Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 01:05

Carte Bonne Fête Frantz - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête Frantz - 4 octobre

Carte Bonne Fête Frantz - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 01:03

Carte Bonne Fête Franck - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête Franck - 4 octobre

Carte Bonne Fête Franck - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 01:02

Carte Bonne Fête Francisco - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête Francisco - 4 octobre

Carte Bonne Fête Francisco - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 01:01

Carte Bonne Fête Francis - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête Francis - 4 octobre

Carte Bonne Fête Francis - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 01:00

Carte Bonne Fête François - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête François - 4 octobre

Carte Bonne Fête François - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 00:58

Carte Bonne Fête Capucine - 4 octobre

 

Carte Bonne Fête Capucine - 4 octobre

Carte Bonne Fête Capucine - 4 octobre

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2019 3 02 /10 /octobre /2019 22:28

Marc-Antoine Girard, sieur de Saint-Amant, est un poète français, né dans la banlieue de Rouen en septembre 1594 et mort à Paris en décembre 1661. Il est l'auteur de poèmes burlesques, satiriques ou lyriques. Il a fait partie de la toute neuve Académie française.

 

 

La débauche


(extrait)

Bacchus ! qui vois notre débauche,
Par ton saint portrait que j'ébauche
En m'enluminant le museau
De ce trait que je bois sans eau ;
Par ta couronne de lierre,
Par la splendeur de ce grand verre,
Par ton thyrse tant redouté,
Par ton éternelle santé,
Par l'honneur de tes belles fêtes,
Par tes innombrables conquêtes,
Par les coups non donnés, mais bus,
Par tes glorieux attributs,
Par les hurlements des Ménades,
Par le haut goût des carbonnades,
Par tes couleurs blanc et clairet,
Par le plus fameux cabaret,
Par le doux chant de tes orgies,
Par l'éclat des trognes rougies,
Par table ouverte à tout venant,
Par les fins mors de ta cabale,
Par le tambour et la cymbale,
Par tes cloches qui sont des pots,
Par tes soupirs qui sont des rots,
Par tes hauts et sacrés mystères,
Par tes furieuses panthères,
Par ce lieu si frais et si doux,
Par ton bouc, paillard comme nous,
Par ta grosse garce Ariane,
Par le vieillard monté sur l'âne,
Par les satyres, tes cousins,
Par la fleur des plus beaux raisins,
Par ces bisques si renommées,
Par ces langues de boeuf fumées,
Par ce tabac, ton seul encens,
Par tous les plaisirs innocents,
Par ce jambon couvert d'épice,
Par ce long pendant de saucisse,
Par la majesté de ce broc,
Par masse, tope, cric et croc,
Par cette olive que je mange,
Par ce gai passeport d'orange,
Par ce vieux fromage pourri,
Bref par Gillot, ton favori,
Reçois-nous dans l'heureuse troupe,
Des francs chevaliers de la coupe,
Et, pour te montrer tout divin,
Ne la laisse jamais sans vin.

 

Cornelis de Vos Le triomphe de Bacchus

Cornelis de Vos Le triomphe de Bacchus

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2019 3 02 /10 /octobre /2019 22:17

José-Maria de Heredia, né le 22 novembre 1842 et mort le 3 octobre 1905, est un homme de lettres d'origine cubaine : né sujet espagnol, il a été naturalisé français en 1893. Son œuvre poétique a fait de lui l'un des maîtres du mouvement parnassien. Il est l'auteur d'un seul recueil, Les Trophées, publié en 1893 et comprenant cent-dix-huit sonnets qui retracent l'histoire du monde, comme Les Conquérants, ou dépeignent des moments privilégiés, comme Le Récif de corail ; ainsi que quatre poèmes plus longs.

 

 

Bacchanale

 

Une brusque clameur épouvante le Gange.
Les tigres ont rompu leurs jougs et, miaulants,
Ils bondissent, et sous leurs bonds et leurs élans
Les Bacchantes en fuite écrasent la vendange.

 

Et le pampre que l'ongle ou la morsure effrange
Rougit d'un noir raisin les gorges et les flancs
Où près des reins rayés luisent des ventres blancs
De léopards roulés dans la pourpre et la fange.

 

Sur les corps convulsifs les fauves éblouis,
Avec des grondements que prolonge un long râle,
Flairent un sang plus rouge à travers l'or du hâle ;

 

Mais le Dieu, s'enivrant à ces jeux inouïs,
Par le thyrse et les cris les exaspère et mêle
Au mâle rugissant la hurlante femelle.

 

Titien Bacchus et Ariane

Titien Bacchus et Ariane

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2019 3 02 /10 /octobre /2019 22:12

 

Gaston Couté, né à Beaugency dans le Loiret le 23 septembre 1880, mort à Paris-10e le 28 juin 1911, est un poète libertaire et chansonnier français. 

 

 

Sur le pressoir

 

Sous les étoiles de septembre
Notre cour a l'air d'une chambre
Et le pressoir d'un lit ancien ;
Grisé par l'odeur des vendanges
Je suis pris d'un désir
Né du souvenir des païens.

 

Couchons ce soir
Tous les deux, sur le pressoir !
Dis, faisons cette folie ?...
Couchons ce soir
Tous les deux sur le pressoir,
Margot, Margot, ma jolie !

 

Parmi les grappes qui s'étalent
Comme une jonchée de pétales,
Ô ma bacchante ! roulons-nous.
J'aurai l'étreinte rude et franche
Et les tressauts de ta chair blanche
Ecraseront les raisins doux.

 

Sous les baisers et les morsures,
Nos bouches et les grappes mûres
Mêleront leur sang généreux ;
Et le vin nouveau de l'Automne
Ruissellera jusqu'en la tonne,
D'autant plus qu'on s'aimera mieux !

 

Au petit jour, dans la cour close,
Nous boirons la part de vin rose
Oeuvrée de nuit par notre amour ;
Et, dans ce cas, tu peux m'en croire,
Nous aurons pleine tonne à boire
Lorsque viendra le petit jour.

 

 

 

Epoque 18ème Attribué à José Camaron Y Borona les vendanges

Epoque 18ème Attribué à José Camaron Y Borona les vendanges

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2019 3 02 /10 /octobre /2019 21:33

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 dans le 11e arrondissement de Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libérée par l'Armée rouge.


 

Vendanges prochaines

 

Je vous salue, vendanges prochaines, odorantes, sanglantes, enivrantes vendanges de l'automne prochain
Je vous salue, pressoirs gémissants, tonneaux sonores, bondes, caves, je vous salue
Je vous salue bouteilles, bouchons et verres
Je vous salue buveurs des années futures
Buveurs qui boirez goulûment
Buveurs qui boirez savamment

 


Le vin qui s'élabore dans les raisins verts de ce merveilleux printemps
Je le boirai ce vin avec de gais compagnons
Avec toi
Jean-Louis
Barrault pour qui nul vin n'existe hormis le bourgogne
Avec toi vieux
Carp, aisément séduit par les crus d'Algérie
Avec vous
Fraenkel qui ne détestez pas le bordeaux
Avec toi
Youki, qui apprécies le
Champagne
Je boirai ce vin de la
Vendange prochaine
Jusqu'à ce que, dans aucune cave, il n'en reste une goutte, même oubliée au fond d'un flacon
J'en boirai confiant en la vie aimant la vie de tout mon cœur
Incapable de cesser de l'aimer
Même si comme une femme
Elle me trompe ou m'abandonne.

 

illustration art de vivre - le vin

illustration art de vivre - le vin

Partager cet article
Repost0

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chêne de la Forêt de Chaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Village de Busy - Doubs

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura - l'étang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cascade de la Billaude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains