Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 20:39

 

 

Michèle Corti poètesse française

29 janvier 2003


 

Le mimosa


Ô gouttes de soleil, parures d'élégances

En duvet délicieux comme une joue d'enfant

Vous épandez sur nous la divine fragance

Quand le vent si léger nous parle du printemps.

 

Mimosa, ton doux nom chantonne à notre oreille

Comme brise de mer ou murmure d'abeilles.

Aux terres du midi, tu offres ton décor

De feuillages légers aux belles grappes d'or.

 

Tu lances tes bouquets aux vieux murs des villages

De la Côte d'Azur, à l'accent si joli.

Tu ornes les cheveux, parfumes le corsage

De la belle Mireille ou bien de Magali.

 

Lorsque le jour s'en va et que le ciel se pare

De teintes safranées au couchant qui s'endort,

Tu rayonnes toujours, tel une immense tiare

Couronnant le pays des splendeurs de son or.

Michèle Corti  - poètesse française - Le mimosa
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 20:36

Pablo Neruda, nom de plume de Ricardo Eliécer Neftalí Reyes-Basoalto,(1904-1973) poète, écrivain, diplomate, homme politique et penseur chilien.

 

 

Mimosa

 

 Une vapeur, un brouillard,

  Un nuage  m'entourait.

  J'allais dans San Jeronimo

  Vers le port presque endormi

  Quand hors de l'hiver

  Une montagne de lumière jaune,

  Une tour en fleurs parut sur le chemin  

  Et tout fut empli de parfum.

  C'était un mimosa.

Pablo Neruda (1904-1973) - poète, écrivain chilien - Mimosa
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 20:33

 

 

Pablo Neruda, nom de plume de Ricardo Eliécer Neftalí Reyes-Basoalto,(1904-1973) poète, écrivain, diplomate, homme politique et penseur chilien.

 


Ode au mimosa - extrait


 Mimosa

soleil terrestre,

explosion du parfum,

cascade,

cataracte,

chevelure

de tout le jaune 

déversé

en une seule vague

de feuillage,

Je te proclame

rayon de miel

du monde:

Nous voulons

élégantes, alcooliques

guêpes,

frelons de miel

et de velours,

plonger

les yeux,

la chemise,

le coeur, les cheveux

dans ta frémissante

senteur,

un instant

être

bourdons

sylvestres,

dans ta coupe

jaune

jusqu’à ne plus être

qu’arôme

dans ta

planète,

pollen d’honneur,

intimité de l’or,

"plume de ta fragrance."

Pablo Neruda (1904-1973) - poète, écrivain chilien - Ode au mimosa - extrait
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 20:30

 

 

Robert Desnos (1900-1945) poète surréaliste et résistant français, 

Recueil : "Chantefleurs"

 


Le Mimosa

 

Sur la route de Saint-Tropez,

Mimosa Monsieur, mimosa Madame

Sur la route de Saint-Tropez,

De Saint-Tropez à La Ciotat,

Cueillez le mimosa,

Cueillez-le pour l’offrir aux dames.

Robert Desnos (1900-1945) - poète surréaliste et résistant français - Le Mimosa
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 20:26

 

 

Louise-Rose-Étiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard (1866-1953), poétesse et comédienne française.

 

Le mimosa


L’autre matin, sous la feuillée,

De soleil rose ensoleillée,

Je rêvais à toi, – tu passas !

Et je vis à ta boutonnière,

Penchant ses graines de lumière,

Une branche de mimosas.

"Oh ! donne-la moi, je t’en prie,

Cette petite fleur flétrie…"

 

Murmurai-je. Et tu refusas !

D’un œil foncé qui me regarde,

Tu refusas. Tu dis : "Je garde

Cette branche de mimosas."

Et, sans voir qu’à cette seconde

Je ne voulais plus qu’elle au monde,

De mon tourment tu t’amusas :

"Il y en a sur la pelouse…

 

- Non, je veux, car je suis jalouse,

Cette branche de mimosas !

Si tu l’aimes, toute fanée,

C’est qu’alors on te l’a donnée,

En te taisant, tu t’accusas.

Parle ! nomme-moi ma rivale !

Regarde-moi… je suis plus pâle

Que la branche de mimosas ! "

 

Mais toi, d’une voix attendrie,

Tu t’écrias : Ô ma chérie,

À mes regards tu proposas

Cent visages : des fous, des sages,

D’autres plus fins que les feuillages

De la branche de mimosas.

 

Mais, très curieux de nature,

Je rêvais de voir la figure

- Car je ne la connaissais pas –

Que vous faites, alors qu’on ose

Vous refusez la moindre chose…

Tiens, les voilà, les mimosas !"

Rosemonde Gérard (1866-1953) - poétesse et comédienne française - Le mimosa
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2021 5 17 /12 /décembre /2021 16:38

 

1856

"O Tannenbaum"- traduction Laurent Delcasso (1797-1887), recteur de l’académie de Strasbourg - Mon beau sapin 

 

Mon beau sapin est un chant de Noël d'origine allemande. Son titre original est : O Tannenbaum. La version la plus célèbre est basée sur une musique traditionnelle et un texte de 1824 composé en allemand par Ernst Anschütz, organiste et professeur à Leipzig, Royaume de Prusse. La première version connue des paroles date de 1550, une autre version a été composée en 1615 par Melchior Franck. 

Cette chanson a été traduite dans de nombreuses langues. 

Elle a été publiée en 1856 à Strasbourg dans un recueil de chants populaires allemands librement traduits pour le public scolaire français. Les paroles sont de Laurent Delcasso (1797-1887), recteur de l’académie de Strasbourg. Elles sont accompagnées d’une partition de la mélodie arrangée pour deux voix par Pierre Gross (1823-1867), maître adjoint à l’école normale de Strasbourg.


Le Sapin

 

Mon beau sapin, roi des forêts,

Que j’aime ta verdure !

Quand par l’hiver bois et guérets

Sont dépouillés de leurs attraits,

Mon beau sapin, roi des forêts,

Tu gardes ta parure.

 

Toi que Noël Planta chez nous,

Au saint anniversaire,

Joli sapin, comme ils sont doux

Et tes bonbons et tes joujoux,

Toi que Noël planta chez nous

Par les mains de ma mère.

 

Mon beau sapin, tes verts sommets,

Et leur fidèle ombrage,

De la foi qui ne ment jamais,

De la constance et de la paix,

Mon beau sapin, tes verts sommets,

M'offrent la douce image.

 

​​​​​​​La fête de Noël. Illustration extraite de Beaux jours et fêtes des petits enfants,

​​​​​​​La fête de Noël. Illustration extraite de Beaux jours et fêtes des petits enfants,

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2021 5 17 /12 /décembre /2021 16:36

 

Jean-Louis Vanham (1937)  Poète, critique littéraire, conteur pour enfants

 


Trois petits sapins


Trois petits sapins

Se donnaient la main

Car c’était Noël

De la terre au ciel.

 

Prirent le chemin

Menant au village

Jusqu’à l’étalage

D’un grand magasin.

 

Là, ils se couvrirent

De tout ce qui brille :

Boules et bougies,

Guirlandes pour luire,

 

Et s’en retournèrent

La main dans la main

Par le beau chemin

De l’étoile claire

 

Jusqu’à la forêt

Où minuit sonnait,

Car c’était Noël

De la terre au ciel.

Jean-Louis Vanham (1937)  - Poète, critique littéraire, conteur pour enfants - Trois petits sapins
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2021 5 17 /12 /décembre /2021 16:35

Guillaume Apollinaire (1880-1918), poète et écrivain français, critique et théoricien d'art. 

Rhénanes, Alcools, 1913

 

Les Sapins

 

Les sapins en bonnets pointus

De longues robes revêtus

Comme des astrologues

Saluent leurs frères abattus

Les bateaux qui sur le Rhin voguent

 

Dans les sept arts endoctrinés

Par les vieux sapins leurs aînés

Qui sont de grands poètes

Ils se savent prédestinés

À briller plus que des planètes

 

À briller doucement changés

En étoiles et enneigés

Aux Noëls bienheureuses

Fêtes des sapins ensongés

Aux longues branches langoureuses

 

Les sapins beaux musiciens

Chantent des noëls anciens

Au vent des soirs d’automne

Ou bien graves magiciens

Incantent le ciel quand il tonne

 

Des rangées de blancs chérubins

Remplacent l’hiver les sapins

Et balancent leurs ailes

L’été ce sont de grands rabbins

Ou bien de vieilles demoiselles

 

Sapins médecins divaguants

Ils vont offrant leurs bons onguents

Quand la montagne accouche

De temps en temps sous l’ouragan

Un vieux sapin geint et se couche

Guillaume Apollinaire (1880-1918), poète et écrivain français - Les Sapins
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2021 5 17 /12 /décembre /2021 16:34

 

 

Anatole France (1844-1924) écrivain français, 

Recueil : Les poèmes dorés (1873).

 


Les sapins

 

On entend l'Océan heurter les promontoires ;

De lunaires clartés blêmissent le ravin

Où l'homme perdu, seul, épars, se cherche en vain ;

Le vent du nord, sonnant dans les frondaisons noires,

Sur les choses sans forme épand l'effroi divin.

 

Paisibles habitants aux lentes destinées,

Les grands sapins, pleins d'ombre et d'agrestes senteurs,

De leurs sommets aigus couronnent les hauteurs ;

Leurs branches, sans fléchir, vers le gouffre inclinées,

Tristes, semblent porter d'iniques pesanteurs.

 

Ils n'ont point de ramure aux nids hospitalière,

Ils ne sont pas fleuris d'oiseaux et de soleil,

Ils ne sentent jamais rire le jour vermeil ;

Et, peuple enveloppé dans la nuit familière,

Sur la terre autour d'eux pèse un muet sommeil.

 

La vie, unique bien et part de toute chose,

Divine volupté des êtres, don des fleurs,

Seule source de joie et trésor de douleurs,

Sous leur rigide écorce est cependant enclose

Et répand dans leur corps ses secrètes chaleurs.

 

Ils vivent. Dans la brume et la neige et le givre,

Sous l'assaut coutumier des orageux hivers,

Leurs veines sourdement animent leurs bras verts,

Et suscitent en eux cette gloire de vivre

Dont le charme puissant exalte l'univers.

 

Pour la fraîcheur du sol d'où leur pied blanc s'élève,

Pour les vents glacials, dont les tourbillons sourds

Font à peine bouger leurs bras épais et lourds,

Et pour l'air, leur pâture, avec la vive sève,

Coulent dans tout leur sein d'insensibles amours.

 

En souvenir de l'âge où leurs aïeux antiques,

D'un givre séculaire étreints rigidement,

Respiraient les frimas, seuls, sur l'escarpement

Des glaciers où roulaient des îlots granitiques,

L'hiver les réjouit dans l'engourdissement.

 

Mais quand l'air tiédira leurs ténèbres profondes,

Ils ne sentiront pas leur être ranimé

Multiplier sa vie au doux soleil de mai,

En de divines fleurs d'elles-mêmes fécondes,

Portant chacune un fruit dans son sein parfumé.

 

Leurs flancs s'épuiseront à former pour les brises

Ces nuages perdus et de nouveaux encor,

En qui s'envoleront leurs esprits, blond trésor,

Afin qu'en la forêt quelques grappes éprises

Tressaillent sous un grain de la poussière d'or.

 

Ce fut jadis ainsi que la fleur maternelle

Les conçut au frisson d'un vent mystérieux ;

C'est ainsi qu'à leur tour, pères laborieux,

Ils livrent largement à la brise infidèle

La vie, immortel don des antiques aïeux.

 

Car l'ancêtre premier dont ils ont reçu l'être

Prit sur la terre avare, en des âges lointains,

Une rude nature et de mornes destins ;

Et les sapins, encor semblables à l'ancêtre,

Éternisent en eux les vieux mondes éteints.

 Anatole France (1844-1924) - écrivain français - Les sapins 
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2021 5 17 /12 /décembre /2021 16:29


 

Dominique Dimey, née en 1957 à Issoudun, est une auteure-compositrice -interprète Française.

 

 

C’est la grève des sapins,

 


C’est la grève des sapins,

Des aiguilles, des pommes de pin

Ils veulent tous être palmiers,

Cerisiers et bananiers.

 

Les sapins sont fatigués

A la fin de chaque année.

Toutes ces guirlandes à porter

Ca leur donne le dos courbé.

 

Les sapins sont enrhumés

De vivre près des cheminées.

Sans air pur, sans horizon

Enfermés dans des maisons.

 

Les sapins en ont assez

De faire de l’ombre l’été

Sans être remerciés,

Et l’hiver d’être coupés.

 

Les sapins ont déclaré

Que pour la nouvelle année,

Ils se mettront en congé,

La forêt sera fermée.

 

Les sapins s’en vont au vert,

Les sapins quittent l’hiver,

Pour aller se faire bronzer,

Au chaud sous les cocotiers !

Dominique Dimey,(1957) auteure-compositrice-interprète Française - C’est la grève des sapins,
Partager cet article
Repost0

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etang de la Grue - Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Village de Busy - Doubs

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura - l'étang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paysage du Jura

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains