Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 02:25
Charles Van Lerberghe,
né à Gand le 21 octobre 1861 et mort à Bruxelles le 26 octobre 1907,
est un poète et écrivain symboliste belge francophone. Son œuvre la plus connue est La Chanson d'Ève (1904).Dix poèmes ont été mis en musique dans un cycle de mélodies op.95 par Gabriel Fauré 



 
Elle s'avance, comme je viens
 
Elle s'avance, comme je viens, 
A petits pas, dans le silence, 
La belle nuit bleue ; regarde-moi bien, 
Elle s'avance comme je viens, 
Très lasse et lente, et languissante.
Quel ange entend la fleur qui croît, 
La branche et l'ombre qu'elle balance, 
- Quel ange entend la nuit qui chante ? -
Regarde-moi bien : elle, c'est moi ; 
Je suis la belle nuit qui danse.
 
Ainsi, très pure et dénouant 
Ses voiles de rêve, 
Et sa ceinture de diamant,
- Comme vos ailes, vos ailes d'argent, 
Comme mes bras en pâle croissant, -
La lune se lève. 
Et je l'adore, immobile, un moment, 
Perdue en son rêve. [...]
Illustration mcp La lune s'avance

Illustration mcp La lune s'avance

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 00:55
Charles Van Lerberghe,
né à Gand le 21 octobre 1861 et mort à Bruxelles le 26 octobre 1907,
est un poète et écrivain symboliste belge francophone. Son œuvre la plus connue est La Chanson d'Ève (1904).Dix poèmes ont été mis en musique dans un cycle de mélodies op.95 par Gabriel Fauré 



 
Comme elle chante
 
Comme elle chante 
Dans ma voix, 
L'âme longtemps murmurante 
Des fontaines et des bois !
 
Air limpide du paradis, 
Avec tes grappes de rubis, 
Avec tes gerbes de lumière, 
Avec tes roses et tes fruits ;
 
Quelle merveille en nous à cette heure ! 
Des paroles depuis des âges endormies 
En des sons, en des fleurs, 
Sur mes lèvres enfin prennent vie.
 
Depuis que mon souffle a dit leur chanson, 
Depuis que ma voix les a créées 
Quel silence heureux et profond 
Naît de leurs âmes allégées !
charles Van Lerberghe - Poète - "Comme elle chante"
Partager cet article
Repost0
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 00:45
Charles Van Lerberghe,
né à Gand le 21 octobre 1861 et mort à Bruxelles le 26 octobre 1907,
est un poète et écrivain symboliste belge francophone. Son œuvre la plus connue est La Chanson d'Ève (1904).Dix poèmes ont été mis en musique dans un cycle de mélodies op.95 par Gabriel Fauré 

Ce soir, à travers le bonheur

Ce soir, à travers le bonheur, 
Qui donc soupire, qu'est-ce qui pleure ? 
Qu'est-ce qui vient palpiter sur mon coeur, 
Comme un oiseau blessé ?

Est-ce une plainte de la terre, 
Est-ce une voix future, 
Une voix du passé ? 
J'écoute, jusqu'à la souffrance, 
Ce son dans le silence.

Ile d'oubli, ô Paradis ! 
Quel cri déchire, cette nuit, 
Ta voix qui me berce ? 
Quel cri traverse 
Ta ceinture de fleurs, 
Et ton beau voile d'allégresse ?


Illustration mcp
A travers le bonheur
2946487_dd7e1-copie-1.jpg
Partager cet article
Repost0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 00:38
Charles Van Lerberghe,
né à Gand le 21 octobre 1861 et mort à Bruxelles le 26 octobre 1907,
est un poète et écrivain symboliste belge francophone. Son œuvre la plus connue est La Chanson d'Ève (1904).Dix poèmes ont été mis en musique dans un cycle de mélodies op.95 par Gabriel Fauré 


Au coeur solitaire du bonheur

Au coeur solitaire du bonheur, 
Devenu mon coeur même, 
Quelle paix divine en ce jour, 
Et quelle plénitude suprême !

Ô le rire adorable d'amour 
De tout ce qui m'environne ! 
Autour de mon bonheur en fleur 
Une abeille éternelle bourdonne...

Elle se clôt doucement et s'apaise, 
Mon âme heureuse ; 
Elle se tait, 
La rose qui chantait.

Illustration mcp
Au coeur du bonheur
2945624_9c53c.jpg
Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 02:18
Charles Van Lerberghe,
né à Gand le 21 octobre 1861 et mort à Bruxelles le 26 octobre 1907,
est un poète et écrivain symboliste belge francophone.

Son œuvre la plus connue est La Chanson d'Ève (1904). Dix poèmes ont été mis en musique dans un cycle de mélodies op.95 par Gabriel Fauré et six poèmes par Paul Lacombe édités chez Hayet en 1909.


Dans un parfum de roses blanches

Dans un parfum de roses blanches 
Elle est assise et songe ; 
Et l'ombre est belle comme s'il s'y mirait un ange.

Le soir descend, le bosquet dort ; 
Entre ses feuilles et ses branches, 
Sur le paradis bleu s'ouvre un paradis d'or.

Sur le rivage expire un dernier flot lointain. 
Une voix qui chantait, tout à l'heure, murmure. 
Un murmure s'exhale en haleine, et s'éteint.

Dans le silence il tombe des pétales.....

Illustration mcp
Parfum de roses blanches
Parfum-de-roses-blanches.jpg

Partager cet article
Repost0
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 02:25
Charles Van Lerberghe, né à Gand le 21 octobre 1861 et mort à Bruxelles le 26 octobre 1907, est un poète et écrivain symboliste belge francophone. 
Son œuvre la plus connue est La Chanson d'Ève (1904). Dix poèmes ont été mis en musique dans un cycle de mélodies op. 95 par Gabriel Fauré et six poèmes par Paul Lacombe édités chez Hayet en 1909. Le compositeur gantois Robert Herberigs a également mis en musique des poèmes de La Chanson d'Ève.


Comme une branche d'aubépine

Comme une branche d'aubépine 
Dans la fontaine des scintillements 
Elle est tombée dans mes pensées, 
Cette parole qu'en tressaillant 
Sa bouche divine 
A prononcée, 
Et qu'à mon tour je te redis.

Comme une branche en fleur détachée 
De la cime du paradis.

Et la voici, vierge encore, enchantée, 
Sans qu'une fleur en ait péri, 
Vivante, rajeunie, toute diamantée.
Illustration mcp
Comme une branche d'aubépine
Comme-une-branche-d-aubepine---mcp.gif

Partager cet article
Repost0
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 01:13
Henri Warnery, né à Lausanne en 1859 et mort en 1902, est un poète suisse romand.
Parnassien psychologue, il renouvela son talent par une œuvre d’inspiration sur l'Alpe, où la montagne est chantée avec une fraîcheur et une intensité d’impression très remarquables ». Il est en particulier l'auteur des paroles de l'hymne neuchâtelois.


Les Origines

Dans la splendeur des cieux un astre vient de naître, 
Sur ses langes d'azur j'ai cru le reconnaître ; 
Vers lui mon espérance a dirigé son vol. 
La Terre ! Ah ! je la vois ! La Terre ! c'est bien elle ! 
A son souffle embrasé je sens frémir mon aile, 
Et j'entends, sous mes pieds, mugir son vaste sol.

Une sueur de feu pend à sa croupe nue ; 
Les éclairs sur son front crépitent dans la nue ; 
Ses flancs partout béants fument de toutes parts. 
Un ciel obscur et lourd sur son écorce pèse, 
Et, brisant les parois de l'énorme fournaise, 
Les éléments de tout dans les airs sont épars.

Oh ! qui dira l'horreur des premiers jours du monde ; 
La matière hurlant dans sa gaine inféconde, 
Et soudain ruisselant sur le globe éventré ? 
Qui dira le courroux des tempêtes natives, 
Et, sortant lentement des ondes primitives, 
Les Alpes jusqu'au ciel portant leur front sacré ?



Les Alpes
Image mcp
Les-Alpes---mcp.jpg
Partager cet article
Repost0
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 02:07
Charles Cros,

né à Fabrezan (Aude) le 1er octobre 1842, et mort à Paris le 9 août 1888, est un poète et inventeur français.
 
En 1867, il présente à l'Exposition de 1867 un prototype de télégraphe automatique suite à ses travaux portant sur l'amélioration de la technologie du télégraphe. En 1869, il présente à la Société française de photographie un procédé de photographie en couleurs qui est à l'origine du procédé actuel de trichromie.


Les quatre saisons - Le printemps

Au printemps, c'est dans les bois nus
Qu'un jour nous nous sommes connus.

Les bourgeons poussaient vapeur verte.
L'amour fut une découverte.

Grâce aux lilas, grâce aux muguets,
De rêveurs nous devînmes gais.

Sous la glycine et le cytise,
Tous deux seuls, que faut-il qu'on dise ?

Nous n'aurions rien dit, réséda,
Sans ton parfum qui nous aida.



Illustration mcp
Le printemps
Printemps.jpg
Partager cet article
Repost0
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 00:48
Alphonse Beauregard, poète est né à Compton au Canada. en 1881, et mort en 1924.
Il commence en 1906 à publier des poèmes dans divers journaux et autres revues (souvent sous le pseudonyme de A. Chasseur).
Ses œuvres sont assez nombreuses, on citera "Les forces" en 1912 et "Les Alternances", recueil de poèmes en 1921. 




Maison abandonnée
Les alternances


Audacieusement sise à cette hauteur, 
Cette maison proprette et d'une vigne ornée 
Est au milieu d'un tel déploiement de splendeur 
Que l'on devrait, il semble, y trouver le bonheur. 
Pourtant elle est abandonnée.

Abandonnée, avec ces champs verts alentour !
Vide, quand on peut voir de toutes ses fenêtres
Des coteaux, des vallons et des coteaux toujours !
Déserte, quand un lac au gracieux contour
Se montre là-bas dans les hêtres !

J'ai vu dans des pays ennuyeux, gris et plats, 
Des maisons sans aucun relief ni caractère, 
Près desquelles paissaient des troupeaux de boeufs gras, 
Pleines de mouvement, de filles et de gars, 
Où l'on trouvait bonne la terre.

Aux unes la ricbesse, à l'autre un pur tableau.
Ô Nature, en frappant de gel cette colline. 
Voulais-tu dire au bâtisseur qui vint si haut, 
Que l'homme éperdument attiré par le beau
À la misère se destine ?

Défricheur, qui rasas les bois pour t'établir 
Et préparas l'émotion qui me transporte, 
Je dois à ton travail de goûter ce plaisir ;
Pour te remercier permets-moi de t'offrir 
Ces vers écrits devant ta porte.


Image mcp
Maison abandonnée
Maison-abandonnee---mcp.jpg
Partager cet article
Repost0
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 00:51
Alphonse Beauregard, poète est né à Compton au Canada. en 1881, et mort en 1924.
Il commence en 1906 à publier des poèmes dans divers journaux et autres revues (souvent sous le pseudonyme de A. Chasseur).
Ses œuvres sont assez nombreuses, on citera "Les forces" en 1912 et "Les Alternances", recueil de poèmes en 1921. 


Concordances
Les forces

Le même triste accent vient toujours des rapides,
Toujours les mêmes flots font le même circuit 
En recueillant le rêve et l'espoir dans leurs rides.

Je l'ai senti déjà le vent de cette nuit ; 
Il conserva mes paroles et les répète, 
Et de naïfs couplets renaissent avec lui.

Un firmament connu resplendit sur ma tête.
Les étoiles de l'an passé sont de retour ;
Le souvenir des temps éclaire la planète.

Mon âme d'autrefois ressuscite à son tour,
Et comme une eau qui part avec d'aimables rides, 
Calmée elle reprend son doux rêve d'amour.

Son accent reviendra, triste, dans les rapides.

Illustration mcp
Les rapides et le rêve d'amour
Les-rapides-et-le-reve-d-amour.jpg
Partager cet article
Repost0

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chêne de la Forêt de Chaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Village de Busy - Doubs

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura - l'étang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cascade de la Billaude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains