Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 00:50
 
Charles-Nérée BEAUCHEMIN
est né le 20 février 1850 à Yamachiche, au Québec, Il meurt à Yamachiche le 29 juin 1931.
 Il publie ses vers dans les journaux et les revues du temps et commence sa carrière en écriture.
 Nérée Beauchemin publie son premier recueil, Les Floraisons matutinales, en 1897. 
Aujourd'hui, il est considéré comme un des premiers écrivains du terroir.
 
 
Roses d'automne
 
 
Aux branches que l'air rouille et que le gel mordore, 
Comme par un prodige inouï du soleil, 
Avec plus de langueur et plus de charme encore, 
Les roses du parterre ouvrent leur coeur vermeil.
 
 
Dans sa corbeille d'or, août cueillit les dernières : 
Les pétales de pourpre ont jonché le gazon. 
Mais voici que, soudain, les touffes printanières
Embaument les matins de l'arrière-saison.
 
 
Les bosquets sont ravis, le ciel même s'étonne 
De voir, sur le rosier qui ne veut pas mourir, 
Malgré le vent, la pluie et le givre d'automne,
Les boutons, tout gonflés d'un sang rouge, fleurir.
 
 
En ces fleurs que le soir mélancolique étale, 
C'est l'âme des printemps fanés qui, pour un jour, 
Remonte, et de corolle en corolle s'exhale, 
Comme soupirs de rêve et sourires d'amour.
 
 
Tardives floraisons du jardin qui décline, 
Vous avez la douceur exquise et le parfum 
Des anciens souvenirs, si doux, malgré l'épine 
De l'illusion morte et du bonheur défunt.
 
Nérée BEAUCHEMIN - poète - "Roses d'automne"
Partager cet article
Repost0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 04:21

 

Anatole Le Braz, de son véritable nom Anatole Jean François Marie Lebras (2 avril 1859 - 20 mars 1926) est un écrivain et un folkloriste français de langue bretonne, mais n'ayant écrit qu'en français.
Il a pris une part très importante dans le mouvement régionaliste en Bretagne à la fin du 19e siècle et au début du siècle suivant. 
Il a été nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1897.
 
L'éternelle histoire
 
Ils avaient dit bonsoir aux femmes
En train de coucher les petits ;
Et, sur le dos mouvant des lames,
A la brune, ils étaient partis.
 
Ils étaient partis, à mer haute,
Pour conquérir le pain amer
Qu'il faut gagner loin de la côte,
Au péril de la haute mer.
 
Dans la nuit, la nuit sans étoiles,
Ils disparurent... A Dieu vat !
Le Guilvinec pleure cinq voiles,
Et cinq autres Leskiagat.
 
Pêle-mêle, mousses imberbes,
Patrons chenus, fiers matelots
Roulent, fauchés comme des herbes
Par le vent, ce faucheur des flots.
 
Oh ! la triste chanson d'automne,
Et qu'il fera froid, cet hiver,
Dans le coeur dolent des Bretonnes,

pêcheurs bretons"

https://img1.picmix.com/output/pic/original/0/1/4/3/1683410_43bb4.gif

 

 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 23:15

 

 

L'horizon est de cendre,
Et l'on peut entendre,
Toutes les fines gouttelettes,
Glissées sur la murette.
 
Il tend ses bras gris,
Dénudés, sans vie.
Quelques feuilles safranées,
Tentent de s'accrocher.
 
Sur le sol meuble et mouillé,
Un léger tapis doré,
Dur, crisse sous le pas,
De l'homme passant là.
 
Vois, le grand platane!
Sous ce ciel diaphane,
Attend
impatient,
Son beau manteau blanc.
 
          Marie-c Palys (2011) 
 
   

 

Mes poèmes - "AUTOMNE"
Partager cet article
Repost0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 18:37

M.C Palys (1947)

 

 

Après midi d'automne

 

 

J'ouvre la porte de la maison

Et regarde au loin le vallon,

Enveloppé d'une brume épaisse

A grands pas , je m'empresse,

Marche sur le sentier,

M'attarde près du noyer ;

Quelques noix à ramasser ?

Cachées sous la terre mouillée....

 

Le chaton derrière moi,

Sautille près du bois.

Je remonte le chemin,

Tourne autour du bassin,

Légèrement sali,

Par les feuilles noircies.

Triste et monotone

Journée d'automne.

 

Les fleurs sont fanées

Le petit bois dépouillé.

Les roses et leurs derniers boutons;

On ne voit plus le vallon.

L'herbe est jaunie,

La terre est alanguie,

Le ciel cendré

La nuit va tomber.

 

Je remonte vivement l'escalier,

Je frissonne, il est temps de rentrer

La porte lourdement refermée,

Je m'installe sur le canapé.

C'est un dimanche d'automne

Triste et monotone.

 

Mc Palys

 

 

Mc Palys  - "après-midi d'automne"
Partager cet article
Repost0

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chêne de la Forêt de Chaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Village de Busy - Doubs

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura - l'étang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cascade de la Billaude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains