 
 
Partager cet article
Repost0
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 23:07

 

 

Georges de SCUDÉRY
 
né le 11 avril 1601 au Havre et mort le 14 mai 1667 à Paris,
est un romancier et dramaturge français.
 
 
 
 
La Nymphe endormie
 
 
Vous faites trop de bruit, Zéphire, taisez-vous, 
Pour ne pas éveiller la belle qui repose ; 
Ruisseau qui murmurez, évitez les cailloux, 
Et si le vent se tait, faites la même chose.
 
 
Mon coeur sans respirer, regardons à genoux 
Sa bouche de corail, qui n'est qu'à demi close, 
Dont l'haleine innocente est un parfum plus doux 
Que l'esprit de jasmin, de musc, d'ambre et de rose.
 
 
Ah que ces yeux fermés ont encor d'agrément ! 
Que ce sein demi-nu s'élève doucement ! 
Que ce bras négligé nous découvre de charmes !
 
 
Ô Dieux, elle s'éveille, et l'Amour irrité 
Qui dormait auprès d'elle a déjà pris les armes 
Pour punir mon audace et ma témérité.

 

 

 

https://img1.picmix.com/output/pic/original/3/9/2/4/1914293_76f85.gif

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 00:19
 
Rainer Maria RILKE
 
né René Karl Wilhelm Johann Josef Maria Rilke,
est un écrivain de langue allemande, né le 4 décembre 1875 à Prague, mort le 30 décembre 1926 à Montreux, en Suisse. Il vécut à Veyras (Valais) de 1921 à sa mort.
 
Il est surtout connu comme poète, bien qu'il ait également écrit un roman, Les Cahiers de Malte Laurids Brigge, ainsi que des nouvelles et des pièces de théâtre.
 
 
 
Petite cascade
 
 
Nymphe, se revêtant toujours 
de ce qui la dénude, 
que ton corps s'exalte pour 
l'onde ronde et rude.
 
 
Sans repos tu changes d'habit, 
même de chevelure ; 
derrière tant de fuite, ta vie 
reste présence pure.
 
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/7/5/5/1/1971557_19b66.gif
Partager cet article
Repost0
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 01:51
 
Charles VAN LERBERGHE  
né à Gand le 21 octobre 1861 et mort à Bruxelles le 26 octobre 1907,
 
est un poète et écrivain symboliste belge francophone.
 
Son œuvre la plus connue est La Chanson d'Ève (1904). Dix poèmes ont été mis en musique dans un cycle de mélodies op. 95 par Gabriel Fauré et six poèmes par Paul Lacombe édités chez Hayet en 1909. Le compositeur gantois Robert Herberigs a également mis en musique des poèmes de La Chanson d'Ève.
(1861-1907)
 
 
L'aube blanche dit à mon rêve
 
L'aube blanche dit à mon rêve :
Éveille-toi, le soleil luit. 
Mon âme écoute, et je soulève 
Un peu mes paupières vers lui.
 
Un rayon de lumière touche 
La pâle fleur de mes yeux bleus ; 
Une flamme éveille ma bouche, 
Un souffle éveille mes cheveux.
 
Et mon âme, comme une rose 
Tremblante, lente, tout le jour, 
S'éveille à la beauté des choses, 
Comme mon coeur à leur amour.
 
Il n'est rien qui ne m'émerveille ! 
Et je dis en mon rire d'or :
Je suis une enfant qui s'éveille 
Jusqu'au moment où Dieu l'endort.
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/8/0/7/9/1979708_2ec28.gif
 
Partager cet article
Repost0
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 01:33
 
Honoré d' URFÉ comte de Châteauneuf, marquis du Valromey, seigneur de Virieu-le-Grand,
né le 11 février 1567 à Marseille et mort le 1er juin 1625 à Villefranche-sur-Mer,
 
est un écrivain français et savoisien, auteur du premier roman-fleuve de la littérature française, L'Astrée.
 
 
 
Sonnet d'Alcippe
Sur la constance de son amitié
 
 
Amarillis toute pleine de grâce 
Allait ces bords de ces fleurs dépouillant, 
Mais sous la main qui les allait cueillant, 
D'autres soudain renaissaient en leur place.
 
 
Ces beaux cheveux où l'Amour s'entrelasse, 
Amour allait d'un doux air éveillant, 
Et s'il en voit quelqu'un s'éparpillant, 
Tout curieux soudain il le ramasse.
 
 
Telle Lignon pour la voir s'arrêta 
Et pour miroir ses eaux lui présenta, 
Et puis lui dit : Une si belle image
 
 
À ton départ mon onde éloignera ; 
Mais de ton coeur jamais ne partira 
Le trait fatal, nymphe, de ton visage.
 
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/0/6/2/6/1986260_05530.gif
Partager cet article
Repost0
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 03:35

Laurent TAILHADE

 

né à Tarbes le 16 avril 1854 et mort à Combs-la-Ville le 2 novembre 1919, est un polémiste et poète satirique et libertaire français.

 

 

 

Les fleurs d'Ophélie

 

 

 

Fleurs sur fleurs ! fleurs d'été, fleurs de printemps, fleurs blêmes

De novembre épanchant la rancoeur des adieux

Et, dans les joncs tressés, les fauves chrysanthèmes ;

 

 

 

Les lotus réservés pour la table des dieux ;

Les lis hautains, parmi les touffes d'amarante,

Dressant avec orgueil leurs thyrses radieux ;

 

 

 

Les roses de Noël aux pâleurs transparentes ;

Et puis, toutes les fleurs éprises des tombeaux,

Violettes des morts, fougères odorantes ;

 

 

 

Asphodèles, soleils héraldiques et beaux,

Mandragores criant d'une voix surhumaine

Au pied des gibets noirs que hantent les corbeaux

 

 

 

 

Fleurs sur fleurs ! Effeuillez des fleurs ! que l'on promène

Des encensoirs fleuris sur la terre où, là-bas,

Dort Ophélie avec Rowena de Trémaine.

 

 

 

 

https://img1.picmix.com/output/pic/original/3/3/6/8/1968633_58c7c.gif

 

Partager cet article
Repost0

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter