Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 03:33
Étienne Mallarmé, dit Stéphane Mallarmé,
né à Paris le 18 mars 1842 et mort à Valvins (Seine-et-Marne) le 9 septembre 1898,
est un poète français.
 
Admirateur de Théophile Gautier, Charles Baudelaire et Théodore de Banville, Stéphane Mallarmé fait paraître en revue quelques poèmes en 1862. Professeur d'anglais par nécessité, il est nommé en septembre 1863 au lycée de Tournon-sur-Rhône en Ardèche et passe par Besançon ou Avignon, avant d'arriver à Paris en 1871. Il fréquente alors des littérateurs comme Paul Verlaine, Émile Zola ou Auguste de Villiers de L'Isle-Adam et des artistes comme Édouard Manet qui a peint son portrait en 1876
 
Mallarmé est muté d’office et le 26 octobre 1866, il est nommé au lycée impérial de Besançon comme professeur d'anglais et d'allemand à BESANCON.
 
Les Mallarmé s’installent alors au 36 rue de Poithune, (aujourd’hui 32 rue Claude Pouillet), dans un des appartements d’une grande maison, près du lycée, dont l’arrière donne sur le Doubs.
 
Le lycée impérial  se trouve à 100 m. de chez lui, rue du lycée. C’est actuellement le collège Victor Hugo, après avoir été le lycée Victor Hugo (à partir de 1885), une École centrale (après la Révolution) et un Collège fondé par les Jésuites en 1597. Les bâtiments actuels datent du 17ème siècle et la façade est ornée d’une fontaine avec un buste de Pasteur , qui fut élève puis maître d’internat dans cet établissement de 1839 à 1842.
 
C’est aussi à Besançon que se nouent ses premières relations avec Paul Verlaine , son cadet de deux ans, qui en décembre 1866 lui envoie ses Poèmes saturniens tout juste édités.
 
Apparition
 
La lune s'attristait. Des séraphins en pleurs
Rêvant, l'archet aux doigts, dans le calme des fleurs
Vaporeuses, tiraient de mourantes violes
De blancs sanglots glissant sur l'azur des corolles.
 
- C'était le jour béni de ton premier baiser.
Ma songerie aimant à me martyriser
S'enivrait savamment du parfum de tristesse
Que même sans regret et sans déboire laisse
 
La cueillaison d'un Rêve au coeur qui l'a cueilli.
J'errais donc, l'oeil rivé sur le pavé vieilli
Quand avec du soleil aux cheveux, dans la rue
Et dans le soir , tu m'est en riant apparue
 
Et j'ai cru voir la fée au chapeau de clarté
Qui jadis sur mes beaux sommeils d'enfant gâté
Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
Neiger de blancs bouquets d'étoiles parfumées.
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/9/2/8/6/1756829_874a1.gif
Partager cet article
Repost0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 04:29
Voici une chanson de 1956
Paroles: Francis Blanche.
Musique: Robert Wright, George Forrest,
sur un thème d'Alexander Borodine Titre original: "Stranger in paradise"
Adaptation du titre tiré de la comédie musicale "Kismet" (1953).
            ETRANGER AU PARADIS

 
Prends ma main
Car je suis étranger ici
Perdu dans le pays bleu
Etranger au paradis
Et je sais qu'en chemin
Le danger dans un paradis
C'est de rencontrer un ange
Et qu'il vous sourie
Simple mortel
Je m'émerveille
Les yeux remplis d'étoiles
Et de fraîcheur
Comme un enfant
Qui se réveille
Je te retrouve
Alors je n'ai plus peur
Ne laisse surtout pas ma main
Ô bel ange qui me conduis
Déjà je me sens bien moins
Etranger au paradis
Et si tu veux bien de moi
L'étranger dans ton paradis
Alors nous irons je crois
Plus loin que la vie.
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/2/6/0/8/1748062_709b8.gif
 
 
Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 04:01
ROUSSET Alexis Raymond Victor, poète fabuliste Français, né le 7 février 1799 à Oullins et décédé le 22 juin 1885 à Villeurbanne. 
 
SES OEUVRES
 
Les fables :
 
Le lièvre et la perdrix .
Un Intrus à la cour du schah de Perse. 
Le Bonheur descendu sur la Terre. 
La Bourse toujours pleine. 
La nouvelle Madeleine. 
Le Geranium et le Fraisier.
Le Dromadaire et les deux Chameaux.
Le Bonheur, le Plaisir et la Vertu. 
Le Solitaire.
L'Homme et le Sort.
 
 
 
L'Homme et le Sort.
 
— Je suis bien fort, disait un homme ;
Je sais me maîtriser, me passer de tout soin. 
Plein de haute raison, sobre, exempt de besoin, 
Des maux comme des biens j'épuiserais la somme.
C'est en vain que le Sort veut m'imposer sa loi. 
Il a beau s'acharner; ma volonté résiste ;
Je n'ai d'autre maître que moi... —
Le Sort parut à l'improviste.
— Je vais, dit-il, risquer sur cet homme un essai :
Soleil, assombris-toi.... — Soudain notre homme est triste.
— Resplendis, ô soleil !... — Voilà notre homme gai.
Mortel présomptueux, sois modeste, sois sage;
Ton humeur dépend d'un nuage.
 
https://img1.picmix.com/output/pic/original/5/8/6/8/1688685_cd918.gif
Partager cet article
Repost0

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter