Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 22:03

 

 

Pierre Corneille (1606-1684) Poète français 

Recueil : Poésies diverses.

Madrigal.

 

La fleur d'orange

 

Du palais d'émeraude où la riche nature

M'a fait naître et régner avecque majesté,

Je viens pour adorer la divine beauté

Dont le soleil n'est rien qu'une faible peinture.

Si je n'ai point l'éclat ni les vives couleurs

Qui font l'orgueil des autres fleurs,

Par mes odeurs je suis plus accomplie,

Et par ma pureté plus digne de Julie.

Je ne suis point sujette au fragile destin

De ces belles infortunées,

Qui meurent dès qu'elles sont nées,

Et de qui les appas ne durent qu'un matin ;

Mon sort est plus heureux, et le ciel favorable

Conserve ma fraîcheur et la rend plus durable.

Ainsi, charmant objet, rare présent des cieux,

Pour mériter l'honneur de plaire à vos beaux yeux,

J'ai la pompe de ma naissance,

Je suis en bonne odeur en tout temps, en tous lieux ;

Mes beautés ont de la constance,

Et ma pure blancheur marque mon innocence.

J'ose donc me vanter, en vous offrant mes vœux,

De vous faire moi seule une riche couronne,

Bien plus digne de vos cheveux

Que les plus belles fleurs que Zéphire vous donne :

Mais, si vous m'accusez de trop d'ambition,

Et d'aspirer plus haut que je ne devrais faire,

Condamnez ma présomption,

Et me traitez en téméraire ;

Punissez, j'y consens, mon superbe dessein

Par une sévère défense

De m'élever plus haut que jusqu'à votre sein ;

Et ma punition sera ma récompense.

Charles Edward Perugini Jeune fille lisant, 1878

Charles Edward Perugini Jeune fille lisant, 1878

Partager cet article
Repost0
26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 22:03

 

 

Su Shi (1037-1101)  homme politique (mandarin) de la dynastie des Song du Nord (960-1127). 

 

Oranges jaunes et mandarines vertes


"Le lotus épuisé replie sa corolle, 

les branches du chrysanthème se poudrent de givre,

 mais souviens-toi mon amie 

que cette saison est la plus douce de l’année,

la période des oranges jaunes et des mandarines vertes". 

 

oranges jaunes et mandarines vertes par Zhao Lingrang

oranges jaunes et mandarines vertes par Zhao Lingrang

Partager cet article
Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 15:49

 

 

Comptine populaire francophone.- cerises

Cette chanson d'enfants est déjà connue au XIX° siècle. Elle figure dans le folklore de la France, de la Belgique, de la Suisse romande, du Canada (Québec, Nouveau-Brunswick), de la Louisiane.

 


Un deux trois

 

Un deux trois

J'irai dans les bois

Quatre cinq six

Cueillir des cerises

Sept huit neuf

Dans mon panier neuf

Dix onze douze

Elles seront toutes rouges.

 

Emile Munier - jeune fille au panier

Emile Munier - jeune fille au panier

Partager cet article
Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 14:36

 

 

Eugène Guillevic (1907 -1997) poète français. Il ne signa jamais ses nombreux recueils que de son seul nom, Guillevic.

 


Cerisier

 

Te voici devenu,

Comme ce fut rêvé,

 

Rien que cette blancheur

Effrayant l'horizon,

 

Rien que la fiancée

Préparée pour les noces. 

 

Qui te prendra ?

Qui doit venir ?

 Eugène Guillevic (1907-1997) - poète français - Cerisier
Partager cet article
Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 14:15

 

 

Maurice Carême (1899-1978), poète et écrivain belge de langue française.

 


Le Cerisier

 

Un cerisier se mit à rire

Sans savoir pourquoi.

Les moineaux, tous à la fois,

Rirent de l’entendre rire.

 

Ce rire gagna les maisons

Et, par-dessus les bois,

Déferla jusqu’à l’horizon.

 

"Que se passe-t-il dans le monde ?"

Dit Dieu, surpris.

Il vint à la fenêtre ronde

Du Paradis.

 

Et comme, autour du cerisier,

Le monde riait aux éclats

Sans savoir pourquoi,

 

Dieu lui-même dut se cacher

Le visage entre les mains

Pour que les anges et les saints

Ne le voient pas rire pour rien.

Maurice Carême (1899-1978) - poète et écrivain belge - Le Cerisier
Partager cet article
Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 14:14

 

 

Francis Jammes (1868-1938), poète français, également romancier, dramaturge et critique. 

Recueil : "Vers"

 


Les Cerises

 

Le banc serait de lierre et de pierre effritée.

Auprès du vieux parterre où de tristes ricins

Ombrageraient la poule et ses petits poussins

Je vous dorloterais, ô mon enfant gâtée.

 

Les roses cerisiers à l’écorce argentée,

Dont les fruits sont pareils aux coraux abyssins,

Pleurant leurs larmes d’or au-dessus des fusains,

Nous diraient la chanson des moineaux enchantée.

 

Et je vous cueillerais sur ces frais cerisiers

Des cerises qu’un brin de bois lierait pareilles

Pour vous les mettre ainsi que des pendants d’oreilles :

 

Et, me baissant un peu pour que vous me baisiez

Au front, je vous rendrais dans vos cheveux en boucles

Vos baisers, en mordant vos rouges escarboucles.

Margarita Pueva - Les cerises

Margarita Pueva - Les cerises

Partager cet article
Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 14:13

 

 

François Coppée (1842-1908) poète, dramaturge et romancier français.

 


La Cueillette des Cerises


Espiègle ! j'ai bien vu tout ce que vous faisiez,

Ce matin, dans le champ planté de cerisiers

Où seule vous étiez, nu-tête, en robe blanche.

Caché par le taillis, j'observais. Une branche,

Lourde sous les fruits mûrs, vous barrait le chemin

Et se trouvait à la hauteur de votre main.

Or, vous avez cueilli des cerises vermeilles,

Coquette ! et les avez mises à vos oreilles,

Tandis qu'un vent léger dans vos boucles jouait.

Alors, vous asseyant pour cueillir un bleuet

Dans l'herbe, et puis un autre, et puis un autre encore,

Vous les avez piqués dans vos cheveux d'aurore ;

Et, les bras recourbés sur votre front fleuri,

Assise dans le vert gazon, vous avez ri ;

Et vos joyeuses dents jetaient une étincelle.

Mais pendant ce temps-là, ma belle demoiselle,

Un seul témoin, qui vous gardera le secret,

Tout heureux de vous voir heureuse, comparait,

Sur votre frais visage animé par les brises,

Vos regards aux bleuets, vos lèvres aux cerises.

Louis Icart - eau forte - cueillette des cerises

Louis Icart - eau forte - cueillette des cerises

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 14:13

 

 

Jean-Baptiste Clément (1837-1903) chansonnier montmartrois, journaliste, syndicaliste et communard français. 

Le Temps des cerises est une chanson dont les paroles sont écrites en 1866 par Jean Baptiste Clément et la musique composée par Antoine Renard en 1868.

 

 

Le temps des cerises

 

Quand nous en serons au temps des cerises,

Et gai rossignol et merle moqueur

Seront tous en fête.

Les belles auront la folie en tête

Et les amoureux du soleil au coeur.

Quand nous en serons au temps des cerises,

Sifflera bien mieux le merle moqueur.

 

Mais il est bien court, le temps des cerises,

Où l'on s'en va deux cueillir en rêvant

Des pendants d'oreilles.

Cerises d'amour aux robes pareilles

Tombant sous la feuille en gouttes de sang.

Mais il est bien court le temps des cerises,

Pendants de corail qu'on cueille en rêvant.

 

Quand vous en serez au temps des cerises,

Si vous avez peur des chagrins d'amour

Evitez les belles.

Moi qui ne crains pas les peines cruelles,

Je ne vivrai pas sans souffrir un jour.

Quand vous en serez au temps des cerises,

Vous aurez aussi des chagrins d'amour.

 

J'aimerai toujours le temps des cerises :

C'est de ce temps-là que je garde au coeur

Une plaie ouverte,

Et dame Fortune, en m'étant offerte,

Ne saurait jamais calmer ma douleur.

J'aimerai toujours le temps des cerises

Et le souvenir que je garde au coeur.

Emile Munier - Cueillette des cerises

Emile Munier - Cueillette des cerises

Partager cet article
Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 14:11

 

 

Alphonse Daudet (1840-1897), écrivain et auteur dramatique français.

Les Amoureuses, 1858

 

 

Les Cerisiers


I


Vous souvient-il un peu de ce que vous disiez,

Mignonne, au temps des cerisiers ?

 

Ce qui tombait du bout de votre lèvre rose,

Ce que vous chantiez, ô mon doux bengali,

Vous l’avez oublié, c’était si peu de chose,

Et pourtant, c’était bien joli…

 

Mais moi je me souviens (et n’en soyez pas surprise),

Je me souviens pour vous de ce que vous disiez.

Vous disiez (à quoi bon rougir ?)…donc vous disiez…

Que vous aimiez fort la cerise,

La cerise et les cerisiers.

 


II


Vous souvient-il un peu de ce que vous faisiez,

Mignonne, au temps des cerisiers ?

 

Plus grands sont les amours, plus courte est la mémoire

Vous l’avez oublié, nous en sommes tous là ;

Le cœur le plus aimant n’est qu’une vaste armoire.

On fait deux tours, et puis voilà.

 

Mais moi je me souviens (et n’en soyez surprise),

Je me souviens pour vous de ce que vous faisiez…

Vous faisiez (à quoi bon rougir ?)…donc vous faisiez…

Des boucles d’oreille en cerise,

En cerise de cerisiers.

 


III


Vous souvient-il d’un soir où vous vous reposiez,

Mignonne, sous les cerisiers ?

 

Seule dans ton repos ! Seule, ô femme, ô nature !

De l’ombre, du silence, et toi…quel souvenir !

Vous l’avez oublié, maudite créature,

Moi je ne puis y parvenir.

 

Voyez, je me souviens (et n’en soyez surprise),

Je me souviens du soir où vous vous reposiez…

Vous reposiez (pourquoi rougir ?)…vous reposiez…

Je vous pris pour une cerise ;

C’était la faute aux cerisiers.

Emile Vernon (1872-1920) - le temps des cerises

Emile Vernon (1872-1920) - le temps des cerises

Partager cet article
Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 14:09

 

 

Victor Hugo (1802-1885) poète, dramaturge, écrivain, romancier et dessinateur romantique français. Il est considéré comme l'un des plus importants écrivains de la langue française.

 

 

Quand les guignes furent mangées,

 

Quand les guignes furent mangées,

Elle s'écria tout à coup :

J'aimerais bien mieux des dragées.

Est-il ennuyeux, ton Saint-Cloud !

 

On a grand-soif ; au lieu de boire,

On mange des cerises ; vois,

C'est joli, j'ai la bouche noire

Et j'ai les doigts bleus ; laisse-moi. -

 

Elle disait cent autres choses,

Et sa douce main me battait.

Ô mois de juin ! rayons et roses !

L'azur chante et l'ombre se tait.

 

J'essuyai, sans trop lui déplaire,

Tout en la laissant m'accuser,

Avec des fleurs sa main colère,

Et sa bouche avec un baiser.

 Victor Hugo (1802-1885) - poète, dramaturge - Quand les guignes furent mangées,
Partager cet article
Repost0

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chêne de la Forêt de Chaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Village de Busy - Doubs

 

 

 

 

 

 

 

Evans - Jura - l'étang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cascade de la Billaude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes Blogs Amis À Visiter

Fontaine du vigneron - Salins les Bains